lundi, 18 mai 2020

Sauce aux poivrons

Béni soit Nicolas Appert qui nous permet de manger poivrons ou tomates quelle que soit la saison. Il a inventé l’été en bocal.

Sauce aux poivrons, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 grand bocal de poivrons pelés et marinés, 1 grosse poignée de champignons séchés, 300 ml de bouillon de légumes bio, ail, concentré de tomates et quelques tomates confites, 3 cuillères à soupe de câpres en saumure, sel et poivre, huile.
Préparation : 15 min – cuisson : 30 min – coût : * - difficulté : *
Réhydratez les champignons et les tomates confites. Egouttez les poivrons et rincez-les pour enlever le goût de la saumure. Hachez-les finement. Pelez l’ail et ciselez-le. Dans une sauteuse, faites-le dorer quelques instants dans un peu d’huile. Incorporez une belle cuillère à soupe de concentré de tomates et mélangez. Ajoutez les poivrons hachés et versez le bouillon sur les poivrons. Couvrez la sauteuse et laissez compoter et réduire pendant 20 minutes en remuant de temps en temps. Egouttez et coupez en petits morceaux champignons séchés et tomates confites et ajoutez-les à la préparation. Enfin ajoutez les câpres égouttées et rincées. Salez au besoin et poivrez comme il vous plaît. Servez cette sauce froide en dips pour l’apéritif ou en accompagnement d’un plat de riz.

samedi, 16 mai 2020

Saucisson brioché

François Cavanna qui parlait bien a dit : « la chenille devient papillon, le cochon devient saucisson, c'est une grande loi de la nature ».

Saucisson brioché, la cocotte, la voix du nord

Du talent du charcutier à l’embosser en le parfumant à celui du chef ou de la cheffe (n’oublions pas les célèbres mères qui ont fait la réputation des maisons bourgeoises de la ville) à le cuisiner dans les bouchons, le saucisson lyonnais est un des multiples et savoureux plats de la capitale des Gaules. Plat simple et réconfortant, il se plaît accompagné d’une salade bien relevée. Essayez-le avec un peu de sauce brune au bouillon de viande et aux oignons. C’est pas mal aussi ! Et si vous avez la chance le trouver un vrai saucisson lyonnais nature, aux pistaches ou à la truffe, alors vous serez heureux.
 
Pour 6 à 10 personnes
Ingrédients : 1 saucisson à cuire de 500 g (lyonnais si possible), 300 g de farine de blé, 1 cuillère à soupe de levure sèche de boulanger ou 15 g de levure fraîche, 100 g de beurre, 2 œufs, 3 g de sel, 50 g de fromage de chèvre frais, un peu de lait.
Préparation : 15 min – cuisson : 1 h – coût : * - difficulté : * - ustensiles : papier-cuisson et moule à cake

Saucisson brioché, la cocotte, la voix du nord

Faites bouillir le saucisson 15 minutes dans une marmite d’eau. Sortez-le, enlevez-lui la peau et laissez-le refroidir. Délayez la levure dans 10 cl de lait tiédi. Battez les œufs. Dans un plat mélangez farine, levure et lait, œufs battus, beurre fondu et sel. Pétrissez jusqu’à obtenir une belle boule non collante. Étalez-la en un rectangle large comme le moule à cake et suffisamment grand pour enrouler le saucisson. Coupez le fromage en petits morceaux et disposez-les au centre de la pâte. Posez le saucisson dessus et enroulez-le dans la pâte. Déposez le tout dans le moule à cake tapissé de papier-cuisson en enfermant bien le saucisson. Couvrez d’un linge et laissez lever 1 h 30 à 2 h. Au moment de la cuire dans un four préchauffé à 180°C, badigeonnez la brioche d’un peu de lait et enfournez-la 35 à 40 minutes.

mardi, 12 mai 2020

Potage champignons soja

Si vous ajoutez des gyozas, vous obtenez un potage aux gyozas ! Dingue, non ? Et ça vous fait un repas complet.

Potage champignons soja, la cocote, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 50 g de champignons séchés, huile de tournesol, 1 oignon, 2 gousses d’ail, 1 cuillère à soupe de pâte de soja, 1 cuillère à soupe de coriandre en grains, quelques tiges de persil plat et coriandre fraîche, 150 g de jambon blanc, piment et citron. Facultatif : gyozas (ravioles chinoises)
Préparation : 15 min – cuisson : 30 min – coût : * - difficulté : *
Réhydratez les champignons dans un bol d’eau bouillante. Faites chauffer 1 cuillère à soupe d’huile dans un faitout et faites-y dorer oignon et ail ciselés. Ajoutez les champignons bien regonflés et égouttés, la cuillère de pâte de soja, la coriandre en grains et un peu de piment. Mélangez bien pour que la pâte de soja se dissolve. Ne salez pas, la pâte de soja l’est déjà. Allongez d’un bon litre et demi d’eau et faites bouillir pendant 25 à 30 minutes. Lavez et ciselez persil plat en coriandre fraîche. Pressez le citron pour en recueillir le jus.
Au moment de servir, ajoutez le jambon blanc coupé en fins morceaux ou en cubes. Arrêtez la cuisson et saupoudrez chacune des assiettes de persil et coriandre. Ajoutez un filet de jus de citron et dégustez le potage bouillant.

vendredi, 08 mai 2020

Big Joey sandwich

2 heures pour mon sandwich, ça fait 1 heure de moins que si vous faisiez la queue au fast-food. Vous mangez mieux et vous gagnez du temps.

Big Joey sandwich, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 petite rouelle de porc un peu grassouillette, 3 oignons, laurier, thym, 9 tartines un peu épaisses de pain de campagne, moutarde douce, gros cornichons, farine, piment en poudre
Préparation : 20 min – cuisson : 2 h – coût : * - difficulté : * - ustensile : friteuse
Faites bouillir la rouelle 1 heure dans une cocotte-minute dans de l’eau avec 1 oignon, laurier et thym. Egouttez-la grossièrement et mettez-la au four à 150°C pendant au moins 1 h (en baissant la température au bout de cette heure) avec le piment. Pelez les 2 oignons restants, coupez-les en rondelles, farinez-les dans un sac plastique en le secouant. Dans la friteuse faites frire les rondelles d’oignons d’abord 3 minutes puis 2 minutes. Egouttez-les sur du papier absorbant. Coupez les tartines de pain en 2, toastez-les et badigeonnez-les de moutarde. Coupez les cornichons en fines rondelles. Effilochez la viande. Répartissez-la sur le pain, parsemez de cornichons et oignons, posez une autre tartine dessus et recommencez la même opération. Terminez le sandwich en posant une dernière tartine avec de la moutarde à l’intérieur sur les 2 autres. Appuyez bien sur le sandwich et dégustez-les avec une salade et chips-maison.
 

samedi, 02 mai 2020

Daube provençale

La daube provençale ou l’éloge de la lenteur. On laisse mijoter, on laisse confire, sans précipitation, sans urgence, tout doucement…

Daube provençale, la cocotte, la voix du nord

L’idéal, ce serait de préparer la daube dans une daubière, d’où son nom. Un plat en terre avec un couvercle et un trou pour que la vapeur puisse s’échapper. Avant, on tapissait cette daubière de couenne de porc et on démarrait la cuisson avec cet apprêt. Le plat mijotait tout doucement, oublié au coin du feu et on le faisait pour faire plaisir à la famille, aux amis. Ça n’a pas changé. Il y a autant de versions de daubes que de villes et villages en Provence. Servie avec des pommes de terre, des pâtes, du riz, de la polenta… La daube provençale, ce serait comme qui dirait, la carbonade des gens du sud.
 
La recette
Pour 6 personnes
Ingrédients : 1,5 kg de bœuf (gîte, macreuse, carbonades…), 200 g de lard fumé, 1 litre de vin du sud-est (ici du Ventoux), 4 gousses d’ail, 2 feuilles de sauge, thym, laurier, clous de girofle, 1 écorce d’orange bio, sel, poivre en grains, huile d’olive, 3 oignons, 3 carottes.
Préparation : 30 min – cuisson : 2 à 3 h – coût : ** - difficulté : * - ustensile : faitout ou daubière

Daube provençale, la cocotte, la voix du nord

Coupez le bœuf en gros dés. Coupez le lard en petits dés.  Faites-les mariner dans le vin avec thym, laurier, sauge, écorce d’orange, 3 clous de girofle, ail pelé, sel et poivre toute une nuit. Le lendemain, égouttez la viande mais ne jetez pas le vin de la marinade. Séparez bœuf et lardons. Faites chauffer 3 cuillères à soupe d’huile d’olive dans un faitout et faites-y dorer les lardons. Ajoutez les oignons pelés et ciselés puis le bœuf. Laissez dorer et arrosez la viande avec le vin de la marinade. Ajoutez le contenu de la marinade et les carottes pelées et coupées en rondelles. Couvrez le faitout et laissez-le mijoter tout doucement pendant 2 à 3 heures. Plus, si vous avez le temps. A la fin de la cuisson, le jus doit avoir réduit de moitié. Rectifiez l’assaisonnement.

jeudi, 30 avril 2020

Lasagnes aux champignons

73. Quand nous ressortirons, nous aurons fait 60 fois, le tour de notre quartier, nous avancerons masqués, les yeux fermés, tels des zombies qui vont au carnaval et nous continuerons de tourner en rond..
74. Quand nous ressortirons, le gouvernement battra sa coulpe et s’auto-flagellera en place publique de nous avoir pris pour des enfants inconscients du danger.
75. Quand nous ressortirons nous aurons le droit de prendre le métro mais pas d’aller à la plage.
76. Quand nous ressortirons, nous n’aurons pas le droit d’aller au restaurant, au cinéma, au musée, à la médiathèque, dans les festivals… , à l’étranger mais nous serons dehors.
77. Quand nous ressortirons, oui mais nous ne ressortirons peut-être pas à la date donnée alors...

La recette

Non, on ne cuit pas les plaques de lasagnes au préalable ! Elles cuisent au four avec les champignons dans le jus origan et tomate.

Lasagnes aux champignons, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 paquet de lasagnes, 1 kg de champignons de Paris, 20 g de beurre, 1 càs* d’huile d’olive, 2 oignons, 1 gousse d’ail, 1 cube de bouillon bio de légumes, 1 citron, origan, 1 cuillère à soupe de concentré de tomates, 20 cl de crème liquide ou lait, parmesan râpé, poivre.
Préparation : 20 min – cuisson : 1 h – coût : * - difficulté : *
Préchauffez le four à 180°C. Pelez et ciselez ail et oignons. Faites fondre une noix de beurre et 1 cuillère à soupe d’huile dans une sauteuse. Faites-y dorer ail et oignons. Emiettez le cube de bouillon par-dessus et laissez les oignons devenir translucides. Coupez les champignons en lamelles et ajoutez-les dans la sauteuse. Versez le jus du citron par-dessus. Ajoutez le concentré de tomates, mélangez et versez la crème liquide. Ajoutez une belle pincée d’origan et poivrez. Mouillez avec 1 litre d’eau. Couvrez la sauteuse et laissez cuire 15 minutes. Graissez un plat à gratin. Dans ce plat alternez champignons et plaques de lasagnes. Versez le jus de la sauteuse et saupoudrez de parmesan râpé. Mettez le plat au four et laissez cuire 30 minutes à 40 minutes.
*càs : cuillère à soupe

vendredi, 24 avril 2020

Pois chiches au bouillon de mouton

La Cocotte vous aurait-elle déjà parlé du ghee ? Elle n’a donc pas besoin de vous rappeler que c’est du beurre clarifié originaire de l’Inde ?

Pois chiches au bouillon de mouton, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 500 g de pois chiches secs, 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude, 4 os de mouton, 2 cuillères à soupe d’huile d’olive et 1 de ghee, 2 branches de céleri, 2 carottes, coriandre et cumin moulus, ail, laurier, quelques branches de persil plat, sel et poivre
Préparation : 20 min – cuisson : 1 h 30 – coût : * - difficulté : *
Faites tremper les pois chiches dans l’eau 24 heures puis faites-les cuire 45 minutes dans de l’eau renouvelée et additionnée de bicarbonate de soude. Egouttez et réservez. Dans un faitout, faites chauffer huile d’olive et ghee et faites dorer les os de mouton à feu vif et sur tous les côtés. Couvrez et laissez 15 minutes. Décollez les sucs de cuisson, ajoutez céleri, carottes lavés et coupés en petits tronçons et 2 feuilles de laurier. Couvrez d’un litre d’eau. Faites bouillir 15 minutes et versez-y les pois chiches, une cuillère de coriandre et cumin et 2 gousses d’ail. Laissez chauffer 20 minutes. Salez, poivrez et au dernier moment, retirez les os. Rectifiez en eau si besoin.
 Servez dans des bols avec un peu de bouillon de cuisson et saupoudrez de persil plat ciselé.

lundi, 20 avril 2020

Thon mi-cuit à l’huile

Oh la la, du thon à l’huile d’olive, noisettes et sésame ?! Mais c’est un truc de malade ! T’as un truc à te faire pardonner, la Cocotte ?

Thon mi-cuit à l’huile, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 500 g de thon très frais, quelques noisettes décortiquées et broyées, 3 cuillères à soupe de sésame blanc, 1 citron bio, poivre, huile d’olive de très bonne qualité
Préparation : 15 min – cuisson : 5 min – coût : ** - difficulté : * - Ustensile : poêle antiadhésive
Broyez les noisettes finement. Versez la poudre dans une assiette creuse. Passez le thon en gros morceaux dans un peu d’huile puis les noisettes et enfin dans les grains de sésame.
Faites chauffer la poêle et faites-y dorer les morceaux de poisson sur toutes les faces 1 minute à peine par face. Il faut que le poisson soit juste cuit à l’extérieur.
Lavez le citron et coupez-le en rondelles. Répartissez-les sur une assiette plate, déposez aussi les morceaux de poisson, recouvrez-les d’huile d’olive et poivrez. Rangez l’assiette creuse au réfrigérateur et laissez mariner quelques heures. Dégustez ces morceaux de thon sur du pain toasté et avec une salade.

mardi, 14 avril 2020

Galettes Damour

53. Quand nous ressortirons, nous ne mettrons pas de manteau.
54. Quand nous ressortirons, l’aubépine aura fleuri et le gazon sortira avec nous.
55. Quand nous ressortirons, la qualité de l’air se sera améliorée mais ce sera de courte durée.
56. Quand nous ressortirons, nous regretterons peut-être le temps d’avant.
57. Quand nous ressortirons, nous fermerons derrière nous, nous partirons loin, loin, loin mais serons-nous heureux ?

Galettes Damour
Quand la Cocotte confine, elle range ses placards et constate que du zaatar et du sumac, elle en a beaucoup, beaucoup…

Galettes Damour, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 galettes
Ingrédients : 200 g de farine, 1 cuillère à café de levure sèche de boulanger, 3 g de sel, huile d’olive, 1 cuillère à soupe de zaatar, 1 cuillère à soupe de tahineh, un peu de fromage frais de chèvre, 1 citron, sumac et poivre.
Préparation : 20 min – cuisson : quelques minutes par galette – coût : * - difficulté : * - ustensile : plaque en fonte ou poêle en fonte
Délayez la levure dans 15 cl d’eau tiède. Versez sur la farine, ajoutez 3 g de sel, le zaatar et une lichette d’huile d’olive. Pétrissez jusqu’à obtenir une belle boule lisse et non collante. Coupez-la en 6 boules et laissez-les lever 1 heure sous un linge propre.
Délayez le tahineh dans un peu de fromage frais de chèvre, de jus de citron pressé et d’huile d’olive. Salez et poivrez. Quand les 6 petites boules ont bien levé, aplatissez-les en 6 galettes de 25 cm environ sur un plan fariné. Sur une poêle ou une plaque en fonte, faites-les cuire une par une en les retournant une fois, laissez-les cuire encore. Déposez-les sur un grand plat et quelques secondes, badigeonnez-les généreusement du mélange au tahineh. Saupoudrez-les de sumac et dégustez-les encore chaudes.

dimanche, 12 avril 2020

Côtes de porc charcutière

'Jour, mam' Michu, j' voulais vous dire un truc. Joyeuses fêtes de Pâques, mam' Michu, à vous et à tout le monde.

côtes de porc charcutière,la cocotte,la voix du nord

‘Jour, mam’ Michu, ce sera quoi pour vous aujourd’hui ? Bonjour David, je voudrais faire des côtes de porc charcutière. Vous me conseillez quoi ?

Côtes de porc charcutière, la cocotte, la voix du nord

Disons-le tout net, l’inventeur de la côte de porc charcutière n’est pas passé à la postérité. Pourquoi donc ? Mais parce que tout le monde a sa version. Certains ouvrent les côtes de porc en deux dans l‘épaisseur pour y glisser du fromage, d’autres le mettent directement sur la viande. Moins compliqué et goût inchangé. Certains versent du vin, d’autres pas… Une chose est sûre, il faut bien choisir sa côte. Dans le carré ou le filet, la viande est peu grasse et peut être sèche. Dans l’échine, la viande est plus grasse, plus tendre et a aussi plus de goût. « Mam’ Michu, les côtes de porc, dans l’échine ? »

Pour 6 personnes
Ingrédients : 6 belles côtes de porc, 30 g de beurre, 2 cuillères à soupe d’huile de tournesol, 2 échalotes, 2 gros cornichons, 10 petits oignons-sauciers au vinaigre, 1 cuillère à soupe de farine ou de fécule, 30 à 40 cl de bouillon de légumes, sel, poivre, 2 cuillères à soupe de moutarde et un peu de fromage râpé, sel et poivre. Facultatif : 5 cl de vin blanc sec
Préparation : 20 min – cuisson : 30 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : poêle et râpe

Côtes de porc charcutière, la cocotte, la voix du nord


Dans la poêle, avec la moitié du beurre et l’huile, faites dorer les côtes de porc 10 minutes et réservez-les sur une assiette. Toujours dans la poêle, faites fondre le reste du beurre et faites dorer les échalotes pelées et ciselées. Ajoutez les cornichons coupés en petits dés et les petits oignons-sauciers. Si vous voulez, ajoutez 5 cl de vin blanc. Ajoutez ensuite la moutarde. Versez le bouillon. Faites bouillonner doucement la sauce puis délayez la farine ou la fécule dans une petite tasse d’eau et versez-la sur le bouillon. Salez et poivrez. 
Quand la sauce est bien onctueuse, posez par-dessus les côtes de porc. Couvrez-les de fromage râpé, posez un couvercle sur la poêle et arrêtez la cuisson, le temps que le fromage fonde un peu. Servez avec des pâtes ou du riz.
 

samedi, 04 avril 2020

Boulettes garam masala

36. Quand nous ressortirons, nous irons manger un couscous chez Momo à Bailleul, un mezzé syrien à Lille-Sud, un gyros au Corfou, de la sauce carbonnade et des glaces à Ypres, un potage au porc et des raviolis chez Mian Dian, une pizza chez Gilberto à Prima fila, de la morue chez Ca t’espero à Roubaix, une frite au coin de la rue…
37. Quand nous ressortirons, nous ferons imprimer toutes les photos de nourriture qu’on nous aura envoyées.
38. Quand nous ressortirons, nous sortirons avec nos aquarelles et nous croquerons les rues, les voitures, les magasins, les arbres, les fleurs, les gens, les gens, les gens…
39. Quand nous ressortirons, nous achèterons 10 bouteilles de patchouli bio pour ne plus jamais tomber en panne. Jamais !
40. Quand nous ressortirons, les cerisiers du Japon auront fini d’envahir l’avenue de Bretagne.
41. Quand nous ressortirons, Paris sera toujours Paris.
42. Quand nous ressortirons, nous serons tout mous, à genou, nous serons peut-être même soûls mais nous serons foufous.
 
La recette
Amis indiens, mauriciens, réunionnais…, vous pouvez vaquer à vos occupations. Le garam masala, vous connaissez. Les autres, restez.  boulettes garam masala, la cocotte, la voix du nord
Vous qui avez toujours voulu faire votre garam masala, cette recette est faite pour vous. Munissez-vous d’un pilon, d’un mortier, d’une passette et des épices idoines. A savoir, 1 cuillère à soupe de poivre noir en grains, 1 cuillère à café de cumin et 1 de coriandre, ½ cuillère à café de muscade, ¼ de cannelle, 10 clous de girofle et un peu de gros sel. Gardez le curcuma pour servir. Pilez et tamisez jusqu’à l’obtention d’une poudre fine. Enfermez-la dans un pot hermétique et parfumez vos plats quand une envie d’îles et d’ailleurs vous prend.
 
La recette
Pour 6 personnes
Ingrédients : 300 g de chair à saucisse de votre boucher, 1 belle cuillère à soupe de garam masala, 2 cuillères à soupe de chapelure, 50 cl de lait d’amandes, 1 œuf, farine, matière grasse, curcuma. Facultatif : piment
Préparation : 20 min – cuisson : 25 à 30 min – coût : * - difficulté : *

boulettes garam masala, la cocotte, la voix du nord

Recouvrez la chapelure avec 20 cl de lait d’amandes et laissez-la regonfler quelques instants. Ajoutez ensuite la chair à la saucisse, la cuillère de garam masala, l’œuf et le reste de lait d’amandes. Mélangez bien et formez des petites boulettes. Roulez-les dans la farine. Faites chauffer un peu de matière grasse dans un faitout et faites-y dorer les petites boulettes de viande. Versez le reste de lait d’amandes et laissez épaissir. Au besoin ajoutez-en encore un peu pour avoir une belle sauce. Laissez mijoter à feu doux et à couvert pendant 20 minutes. Si vous en avez envie, ajoutez un peu de piment. Servez vos p’tites boulettes avec du riz basmati et un peu de purée de lentilles rouges en les saupoudrant d’une pincée de curcuma juste avant de servir.

jeudi, 05 mars 2020

Houmous de potimarron

Du houmous orange ? C’est quoi cette histoire ? Ne me dis pas qu’il est au potimarron !? Oh toi, tu m’étonneras toujours.

Houmous de potimarron, la cocotte, la voix du nord

Pour 1 beau bol
Ingrédients : 1 petit potimarron bio, thym, laurier, sel, 1 citron, 1 gousse d’ail, 1 cuillère à soupe de tahineh (pâte de sésame), huile d’olive, piment en poudre ou paprika, zaatar (thym libanais), poivre.
Préparation : 20 min – cuisson : 20 min – coût : * - difficulté : * - ustensile : blender
Si votre potimarron est bio, nul besoin de le peler. Lavez-le, coupez-le en deux, épépinez-le et coupez-le en petits morceaux. Déposez-les dans une casserole, ajoutez une branche de thym et une feuille de laurier, couvrez d’eau et faites cuire à petits bouillons 15 à 20 minutes. Laissez-les refroidir. Recueillez le jus du citron. Dans le bol du blender, mêlez dés de potimarron, ail pelé et pilé, jus de citron, 1 bonne cuillère à soupe de pâte de sésame, sel et poivre. Mixez le tout jusqu’à l’obtention d’une belle crème lisse. Au besoin ajoutez un peu d’eau. Goûtez et rectifiez en sel et poivre. Versez la crème obtenue dans un joli bol, versez un filet d’olive et saupoudrez d’un peu de paprika et de zaatar. Dégustez cet houmous avec des gressins maison, comme sur la photo.

dimanche, 01 mars 2020

Polenta-mozza aux herbes

A noter sur votre liste de courses : grande boîte ronde et métallique spécial spaghettis et film alimentaire. Vous êtes prêts.

polenta-mozza aux herbes,la cocotte,la voix du nord

Avant l’invention de la polenta à prise rapide, à quoi reconnaissait-on un mangeur de cette semoule de maïs ? Aux muscles démesurément développés de son bras droit. Eh oui, il fallait mélanger, mélanger, mélanger cette masse pendant de très longues minutes pour enfin obtenir ce plat dont bon nombre de pays raffolent. Bizarrement en France, la Provence mise à part, son utilisation est peu répandue et c’est bien dommage. Le champ de recettes que la polenta offre est immense. Maintenant qu’elle cuit en quelques minutes à peine, vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas en cuisiner. Allez, hop !

Pour 6 personnes
Ingrédients : 500 g de polenta à prise rapide, 1 cube de bouillon bio de légumes, 250 g de mozzarella, huile d’olive, thym, origan, coulis de tomates, sel et eau.
Préparation : 15 min – cuisson : 10 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : râpe, cuillère en bois, film plastique, 3 boîtes de conserve vides de 400 ml environ

polenta-mozza aux herbes,la cocotte,la voix du nord

Egouttez et râpez la mozzarella. Faites bouillir 2 litres d’eau avec le cube de bouillon émietté. Quand l’eau bout, versez en pluie la polenta et mélangez vigoureusement pendant 2 minutes. Ajoutez la mozzarella et arrêtez la cuisson. Etalez 1 morceau de plastique alimentaire plus grand que les boîtes de conserve. Divisez la polenta en 3. Formez un boudin de polenta et enfermez-le dans le film. Tortillonnez les extrémités pour que la polenta ne sorte pas du plastique et entrez le boudin dans une boîte de conserve. Faites de même pour les deux autres. Rangez-les au frais une fois refroidis. Le lendemain, coupez la polenta en rondelles épaisses et faites-les dorer dans l’huile. Servez-les avec un peu de coulis de tomates auquel vous avez ajouté des herbes.

vendredi, 28 février 2020

Poulet à la roumaine

Vite, va me chercher un poulet ! Vite, coupe-le en 6 morceaux ! Vite, mixe poivrons, piment…et le bouillon ! Vite, au four ! Vite, à TAAABLE !

Poulet à la roumaine, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 6 morceaux de poulet fermier et/ou bio, 50 cl de bouillon de volaille, 2 poivrons rouges en bocal ou frais en saison, 2 piments rouges allongés, 2 gousses d’ail, sel, huile de tournesol, 300 g de riz long.
Préparation : 15 min – cuisson : 1 h 40 – coût : * - difficulté : * - ustensile : hachoir électrique
Préchauffez le four à 180°C. Faites dorer les morceaux de poulet dans une poêle avec un peu d’huile. Retournez-les souvent pendant 10 minutes. Passez les poivrons, les piments épépinés et l’ail pelé au hachoir électrique. Salez selon votre goût. Dans un plat qui va au four, tartinez d’un peu de sauce aux poivrons et d’huile le fond du plat et posez les morceaux de poulet dessus. Enfournez 30 minutes.
Mélangez le reste de la sauce aux poivrons et le bouillon de volaille et versez-la sur le poulet. Remettez au four 30 minutes, baissez la température sur 125°C. Laissez 30 minutes et baissez encore la température pour arriver à 80°C. A la fin du temps de cuisson, récupérez le bouillon dans le plat, maintenez le poulet au chaud et faites cuire le riz pilaf avec le bouillon aux poivrons. Au besoin ajoutez un peu d’eau. Servez riz et poulet ensemble.

vendredi, 14 février 2020

Risotto coco-thaï

Mon chéri, pour la Saint-Valentin, tu ne m’offrirais pas un risotto noir à la noix de coco ? Mais bien sûr, mon amour. Tout de suite, mon amour.

risotto coco-thaï,la cocotte,la voix du nord


Pour 6 personnes
Ingrédients : 350 g de riz noir, 1 cube de bouillon de légumes bio, 450 ml de lait de coco, ½ botte de cives, 2 branches de basilic thaï, huile de tournesol, sel, poivre ou pâte de piment, 50 g de fromage de brebis bien sec.
Préparation : 30 min – cuisson : 25 à 30 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : hachoir électrique et sauteuse
Lavez et passez au hachoir les cives et le basilic. Ajoutez un peu d’huile pour faciliter le travail. Salez, poivrez et réservez. Emiettez le cube de bouillon dans le lait de coco. Mélangez et ajoutez un verre d’eau. Faites chauffer 2 cuillères à soupe d’huile de tournesol dans la sauteuse, ajoutez le riz et rendez-le translucide. Puis versez le lait de coco au bouillon petit à petit. Dès que le lait de coco est absorbé, ajoutez-en un peu jusqu’au moment où le riz est cuit. Il devrait l’être au bout d’une vingtaine de minutes. Arrêtez le feu, ajoutez 50 g de fromage de brebis râpé fin et remuez quelques instants. Servez le riz avec une belle cuillère de basilic aux cives et proposez du poisson cuit à la vapeur.

vendredi, 31 janvier 2020

Petiscos de champignons

Petiscos et tapas, même combat. Ils ouvrent l’appétit. Dans ma recette, ils sont portugais parce que j’ai choisi un chorizo portugais.

petiscos de champignons, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 500 g de champignons de Paris pas trop petits, 1 cuillère à soupe d’huile d’olive, ½ chorizo courbé, 5 cl de vinaigre de Xérès, ½ cuillère à café de cumin moulu, 2 gousses d’ail, persil plat.
Préparation : 10 min – cuisson : 15 min – coût : * - difficulté : * - ustensile : sauteuse
Lavez, équeutez et coupez les champignons en 4. Détaillez le chorizo en cubes. Faites chauffer la cuillère d’huile d’olive dans la sauteuse et faites-y dorer les cubes de chorizo pendant 5 minutes. Ajoutez ensuite les champignons et mélangez en décollant les sucs de cuisson. Versez le vinaigre de Xérès et mélangez à nouveau. Ajoutez le cumin en poudre et l’ail pelé et ciselé. Couvrez et laissez cuire 10 minutes à feu doux. Au bout de ce temps, enlevez le couvercle et augmentez un peu le feu pour que le jus de cuisson s’évapore. En moins de 5 minutes, c’est bon. Arrêtez la cuisson et parsemez les champignons de persil plat lavé et ciselé grossièrement. Mangez-les tièdes ou froids. 

dimanche, 05 janvier 2020

Chicon-gratin

Plat incontournable du Nord, le chicon-gratin est le plat à servir en plein hiver. Ça réchauffe les cœurs, le chicon-gratin. Hein !

Chicon-gratin, la cocotte, la voix du nord

Si toutes les régions de France ont leur gratin, nous les gens du Nord, pouvons nous vanter d’avoir l’un des meilleurs ! Soyons chauvins, nom d’une pipe ! Rendons grâce au chicon-gratin ! Avec les meilleures endives qui soient, qu’on surnomme chicons, celles qui ont poussé dans le noir, en pleine terre, celles qu’on a délicatement enveloppées et conservées dans un papier de soie bleu. Et parce que ce sont les meilleures, réservons-leur les meilleurs ingrédients, un vrai jambon sans eau mais avec du goût, beurre, lait et fromage fermiers ! De la qualité, quoi ! Nos chicons méritent bien ça.
 
Pour 6 personnes
Ingrédients : 12 endives pas trop grosses, 6 tranches de bon jambon blanc de votre boucher-charcutier, thym, sel, poivre, 40 g de farine, 40 g de beurre, 50 cl de lait fermenté, 50 cl de jus de cuisson des endives, 75* g de fromage râpé, muscade.
Préparation : 20 min – cuisson : 45 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : cuit-vapeur, fouet et plat à gratin

Chicon-gratin, la cocotte, la voix du nord

Débarrassez-vous des premières feuilles des endives. Enlevez le cœur dur de chacune d’entre elles à l’aide d’un couteau pointu. Déposez les endives dans un cuit-vapeur, salez un peu l’eau et ajoutez du thym. Mettez à cuire à la vapeur donc pendant 15 minutes. Egouttez-les*.
Dans une casserole faites un roux avec la farine et le beurre. Avec le fouet, versez le lait et le jus de cuisson des endives petit à petit et laissez épaissir la sauce. Ajoutez ensuite 75 à 100 g de fromage râpé. Mélangez jusqu’à ce que le fromage ait fondu. Assaisonnez. Dégraissez les tranches de jambon, coupez-les en deux et enroulez-les autour des endives. Déposez-les dans le plat à gratin beurré au préalable. Versez la sauce blanche par-dessus et enfournez dans un four préchauffé à 180°C. Parsemez d’un peu de fromage et laissez gratiner une trentaine de minutes.
 
* Dans la recette du journal, il est écrit 785 g de fromage. Non, non, ce n'est pas ça, c'est le doigt de la Cocotte qui a dérapé sur le 8 avant d'atterrir sur le 5. Lisez donc 75 g de fromage. L'ordinateur de la Cocotte est un p.... d'ordinateur. Pfffffff !

dimanche, 10 novembre 2019

Jus de volaille maison

Dans la série « rien ne se jette, tout se transforme », ne jetez plus vos carcasses de volaille et faites-en des jus dont on se souviendra longtemps.

Jus de volaille maison, la cocotte, la voix du nord

Vous invitez des gens à manger et vous voulez briller auprès d’eux ? Faites donc un beau jus de viande, une belle sauce onctueuse, pleine de goût. Les jus de viandes qui accompagnent légumes, riz, pâtes… sont l’une des préparations préférées des chefs. Oui, parce que c’est la sauce qui fait tout ou presque dans un plat. Si elle est bonne, elle peut rattraper une viande de qualité moyenne et rendre votre plat inoubliable. Ici, avec une carcasse de volaille, la Cocotte oblige mais vous pouvez choisir veau, bœuf, porc… Avec ou sans vin, assaisonné comme voulez, monté au beurre ou pas, votre jus de volaille va en épater plus d’un !
 
Pour un jus de viande
Ingrédients : 1 carcasse de poulet, 1 oignon, 1 gousse d’ail, 1 échalote, 1 belle branche de thym, 1 feuille de laurier, 1 carotte, sel et poivre, 25 g de beurre et 3 cl d’huile. Facultatif : 10 cl de vin blanc
Préparation : 15 min – cuisson : 1 h 15 – coût : * - difficulté : * - ustensiles : sauteuse et chinois

Jus de volaille maison, la cocotte, la voix du nord

Coupez la carcasse en petits morceaux. Pelez ail, oignon, échalote et carotte. Ciselez oignon et échalote et écrasez la gousse d’ail. Coupez la carotte en petits morceaux. Faites chauffer un peu de beurre et d’huile dans une sauteuse et faites-y dorer les morceaux de carcasse sans les remuer pour que les sucs de cuisson se forment dans la sauteuse. Retournez-les et laissez encore dorer. Enlevez le gras formé et ajoutez ail, oignon, échalote, thym, laurier et carotte. Quand c’est doré, décollez les sucs de cuisson et déglacez avec de l’eau ou du vin blanc. Mouillez d’eau à hauteur de la viande et faites bien réduire 45 minutes à feu doux. Passez ensuite la sauce au chinois et assaisonnez le jus de volaille. Il est prêt pour accompagner une viande, une purée de légumes… Si vous voulez une sauce particulièrement brillante, montez-la au beurre hors du feu et utilisez-la de suite.

samedi, 02 novembre 2019

Suprêmes de pintadeau aux pommes et mousseline de céleri de Sylvain Leroux, chef de l’Auberge du lac à Annay sous Lens

« On y mange, on y charcutaille »
Un village dans les mines, un lac au centre de ce village et un restaurant sur les bords de ce lac, bienvenue chez Sylvain Leroux, chef de l’Auberge du lac d’Annay sous Lens. Un endroit hors du temps, une pause, une respiration ! Après avoir connu la cuisine chic des repas parisiens, Sylvain décide de changer de vie. Il tombe sous le charme des lieux et décide de redonner à cet établissement son rôle d’auberge avec de vieilles recettes remises au goût du jour. « Dans ce lieu de vie, on y mange, on y charcutaille. Et si les gens tournaient les tables pour discuter ensemble, je me dirais que j’ai réussi ! »
L'Auberge du lac, 43 rue Kleber Rolle 62880 Annay, Nord-Pas-De-Calais, 03 21 70 34 26 et sur Facebook

Suprêmes de pintadeau aux pommes et mousseline de céleri de Sylvain Leroux, chef de l’Auberge du lac à Annay sous Lens, Sylvain Lerous, l'auberge du Lac, Annay sous Lens, le chef et la cocotte, la cocotte, la voix du nord

Suprêmes de pintadeau aux pommes et mousseline de céleri
Pour 6 personnes
Ingrédients : 3 coffres de pintadeau, beurre, 2 échalotes, 2 pommes jonagold, 25 g de vinaigre de cidre, crème épaisse, jus de pomme, 1 boule de céleri, 150 g de bouillon de poule, 150 g de lait, 150 g de crème liquide, muscade, sel, poivre…
Préparation : 30 min – cuisson : 1 h – coût : ** - difficulté : **

Suprêmes de pintadeau aux pommes et mousseline de céleri de Sylvain Leroux, chef de l’Auberge du lac à Annay sous Lens, Sylvain Lerous, l'auberge du Lac, Annay sous Lens, le chef et la cocotte, la cocotte, la voix du nord


Faites dorer les coffres (sans les cuisses) de pintadeaux au beurre, levez les filets et réservez-les. Concassez les carcasses et faites-les dorer pour la sauce. Mouillez à hauteur. Laissez cuire 30 minutes et filtrez. Dans une sauteuse, faites suer les échalotes ciselées dans le beurre, ajoutez les pommes coupées en quartiers. Déglacez au vinaigre de cidre, mouillez avec ½ litre de jus filtré de pintade et le jus de pomme. Faites réduire d’1/3 et crémez avec la crème épaisse. Assaisonnez.
Pelez et coupez le céleri en morceaux. Faites-le cuire dans un mélange de lait, crème liquide, bouillon de poule, muscade, sel, poivre. Une fois cuit, égouttez-le en gardant le jus. Passez le céleri au mixeur et ajoutez le jus de cuisson pour faire la mousseline. Pour servir, réchauffez doucement les filets de pintadeaux et accompagnez-le de la mousseline et de cubes de potiron cuits au bouillon de poule et de chips de carottes, salsifis, patates douces et betteraves.

suprêmes de pintadeau aux pommes et mousseline de céleri de sylvain leroux,chef de l’auberge du lac à annay sous lens,sylvain lerous,l'auberge du lac,annay sous lens,le chef et la cocotte,la cocotte,la voix du nord

mardi, 29 octobre 2019

Cochon boules d’or et genièvre

cochon boules d’or et genièvre,la cocotte,la voix du nordOn apprend à tout âge. Ainsi la Cocotte vient d’apprendre deux mots qui vont très bien ensemble, très bien ensemble, c’est « cinquième quartier ». Vous connaissez ?

Le cinquième quartier, ce sont les abats, les tripes. Vous savez ? Tout ce qui touche de près ou de loin aux p’tits bouts qui dépassent de tel ou tel animal (queue, museau, oreilles…) ou tout ce qui trouve au niveau des appareils digestifs des veaux, vaches, cochons… ça s’appelle le cinquième quartier. En tout cas, c’est la dénomination qu’en font bouchers et charcutiers. Même s’ils ne sont pas forcément d’accord sur tous les morceaux.

Les abats et les tripes ont souvent mauvaise presse et c’est bien dommage. Ces « bas morceaux » ont pourtant tout pour plaire. Ils sont riches en protéines, en vitamines, cuivre, en manganèse… Et si on se bat contre le gaspillage alimentaire, commençons par ne plus les jeter. Et commençons à les goûter.

Un beau livre au discours plein de gouaille (de temps en temps style tonton à communion qui a toujours une blague à raconter) vient de sortir aux éditions Sud-Ouest et il est intitulé fort à propos « le cinquième quartier ». Dieu que c’est malin !

Un tripier, un cuisinier et un photographe se sont associés pour écrire un ouvrage à la gloire de la tripaille. Et franchement on se régale.

Qui ne craquerait pas pour une pizza à la langue de bœuf ? Qui n’aurait pas envie de succomber à un waterzooï de couilles de mouton ? Hein ? Qui ne piquerait pas dans l’assiette de son voisin un p’tit morceau de quenelle de rognons blancs ? Tentant, non ?

Pour vous tétines, mamelles, animelles, têtes et pieds, cervelle ou pansette, bouts de cochon ou boudinous ! Laissez-vous faire, laissez-vous surprendre.

Des préparations modernes, des tempuras d’abats, des bricks de ris d’agneau, des acras de mamelles, des sautés de cœur…Vous n’en reviendrez pas.

Des photos qui font saliver, si si ! Des conseils sur la cuisson idoine, les quantités à faire, les épices à choisir, les sauces à servir… ! Oui oui, tout sur les tripes et même plus !

Ne cherchez plus, voici une belle idée de cadeau pour tous les fondus d’abats, pour tous ceux que les tripes font triper. Foi de Cocotte… sans E !

Le 5e quartier, la nouvelle cuisine des produits tripiers de Pascal Gonnord, tripier, Alain Demouchy, cuisinier et Darri, photographe, livre sorti aux éditions Sud-Ouest.

La recette mais sans tripes

Le froid arrive avec ses p’tits plats chauds, des plats roboratifs et généreux qui font du bien instantanément.

Cochon boules d’or et genièvre, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 3 côtes de porc, 200 g de poitrine fumée, matière grasse, 1 kg de navets boule d’or, 6 petites carottes, 2 oignons rouges, 10 baies de genièvre, 2 feuilles de laurier, 1 poignée de gros raisins secs golden, muscade, 1 càs de farine, 30 cl de bière blonde, sel, poivre.
Préparation : 15 min – cuisson : 1 h – coût : * - ustensiles : épluche-légumes et cocotte-minute
Pelez, lavez et coupez en gros morceaux navets et carottes. Faites chauffer la matière grasse choisie dans la cocotte-minute (ici du ghee) et faites-y dorer les côtes et la poitrine coupées en gros morceaux. Ajoutez les oignons pelés et ciselés gros. Quand c’est bien doré, ajoutez les baies de genièvre broyées, le laurier, une bonne pincée de muscade. Saupoudrez d’une bonne cuillère à soupe de farine, mélangez bien et versez la bière par-dessus. Continuez avec les gros raisins blonds, salez un peu et poivrez. Si la bière ne couvre pas tout, ajustez avec un peu d’eau. Fermez la cocotte, mettez-la sous pression. Baissez la température pour faire le moins de bruit possible et laissez cuire 1 heure. Servez avec des vermicelles, de la purée ou du riz.