vendredi, 10 mars 2017

We have a dream

usa dream,denis albot,lycée robespierre,lens,ingrid albot,ravet-anceau, SoBook, La Voix du Nord

L’an dernier, comme des dizaines d’autres personnes, la Cocotte recevait un mail l’invitant à participer à un recueil de nouvelles. L’idée était d’aider une classe de lycée professionnel de Lens à partir en voyage aux États Unis.
C’est Denis Albot, auteur de polar édité par Ravet-Anceau, qui lançait cet appel dans le petit landerneau de la littérature nordiste. Sa femme, prof d’Anglais de son état, et une de ses collègues ont fait le rêve d’emmener toute une classe outre-Atlantique, les ventes du livre seraient intégralement reversées dans la cagnotte des voyageurs en culotte courte.
« What a good idea ! », s’écriait alors la Cocotte
Oui mais voilà, des nouvelles, elle peut en donner mais elle doute fort que ça intéresse grand monde. Sa petite santé hasardeuse du moment, ses visites chez tous les médecins dont le nom se termine par logue, sa connaissance certes de plus en plus étoffée du CHRU de Lille, mouais ! Mais qui achèterait un livre racontant par le menu toutes ses visites à l’hôpital ou ses analyses faites ces derniers mois ? Elle, en tout cas, ne l’achèterait pas.
USA dream, Denis Albot, lycée Robespierre, Lens, Ingrid Albot, Ravet-Anceau

Et puis, des nouvelles, elle peut en donner mais ne sait pas en écrire.
Le truc, c’est que la Cocotte voulait absolument participer à ce beau projet, non seulement parce qu’elle aime les lycées professionnels mais parce qu’elle aime les États-Unis, qu’elle aime les gens qui ont écrit les nouvelles du livre et que son truc, c’est justement la cuisine en général et la cuisine américaine en particulier.
Elle a donc sorti de ses archives 10 recettes testées et approuvées par ses enfants, son mari, sa famille et ses amis, 10 recettes qui viennent du pays de l’oncle Sam, 10 recettes qu’elle a goûtées à New York, inventées, revisitées et qui sont so delicious. Oh my god !
Denis Albot a accepté et a glissé les recettes de la Cocotte entre pas moins de 20 nouvelles d’une bande d’auteurs enthousiastes.
Et ce vendredi 11 mars, au lycée Robespierre de Lens, à 18 h, en compagnie de ces auteurs, aura lieu le lancement de ce bel ouvrage.
Malheureusement la santé hasardeuse de la Cocotte la gardera chez elle mais son cœur sera à Lens à côté de Denis, Ingrid, Emmanuel, Virginie, Geneviève, Marc, Magali, Marc, Christophe, Isabelle, Gaylord, Alain, Hervé, Laurence, Yvon, Chloé, Stéphane, Michaël, Bénédicte, Nelly et l’équipe du lycée et celle de Ravet-Anceau.
Quant à une recette sur ce blog, il faudra patienter encore quelques semaines, la Cocotte se retape et vous embrasse fort.
Enjoy !
Tous les détails pour acheter ce livre sont là !

lundi, 14 décembre 2015

Tortillas à guacamole

Si je te faisais des tortillas-maison pour tremper dans du guacamole-maison aussi, ça te ferait plaisir ?
Euh, laisse-moi réfléchir…

Tortillas à guacamole, tortillas

Pour une cinquantaine de triangles
Ingrédients : 200 g de farine blanche bio type 55, 100 g d’eau environ, huile de tournesol, sel, cumin moulu, piment de Cayenne moulu, paprika, poivre.
Préparation : 30 min – cuisson : 2 min par galette et 10 min par fournée – coût : * - difficulté : * - ustensiles : poêle antiadhésive, rouleau à pâtisserie et plaque à pâtisserie
Préchauffez le four à 180°c.
Mélangez la farine, une belle cuillère à soupe d’huile et une pincée de sel. Ajoutez l’eau petit à petit pour former rapidement une boule de pâte lisse et non collante. Faites 6 ou 7 boules avec cette pâte et étalez-les en fines galettes. Faites-les cuire 2 minutes à peine, à sec, dans une poêle bien chaude. Puis coupez-les en de multiples petits triangles.
Mélangez 3 cuillères à soupe d’huile avec une pincée de piment, cumin et paprika, du sel et du poivre. Répartissez cette sauce sur une plaque à pâtisserie et déposez une partie des triangles. Retournez-les pour qu’ils soient uniformément graissés. Passez au four pendant 10 minutes. Faites de même jusqu’à épuisement des triangles. Mangez-les avec du guacamole-maison.

samedi, 25 mai 2013

Crackling bread

Avis à tous les amateurs de littérature : Avez-vous lu le livre dans lequel on prépare ce pain de maïs aux petits dés de lard frit ?

Crackling bread, lard frit, pain de maïs

Pour 6 petits pains
Ingrédients : 150 g de lard fumé relativement gras, 150 g de farine de maïs, 50 g de farine type 55, du sel, 1 sachet de levure chimique, 1 œuf, 300 ml de lait et 1 cuillère à café de saindoux.
Préparation : 15 mn – cuisson : 1 h – coût : * - difficulté : * - ustensiles : poêle et moules à muffins en silicone
Coupez le lard en dés assez petits en laissant la couenne, déposez-les dans une poêle anti-adhésive et mettez à cuire à feu doux pendant 40 mn. Ils perdent toute leur graisse et vont devenir croustillants. Epongez-les sur du papier absorbant et réservez.
Préchauffez le four à 180°c. Mélangez les deux farines, la levure chimique, la cuillère à café de saindoux et un peu de sel, faites un puits dans la farine et ajoutez un œuf entier, commencez à mélanger puis ajoutez le lait petit à petit. Formez une belle pate lisse. Ajoutez les dés de lard dans la pâte puis répartissez la pâte dans les moules à muffins. Mettez au four pendant 20 mn. Au bout de ce temps, les petits pains sont gonflés et tout dorés. Sortez-les et déposez-les sur une grille. Dégustez-les encore tièdes.

25.05.2013

vendredi, 29 mars 2013

Haricots noirs à la tomate et rouelle Tex-Mex

Si vous ne trouvez pas de haricots noirs, vous avez le droit de choisir des haricots rouges et de les pimenter comme bon vous semble.

Haricots noirs à la tomate et rouelle Tex-Mex, haricots noirs, rouelle, texmex

Pour 6 personnes
Ingrédients : 500 g de haricots noirs secs (Feijao preto par exemple), oignon, laurier, 500 ml de coulis de tomates, 200 g de grains de maïs, 1 piment fort, une rouelle de porc, huile d’olive, ail séché, coriandre moulue, cumin moulu, paprika, sel, poivre.
Préparation : 15 mn + 12 h de trempage et de marinade – cuisson : 1 h 45 – coût : * - difficulté : * - ustensile : cocotte-minute
Mettez les haricots dans un plat creux, couvrez l’eau et laissez-les tremper 12 h. Mélangez une tasse d’huile d’olive à 1 cuillère à café d’ail séché, 1 càc de coriandre, de cumin et paprika. Salez, poivrez et enduisez la rouelle de cette préparation. Faites mariner 12 h également.
Au bout de ce temps, enfournez la rouelle pour 1 h 30 de cuisson dans un four chauffé à 180°c. Rincez les haricots et faites-les cuire 30 mn environ à la cocotte-minute en les couvrant d’eau et en ajoutant un oignon et du laurier. Egouttez-les puis mélangez-les au coulis de tomates, ajoutez un piment fort et les grains de maïs, assaisonnez et faites cuire à feu tout doux. Retirez le piment à la fin de la cuisson. Retournez régulièrement la rouelle puis quand elle est bien dorée, servez-la avec les haricots bien relevés. Proposez également un peu de riz basmati et de la sauce style Tabasco.

29.03.2013

mardi, 02 octobre 2012

Limandes cadiennes

En associant toutes ces épices, on a, mine de rien, réalisé un mélange cadien ou acadien, plus connu sous le nom d’épices cajun. On se cultive même en mangeant.

limandes cadiennes, limandes, épices cajun

Pour 6 personnes
Ingrédients : 6 petites limandes ou limandes-soles, 8 cl d’huile de tournesol, ½ càc de graines de coriandre, de cumin moulu et de paprika, une pincée de piment d’Espelette ou gouttes de Tabasco, 1 càc de moutarde, origan, thym, poivre et sel.
Préparation : 10 mn – Cuisson : 5 à 7 mn – Coût : * - Difficulté : *
Demandez à votre poissonnier préféré de vider les limandes. Passez-les sous l’eau, séchez-les bien. Dans un bol, mélangez coriandre grossièrement écrasée, cumin, paprika, piment, moutarde, origan, thym, sel et poivre. Ajoutez l’huile et formez une pâte très colorée. Enduisez les limandes de cette pâte. Enfermez les limandes dans un plat et mettez-les au réfrigérateur pour les faire mariner pendant au moins 12 heures.
Au moment de manger, faites dorer les limandes dans une poêle anti-adhésive en commençant par la face foncée. Retournez-les au bout de 2 ou 3 mn et laissez la chair des poissons devenir blanc-nacré. Servez ces limandes avec des tartelettes de pommes de terre finement coupées, légèrement huilées et parfumées au thym et à l’origan.

02.10.2012

samedi, 15 septembre 2012

Duo de haricots et maïs au pebre

Le pebre est une petite sauce à la tomate, originaire d’Amérique du sud,  plus précisément du Chili. Si vous aimez les plats relevés, cette recette est pour vous.

duo de haricots et maïs au pebre, haricots verts, haricots-beurre, maïs, pebre, Chili

Pour 6 personnes
Ingrédients : 3 épis de maïs, 250 g de haricots verts, 250 g de haricots beurre, 20 g de beurre, 3 tomates, 1 petit oignon blanc, 1 petit oignon rouge, jus de citron, 1 petit piment, branches de coriandre, sel et poivre.
Préparation : 15 mn – Cuisson : 20 mn – Coût : * - Difficulté : *
Equeutez les haricots, coupez-les en tronçons de 3 cm et faites-les cuire à l’eau bouillante jusqu’à ce qu’ils soient tendres (10 à 15 mn). Faites cuire à la vapeur les épis de maïs débarrassés de leur enveloppe pendant 20 mn.
Pendant ce temps, lavez les tomates et découpez-les en très petits dés. Faites de même avec les oignons épluchés. Ciselez le piment et quelques branches de coriandre fraîche. Dans un bol, assemblez tomates, oignons, piment et coriandre, salez et poivrez et arrosez de jus de citron. Mélangez et réservez.
Quand les épis de maïs sont cuits, récupérez les grains en raclant les épis avec un couteau. Egouttez les haricots et mêlez haricots et grains de maïs dans un saladier. Ajoutez une noix de beurre sur les légumes encore tout chauds. Servez-les en les accompagnant du pebre.

15.09.2012

jeudi, 05 avril 2012

Cerdo Mexicano

Cerdo Mexicano, tortilla, tortillas, Samia Kachkachi, Les fenêtres qui parlent En passant devant certaines maisons de la Métropole lilloise en ce moment-même, en tendant bien l’oreille et surtout en ouvrant grand vos yeux, vous verrez que leurs fenêtres parlent*.
Oui, elles parlent ! Mais attention, pas toutes ! Seulement celles qui arborent une peinture, une sculpture, une gravure, une linogravure…, sur du carton, du bois, du papier de soie, du tissu…
Des centaines d’habitants ont offert leurs baies, leurs lucarnes, leurs carreaux à des centaines d’artistes. Ces centaines d’artistes squattent  ces mini-musées à ciel ouvert, gratuits et éphémères.
Les fenêtres de la Cocotte parlent aussi. Elles parlent de valises qu’il faut poser, pour se soulager, pour redémarrer une nouvelle vie, pour aller vivre ailleurs, loin…
Elles parlent aussi d’un capharnaüm de chaises, empilées à la va-te-faire-voir, et d’une chaise qui sort du lot mais qui ne peut pas s’en échapper.
C’est Samia Kachkachi qui fait dire bien des choses aux fenêtres de la Cocotte et les fenêtres de la Cocotte sont vachement fières.
A voir jusqu’à 15 avril et peut-être même plus, si affinités.

*L'itinéraire est téléchargeable sur le site.
Cerdo Mexicano
Si vous avez lu le journal d’hier, vous avez 12 tortillas prêtes à être farcies. Si ce n’est pas le cas, pauvre de vous, pas de journal, pas de tortillas !

Cerdo Mexicano, tortilla, tortillas, Samia Kachkachi, Les fenêtres qui parlent

Pour 6 personnes
Ingrédients : 6 chipolatas, 1 petite boîte de concentré de tomates, 1 càc de cumin en poudre, un piment, du Tabasco (facultatif), sel, poivre, eau, 50 g de navet blanc, 5 cl de vinaigre, 1 avocat mûr, 1 citron, coriandre fraîche, cheddar, 1 bel oignon rouge et 12 tortillas.
Préparation : 10 mn – Cuisson : 30 mn – Coût : * - Difficulté : *
Epluchez le navet blanc et coupez-le en fines lamelles. Mettez-les à mariner dans le vinaigre blanc et réservez. Enlevez la peau des chipolatas. Faites chauffer une poêle anti-adhésive et faites cuire la chair des saucisses. Ajoutez le concentré de tomates, le piment duquel vous avez enlevé les grains, la cuillère de cumin et quelques gouttes de Tabasco. Salez et poivrez et ajoutez un peu d’eau pour avoir une sauce comme une bolognaise. Laisser cuire pendant 25 mn. Puis au dernier moment, épluchez et coupez l’oignon rouge en fines rondelles. Pelez l’avocat et tranchez-le, arrosez-le de jus de citron et saupoudrez de coriandre fraîche ciselée.  Râpez grossièrement le cheddar.
Faites réchauffer les tortillas. Garnissez-les de sauce, ajoutez avocat, fromage, oignon et lamelles de navet.

05.04.2012

mercredi, 04 avril 2012

Tortillas

Vous avez le choix dans la farine. A la farine de maïs, elle sera mexicaine et centrale-américaine. A la farine de blé, elle sera tex-mex. Ça change tout !

tortillas, tortilla, cerdo mexicano

Pour 12 tortillas
Ingrédients : 400 g de farine, eau, 5 g de sel, 100 g de saindoux, 1 sachet de levure chimique.
Préparation : 15 mn + 1 h de repos – Cuisson : 2 à 3 mn par tortilla – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : Poêle en fonte.
Mélangez la farine, le saindoux, le sel et la levure chimique. Travaillez la pâte du bout des doigts pour faire « fondre » le saindoux et ajoutez l’eau tiède petit à petit. Il n’en faut pas beaucoup pour former une boule de pâte bien compacte. Emballez-la dans un sac-plastique et laissez-la pendant une bonne heure au réfrigérateur. Ensuite séparez la pâte en 12 portions égales. Farinez votre plan de travail et formez des cercles d’une dizaine de centimètres de diamètre et de 3 à 4 mm d’épaisseur. Faites chauffer une poêle épaisse et anti-adhésive à feu vif. Faites cuire les tortillas sans graisser la poêle. A l’aide d’un torchon ou d’une manique, écrasez les tortillas pour qu’elles ne gonflent pas. Retournez-les au bout d’une bonne minute. Laissez chauffer encore une minute tout en écrasant la crêpe avec le torchon. Laissez refroidir quelques instants avant d’enfermer les tortillas dans un sac plastique pour les garder bien souples,  avant de les servir. Pour la farce, revenez demain.

04.04.2012

jeudi, 26 janvier 2012

NY bagels

NY Bagels, bagels, New York, brunch, je brunche bio, terre vivanteVous êtes invités à un brunch et vous ne savez pas ce que cela veut dire ?
Vous êtes invités à un brunch et vous ne savez pas quoi apporter ?
Vous êtes invités à un brunch et vous ne savez pas comment vous tenir ?

Ou tout simplement vous savez tout mais un petit point s'impose ?
No stress, the Cocotte is here for you. Les brunches, elle connaît !
Contraction de breakfast et de lunch, respectivement petit-déjeuner et déjeuner en Anglais, le brunch est le repas du dimanche des fainéants, le repas de ceux qui font la grasse matinée et qui ne veulent pas passer leur temps libre dans la cuisine mais qui veulent passer un bon moment avec leurs enfants et/ou leurs potes. Il démarre vers 11 h et se termine le plus tard possible.
En d’autres termes, le brunch, c’est le casse-croûte de l’amorphe du dimanche, l’en-cas de l’indolent de la fin de semaine, la dînette du vaseux après un lendemain de chouille.

Que manger lors d’un brunch ?
Tout ou presque tout. Commencez par les ingrédients d’un petit déjeuner classique, lait, thé, café, croissants, pain de mie, pain de campagne, baguettes, bagels, brötchen, biscottes, et tout ce qui peut s’étaler sur du pain… Puis ajoutez  fromages, yaourt, jus de fruit, œufs coque ou mollet ou brouillés… N’oubliez pas les jus de fruit et le champagne. C’est très courant de bruncher au champagne. Si, si, le must, c'est un cocktail champagne-jus d'orange !
Continuez avec les éléments d’un déjeuner. Vous pouvez trouver des poissons fumés, des salades, des tartes. Et pourquoi pas un reste de cassoulet, une petite carbonnade, du couscous ou une choucroute ? Enfin, laissez tout sur la table, n’enlevez surtout pas les pots de confiture et autres plats sucrés, ils resserviront pour la fin du repas.
Le brunch, c’est l’occasion pour le glandeur du weekend de vider ses placards et de démarrer la semaine, frigo propre et DLC congruentes.
Dernier point, comment vous tenir lors d’un brunch ? Tant que vous n’êtes pas invité aux repas de l’ambassadeur, vous pouvez porter à peu près tout et n’importe quoi. Costume trois-pièce, jean’s et T.shirt, petite robe col Claudine, survêtement nylon ou synthétique. Rassurez-vous, vous avez le droit de tout mettre.
Mais pour être franc, la tenue la plus adéquate est sans nul doute la chemise de nuit pour les filles, les pyjamas pour les garçons. Nuisette et marcel marchent aussi. Et même si vous vous pointez dans votre costume disco, sous-pull bleu, pantalon pattes def en velours orange et perruque afro, que vous portiez la veille, à la soirée des 50 ans de vos amis Maryse, Christine ou Philippe, on vous laissera glisserNY Bagels, bagels, New York, brunch, je brunche bio, terre vivante vos savates sous la table.
On ne vous donnera pas de place particulière, vous pourrez vous assoir où bon vous semble et vous pourrez même terminer votre digestion dans le fauteuil le plus confortable de votre hôte.


Désormais vous savez tout sur le brunch. Si malgré tout, il vous manque des éclaircissements ou si vous êtes un traîne-savate du septième jour, avec une conscience, voici un petit guide bio dans lequel vous trouverez plein d’idées de recettes, d'adresses et de conseils pour flemmarder le dimanche avec ceux que vous aimez. 42 recettes à base d'épeautre (grand, moyen ou petit), kasha, sucre rapadura, sarrasin germé, thé matcha et tofu soyeux. Yummie ! Comme on dit à New-York !

NY bagels
Pour le petit-déjeuner, des bagels.  Le brunch, des bagels. Le déjeuner, des bagels. Le goûter, des bagels. Le dîner, des bagels. Y’a pas d’heure pour les bagels.

Pour 15 bagels
Ingrédients : 250 g de farine normale, 250 g de farine d’épeautre, 1 càc de sel, 15 cl d’eau, 15 cl de lait, 30 g de levure de boulanger, un peu d’huile, 1 œuf, graines de sésame, pavot, tournesol…
Préparation : 30 mn – cuisson : 25 mn – Coût : * Difficulté : * - Ustensile : couscoussier

NY Bagels, bagels, New York, brunch, je brunche bio, terre vivante

Mélangez les farines et le sel. Délayez la levure dans l’eau et le lait tiédis. Ajoutez aux farines, continuez en ajoutant 2 càs d’huile et pétrissez jusqu’à obtenir une boule bien élastique et non-collante. Badigeonnez-la d’huile et laissez-la doubler de volume dans un endroit chaud. Ensuite partagez la boule en 15 morceaux. Faites des cylindres de 15 à 20 cm et rejoignez les deux bouts en les pinçant bien. Déposez-les sur du papier sulfurisé et laissez à nouveau doubler de volume.
Préchauffez le four à 180°c. Faites bouillir de l’eau dans le couscoussier et déposez 2 ou 3 bagels à la fois dans le panier-vapeur. Faites gonfler 2 mn. Répétez l’opération pour tous les bagels. Toujours sur le papier sulfurisé, badigeonnez les petits pains à l’œuf battu et parsemez-les de graines. Enfournez pendant 15 à 20 mn. Les bagels doivent être dorés. Laissez refroidir sur une grille et garnissez-les de saumon, de fromage frais, de miel…

26.01.2012

lundi, 16 janvier 2012

Salade Caesar

On dit toujours qu’il faut rendre à César ce qui lui appartient. La Cocotte veut bien lui rendre tout ce qu’il veut. Mais de quel César s’agit-il ?
S’il s’agit de Jules, doit-on lui rendre la Gaule, la Grèce, l’Egypte, l'Espagne, la Syrie... ? Que veut-il encore ?
S’il s’agit de Baldaccini, doit-on déboulonner toutes ses sculptures qu’il a essaimées de par le monde ?
S’il s’agit d’un César du cinéma, la Cocotte n’a pas encore fait de cinéma donc elle n'a pas encore eu de César !
Et s’il s’agit de la salade, à qui doit-on la rendre ? A Cesare Cardini, restaurateur italien, émigré d’abord au Mexique, à Tijuana, qui le 4 juillet 1924, pour nourrir des stars d’Hollywood cherchant à fuir le temps d’un repas la prohibition, aurait inventé une salade en  mélangeant les restes qu’il avait sous la main ? A un dénommé  Livio Santini, également cuisinier de son état, qui a donné à sa salade le nom de son restaurant ?...
Il y a plus d’une dizaine de personnes qui réclament la paternité de cette salade, pilier de la culture gastronomique outre-Atlantique. Alors à qui ?
Dans le doute, à personne. La Cocotte vous conseille de la faire et de la dévorer.
N’oubliez pas l’œuf mollet, c’est lui qui fait tout ! Et l'anchois aussi !

Salade Caesar
Si vous trouvez de l’entre-cueillage chez votre maraîcher préféré, sautez sur l’occasion. Ces petites feuilles de salade très tendres siéront à merveille à cette salade.

Salade Caesar, salade César, Jules César, César Baldiccini, Caesar Cardini, Livio Santini

Pour 6 personnes
Ingrédients : 200 g d’entre-cueillage ou de laitue, 100 g de pains rassis, 6 œufs, 200 g de restes de blancs de poulet, 1 gousse d’ail, 2 anchois, ½ citron, huile d’olive, 60 g de parmesan, sauce Worcestershire, sel et poivre, vinaigre.
Préparation : 10 mn – Cuisson : 10 mn – Coût : * - Difficulté : *
Nettoyez votre salade et répartissez-la dans 6 assiettes. Faites dessaler les anchois dans un bol d’eau. Coupez le pain en petits croûtons et faites-les frire dans l’huile d’olive quelques instants. Découpez les restes de blancs de poulet  de la taille des croûtons frits. Epluchez et pilez l’ail, égouttez les anchois et ciselez-les. Dans un bol, mélangez l’ail, les anchois, le jus du ½ citron, 3 càs d’huile d’olive et 1 càs de sauce Worcestershire. Versez sur la salade. Parsemez de poulet et de croûtons frits. En plusieurs fois, faites pocher les 6 œufs dans une casserole d’eau bouillante additionnée d’un peu de vinaigre. Créez un tourbillon dans la casserole, cassez l’œuf dans un ramequin et renversez le contenu du ramequin dans l’eau. Comptez 3 minutes. Egouttez l’œuf et déposez-le sur la salade. Faites de même avec les 5 autres œufs puis terminez en saupoudrant chaque assiette de parmesan.

16.01.2012

mercredi, 12 octobre 2011

Pastel de choclo

Littéralement tarte de maïs. « Et du maïs, on en trouve plein en ce moment. Ça tombe bien ! » comme dirait Diego, mon ami chilien, libre dans sa tête, avec sa recette.

pastel de choclo, la cocotte, www.lacocotte.nordblogs.com/

Pour 6 personnes

Ingrédients : 5 épis de maïs, 400 g de boeuf hachée, 400 g de hachis de porc, ail, cumin moulu, 3 oignons, 6 oeufs, 20 olives noires, 100 g de raisins secs, 25 cl de lait, 3 càs de polenta (prise rapide), huile d'olive, sel et poivre, basilic.

Préparation : 15 mn – Cuisson : 1 h en tout – Coût : ** - Difficulté : *

Préchauffez le four à 170°c. Faites cuire les épis de maïs débarrassés de leurs feuilles 15 à 20 mn dans de l'eau bouillante salée. Egrainez les épis avec un couteau et réservez. Epluchez et détailles les oignons, faites-les revenir dans une sauteuse avec l'huile d'olive. Ajoutez les viandes, salez, poivrez, ajoutez 2 gousses d'ail ciselé et 1 càs de cumin. Mélangez. Ajoutez un peu d'eau, couvrez et laissez cuire 15 mn. Faites des œufs cuits durs. Mixez très grossièrement le maïs. Dans une casserole, mélangez-le au lait et la polenta. Salez, poivrez et faites cuire 5 mn à feu doux. Dans un grand plat, versez la préparation oignons-viandes, couvrez d'olives noires dénoyautées, des raisins secs et de rondelles d’œufs durs. Enfin versez la purée de maïs et enfournez 30 mn. A la sortie, parsemez de basilic ciselé.

12.10.2011

samedi, 13 août 2011

Porc à l'orange

Avec ou sans tortillas, ce plat a des accents mexicains. Un peu de cumin en poudre, un peu de coriandre ciselée aussi et le tour est joué.

porc à l'orange, orange, lacocotte.nordblogs.com

Pour 6 personnes

Ingrédients : 300 g de haricots noirs, thym, 3 oignons, 700 à 800 g de porc (échine ou poitrine), un peu de saindoux, 3 oranges non traitées, 1 càc de cumin en poudre, sel, poivre.

Préparation : 15 mn – cuisson : 1 h + cuisson des haricots – Coût : * - Difficulté : *

Faites tremper les haricots noirs dans de l'eau pendant 12 heures. Changez l'eau régulièrement. Ensuite faites cuire les haricots à petits bouillons pendant 1 h 30 avec sel, poivre, thym et un oignon. Réservez.

Coupez le porc en lamelles. Dans une cocotte, faites fondre un peu de saindoux et faites-y revenir les lamelles de viande. Ajoutez les oignons détaillés en rondelles assez fines. Réservez-en quelques-unes pour servir. Saupoudrez de cumin, salez et poivrez. Pressez 2 oranges sur 3 et versez le jus sur la viande, laissez mijoter à couvert pendant 1 petite heure.

Quand tout est cuit, détaillez l'orange restante en tranches. Servez les haricots, ajoutez la viande, quelques rondelles d'oignon cru et disposez des tranches d'orange.

Petit conseil : Ecrasez grossièrement les haricots, étalez-les sur des tortillas, ajoutez un peu de porc et des rondelles d'oignons, roulez et dégustez.

13.08.2011

samedi, 19 mars 2011

Travers de porc au curry-ketchup maison

travers de porc, ketchup, ketchup maisonExit les couteaux, exit les fourchettes ! On mange avec les doigts. On s'en met partout mais on s'en moque. Parce que les travers de porc, c'est trop bon !

Pour 6 personnes

Ingrédients : 500 ml de coulis de tomates, 1 petite boîte de concentré de tomates, 2 oignons, 2 gousses d'ail, 2 càs de curry, 1 càc de pâte de piment chinoise, 100 g de cassonade, 15 cl de vin blanc sec, sel, poivre, 1, 5 à 2 kg de travers de porc, 2 càs d'huile d'arachide.

Préparation : 15 mn + Repos - Cuisson : 2 h – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : blender

Épluchez les oignons et les gousses d'ail, coupez-les grossièrement. Dans un blender, mixez ces légumes très finement. Ajoutez tous les autres ingrédients pour faire le ketchup : coulis et concentré de tomates, curry, pâte de piment, cassonade, vin , sel et poivre. Mixez ce mélange pour obtenir une sauce épaisse. Goûtez-la pour rectifier l'assaisonnement en sel ou poivre.

Dégraissez les travers de porc au maximum. Recouvrez-les de sauce et laissez-les mariner 2 ou 3 h au frais, tournez-les régulièrement. Préchauffez votre four à 200°c (th. 7). Versez un peu d'huile dans un grand plat allant au four. Déposez les travers dans ce plat et enfournez pendant 2 h. Retournez la viande de temps en temps. Veillez à ne pas la brûler.

En fin de cuisson, découpez les travers en suivant les os et servez-les aussitôt, accompagnés d'une salade à l'américaine.

19.03.2011

jeudi, 17 mars 2011

Coleslaw poids plume

coleslaw, chou blanc, carotte, oignon, pomme

Si cette chronique n'a pas d'autre ambition que celle de faire rire ou sourire son lecteur, en ce moment, esquisser le moindre sourire n'est pas chose aisée. Rivée sur les images qui passent en boucle de cette vague noire emmenant la vie entière de gens sur son passage, les laissant dans l'effroi, le froid, le vide et la torpeur, incapable de zapper les images de tubes énormes, fumants et crachants, d'une centrale au nom empreint d'exotisme extrême-oriental, la Cocotte a bien du mal à plaisanter.

Imaginer l'angoisse qui monte au sein d'une population désespérément stoïque, envisager le pire, appréhender les jours sombres qui attendent les Japonais ne pousse pas franchement à la farce. La seule chose que la Cocotte a trouvée en rapport avec sa recette est que les opérations de largage d'eau ne feront pas chou blanc. C'est nul, minable, désespérant, hein ? Mais , tel un réacteur en panne, la Cocotte a de la fuite dans ses idées. Elles reviendront. Demain sera un autre jour.

Recette

Cette salade « made in the USA » est habituellement faite avec de la mayonnaise mais on peut très bien s'en passer. Elle est à déguster sans modération.

Pour 6 personnes

Ingrédients : 1 demi chou blanc, gros sel, 4 carottes moyennes, 1 oignon, 1 pomme acidulée, 1 briquette de 20 cl de crème liquide, 1 càc de moutarde forte, 10 cl de vinaigre de cidre, 1 càs de sucre, sel et poivre,

Préparation : 15 mn – pas de cuisson – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : râpe et idéalement une trancheuse.

Cette salade se prépare en 2 temps. D'abord le chou puis le reste. Débarrassez le chou de ses premières feuilles, coupez-le en deux et enlevez le cœur. et Ne gardez qu'une moitié du chou. Puis à la trancheuse, tranchez le chou très finement de manière à obtenir de très fines languettes. Passez le chou à l'eau chaude pour le ramollir un peu. Versez-le dans une passoire en le saupoudrant de gros sel, déposez un gros poids dessus et laissez-le dessaler 2 à 3 h.

Épluchez et râpez les carottes et les oignons. Mélangez la crème liquide, la moutarde, le vinaigre, le sucre, le sel et le poivre. Repassez le chou sous l'eau chaude pour enlever le sel. Égouttez-le bien. Puis mêlez tous les ingrédients dans un grand saladier sans oublier la pomme.

Ce plat est encore meilleur le lendemain. Et avec des travers de porc grillés, c'est une merveille !

17.03.2011

mardi, 15 mars 2011

Quesadillas

 

quesadillas, mozzarella, tortillasLes quesadillas sont des tortillas tout simplement farcies au fromage. Ces petites crêpes peuvent se préparer avec de la farine de maïs, la masa harina.

Pour 12 crêpes

Ingrédients : 240 gr de farine de blé, 60 gr de beurre ou de saindoux, un peu d'eau tiède, 1 càc de sucre, 1 pincée de sel , 2 boules de mozzarella.

Préparation : 10 mn – Cuisson : 3 mn par crêpe – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : rouleau à pâtisserie et poêle épaisse ou plaque en fonte,.

Dans un plat creux, versez la farine, ajoutez le beurre ou le saindoux coupé en petits morceaux. Versez la cuillère de sucre et le sel. Ajoutez l'eau tiède petit à petit et malaxez jusqu'à obtenir une boule de pâte non-collante. 10 cl d'eau devraient être suffisants. Séparez la pâte en 12 petites boules égales. Sur un plan de travail, étalez-les en un disque de 10 à 12 cm de diamètre. Posez ces disques sur une surface propre (papier sulfurisé ou plaque en silicone) et couvrez-les d'un torchon propre.

Laissez reposer une vingtaine de minutes puis faites chauffer la poêle. Faites dorer les crêpes 1 mn à peine, de chaque côté. Réservez-les dans du papier alu pour les garder molles. Détaillez en tranches fines la mozzarella, déposez-en quelques tranches sur la moitié de chaque crêpe et rabattez l'autre moitié. Repassez 1 mn ces crêpes à la poêle pour que le fromage fonde. Servez-les aussitôt avec du guacamole et un ragoût de bœuf épicé.

15.03.2011

 

jeudi, 30 décembre 2010

Styrie con carne

Styrie con carne_3.jpg

Le saviez-vous ? La Styrie, magnifique région autrichienne, est la patrie des courges. Les habitants les cuisinent de mille et une façons. En voici une que vous aimerez.

Pour 6 personnes

Ingrédients : 2 oignons, 3 carottes, 3 gousses d'ail, 3 piments, 2 cuil à s de paprika doux, 1 bocal de tomates pelées, 1 poivron rouge pelé, 500 g de viande hachée (bœuf ou porc), 500 g de potimarron, 150 g de grains de maïs, 1 cuil à s d'origan, 20 cl de vin rouge (facultatif), 1 grosse boîte de conserve de haricots rouges, 20 g de sucre, sel et poivre, un peu d'huile d'olive.

Préparation : 10 mn – Cuisson : 30 mn – Coût : * - Difficulté : *

Ciselez l'ail et les oignons. Faites chauffer l'huile dans une marmite en fonte, ajoutez l'ail et les oignons. Râpez les carottes, mettez-les dans la marmite avec la viande hachée. Mélangez bien, continuez avec les tomates coupées grossièrement et le paprika. Arrosez de vin rouge, d'eau ou de bouillon. Épluchez et découpez le potimarron et le poivron rouge en dés. Ajoutez-les au plat puis les haricots rouges, le maïs et le sucre. Salez et poivrez. Remuez bien. Enfin, déposez les piments sur le dessus du plat. Vous pourrez les enlever facilement au moment de servir.

Laissez mijoter encore 15 mn. Au besoin ajoutez un peu de liquide. Servez dans des bols en proposant du fromage râpé.

vendredi, 09 avril 2010

Triple fajitas Wilbur

P1160690.jpgUn peu de couleurs dans ce monde souvent trop sombre, vous n'avez rien contre ?

Et un peu de piment, qu'en dites-vous ?

La Cocotte vous offre un gâteau de fajitas, haut en couleurs et en goûts.

Il vous faudra trouver des grandes fajitas. Vous savez ? Ces grandes crêpes mexicaines qu'on farcit et qu'on roule. Quand vous aurez acheté vos fajitas, partez à la recherche de piments jalapenos.

Ces piments mexicains viennent de la ville de Jalap, dans l'état de Veracruz. Ils sont pile-poil au centre sur l'échelle de Scoville. En gros, les Jalapenos sont censés vous brûler un peu plus que du Tabasco rouge.

Au début du siècle dernier, Wilbur Scoville s'est amusé à noter tous les piments selon leur teneur en capsaïcine, composé actif du piment.

Il faisait tester à des volontaires des solutions de piments qu'il diluait petit à petit, pour arriver au moment où la sensation de brûlure disparaissait complètement.

L'histoire ne dit pas si lui aussi testait ces différentes bombes.

Les journaux, la télévision relatent souvent les expériences de ces gens qui se lancent le défi d'avaler des piments réputés très forts.

La cocotte a vu, dernièrement sur le net, un type au flegme tout britannique, face à sa webcam, qui ingère un Bhut jolokia, piment le plus élevé sur l'échelle du cher Wilbur.

Calmement il mesure la largeur et la hauteur du piment, l'avale tout de go, mastique consciencieusement la bombe puis il décrit ce qui se passe dans sa bouche. Immédiatement il se met à transpirer, il pleure, il se mouche bruyamment, il hoquète, dit qu'il a l'impression de ne plus avoir de langue, s'essuie dans son T. shirt, parle du côté « tasty » de ce piment indien, se ré-essuie le visage pour la cinquième fois, remet ses lunettes et termine en disant : Well, the Bhut jolokia, it's cool ! Ca dure dix minutes !

Et avez-vous entendu parler de ces 10 ados teutons qui ont décidé, très récemment, d'avaler une bouteille de Tabasco rouge, un matin en allant à l'école, juste pour rigoler, et qui se sont retrouvés à l'hôpital, pour 8 d'entre eux ?

Il paraît même qu'en Allemagne, les villes se lancent ce type de défi ! Alors si les grands s'y mettent, pourquoi pas les petits ?

Surtout ne faites pas comme eux. Mais épicez quand même votre gâteau de fajitas. Sans piment, ce plat sera bien plat !

 

Il vous faut :

3 grandes fajitas

500 gr de viande hachée de boeuf

un oignon

du romarin

de la coriandre en poudre

une boîte de concentré de tomates

des piments jalapenos

Si vous ne trouvez pas de jalapenos, vous savez maintenant que vous pouvez les remplacer par quelques gouttes de Tabasco. C'est à vous de doser.

une petite boîte de maïs

2 poivrons rouges

300 gr de fromage qui fond bien, type mozzarella

P1160642.JPGDans un plat creux, mélangez la viande, l'oignon ciselé, la coriandre en poudre, le concentré de tomates, quelques rondelles de piments jalapenos ou quelques gouttes de Tabasco. Ajoutez un peu d'eau si c'est trop épais. Partagez ce mélange en trois parties égales.

Sur une fajitas, versez quelques gouttes d'huile d'olive, étalez une première partie de votre mélange, ajoutez quelques grains de maïs, des rondelles de poivrons, un peu de romarin et un peu de fromage râpé ou coupé en petits morceaux.

Posez par dessus une fajitas et recommencez l'opération deux fois en terminant par une couche de viande recouverte d'une épaisseur très généreuse de fromage.

Passez votre gâteau au four, thermostat 18O°c pendant une trentaine de minutes. A la sortie du four, découpez votre gâteau en parts égales et dévorez-le aussitôt.

Et après ? Yihaa ! Viva Mexico !

vendredi, 05 mars 2010

Bacalao Maracatou

 

P1160161.jpgQuand la Cocotte ne chante pas, la Cocotte percute. Tous les mercredis, depuis 5 ans, avec ses copines et un sourire béat, elle fait le tour du monde des percussions. Le coach, un p'tit jeunot, qui se marre tout le temps, en les voyant jouer, connaît sur le bout des doigts tous les rythmes, tous les instruments, il connaît tout.

Tous les mercredis, il redit inlassablement les rythmes vus la semaine précédente.

Et les élèves du cours, tels des petits singes sans mémoire et la plupart du temps sans rythme, essaient de reproduire les sons avec plus ou moins de succès.

Il leur a tout fait faire, du djembé, des sabars, des cuillères irlandaises, du bodhran, du steeldrum, des congas, du berimbau, des agogos, des shékérés... Vêtus de djellabas, ils ont joué de la derbouka et du bendir. Il les a même déguisés en sud-africains avec bottes en caoutchouc et capsules de bouteilles pour jouer la musique des mines de Johannesburg, les gumboots. En ce moment, ils sont sur le continent sud-américain et apprennent les rythmes que jouent les battucadas du Brésil, ces fanfares du carnaval. Parmi ces rythmes, il y en a un dont la consonance a particulièrement émoustillé l'oreille amusée de la Cocotte. C'est le maracatou. Un rythme du nord du Brésil, qui a ses origines en Afrique noire. C'est un chant et une danse, survivance des défilés processionnels africains que les esclaves ont emporté avec eux dans le Nouveau-Monde. Cette danse fait maintenant partie des cortèges carnavalesques.

Tout ça pour vous instruire, mes petits amis ! Mais aussi parce que la Cocotte avait de la morue et dans ses placards, de l'attiéké dans son frigo, elle a imaginé le plat qui pourrait aller avec cette danse. De la morue au couscous de manioc, du poisson dont les descendants portugais du Brésil raffolent et de l'attiéké, une semoule de manioc au goût subtilement sauvage, l'union et la réunion naturelle de deux continents. Voici donc la bacalao* maracatou ! Ohé, ohé !

 

Il vous faut :

400 à 500 gr de morue séchée

2 poivrons rouges

1 oignon rouge

1 grosse boîte de pulpe de tomates

2 gousses d'ail

1 petite boîte de maïs

quelques olives noires dénoyautées

du sel et du poivre

1 filet d'huile

facultatif : une poignée de noix de cajou

1 paquet d'attiéké (à acheter dans les épiceries orientales ou asiatiques)

 

P1060354-1.jpgFaites dessaler la morue pendant toute une nuit, en changeant d'eau plusieurs fois.

Quand elle a bien « regonflé », faites-la cuire dans une casserole d'eau bouillante pendant une dizaine de minutes.

Pendant ce temps, préparez la sauce. Faites chauffer un filet d'huile dans une petite marmite, faites revenir l'oignon et l'ail ciselés, ajoutez les poivrons découpés en lamelles et la pulpe de tomates. Couvrez et laissez cuire à feu doux pendant 15 à 20 minutes. Ensuite salez, poivrez et ajoutez olives et maïs.

Préchauffez votre four à 160°c. Déposez la morue dans un plat allant au four puis nappez-la de sauce, mélangez et passez au four pendant 20 minutes.

Pendant ce temps, préparez l'attiéké comme indiqué sur le paquet. C'est exactement comme du couscous.

Facultatif : Prélevez une petite portion d'attiéké, faites-le sécher à feu vif dans une poêle en ajoutant de l'ail ciselé et des noix de cajou pendant une ou deux minutes. Passez tout ça au mixeur. Versez ce mélange dans un joli bol et saupoudrez la bacalao maracatou et l'attiéké de cette poudre parfumée.

*bacalao, bacalhau : morue.

dimanche, 06 décembre 2009

Pain de viande ou Meatloaf

 

meatloaf Cocotte.jpgPuisque vous avez lu le dernier papier de la Cocotte sur les méfaits environnementaux dûs à l'élevage et qu'à partir de maintenant, vous allez manger de la viande un jour sur deux, il faut bien vous donner des recettes à base de viande.

Puisque la dernière recette n'a pas plu à son chéri, il faut bien que la Cocotte se rattrape. Et que va-t-elle faire ? Elle va préparer une recette dont le nom évoque l'un des groupes préférés du dit-chéri. Un meatloaf !

Meat Loaf, vous connaissez ? Un Américain, lourdingue et ringard...dont on retiendra un titre, « Bat out of hell », qu'il a décliné à toutes les sauces. Allez, reconnaissons-lui également « I would do anything for love ».

Parallèlement à sa carrière musicale, il a aussi tourné pour le cinéma et la télé. Très récemment il est apparu dans un épisode de Dr House.

Ça, c'est vraiment pour faire plaisir à son chéri, The Cocotte would do anything for love.

Elle est pas sympa, cette Cocotte ?

A propos de la viande, elle achète toujours son bœuf, son porc, son veau, chez son boucher. Il connaît tous les morceaux, les découpe selon les envies des clients et donne toujours des petits conseils en plus, juste comme ça. Parce qu'il aime son travail.

 

Voici donc une petite recette simple, savoureuse, à servir chaude ou froide et qui va durer tout le weekend.

 

Il vous faut :

500 gr de boeuf haché

500 gr de chair à saucisse

1 oignon

1 gousse d'ail

un peu de mie de pain dur

du lait

1 oeuf

Sel et poivre

une branche de thym

5 ou 6 fines tranches de lard fumé

1 ou 2 feuilles de laurier pour décorer

 

Faites tremper votre mie de pain dans le lait. Égouttez rapidement et ajoutez cette mie à votre viande (boeuf haché  et chair à saucisse), ciselez l'oignon et l'ail, ajoutez-les à la viande, puis continuez avec l'oeuf. Salez et poivrez et effeuillez le thym.

Dans un moule à cake, déposez dans le fond vos tranches de lard fumé, remplissez ensuite du mélange de viande et passez tout ça au four, à 180 °c, pendant une petite heure. Vous pouvez consommer votre meatloaf chaud mais c'est meilleur quand il est froid.

Laissez refroidir et mettez au frais.

Un peu de gelée va se former. Découpez de belles tranches et servez-les accompagnées de salade, de cornichons, de moutarde et d'un bon verre de vin.

Vous n'êtes pas obligé d'écouter Meat Loaf en même temps.

Vous avez de la chance, vous !

samedi, 05 septembre 2009

Epis de maïs et lingots roses

P1020363-1.jpgEn rose et jaune

La Cocotte vous offre deux recettes pour le prix d'une et un peu de gaieté dans vos assiettes !

On commence par une recette de maïs à croquer.

Sachez qu'il existe trois variétés de maïs, celui en grains pour les poules, pas les Cocottes comme moi, les vraies poules avec des plumes et tout et tout. On l'utilise aussi pour faire de la farine, de la semoule, des flocons ou de l'huile.

Ensuite vous trouvez le maïs doux pour faire la recette d'aujourd'hui qu'on achète aussi en boîte une fois égréné.

Enfin vous avez le maïs à pop-corn qu'on fait péter dans une marmite huilée et qu'on caramélise après.

1, Allez vite traîner du côté de Wazemmes, rue Jules-Guesde et achetez du maïs en épis aux petits marchands qui étalent leur récolte de la semaine, comme ça, sur le trottoir.

3 épis pour 1 euro, vous trouverez pas mieux ! Ça va pas durer !

Vous rentrez chez vous, vous enlevez les premières feuilles, vous n'en laissez qu'une épaisseur tout autour de l'épi puis vous ôtez la touffe de poil au sommet de celui-ci.

Faites cuire à la vapeur pendant une bonne quinzaine de minutes. Vous pouvez aussi les cuire dans de l'eau bouillante directement.

Servez aussitôt avec une belle noix de beurre. Piquez une fourchette à chaque bout de l'épi, pour ne pas vous brûler et faites comme un castor, rongez tout autour de l'épi. Les mômes adorent !

 

 

P1020511-1.jpg2, Faites trempez des haricots lingots roses pendant une nuit. Rincez et faites cuire pendant une trentaine de minutes. Surveillez, il faut qu'ils soient encore un peu croquants.

Égouttez-les puis laissez-les refroidir.

Dans un grand saladier, mélangez-les à un oignon frais coupé en fines rondelles, une gousse d'ail ciselé, un filet d'huile d'olive, 1 ou 2 cuillères de bon vinaigre balsamique, du sel, du poivre, quelques feuilles de basilic et pour finir, des cubes de chorizo fort.

Les mômes adorent.

 

Et si vous n'aimez pas ces petits lingots, remplacez-les par des lentilles, qu'elles soient du Puy ou d'Espagne. C'est une merveille !

Les mômes adorent !

Ah, j'allais oublier : bonne braderie à tous !