lundi, 10 septembre 2012

Croquettes au Ch'ti gris

Thérèse-Marie et Michel Couvreur,  mes parents, et Géraldine Capelle, ma sœur, ont la joie de vous faire part de ma naissance. J’ai vu le jour près de Lille, à Roncq, dans la ferme du Vinage. Je suis tout gris à l’extérieur, tout crémeux à l’intérieur et je pèse 250 g. Je m’appelle Ch’ti gris. Il était une fois une Cocotte qui s’était penchée sur mon berceau et qui m’avait transformé en croquette.

Croquettes au ch'ti gris, ch'ti gris, ferme du Vinage, Géraldine Capelle, Thérèse-Marie et Michel Couvreur, Femina, la Voix du Nord, la Cocotte

La recette

Pour 40 croquettes
Facile : 2 Cocottes, Prix : 1 Caddie, Temps : 2 horloges
200 g de fromage Ch’ti gris, 2 pommes de terre moyennes, 40 g de beurre, 1 oignon, 50 g de farine, 30 cl de lait, Sel, poivre, Farine, œuf,chapelure, Huile de friture
Faites cuire tout d’abord les pommes de terre à la peau dans de l’eau bouillante, pendant 20 mn. Laissez-les refroidir et réservez.
Epluchez et ciselez finement l’oignon. Faites fondre le beurre dans une casserole. Ajoutez l’oignon et faites-le dorer. Versez la farine peut à petit pour faire un roux. Allongez avec le lait et remuez au fouet sans arrêt. Coupez le Ch’ti gris en petits morceaux et incorporez-les dans la casserole. Laissez fondre et arrêtez la cuisson. Salez et poivrez. Pelez les pommes de terre et réduisez-les en purée, ajoutez-les à la sauce, mélangez bien et laissez refroidir complètement avant de mettre au réfrigérateur pendant 3 ou 4 heures.
Prélevez un peu de sauce blanche fromage-pommes de terre refroidie, donc bien compacte,  et formez une boulette grosse comme une noix. Passez-la dans la farine, l’œuf battu puis la chapelure. Faites de même pour le reste de la sauce. Vous obtenez 40 croquettes environ. Faites chauffer l’huile de friture et faites cuire les croquettes  trois minutes environ. Sortez-les de la friture quand elles remontent à la surface. Egouttez-les délicatement et déposez-les sur du papier-ménage avant de les servir toutes chaudes.

Croquettes au ch'ti gris, ch'ti gris, ferme du Vinage, Géraldine Capelle, Thérèse-Marie et Michel Couvreur, Femina, la Voix du Nord, la CocotteProducteur : Géraldine Capelle
Dans la famille Couvreur, je voudrais la dixième génération de fermiers ! Elle s’appelle Géraldine Capelle. Elle a 33 ans et suit le chemin tout tracé par Papa et Maman. Chacun son domaine, Papa, les vaches, Maman, le fromage et Géraldine s’est lancée dans la production de fruits et légumes. Ce potager vient logiquement compléter les activités habituelles d’une ferme. Le sourire aux lèvres, elle fait visiter l’exploitation et organise des goûters d’anniversaire et ateliers pour les enfants, ils plantent des pieds de fraises, font de la ratatouille… « Dites Géraldine, on dirait que j’ai 8 ans… »
www.fermeduvinage.fr, 4 Carrière de Flandres, Roncq, 0320946067 Magasin ouvert toute la semaine

Trucs et astuces
Des fromages bleus dans le Nord-Pas de Calais, ça ne court pas les rues ! Alors quand la Cocotte en a découvert un, elle s’est jetée dessus. Le Ch’ti gris ressemble à un demi-camembert « ça permet de varier les fromages sur un plateau » mais est plus épais. Sa croûte qui se mange est bleue-grise et sa pâte tire très légèrement sur le bleu.
Affiné un mois en cave, on lui a inséminé le penicillium roqueforti. C’est ça qui lui donne cette couleur et un goût proche d’un bleu classique.
Ne le conservez pas plus d’un mois dans le bac à légumes et sortez-le en milieu d’après-midi si vous voulez le déguster le soir. Vous allez l’adorer.

Odile Bazin

Retrouvez cet article dans le cahier central du magazine Femina, édition Nord Pas de Calais, du samedi 8 septembre et sur le site La Voix pour les Femmes, rubrique Saveurs en cliquant ici.

samedi, 08 septembre 2012

Aubergines aux raisins

Mon nom est Gine… Aubergine. Mais vous pouvez m’appeler aussi albergine, beringène, bréhéme, mayenne, melanzane ou méringeane. Je ne vous en voudrai pas.

aubergines aux raisins, aubergines, raisins

Pour 6 personnes
Ingrédients : 2 belles aubergines, 3 cuillères à soupe de gros sel, 1 oignon rouge, 1 cuillère à soupe de miel d’acacia, 50 g de raisins secs, poivre, 8 à 10 cl d’huile d’olive. Facultatif : ail.
Préparation : 1 h – Cuisson : 15 minutes – Coût : * - Difficulté : *
Faites gonfler les raisins secs dans un bol d’eau bien chaude. Lavez et équeutez les aubergines, coupez-les en deux dans la longueur puis en demi-rondelles d’1 cm d’épaisseur. Déposez-les dans une passoire, couvrez de 3 cuillères à soupe de gros sel et laissez dégorger pendant 1 heure en secouant la passoire de temps en temps.
Rincez puis séchez les aubergines dans un linge. Dans une sauteuse, faites chauffer l’huile, ne mettez pas toute l’huile d’un coup mais seulement si nécessaire et faites dorer les aubergines. Au bout de 10 minutes, quand elles sont bien dorées, ajoutez l’oignon rouge épluché et ciselé, une cuillère à soupe de miel et les raisins égouttés. Salez légèrement et poivrez. Remuez délicatement.
Laissez l’eau s’évaporer pendant 5 à 6 minutes puis arrêtez la cuisson. Laissez refroidir. Servez les aubergines tièdes ou froides en entrée et parsemez d’ail moulu si vous voulez.

samedi, 01 septembre 2012

Tripes de porc aux oignons-grelots

Après avoir reçu des tonnes de courrier me demandant de livrer ma recette des tripes de porc aux oignons grelots, je cède enfin. Oui, la voilà ! Vous êtes contents, maintenant ?

tripes de porc aux oignons grelots, tripes de porc, oignons grelots

Pour 6 personnes
Ingrédients : 750 g à 1 kg de tripes de porc, 25 cl de vin blanc sec, 1 botte d’oignons grelots, 1 gousse d’ail, 1 cuillère à café de paprika, sel et poivre, 25 g de beurre.  Facultatif : du persil plat.
Préparation : 15 mn – cuisson : 20 mn – Coût : * - Difficulté : *
Laissez tremper quelques minutes les tripes dans de l’eau très chaude. Puis lavez-les très soigneusement. Coupez-les en gros tronçons de 3 à 4 cm. Dans une poêle anti-adhésive, faites chauffer le beurre, ajoutez les tripes et faites-les dorer quelques minutes. Epluchez et pilez la gousse d’ail, enlevez la première pellicule des oignons-grelots et ajoutez ail et oignons-grelots aux tripes. Versez le vin dans la poêle. Salez et poivrez et laissez cuire pendant 10 à 15 mn. Le vin doit s’évaporer. Laissez cuire à feu doux. Saupoudrez de paprika et si vous voulez, ajoutez du persil plat juste avant de servir… avec des frites, par exemple.
Pour être très honnête, ce plat sent assez fort à la cuisson. Mais pour celui qui aime les abats, qu’est-ce que c’est bon ! Mettez la hotte en marche !

01.09.2012

lundi, 09 juillet 2012

Côtes à la Tomme d’Esquerchin

En balade du côté de Douai et Hénin-Beaumont, à Esquerchin, partie pour acheter une tomme de L’Escrebieux, la Cocotte est revenue avec un morceau de tomme…d’Esquerchin. D’après les tout jeunes Denise et David Jonckière, ce fromage se prête plus facilement à la cuisson. La Cocotte leur fait confiance, les fromages, c’est leur rayon. Beurre, yaourts, fromages, ils font tout. Et le pain, c’est pour quand ?

Côtes à la tomme d'Escquerchin, Tomme d'Esquerchin, Denise et David Jonckière, Esquerchin, la ferme du petit village, Femina, la Voix du Nord, la Cocotte

Recette
Côtes à la Tomme d’Esquerchin
Facile : 1 Cocotte, prix : 1 Caddie, temps : 1 horloge

Pour 6 personnes
6 côtes de porc, 250 g de Tomme d’Esquerchin, un peu de matière grasse (beurre, margarine, saindoux), 1 kg d’oignons, 3 càs de vergeoise brune, 15 cl de bière blonde L’escreboise, sel, poivre, thym, 6 pommes de terre moyennes Charlotte, 3 pommes Boskoop

Préchauffez le four à 160°c. Epluchez les oignons et coupez-les en fines rondelles. Faites fondre un peu de matière grasse dans une casserole et dorez les oignons. Ajoutez les 3 cuillères à soupe de vergeoise, un peu de thym, salez, poivrez, couvrez et laissez compoter à feu doux au moins 20 mn. Ajoutez un petit verre de bière en cours de cuisson. Dans une grande poêle, cuisez les côtes de porc dans un peu de matière grasse, 20 mn, en les retournant souvent.  Lavez les pommes de terre et cuisez-les à la peau dans de l’eau bouillante salée, 15 mn. Coupez la tomme d’Esquerchin en tranches.
Dans un grand plat à gratin, déposez les côtes de porc, répartissez les oignons par-dessus puis les tranches de fromage. Lavez les pommes, enlevez le trognon et coupez-les en deux dans la largeur. Dans un autre plat qui va au four, déposez les pommes de terre et les pommes. Enfournez les deux plats et laissez cuire 30 mn. Servez avec une salade.
Vous pouvez aussi envelopper les côtes aux oignons et tomme dans une feuille d’aluminium et les cuire au barbecue, en mettant vos pommes de terre sur la braise.

Côtes à la tomme d'Escquerchin, Tomme d'Esquerchin, Denise et David Jonckière, Esquerchin, la ferme du petit village, Femina, la Voix du Nord, la CocotteProducteurs : Denise et David Jonckière
Au départ, Denise et David voulaient seulement faire « un truc assez simple, du beurre et des yaourts ». Pour leur consommation personnelle ils se lancent dans la fabrication de fromage. « Si je peux en avoir toujours un petit morceau à la cave…. », confie David. De formation en formation, « on n’en sait jamais assez dans le fromage, il y a des secrets, des choses à éviter et il faut de la chance », ils sont maintenant les parents de 5 beaux fromages du Nord, dont une magnifique Mimolette.
La ferme du petit village, Esquerchin, 0327964198, marchés de Douai, mercredi et Hénin Beaumont, vendredi.

Côtes à la tomme d'Escquerchin, Tomme d'Esquerchin, Denise et David Jonckière, Esquerchin, la ferme du petit village, Femina, la Voix du Nord, la CocotteTrucs et astuces
« Le goût, on ne peut jamais le connaître à l’avance, c’est ça qui fait la différence entre un fromage fermier et un fromage industriel. »
Pour obtenir une belle Tomme d’Esquerchin, il faut du travail et de la patience. Moelleux comme un Saint-Paulin et au goût proche du Maroilles, ce fromage au lait cru est affiné pendant près de 3 mois, retourné une fois et croûte lavée deux fois par semaine.
Il est idéal pour les tartiflettes, les raclettes ou les pommes de terre au four. C’est David qui le dit. Denise acquiesce et la famille aussi. On les croit. Après tout, ce sont eux qui goûtent les premiers !

Retrouvez cet article dans le cahier central du magazine Femina Nord-Pas de Calais du samedi 7 juillet 2012 et sur le site La Voix pour les Femmes, rubrique saveurs, en cliquant ici.

côtes à la tomme d'esquerchin,tomme d'esquerchin,denise et david jonckière,esquerchin,la ferme du petit village,femina,la voix du nord,la cocotte

mercredi, 06 juin 2012

Fruits ch’ti flan

Monsieur et Madame Flandeulcocottequej’préfère ont un fils, comment l’appellent-ils ?
Alors t’eune trouv’ nin ? Ben, Michel, hein !

fruits ch'ti flan, flan, pommes, rhubarbe, pruneaux, Monsieur et madame

Pour 8 personnes
Ingrédients : 1 rouleau de pâte feuilletée pur beurre, 3 belles tiges de rhubarbe, 2 pommes moyennes, 12 pruneaux, 2 œufs, 100 g de farine, 100 g de cassonade, 25 cl de lait, vanille.
Préparation : 10 mn – Cuisson : 35 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : tourtière.
Préchauffez le four à 180°c. Enlevez la première pellicule sur la rhubarbe, coupez la rhubarbe en petits tronçons d’1 à 2 cm d’épaisseur. Etalez le rouleau de pâte feuilletée dans la tourtière en utilisant le papier-cuisson, pour éviter de graisser et fariner la tourtière. Battez les œufs entiers, ajoutez la farine et la cassonade, versez le lait et ajoutez un peu de vanille en poudre. Fouettez ce mélange.
Déposez les tronçons de rhubarbe dans le fond de la tourtière, ajoutez les pruneaux puis évidez les pommes, coupez-les en rondelles relativement fines et ajoutez-les sur la rhubarbe. Versez votre mélange lait-œufs et farine. Et mettez à cuire pour une bonne trentaine de minutes. Sortez la tarte du four, laissez-la entièrement refroidir puis mettez-la au réfrigérateur.
Quand vous la servirez, saupoudrez-la d’un peu de cassonade et proposez une boule de glace à la vanille.
Mi, ch’est l’flan d’eul Cocotte que j’préfère !

06.06.2012

jeudi, 31 mai 2012

Lisette-pomme et omelette-oseille

Lisette pomme et omelette oseille, lisette, petit maquereau, pomme, oseille, apéricubesLa Cocotte aime jouer. Couper à cœur, avancer des petits chevaux, sudoker, croiser des mots, faire groin-groin avec les cochons, sauter à cloche-pied pour atteindre le ciel, pictionariser, mimer en geste ou en silence, répondre à des questions…
La Cocotte aime bien le fromage, tous les fromages, au lait de vache, de chèvre, de brebis, de bufflonne, à pâte pressée cuite ou non, à pâte molle à croute lavée, à pâte persillée…
Quel rapport ?  Les Apéricube, bien sûr !
Monsieur Apéri Cube le sait et Monsieur Apéri Cube a tout compris. Non content d’avoir inventé le fromage en cube, parfumé à tout et n’importe quoi, il invente le concept des questions glissées dans le fromage.
Pour rendre inoubliables les apéritifs partagés en famille ou entre amis (oui, oui, rassurez-vous, ça marche aussi avec les amis), taquin, amusette, M. Cube glisse une petite question dans chacun de ses petits cubes. Pour des soirées réussies, il faut inviter des amis qui ne sont pas presbytes et qui aiment jouer. Le jeu est de réussir à ouvrir ces dés sans se mettre du fromage partout, de lire les mots riquiquis écrits à l’intérieur de l’emballage et de répondre à la devinette que forment ces mots. 
Non, vraiment, fallait y penser. Big up, Mister Cube !
Lisette pomme et omelette oseille, lisette, petit maquereau, pomme, oseille, apéricubesAh oui, une chose encore que vous ne savez peut-être pas,  la Cocotte est une fille ! Eh bien, ce grand monsieur, lui, il le sait. Et pour elle, il invente les apéricubes soirée filles !
Quand la Cocotte a vu ce produit chez sa fromagère, elle s’est dit qu’elle était sûre de passer une sacrée soirée entre nénettes. Ca allait être trop fun, trop délire ! Elle imaginait déjà les questions :
Quelle est la marque du rouge à lèvres de Jennifer Aniston dans l’épisode 609 de Friends ? Combien de kilos pesait Loana le 3 avril 2010 ? Que répondre à George Clooney s’il prend votre valise par mégarde ? Avec qui sortait Paris Hilton quand le dollar était à 0, 87256 euro ? Quelle est la marque du chien d’Eva Longoria ?...
Que nenni ! Au lieu de cela, la Cocotte et ses filles, aussi joueuses qu’elle, ont eu droit à :
Quel symbole figure sur le maillot des Bleus depuis 1998 ? Quel oiseau est le plus grand et le plus fort ?  Comment s’appelle la capitale du Pakistan ? Quelle bête peut être Nantaise, Frisonne ou Pie Noir ?
Quelle déception ! Finalement le sexisme et la connerie ne sont plus ce qu’ils étaient !

Allez, voici pour vous, une recette sans fromage, sans aluminium, avec une devinette quand même.
Comment appelle-t-on un petit maquereau ?

La recette

Lisette-pomme et omelette-oseille
Non, on ne va pas cuisiner Elisabeth. On l’aime bien mais pas à l’oseille ! Lisette, ce n’est ni plus, ni moins qu’un petit maquereau qui se cache sous ce vocable.

Lisette pomme et omelette oseille, lisette, petit maquereau, pomme, oseille, apéricubes

Pour 6 personnes
Ingrédients : 2 lisettes par personne, 2 pommes boskoop, 1 bouquet d’oseille, 6 œufs, 2 càs de crème fraîche, sel et poivre, huile de colza.
Préparation : 15 mn – Cuisson : 12 mn – Coût : * - Difficulté : ** - Ustensile : film à papillote
Préchauffez le four à 180°c. Coupez la tête des poissons, videz-les et enlevez l’arête centrale, la queue et coupez au ciseau les arêtes côté peau. Passez les poissons sous l’eau et séchez-les sur un torchon propre.
Enlevez le trognon des pommes et coupez-les en rondelles. Graissez légèrement 6 morceaux de film à papillote. Posez une lisette au centre puis quelques rondelles de pommes, salez et poivrez puis recouvrez d’une seconde lisette. Fermez la papillote. Faites de même pour les 5 autres. Enfournez pendant 12 minutes.
5 minutes avant la fin, nettoyez l’oseille, coupez-la en lamelles. Mélangez œufs, crème puis oseille. Salez et poivrez et faites cuire en omelette sur une poêle anti-adhésive.
Découpez l’omelette en 6 parts, répartissez dans les assiettes et posez les lisettes sorties des papillotes sur cette omelette. Servez aussitôt.

31.05.2012

samedi, 26 mai 2012

Choucroute de la mer du Nord

Facile, vous direz à la Cocotte. Et la Cocotte vous répondra oui mais… Oui mais attention aux cuissons de tous les poissons et crustacés que vous allez cuisiner. Attention !

choucroute de la mer du Nord, choucroute de la mer

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1, 5 kg de choucroute cuite, 900 g de filet de haddock, 6 lisettes (petits maquereaux), 3 merlans moyens, 3 harengs saurs, 12 grosses gambas crues, poivre, 10 baies de genièvre et 1 pincée de cumin en grains, huile, lait.
Préparation : 30 mn – Cuisson : 1 h environ – Coût : ** - Difficulté : *
Faites fondre un peu d’huile de tournesol dans une marmite. Ajoutez le chou, les baies de genièvre et les grains de cumin. Laissez cuire à couvert et à feu doux pendant 1 heure. Pendant ce temps, coupez les têtes des lisettes et des merlans. Ouvrez-les et videz-les. Enlevez les arêtes. Coupez les merlans en deux dans la longueur. Roulez tous ces morceaux et piquez-les d’un cure-dent. Cuisez-les à la vapeur pendant 8 mn. Pochez les morceaux de haddock dans du lait pendant 5 mn. Réservez. Enlevez la tête et les arêtes des harengs saurs. Coupez-les en deux dans la longueur. 10 mn avant la fin de la cuisson du chou, posez les gambas sur le chou puis les harengs saurs. Quand les gambas sont roses, posez les médaillons de poissons dans la marmite. Laissez chauffer encore 2 ou 3 mn et servez aussitôt. N’ajoutez pas de sel, haddock et harengs saurs le sont déjà.
Vous pouvez ajouter des pommes de terre cuites à la vapeur.

26.05.2012

jeudi, 17 mai 2012

Velouté de poivron

La Route du Louvre, c’est le rapprochement de deux territoires et la découverte d’un patrimoine fort divers sous un angle original : le sport et la fête. En créant un lien de cohésion nouveau entre les deux bassins de population, la Route du Louvre fédère les communes du territoire, les habitants de la région, les associations et les sportifs de tous âges autour d’un grand événement.
A partir de ces beaux principes édictés par le maire de Loos en Gohelle, Jean-François Caron et le président de la ligue du Nord-Pas-de-Calais d’athlétisme, Philippe Lamblin, depuis 7 ans, des milliers de personnes, parties de dizaines de points de départ différents, convergent vers un seul  lieu, en courant, en marchant, en actionnant des roues ou en plantant le bâton !
Avec ses amies, récurrentes pour certaines, la Cocotte est une fidèle.
A ce titre, elle se permet aujourd’hui de dresser une petite liste de choses à ne pas oublier pour la huitième édition.
Tout d’abord, bien choisir son itinéraire.
Dimanche, elles sont parties de Mazingarbe et ont longé pendant 2 ou 3 km une route très fréquentée et non protégée. Quand on réussit à sortir les enfants du lit un dimanche pour marcher avec vous, les voir frôler les voitures, c’est pas top !
Ne pas mettre de semelles orthopédiques dans ses baskets.
Ca comprime les pieds, surtout quand on s’en aperçoit au bout de 9 km ! Optez pour des chaussures légères et prévoyez des tongs pour l’arrivée. Oui, oui, des tongs ! Cette année, plein de marcheurs les avaient prévues. Y’a vraiment des gens qui pensent à tout !
Ne pas prendre d’eau dans son sac.
De nombreuses stations de ravitaillement sont disposées sur le parcours, les gens sont souriants et offrent de l’eau plate ou pétillante. Attention, d’ailleurs, souvenez-vous que la Vichy, c’est très salé. Beurk !
Dans votre sac, glissez une lampe de poche frontale.
Oui, pour aller aux toilettes ! Sachez qu’il y a des toilettes non-éclairées et ce dimanche une certaine madame Fonfec n’a pas trouvé le sens des toilettes !!??
La lampe, pourquoi frontale ? Pour garder les mains libres et la lampe propre (elle peut servir aux autres copines).
Enfin après l’effort, le réconfort ! Une fois arrivés après avoir couru, randonné, actionné des roues ou planté le bâton, on arrive sur le lieu des réjouissances et pour que ce moment que vous attendez depuis un an soit aussi fort, aussi beau, aussi magique que dans vos rêves, voici les 5 règles auxquelles vous ne devez déroger sous aucun prétexte !
Prendre un plat isotherme pour transvaser les pâtes qu’on vous offrira gentiment sur une assiette en plastique, très molle donc très facilement renversable ! Isotherme parce qu’il y aura un couvercle et parce que vous garderez les pâtes au chaud bien évidemment.
Prendre des dosettes de sel, parce que les pâtes, c’est pas salé du tout. On a bien essayé de verser de la Vichy dessus mais sachez-le, c’est pas bon !
Prendre des petits sachets de gruyère râpé pour épaissir la sauce tomate.
Prendre un petit litron de vin et une bonne baguette à partager entre amis. Comme il n'y a plus d'eau à prendre, le sac est tout léger.
Et prendre un thermos de café avant de reprendre la route. Dimanche le conducteur du bus  qui ramenait la Cocotte et ses amies, sur le lieu de départ, a fait 3 ou 4 fois le tour de Loos en Gohelle avant de trouver le bon chemin ! C’était long. Elles auraient pu s’endormir si elles n’avaient pas été prises d’un sérieux fou rire. Vraiment, un petit café bien chaud aurait été le bienvenu.
Reste enfin une chose à ne pas oublier :
Prendre cette petite liste l’an prochain avec les copines !
Parce que c’est sûr, on va la refaire, cette Route du Louvre !
Les paysages ne sont certes pas toujours d’une exquise beauté mais ils sont tellement chargés historiquement donc émotionnellement qu’être des milliers à les traverser au même moment, ça fait quelque chose !

Velouté de poivron
La cuisson des poivrons peut aussi se faire sur un grill. Il suffit de les retourner souvent et d’arrêter la cuisson dès qu’ils sont boursouflés.

velouté de poivron, poivrons rouges

Pour 6 petites verrines
Ingrédients : 3 poivrons rouges, 2 petits suisses, 1 gousse d’ail, sel et poivre. Facultatif : des olives noires pour décorer.
Préparation : 10 mn – Cuisson : 30 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : hachoir ou mixeur
Préchauffez le four à 210°c (th. 7). Passez les poivrons sous l’eau et essuyez-les soigneusement.
Déposez les poivrons dans un plat qui va au four. Vous pouvez les huiler si vous voulez. Laissez-les cuire, voire noircir, pendant 30 minutes. Quand ils vous paraissent suffisamment « mous », sortez-les du four. Enfermez-les dans un sac-plastique, attendez qu’ils refroidissent complètement puis pelez-les. La peau s’en va très facilement. Enlevez la queue et les pépins. Epluchez la gousse d’ail et pilez-la. Déposez les poivrons pelés et refroidis dans le hachoir ou le mixeur. Ajoutez l’ail et les petits suisses. Hachez très finement jusqu’à obtenir une crème. Salez et poivrez. Si cela vous semble trop épais, vous pouvez ajouter encore un petit suisse ou un peu d’eau. Versez dans les verrines et servez à l’apéritif en proposant des gressins à tremper dedans. Piquez des olives noires sur des piques en bois et déposez-les sur les verrines.

17.05.2012

Cliquez sur la photo pour l'afficher en grand.

velouté de poivron,poivrons rouges,la route du louvre


vendredi, 27 avril 2012

Tarte Maroilles et pomme

Est-on obligé d’aimer le Maroilles quand on est du Nord ? Non mais pour celui qui n’aime pas, ça va être dur. Alors autant s’y mettre dès maintenant.

tarte maroilles et pommes, maroilles, pomme

Pour 6 à 8 personnes
Ingrédients : 1 rouleau de pâte feuilletée pur beurre, 1 quart Maroilles, 1 pomme, 10 fines tranches de lard cuit, 1 œuf, 1 cuillère à soupe de crème fraîche, sel et poivre.
Préparation : 5 mn – Cuisson : 30 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensiles : Tourtière, vide-pomme et mandoline
Préchauffez le four à 180°c. Grattez légèrement la peau du Maroilles puis coupez-le en tranches fines. Lavez la pomme, utilisez le vide-pomme pour enlever le cœur et les pépins. Puis avec la mandoline, coupez la pomme en tranches fines. Déposez le rouleau de pâte feuilletée sur la tourière en laissant le papier-cuisson pour faciliter le démoulage. Répartissez les tranches de fromage dans le fond, puis au-dessus, alternez tranches de lard cuit et rondelles de pommes.
Dans un bol, battez un œuf avec la crème fraîche. Salez et poivrez et répartissez cette préparation sur la tarte. Enfournez-la pendant 30 minutes en baissant la température au bout de 20 minutes.
Sortez la tarte quand elle est bien dorée, enlevez-la de la tourtière et déposez sur un plat de service. Servez aussitôt.

27.04.2012

mardi, 10 avril 2012

Rattes au beurre

Question existentielle : Si la ville du Touquet fête ses 100 ans, quel âge ont donc ces pommes de terre qui portent le même nom et qui en sont la spécialité ?

rattes, le Touquet, rattes au beurre

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 kg de pommes de terre Rattes du Touquet, 3 gousses d’ail fumé, 50 g de beurre, quelques branches de thym-citron, 6 petites côtes de porc, poivre, sel.
Préparation : 10 mn – cuisson : 40 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensiles : petit hachoir et film à papillote ou feuille d’aluminium
Préchauffez le four à 180°c. Lavez et épluchez les pommes de terre. Plongez-les 10 minutes dans de l’eau bouillante et légèrement salée. Egouttez et réservez. Epluchez les 3 gousses d’ail fumé et passez-les au hachoir avec le beurre. Découpez 6 grandes feuilles dans le film pour les papillotes. Graissez-les légèrement en passant une feuille de papier-ménage huilée. Déposez une côte de porc sur chacune des feuilles puis une branchette de thym-citron, répartissez les pommes de terre sur les côtes puis tartinez-les de beurre à l’ail. Salez et poivrez. Refermez bien les papillotes comme un portefeuille et déposez-les sur une plaque qui va au four. Enfournez pour une petite trentaine de minutes. Vérifiez que la viande est suffisamment cuite avant de servir dans la papillote.

10.04.2012

Grosse bêtise chez Julien Campion, à la confiserie Despinoy

Quand la Cocotte veut retomber en enfance, elle n’a qu’à  croquer un petit cube, blanc et irrégulier, au vague look de ticket de métro et au goût mentholé. Une bêtise de Cambrai ! Imaginez  son bonheur  d’aller à Fontaine Notre Dame, chez Despinoy, à la rencontre de Julien Campion, qui fait des bêtises et qui ne se fait jamais disputer. La Cocotte l’a imité, elle a même fait une grosse bêtise. Oh la la !

Grosse bêtise, bêtises de Cambrai, Confiserie Despinoy, Julien Campion, Fontaine Notre-Dame, Femina, Version Femina, La Voix du Nord, La Cocotte

Grosse bêtise
Facile : 1 cocotte, Prix : 1 Caddie, Temps : 1 horloge

Pour 6 grosses bêtises
Biscuit :
50 g de farine, 50 g de sucre, 25 g de fécule de pommes de terre, 2 œufs, 10 cl de lait, 1/2 sachet de levure chimique, 5 cl de crème de bêtises de Cambrai
Couverture :
220 g de chocolat blanc, 30 cl de crème liquide, 2 feuilles de gélatine, 4 bêtises de Cambrai

Préchauffez le four à 180°c. Pour le biscuit, fouettez  jaunes d’œuf et  sucre jusqu’à ce qu’ils blanchissent.  Incorporez farine, fécule, lait et levure. Montez les blancs en neige et incorporez-les au mélange. Répartissez cette mousse  en un rectangle de 40 x 30 cm, sur du papier-cuisson posé sur une plaque à pâtisserie. Faites cuire 10 mn. A la sortie découpez 18 rectangles de 6 cm x 12 environ.  Aspergez de crème de bêtise et laissez les biscuits s’imbiber sous un torchon propre.
Faites tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau 10 mn. Faites fondre le chocolat blanc dans la crème liquide. Egouttez la gélatine et faites-la fondre dans le mélange chocolat blanc et crème. Mélangez la ganache puis mettez-la à prendre 2 heures au réfrigérateur. Ensuite pour chacune des grosses bêtises,  superposez 3 rectangles tartinés de ganache puis terminez par la ganache en couvrant les côtés.  Faites un trait sur le gâteau en faisant un caramel très rapide aromatisé à la crème de bêtise. Mettez au frais avant de servir. Cassez des bêtises de Cambrai en morceaux puis parsemez-en vos gâteaux.

Grosse bêtise, bêtises de Cambrai, Confiserie Despinoy, Julien Campion, Fontaine Notre-Dame, Femina, Version Femina, La Voix du Nord, La CocotteProducteur : Julien Campion
« Ca coulait de source, je suis né dedans », Julien Campion ne s’est pas posé de questions pour savoir ce qu’il ferait après ses études. Julien fait des bêtises, comme René, son grand-père et François, son papa. « Faire des bêtises, ce n’est pas un secret, ce sont des sucres qui cuisent un certain temps, on y ajoute de la menthe,  on les transforme en bonbon avec une ligne de caramel au-dessus. »
Un conseil, allez visiter la fabrique, l’accueil est chaleureux et si vous êtes sage, vous aurez peut-être le droit de faire aussi des bêtises.
Confiserie Despinoy, Fontaine Notre Dame, visite du lundi au vendredi de 9 à 14 h 30, sur réservation au 0327835757. Site internet : http://www.betises-cambrai-despinoy.fr/

Trucs et astuces
Si vous voulez vous amuser à cuisiner les bêtises de Cambrai, sachez qu’elles fondent rapidement à l’humidité. Alors si vous les ajoutez à une mousse au chocolat ou une glace, faites-le au tout dernier moment. Broyez les bêtises, comme dans la recette de la Cocotte et parsemez-en votre mousse ou votre glace.
Mais n’hésitez pas à parfumer votre pâtisserie grâce au sirop de bêtises ou la crème de bêtises. Il suffirait de quelques gouttes dans du thé pour vous soigner d’un rhume, c’est Anne qui fait les visites qui le dit. « Mais dites-moi, Anne, ce ne serait pas une bêtise, ça ? »

grosse bêtise,bêtises de cambrai,confiserie despinoy,julien campion,fontaine notre-dame,femina,version femina,la voix du nord,la cocotte

Retrouvez cet article dans le cahier central du magazine Version Femina, édition Nord Pas de Calais, du 7 avril 2012 ou sur le site La Voix pour les Femmes, rubrique Cuisine en cliquant sur le lien.

Odile Bazin

vendredi, 16 mars 2012

Salade de pissenlits

Les premiers pissenlits arrivent. Pour casser un peu le goût amer de cette salade, ajoutez quelques feuilles tendres d’entre cueillage et dosez le vinaigre avec discernement.

salade de pissenlits, pissenlits

Pour 6 personnes
Ingrédients : 300 g de pissenlits, 12 pommes de terre Pompadour de taille moyenne, 200 g de lard poivré, un peu d’huile de tournesol, 8 cl de vinaigre, 1 gousse d’ail, 1 càc de moutarde forte, sel et poivre, quelques feuilles d’entre cueillage.
Préparation : 10 mn – cuisson : 15 à 20 mn – coût : * - Difficulté : *
Lavez les pommes de terre et cuisez-les 12 à 15 mn dans une casserole d’eau bouillante salée. Egouttez et coupez-les en rondelles. Coupez les racines des pissenlits et lavez les feuilles de pissenlits et d’entre cueillage très soigneusement. Essorez et réservez. Après avoir enlevé la couenne, détaillez le lard en dés ou en lamelles. Faites-le frire dans une poêle bien chaude avec un peu d’huile. Quand le lard est bien doré, ajoutez les rondelles de pommes de terre. A nouveau laissez dorer 5 à 6 minutes.
Dans un grand saladier, mélangez 2 cuillères à soupe d’huile, l’ail ciselé, la moutarde, le sel et le poivre. Ajoutez les feuilles de salade puis les pommes de terre et le lard. Déglacez la poêle avec le vinaigre puis versez ce vinaigre chaud sur votre salade. Mélangez et mangez aussitôt.

16.03.2012

lundi, 12 mars 2012

Farmcake au beurre salé chez Véronique Painchart

A Rainsars,  petit village non loin d’Avesnes sur Helpe, en plein cœur du bocage, dans sa belle ferme aux briques rouges, chaleureuse et énergique, Véronique fait son beurre. Du bon beurre avec un joli dessin dessus. Ca la détend, dit-elle. Et vous, avez-vous besoin de vous détendre ? Malaxer de la pâte pour faire un gâteau au beurre, moelleux à souhait, ça vous ferait du bien ?  Alors c’est parti !

farmcake au beurre salé, Véronique Painchart, Ferme du pont de l'écluse, Rainsars, beurre salé, beurre, Femina, la Cocotte, Odile Bazin, la Voix du Nord

Recette : Farmcake au beurre salé
Facile : 1 Cocotte, prix : 1 Caddie, temps : 1 horloge
Pour 12 personnes
Fond :
200 g de sucre, 200 ml de crème liquide, 3 œufs, 300 g de farine, 1 sachet de levure chimique, le zeste d’un citron vert bio
Couverture :
100 g de sucre blanc et 100 g de vergeoise brune, 125 g de beurre salé, 8 cl de lait, 100 g d’amandes effilées

Préchauffez le four à 200°C. Avec un fouet, mélangez les œufs, le sucre et la crème liquide. Ajoutez la levure puis la farine petit à petit. Terminez par le zeste du citron.
Dans un moule à bords hauts en silicone, versez cette préparation et faites cuire au four pendant 10 mn.
Pendant ce temps, faites ramollir le beurre puis mélangez-le aux deux sucres. Versez le lait petit à petit pour obtenir une crème épaisse. Au bout des 12 minutes de cuisson, sortez le gâteau du four et étalez la crème au beurre et au sucre sur toute la surface du gâteau. Attention de ne pas transpercer le gâteau. Couvrez le dessus d’amandes effilées puis remettez au four. Laissez cuire pendant 20 minutes en baissant la température à 180°c au bout des dix premières minutes. Les bords vont caraméliser. Hum !
Arrêtez le four et laissez le gâteau refroidir entièrement dans celui-ci.
Conseil : Si vous n’aimez pas le beurre salé, remplacez-le par du beurre non salé mais ajoutez ½ cuillère à café de sel dans le fond du gâteau.

farmcake au beurre salé, Véronique Painchart, Ferme du pont de l'écluse, Rainsars, beurre salé, beurre, Femina, la Cocotte, Odile Bazin, la Voix du NordProductrice : Véronique Painchart
Avant de se marier, à voir sa future belle-mère toujours fatiguée, Véronique disait « Je ne ferai jamais de beurre ! » Quelque 20 ans plus tard, Véronique fait son beurre, toutes les semaines. « Mon beurre, c’est un anti-stress.  Je me retrouve toute seule, au calme. » Il est prêt le vendredi, juste à temps pour recevoir ensuite les groupes venus visiter la ferme dans le cadre de «Bienvenue à la ferme. « Des gens de tous âges, qui ne se connaissent pas se mettent à se parler. Des liens se créent. C’est très fort. »
Ferme du pont de l’écluse, 59177 Rainsars, 03 27 59 13 39. Boutique ouverte toute la semaine

farmcake au beurre salé,véronique painchart,ferme du pont de l'écluse,rainsars,beurre salé,beurre,femina,la cocotte,odile bazin,la voix du nordTrucs et astuces
Le beurre de ferme, y’a pas mieux ! Si une balade vous mène près d’une ferme qui en produit, faites le plein. Véronique le dit, « le beurre, ça se congèle très bien. »
Attention toutefois  de ne pas le mettre à côté d’aliments qui sentent fort, les poireaux ou les oignons par exemple ! Ensuite laissez-le décongeler au réfrigérateur, en respectant le principe ci-dessus et ne le gardez pas plus de trois semaines. 
Et si une balade vous mène chez Véronique, profitez-en pour acheter son fromage à graisser. Elle vous donnera ses recettes, vous allez adorer.

Odile Bazin

farmcake au beurre salé, Véronique Painchart, Ferme du pont de l'écluse, Rainsars, beurre salé, beurre, Femina, la Cocotte, Odile Bazin, la Voix du Nord

Retrouvez ce reportage dans le cahier central du magazine Version Femina, édition Nord Pas de Calais du 10 mars 2012 et sur le site La Voix pour les Femmes en cliquant ici.

mardi, 28 février 2012

Parmentier de maquereau aux légumes braisés

On ne quitte pas la Flandre, on se rapproche juste un peu de la côte. Du poisson fumé, des pommes de terre et des endives. Moi je dis, vive le Nord !

parmentier de maquereau aux légumes braisés, maquereau, endives

Pour 6 personnes
Ingrédients : 150 g de filet de maquereau fumé par personne, 1 kg de pommes de terre bintje, 2 oignons doux, 6 endives, beurre, lait, crème, thym, sel et poivre.
Préparation : 15 mn – cuisson : 30 minutes – Coût : * - Difficulté : *
Epluchez les pommes de terre, faites-les cuire à la vapeur et transformez-les en purée avec du lait et un peu de crème. Ne salez pas. Réservez. Enlevez le cœur des endives et débarrassez-vous des premières feuilles. Faites cuire les endives à la vapeur pendant 10 minutes en les saupoudrant de thym. Epluchez les oignons doux, coupez-les en rondelles. Faites-les suer dans du beurre. Quand les endives sont cuites, détaillez-en 3 en gros tronçons et ajoutez-les aux oignons. Salez et poivrez très légèrement. Laissez cuire 10 minutes à feu doux. Coupez les 3 restantes en deux dans la longueur. Enlevez la peau des maquereaux fumés. Enlevez également  toutes les arêtes que vous trouverez et émiettez les morceaux de poisson. Ajoutez-les à la purée. Mélangez et allongez d’un peu de crème si c’est trop épais. Servez la purée sur laquelle vous déposerez le mélange oignons doux et endives. Puis accompagnez le parmentier des moitiés d’endives.

28.02.2012

lundi, 27 février 2012

Caudrée à la bière de printemps

Dans un mois, le printemps revient. Ça se fête, non ? Et si on fêtait ça avec une petite soupe à la bière? Une bière de printemps ? Au cœur des Weppes, à Marquillies, chez le paysan-brasseur Bertrand Coustenoble, cette année, la bière de printemps aura un parfum de cardamome. Un soupçon de curry, quelques légumes, des poissons de saison, des moules et la marmite de la Cocotte renaît !

Caudrée à la bière de printemps
Facile : 1 Cocotte, Prix : 2 Caddie, Temps : 1 horloge

Pour 6 personnes
1 poireau, 1 oignon, 20 g de beurre ,2 carottes ,2 pommes de terre Bintje, Thym, ½ càc de curry, sel et poivre , 1 litre de moules, 500 g de filet de poisson de saison, 300 g de haddock, 20 cl de lait, 1, grande bouteille de bière ambrée , Facultatif : 6 chinchards

caudrée à la bière de printemps, bière de printemps, ferme des mottes, Marquillies en Weppes, Bertrand Coustenoble, Bertrand et Ingrid Coustenoble, Femina, La Voix du Nord, La Cocotte



Enlevez la peau du haddock et faites-le pocher 5 minutes dans 20 cl de lait. Réservez.
Epluchez le poireau, enlevez la partie touffue et le vert et détaillez le blanc bien lavé en fines rondelles. Epluchez l’oignon et ciselez-le. Faites fondre le beurre dans une marmite et faites revenir doucement poireau et oignon. Épluchez carottes et pommes de terre et râpez-les. Ajoutez-les à la marmite. Salez, poivrez, ajoutez le curry et versez la bouteille de bière. Couvrez et laissez cuire à feu doux pendant 15 minutes.
Pendant ce temps, grattez les moules et faites-les cuire avec un peu de thym dans une grande casserole. En 5 minutes, elles devraient être prêtes.
Dans la marmite, ajoutez le haddock égoutté et effilé et les filets de poisson. Si vous voulez, ajoutez aussi les chinchards. Laissez cuire encore 6 à 7 mn. Vérifiez que les poissons soient bien cuits. Rectifiez l’assaisonnement, ajoutez un peu d’eau si la caudrée vous semble trop épaisse.
Puis servez-la avec les moules non décortiquées, dans de grandes assiettes creuses.

caudrée à la bière de printemps, bière de printemps, ferme des mottes, Marquillies en Weppes, Bertrand Coustenoble, Bertrand et Ingrid Coustenoble, Femina, La Voix du Nord, La CocotteProducteur : Bertrand Coustenoble
«Pour faire de la bière, il faut trois choses, une marmite, un récipient fermé et du gaz. Quand on comprend le système, on peut rarement se tromper», dixit Bertrand Coustenoble. Ça tombe bien, il a tout compris. L’œil qui frise, il se définit comme un paysan-brasseur et maîtrise sa production de bière de A à Z, ou « du champ d’orge à la chope. » Son laboratoire est sa cuisine, il se fait plaisir en créant « un produit authentique, local et de qualité ». Puis, pas avare en conseils, il vend sa bière fermière chez des agriculteurs et dans des circuits courts.
Ferme des Mottes 59274 Marquillies, 03 20 32 56 27 (magasin ouvert le samedi matin)

Trucs et astuces
La Cocotte ne vous apprendra rien ! Les plats à base de bière sont légion, surtout dans notre région.
Mais quelle bière pour quel plat ? Là est la question !
On dit qu’elle attendrit les viandes à la cuisson. Alors Gibier et bœuf avec une brune, viande blanche, porc ou veau avec une blonde. Dans une soupe, une blonde ou une ambrée, c’est plus léger. Dans un dessert, comme un sabayon ou des crêpes, une blonde aussi.
Bertrand l’a définitivement adoptée pour les moules. « C’est beaucoup plus digeste. » Et vous, comment la cuisinez-vous ?
A consommer avec modération.
Odile Bazin

 

caudrée à la bière de printemps, bière de printemps, ferme des mottes, Marquillies en Weppes, Bertrand Coustenoble, Bertrand et Ingrid Coustenoble, Femina, La Voix du Nord, La Cocotte

Retrouvez cet artcile dans le supplément Femina de la Voix du Nord du samedi 25 février 2012 et sur le site la Voix pour les femmes, rubrique Cuisine en cliquant ICI.

jeudi, 23 février 2012

Cassolette de barbe de capucin

barbe de capucin, cassolette, GAEC Patinier, Laventie, catiches, Faches-ThumesnilPour me trouver il faut mettre des bottes, ne pas être claustrophobe et descendre sous terre, dans un décor de cathédrale de roche, dans les carrières de craie qui ont servi dès le XVIIe siècle à la construction des belles maisons bourgeoises de la métropole lilloise. La légende raconte qu’un moine capucin m’aurait jetée dans un des trous formés pour l’extraction de la craie et qu’au bout d’un certain temps  je serais apparue.
Tout comme ma petite-fille, l’endive, ma base est une carotte qui pousse en plein champs. Ensuite on me met à l’ombre et on démarre ma récolte au mois de novembre. Je pousse jusqu’au mois de  mars, dans le noir, en milieu très humide, dans une température constante de   11 ou 12 degrés. Tous les huit ou quinze jours, une petite équipe de dos courbés vient m’effeuiller, telle une marguerite mais les dos se relèvent à passionnément, ils ne vont pas plus loin. Ils me laissent atteindre la taille de 40 cm. Je suis blanche et jaune, je suis très amère. On me cuisine comme l’endive, en gratin, en salade, à la poêle avec de l’échalote, de la crème fraîche…
Au sortir de la seconde guerre mondiale, on pouvait encore trouver une cinquantaine de producteurs qui me faisaient pousser, mais plus maintenant. Ma culture est jugée dangereuse. Parfois les carrières appelées catiches s’effondrent. Si c’est sur moi, ce n’est pas trop grave. Mais si c’est sur des gens, là, c’est autre chose.
Il ne reste même pas deux producteurs désormais. Dans quelques années, on ne me trouvera peut-être plus du tout. Alors on me pleurera et on se dira « c’était mieux avant ! »
Oui, c’était mieux avant quand je représentais ma région, fière comme pas deux. On me reconnaissait et on m’appelait du doux nom de barbe de capucin.
Si vous n’en demandez pas à votre marchand de légumes, je vais disparaître. Et franchement ce serait dommage car, c’est pas pour me vanter, mais je suis vraiment bonne.

Cassolette de barbe de capucin
Si vous ne trouvez pas de barbe de capucin, faites un sit-in devant l’étal du marchand. Et hurlez « On veut de la barbe de capucin. On veut de la barbe de capucin ! »

barbe de capucin, cassolette, GAEC Patinier, Laventie, catiches, Faches-Thumesnil

Pour 6 personnes
Ingrédients : 300 g de feuilles de barbe de capucin, 2 morceaux de sucre, 3 poireaux, 2 pommes de terre cuites à la peau, 30 g de beurre, 30 g de farine, 20 cl de vin blanc, eau, sel, poivre, un peu de chapelure et 100 g de Gruyère.
Préparation : 10 mn – Cuisson : 40 mn – Coût : * - Difficulté : *
Préchauffez le four à 175°c. Enlevez les grosses côtes des feuilles de barbe de capucin et détaillez le reste en grosses lamelles. Enlevez le bout touffu, le vert et les premières feuilles des poireaux. Coupez-les en tronçons d’un centimètre. Dans une sauteuse, faites fondre le beurre, faites tomber rapidement barbe de capucin et poireaux. Ajoutez les morceaux de sucre. Epluchez et coupez les pommes de terre cuites en petits morceaux et ajoutez-les à la casserole.
Versez la farine, mélangez et allongez avec le vin et l’eau pour avoir une belle sauce onctueuse. Salez et poivrez.
Versez la préparation dans un plat à gratin, saupoudrez de chapelure et d’une belle quantité de Gruyère. Enfournez pendant 20 à 25 mn, le temps que le dessus soit bien gratiné.
Dégustez ce plat avec une viande blanche, veau ou poulet.

23.02.2012

lundi, 13 février 2012

Saint-Jacques à la barbe de capucin

Saint-Jacques à la barbe de capucin, barbe de capucin, Alain Patinier, GAEC Patinier, Femina, La CocottePréambule
L’adresse traînait depuis des semaines près de l’ordi de la Cocotte. Un ami lui avait donnée, « vas-y, ça va te plaire » avait-il dit. Te plaire, te plaire… Il est bien gentil mais il ne sait pas que la Cocotte claustrophobe un tantinet. Un ticket pour un voyage presqu'au centre de la terre...
Un mois, deux mois, trois mois… Puis après tout elle s’était dit qu’il fallait lui faire confiance. C’est un ami, il lui veut du bien. Elle avait alors pris son courage dans la main gauche et le téléphone dans la main droite et avait appelé Alain Patinier, capucin-barbier à Faches-Thumesnil.
Très rapidement, le rendez-vous était pris, le 2 janvier à 7 h du matin, sur le parking d’un magasin de bricolage. « Rappelez-moi la veille pour confirmer », avait dit Alain.
Le matin du premier janvier, la Cocotte s’était levée dans un état proche de l’Ohio et l’estomac au bord des lèvres. Elle avait passé toute la journée, allongée sous une tonne de couettes, dans son beau Chesterfield, trois places, rien que pour elle. Toute la journée, quand les cachets d’aspirine lui permettaient d’entrevoir le jour, elle avait cherché toutes les excuses pour dire à Alain que non, elle ne se sentait pas bien, que non, elle ne pourrait pas venir le lendemain, que oui, elle était désolée, elle voulait vraiment aller au tréfonds de la terre mais que là, non, elle ne pouvait pas et qu’elle rappellerait afin de fixer un nouveau rendez-vous, dans un mois, un an, une éternité… La journée avait filé et sur le coup de 17 heures…
Reprenant son courage, cette fois de la main droite et le téléphone de la main gauche, (la Cocotte n’aime pas les habitudes, c’est si vite pris !) Elle s’était alors entendu dire, d’une voix anormalement reboostée , « Allo, bonjour Alain, meilleurs vœux, alors, c’est toujours ok pour demain, 7 heures ? » Et cet Alain lui avait répondu « oui, 7 h, parking de bric…, on a une camionnette verte, vous nous reconnaîtrez. »
Puis la Cocotte avait dit au revoir à ses enfants plus chaleureusement que d’habitude et était allée se coucher. La Cocotte n’avait pas fermé l’œil de la nuit, sentant bien que c’était la dernière. Sa vie entière avait défilé devant elle, tous ses souvenirs avaient eu le temps de revenir…  jusqu’au moment où le réveil avait sonné. 6 h, un 2 janvier, c’est n’importe quoi ! Elle s’était alors levée, lavée et avait embrassé son amoureux fougueusement, lui avait dit adieu. « Si tu n’as pas reçu d’appel de ma part à 12 h, appelle les pompiers. Dis-leur surtout de venir avec leurs chiens renifleurs. » Elle lui avait dit le plus vibrant je t’aime de sa vie et les bottes de caoutchouc, au dessus d’un pantalon ne craignant rien, elle était allée vers son destin.
A 8 h 30, elle avait envoyé un sms à son chéri. Oui, elle était ressortie du terrier, de la barbe sous le bras, le sourire aux lèvres et l’estomac remis à sa place, après avoir passé un moment d’enfer, dans une cathédrale souterraine, humide et silencieuse, au sol tapissé de ces grandes feuilles jaunes, appelées barbe de capucin, après avoir rencontré des gens très chaleureux et drôlement courageux, qui se lèvent bien avant l’aube pour récolter un des trésors gastronomiques du Nord.
A 8 h 30 il faisait encore noir, elle pouvait repartir chez elle pour entamer sa nuit. Enfin !

Saint-Jacques à la barbe de capucin chez Alain Patinier à Faches-Thumesnil
C’est parce qu’elle vous aime bien que la Cocotte n’hésite pas à mettre sa vie en danger. Pour vous, à l’aube,  elle est descendue à 12 mètres sous terre, à Faches-Thumesnil. Pour vous, elle a rencontré Alain Patinier. Pour vous, elle a récolté les feuilles d’une étrange salade, la barbe de capucin. Pour vous, oui mais aussi pour elle. Parce que la Cocotte, elle aime bien la barbe de capucin.

Saint-Jacques à la barbe de capucin, barbe de capucin, Alain Patinier, GAEC Patinier, Femina, La Cocotte

Facile : 1 Cocotte, Prix : 2 Caddies, Temps : 1 horloge

Pour 6 personnes
6 coquilles Saint-Jacques, 200 g de barbe de capucin, 2 poireaux, 30 g de beurre, 1 cuillère à soupe de farine, 1 dl de Porto blanc, 2 dl d’eau, 1 citron, sel et poivre

Ouvrez les coquilles et sortez les noix de Saint-Jacques. Débarrassez-vous de la barbe autour des noix et gardez le corail, si vous voulez. Réservez dans un peu d’eau.
Coupez le bout touffu et le vert des poireaux et détaillez-les en tronçons de 2 cm. Lavez-les et égouttez-les.
Faites fondre le beurre dans une sauteuse et faites tomber les poireaux à feu doux pendant 15 minutes. Ajoutez la cuillère à soupe de farine. Mouillez avec le Porto blanc. Le sucre présent dans le vin va casser l’amertume de la barbe de capucin. Mélangez et ajoutez l’eau petit à petit, jusqu’à obtenir une sauce onctueuse. Enlevez les côtes centrales des feuilles de barbe de capucin et coupez les feuilles en lamelles. Ajoutez-les à la sauce. Laissez cuire 5 mn. Terminez la sauce en ajoutant un filet de jus de citron, salez et poivrez.
Faites chauffer un grill à feu vif et cuisez rapidement les coquilles Saint-Jacques. 30 à 40 secondes de chaque côté suffisent pour les cuire. Salez et poivrez. Dressez la sauce à la barbe de capucin sur les coquilles ou dans des petites assiettes creuses et déposez la noix de Saint-Jacques grillée dessus. Facultatif : Ajoutez quelques œufs de hareng sur les Saint-Jacques.

Saint-Jacques à la barbe de capucin, barbe de capucin, Alain Patinier, GAEC Patinier, Femina, La CocotteProducteur : Alain Patinier
Damien, c’est l’endive et le pissenlit. Alain, c’est la barbe ! Dans la famille Patinier, les tâches sont réparties. Pour ne pas que disparaisse la barbe de capucin, les deux frères décident en 2006, de s’enterrer de novembre à mars, dans les carrières de craie de Faches-Thumesnil. Et c’est Alain qui s’y colle. Dans un silence de cathédrale, parfois coupé des rires de ses ouvriers, le dos courbé pendant des heures, Alain cueille les longues feuilles jaune pâle de l’ancêtre de l’endive. « On cherchait une production originale, on a trouvé. La barbe ! »
Ferme Patinier, rue du vieux moulin, 62840 Laventie, magasin ouvert du lundi au samedi, 0321276471

Trucs et astuces
Dans le noir, à une température constante de 13°, la barbe pousse. Une fois les feuilles récoltées, gardez-les dans le papier d’emballage, dans le bac à légumes du réfrigérateur, 3 jours. Et cuisinez-les simplement. Coupez les feuilles en lamelles, dans une salade, avec une belle vinaigrette à la moutarde à l’ancienne et au vinaigre de framboise. En gratin, comme les endives au jambon. Dans une crêpe, façon ficelle picarde. Dans une purée de pommes de terre avec un peu de lard, comme une salade au lard…
Et si vous n’en trouvez pas dans les magasins ou le marché, demandez au vendeur de légumes. Il se fera un plaisir d’en trouver pour vous. C’est son métier !

Odile Bazin

Saint-Jacques à la barbe de capucin, barbe de capucin, Alain Patinier, GAEC Patinier, Femina, La Cocotte, Ferme Patinier, Laventie

Retrouvez ce reportage dans Version Femina, supplément de la Voix du Nord, du samedi 11 février 2012, n°515, cahier central, et sur le site de La Voix pour les Femmes.

vendredi, 10 février 2012

Croque-Cocotte

Un petit reste de rôti de porc, un beau morceau de Maroilles bien fait, un peu de bière et du bon pain. Tous les ingrédients pour faire un croque-monsieur à la ch’ti.

croque-cocotte, croque-monsieur au maroilles

Pour 6 personnes
Ingrédients : 20 g de beurre, 300 g de Maroilles, 50 cl de bière blonde, 12 tranches de pain de campagne, 12 fines tranches de rôti de porc cuit, 2 pommes, 2 oignons, moutarde, sel, poivre et paprika fort.
Préparation : 10 mn – Cuisson : 30 mn – Cout : * - Difficulté : *
Préchauffez le four à 180°c. Epluchez les oignons et faites-les fondre dans le beurre pendant 10 minutes.  Pendant ce temps, découpez le maroilles en petits morceaux, déposez-les dans une casserole, couvrez avec la bière, salez, poivrez et ajoutez un peu de paprika fort. Faites fondre à feu doux jusqu’à ce que le mélange soit liquide et sans morceaux. Mélangez à la cuillère en bois. Lavez les pommes, essuyez-les, enlevez le trognon et découpez-les en rondelles. Tartinez 6 tranches de pain d’un peu de moutarde. Etalez un peu d’oignon. Continuez avec les tranches de rôti de porc puis les rondelles de pommes non épluchées. Couvrez avec les 6 tartines restantes. Déposez ces gros sandwiches dans un plat à gratin. Versez la sauce au maroilles et à la bière par-dessus. Et enfournez pendant 25 à 30 mn.
Conseil : Vous pouvez ajouter des lamelles de gruyère pour avoir un croque-Cocotte bien gratiné.

10.02.2012

lundi, 23 janvier 2012

Mini moka trifle

Pas besoin de carte routière, ni de GPS  pour trouver l’entrepôt de torréfaction de Betty et Franck à Aire sur la Lys. Il suffit d’humer l’air et de se laisser guider par la bonne odeur de café. Une fois arrivée, à la vue de tous les gros sacs de jute, la Cocotte a fait le tour du monde. Pour vous, elle a choisi un 100% Arabica du Costa Rica et a préparé un petit dessert vraiment trop fort… de café !

mini moka trifle, le comptoir du lys, Franck Boitez, Betty Rivière, Aire sur la lys, Femina, laCocotte

Mini moka trifle
Pour 6 personnes, Facile : 1 Cocotte, Prix : 1 Caddie, Temps : 1 horloge
½ litre de lait, 2 cuillères à café de café expresso, 2 œufs, 75 g de sucre en poudre, des biscuits (Casse-croûte, spéculoos, sablés…), 1 bocal de cerises Amarena ou à l’eau de vie, 3 pommes à cuire
20 g de beurre, un peu de cassonade, le jus d’un citron, cannelle en poudre, 6 verrines assez grandes

Faites bouillir le demi-litre de lait. Versez les deux doses de café expresso,  laissez infuser à petits bouillons 3 minutes. Filtrez le lait pour enlever le café.
Battez vigoureusement les deux œufs et le sucre en poudre. Quand le mélange a blanchi, versez-le sur le lait filtré tout en mélangeant et remettez sur le feu. Quand la crème a bien épaissi, arrêtez la cuisson et réservez.
Epluchez les pommes et coupez-les  en morceaux après avoir enlevé le trognon. Dans une poêle, faites fondre le beurre, ajoutez les pommes et le jus de citron, saupoudrez de cassonade et d’une pincée de cannelle et laissez caraméliser 3 minutes.
Récupérez le jus dans lequel les cerises se trouvent. Imbibez de ce jus, les biscuits. Déposez les biscuits dans le fond des verrines. Recouvrez-les de cerises. Versez 3 cuillères de crème au café puis les pommes caramélisées à la cannelle. Terminez avec la crème au café et quelques cerises, s’il vous en reste.
Mettez les verrines au frais et servez-le au minimum 2 heures après.


mini moka trifle, le comptoir du lys, Franck Boitez, Betty Rivière, Aire sur la lys, Femina, la CocotteLes producteurs : Betty Rivière et Franck Boitez
Depuis plus de vingt ans, Betty et Franck voyagent par correspondance. Le frère et la sœur reçoivent des sacs de café vert du monde entier, Kenya, Brésil, Indonésie, Guatemala, Colombie, Ethiopie…. Dans une belle et antique machine, ils torréfient les grains puis les assemblent pour obtenir plus de trente sortes de cafés subtils, légers, fruités ou suaves, forts ou acidulés, qu’ils conseillent de boire à certaines heures de la journée. Franck permet même aux clients de choisir le degré de mouture en fonction de leur moyen d’infusion. Et un café ! Un !
Le Comptoir du Lys, 10 rue des Alliés, Aire sur la Lys, 0321392220, www.lecomptoirdulys.com

mini moka trifle, le comptoir du lys, Franck Boitez, Betty Rivière, Aire sur la lys, Femina, la CocotteTrucs et astuces
-« Franck, vous qui êtes de bon conseil, pour un dessert, je choisis quel café ?  -Hum, un Moka Sidamo d’Ethiopie. Et pour corser le goût, ajoutez quelques gouttes d’extrait de café. »
-« Et mes paquets de café, je les conserve comment ? -Au congélo, la Cocotte et ne prélevez que la quantité nécessaire. »
-« Franck, et le matin, je bois quoi ? –Hum, un café riche en robusta le matin, un Arabica du Brésil, le soir et, à la place d’un « déca », un Santos du Brésil, très léger en caféine. »
-« Eh, la Cocotte, un p’tit café d’Afrique de l’Est, un Kenya, à l’arôme sauvage, ça vous dit ? Et un café, un !»

mini moka trifle, le comptoir du lys, Franck Boitez, Betty Rivière, Aire sur la lys, Femina, la Cocotte

Odile Bazin

Retrouvez ce reportage sur le site La Voix pour les Femmes, dans la rubrique Cuisine et dans le magazine Version Femina, cahier central, n°512 du 21 janvier 2012.

lundi, 09 janvier 2012

Rassacache aux lingots du Nord

Le rassacache, vous connaissez ? C’est un bon plat d’hiver, qui tient au corps.  C’est, comme qui dirait, le cassoulet du Nord… Pour le réussir, il faut deux choses, une recette transmise par une grand-mère et de véritables lingots du Nord. La recette, la Cocotte a la meilleure et les lingots, y’a pas mieux. Ils viennent de la ferme de Joël Houbart, à Busnes, à côté de Béthune. Y’a plus qu’à !

rassacache aux lingots du Nord, Rassacache, lingots du Nord, Joël Houbart, Busnes, Ferme Houbart, 403 rue de la Pierrière

Recette  : Rassacache aux lingots du Nord
Facile : 1 Cocotte, prix : 1 Caddie, temps : 2 horloges

Pour 6 personnes
1 jarret de porc d’1, 5 kg, 500 g de lingots du Nord, ½ chou frisé, 6 pommes de terre, 3 carottes, 1 poireau, bouquet garni, 2 oignons, laurier et 2 clous de girofle, sel, poivre, beurre

Dans une marmite d’eau salée, faites cuire le jarret pendant 2 heures, avec un bouquet garni, un oignon piqué de laurier, les clous de girofle et le 1/2 chou coupé en 2 dont vous aurez enlevé le cœur.
1 heure après le début de la cuisson, mettez les lingots du Nord dans une casserole. Mouillez-les avec 5 louches de bouillon de la marmite et faites-les cuire une heure, en surveillant en permanence la cuisson. Il ne faut pas qu’ils se transforment en purée. Ajoutez du bouillon si nécessaire.
Vous pouvez aussi les enfermer dans une étamine et les mettre dans la marmite. Mais pour les surveiller, c’est plus difficile !
Au bout d’une heure trente, épluchez carottes, pommes de terre et poireau, ajoutez-les dans la marmite avec la viande et faites cuire 30 minutes environ.
Au moment de servir, faites fondre du beurre dans une poêle. Emincez le second oignon et faites-le roussir dans le beurre. Ecrasez les pommes de terre et les carottes et ajoutez-les à la poêle. Remuez et faites dorer quelques instants. Mouillez avec un peu de bouillon pour ne pas que ça attache. Salez et poivrez.
Mélangez le chou frisé et le poireau  aux lingots et servez avec la viande et les légumes rissolés en proposant de la moutarde forte.

rassacache aux lingots du Nord, Rassacache, lingots du Nord, Joël Houbart, Busnes, Ferme Houbart, 403 rue de la PierrièreProducteur : Joël Houbart
Vous n’imaginez pas ce que ça représente de faire pousser des lingots ! C’est la raison pour laquelle, ses lingots, Joël Houbart en prend soin comme si c’était de l’or. Cette activité familiale, encore peu mécanisée, prend un temps fou. Joël les sème, les met « en perche » pour les faire sécher, les récolte, les « bat » pour séparer les graines des gousses et les trie un par un. Oui, un par un ! Puis il les range dans des sacs de jute, prêts pour la distribution. Pas étonnant que  les lingots du Nord aient obtenu un label et une IGP (indication géographique protégée) !
Ferme Houbart, 403 rue de la Pierrière, 62350 Busnes, 0321660448

Trucs et astuces
Quand vous achetez des lingots du Nord, si vous ne les cuisinez pas tout de suite, enfermez-les dans un récipient en plastique ou un sac-plastique et mettez-les au congélateur. Comme ils sont secs, ils ne colleront les uns aux autres. Ensuite prenez la quantité désirée et refermez le récipient.
Contrairement aux autres haricots secs, les lingots du Nord n’ont pas besoin de trempage avant la cuisson.
Pour avoir un lingot tendre, surveillez attentivement la cuisson,  15 minutes en autocuiseur et une petite heure en marmite.
Joël les apprécie froids, le lendemain, en vinaigrette. Et vous ?

Rassacache aux lingots du Nord, lingots du Nord, rassacache, Joël Houbart, Ferme Houbart, Busnes, 403 rue de la Pierrière, La Cocotte, Version Femina

Retrouvez ce reportage dans le magazine Version Femina Nord Pas de Calais du samedi 7 janvier 2012 et sur le site La Voix pour les femmes dans la rubrique Cuisine en cliquant ICI.

Odile Bazin