mardi, 17 décembre 2013

Fischbrot aux échalotes

Sur la Baltique, on mange ces petits pains au poisson à toute heure de la journée. Chez la Cocotte, on les mange aux échalotes.

Fischbrot aux échalotes, fischbrot, échalotes

Pour 6 personnes
Ingrédients : 6 faluches ou 6 pains ronds aux céréales, 6 morceaux de filets de cabillaud, de la chicorée pain de sucre, 1 œuf, 10 cl d’huile, moutarde, sel, poivre, ½ échalote, persil. Thym, laurier, citron et oignon pour le court-bouillon.
Préparation : 10 mn – cuisson : 5 mn – coût : * - difficulté : *
Faites une mayonnaise avec l’œuf, l’huile, la moutarde, le sel et le poivre. Pelez et ciselez finement l’échalote. Lavez quelques brins de persil et ciselez-le également. Mélangez à la mayonnaise et réservez-la au frais.
Lavez la salade pain de sucre et coupez-la en lamelles.
Faites un court-bouillon avec thym, laurier, oignon et citron et pochez les morceaux de poisson 5 minutes à peine. Egouttez-les. Toastez rapidement les faluches, garnissez l’intérieur avec la mayonnaise et déposez un beau morceau de poisson. Ajoutez quelques lamelles de salade et c’est fini. Vous obtenez un magnifique fischbrot aux échalotes.

vendredi, 07 décembre 2012

Tourte Gibraltar

Cette tourte, c’est la rencontre du Royaume Uni (le cheddar) et de l’Espagne (le chorizo), une certaine idée du melting-pot, une belle et bonne association.

Tourte Gibraltar, tourte, cheddar, chorizo, bettes

Pour 6 ou 8 personnes
Ingrédients : 1 rouleau de pâte feuilletée, 2 poireaux, les feuilles d’une botte de bettes, 20 g de beurre, 200 g de cheddar, 2 œufs, 1 yaourt nature, sel et poivre, 12 fines rondelles de chorizo.
Préparation : 10 mn – cuisson : 40 mn – Coût : * - difficulté : * - Ustensile : tourtière
Préchauffez le four à 160°/170°. Enlevez le bout touffu des poireaux et une partie du vert. Coupez les poireaux en tronçons, lavez et séchez. Faites fondre le beurre dans une sauteuse et ajoutez les poireaux pour les faire suer 5 minutes. Vous pouvez ajouter un peu d’eau. Lavez les feuilles de bettes, enlevez la côte épaisse et coupez les feuilles en lanières. Quand les poireaux sont tendres, ajoutez les lanières de bettes. Mélangez, salez très légèrement et poivrez. Couvrez et laissez cuire 2 ou 3 minutes à feu doux. Déroulez la pâte feuilletée sur une tourtière. Râpez grossièrement le cheddar. Dans un plat creux mélangez les œufs entiers, le yaourt, le cheddar et les légumes. Répartissez ce mélange sur la pâte feuilletée et déposez les rondelles de chorizo par-dessus. Mettez au four pendant 25 à 30 minutes. Les bords de la tarte doivent être dorés. Sortez la tourte et dégustez-la aussitôt.

07.12.2012

mercredi, 11 juillet 2012

Shortbreads à la cassonade et fraises au whisky

A 5 mois, la Cocotte met le triangle et le cylindre dans le cube en bois. A 7 ans, elle relit pour la cinquième fois Guerre et Paix. A 9 ans, elle traverse l'Australie, accompagnée de son fidèle kangourou, Pépette. A 11 ans, sur sa lancée, elle part en expédition au pôle Nord avec un sac contenant des billes d'argile et un octant ayant appartenu à Pline le jeune qui le tenait lui-même de Pline l'ancien. De 12 à 23 ans, il ne se passe pas grand-chose dans la vie de la Cocotte, la routine, la vie suit son cours normal, sans méandre. A 24 ans, dans le plus grand secret, elle met en évidence le boson de Higgs. A 27 ans, elle termine première du Tour de France, emportant 5 étapes d'afilée. A 28 ans, la Cocotte goûte au whisky. Quel âge aura-t-elle quand elle découvrira le pays d'origine de ce breuvage qui lui ferme les yeux et lui secoue la tête ? En attendant, elle prépare son voyage en regardant le site de l'office du Tourisme d'Ecosse. Vous connaissez l'Ecosse ?

La recette

Il y a un âge pour tout. A 28 ans, la Cocotte est en train de découvrir à très petites doses, cette boisson dont les Irlandais et Ecossais se disputent l’origine.

shortbreads à la cassonnade et fraises au whisky, visitScotland.org, Rebelle, Disney

Pour 20 shortbreads
Ingrédients : 100 g de cassonade, 200 g de beurre salé, 300 g de farine, 500 g de fraises, 40 cl de crème liquide, 2 càs de miel d’acacia et 6 càs de très bon whisky, sucre.
Préparation : 15 mn – Cuisson : 30 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : emporte-pièce rond
Mélangez cassonade, beurre coupé en très petits morceaux et farine. Formez une grosse boule bien homogène. Enfermez-la dans un sac plastique et laissez-la reposer 1 heure au réfrigérateur. Puis préchauffez le four à 150°c. Etalez la pâte sur 1 cm d’épaisseur et découpez des ronds de 6 à 8 cm de diamètre. Déposez-les sur du papier sulfurisé et faites-les cuire 30 mn. Laissez-les refroidir. Lavez et coupez les fraises en tranches. Versez dessus 3 càs de whisky et ajoutez un peu de sucre. Laissez mariner au frais. Montez la crème en chantilly*, ajoutez petit à petit le miel** et le whisky. Recouvrez les shortbreads de fraises marinées puis répartissez la crème chantilly sur le dessus. Servez aussitôt.
*La chantilly peut aussi se faire en siphon.
**Le miel d’acacia étant liquide, il se mélangera très facilement.

11.07.2012

mardi, 03 juillet 2012

Pain suédois à la crème de poisson

Proverbe suédois : Mets ton pain dans un torchon, tu verras comme il sera bon.
Proverbe de la Cocotte : Puis mets-le dans du plastique, il sera fantastique !

pain suédois à la crème de poisson

Pour 10 à 12 pains
Ingrédients : 50 g de beurre, 250 ml de lait, 15 g de levure de boulanger, 50 g de sucre en poudre, 300 g de farine type 55, 100 g de farine de seigle complète, sel, 125 g de fromage frais, 1 oignon rouge, 1 boîte de filets de poisson (maquereau ou saumon), feuilles de salade, tomates…
Préparation : 15 mn + repos de la pâte – Cuisson : 2 à 3 mn par galette – Coût : * - Difficulté : * - Ustensiles : rouleau à pâtisserie, linge, sac-plastique.
Faites fondre le beurre, mélangez au lait tiédi et au sucre et ajoutez la levure émiettée. Laissez reposer 10 minutes. Mélangez les farines et le sel et ajoutez le lait au beurre. Formez une belle boule non-collante. Mettez à lever pendant 1 h. Coupez la pâte en 12 portions égales. Etalez-les en cercles de 15 à 20 cm environ, sur un plan fariné. Piquez les cercles avec une fourchette pour les aérer. Faites chauffer une poêle anti-adhésive et faites cuire les galettes 1 à 2 mn d’un côté puis 1 mn à peine de l’autre. Placez-les aussitôt dans un linge propre puis mettez le linge dans un sac-plastique, pour garder le pain souple.
Mixez fromage et poisson. Etalez sur le pain, ajoutez feuilles de laitue, rondelles de tomates et oignons et formez des petits sandwiches à dévorer sur le champ.

03.07.2012

mercredi, 13 juin 2012

Roulés à la cannelle

Parfois il faut peu de choses pour faire plaisir. Ici, deux petites cuillères à café de cannelle et l’on vous vouera une reconnaissance éternelle. Ou presque.

roulés à la cannelle, roulés, cannelle

Pour une vingtaine de roulés
Ingrédients : ½ cube de levure de boulanger, 400 g de farine type 55, 1 pincée de sel, 50 g de sucre, 15 à 20 cl de lait, 40 g de beurre, 2 cuillères à café de cannelle en poudre, 50 g de cassonade.
Préparation : 30 mn + levée – Cuisson : 12 à 15 mn – Coût : * - Difficulté : *
Délayez la levure dans une petite tasse de lait tiède. Incorporez-le à la farine, ajoutez le reste du lait mis à tiédir, le sucre et la pincée de sel. Mélangez jusqu’à obtenir une belle boule de pâte. Couvrez d’un linge propre et laissez lever pendant 1 h 30. Au bout de ce temps, faites fondre le beurre, mélangez-le au sucre en poudre et à la cannelle. Réservez. Travaillez la pâte à nouveau et étalez-la en 2 grands rectangles de 30 x 40 cm environ. Etalez au pinceau le mélange beurre/sucre/cannelle sur ces rectangles et roulez-les. Coupez ensuite des tranches d’2 cm d’épaisseur, déposez-les sur du papier-cuisson, sur une plaque à pâtisserie. Laissez gonfler à nouveau pendant 1 h.
Puis enfournez dans un four chaud, à 180°c, pendant 12 mn à peu près. Les roulés doivent être juste dorés. Déposez-les sur une grille à la sortie du four et dévorez-les encore chauds.

13.06.2012

mercredi, 08 février 2012

Coussin berlinois

Un peu de légèreté dans un monde de brutes ! On ralentit, on prend son temps, on prend une petite cuillère, on ferme les yeux et on déguste.

coussin berlinois, berliner luft

Pour 6 grandes verrines
Ingrédients : 4 œufs, 120 g de sucre en poudre, 1 cuillère à café d’extrait de vanille, ½ citron pressé, 3 feuilles de gélatine alimentaire, 120 ml de vin blanc (Gewurztraminer ou Coteaux du Layon), 200 g de cerises au sirop et 200 g de confiture de fraises.
Préparation : 10 mn + temps de réfrigération – Cuisson : 2 mn – Coût : * - Difficulté : *
Faites ramollir les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide. Quand elles sont ramollies, faites chauffer le vin blanc 1 à 2 minutes. Egouttez les feuilles de gélatine et faites-les dissoudre dans le vin. Laissez refroidir. Séparez les blancs des jaunes d’œuf. Battez les jaunes avec le sucre, le jus de citron et l’extrait de vanille. Versez le vin et la gélatine et fouettez vivement. Mettez le mélange au réfrigérateur et laissez prendre une petite heure. Montez les blancs en neige. Puis incorporez-les délicatement à la préparation précédente.
Egouttez les cerises au sirop et mélangez-les à la confiture de fraises. Déposez 1 ou 2 cuillères à soupe dans le fond de chaque verrine. Couvrez de crème au vin blanc et mettez au réfrigérateur. Laissez prendre 2 heures minimum. Servez très frais.

08.02.2012

lundi, 06 février 2012

Crème de camembert

La Cocotte a testé pour vous la crème de camembert. Si, si ! Mais elle n’a pas fait que ça, elle l’a aussi réalisée, tout comme les 670 autres recettes de ce blog, d’ailleurs.  Oui, Mesdames et Messieurs, la crème de Camembert, ça se fait et ça se mange.

Vous trouverez son origine du côté de la Bavière, son véritable nom est obatza. Mais on peut l’écrire également obatzda, obazda ou obatzter. Le Bavarois nous donne ici la preuve d’une grande souplesse dans la taxinomie. Grande souplesse aussi dans la confection de cette crème molle et beige puisque l’obatza est au Bavarois ce que le pudding est à l’Anglais. L’obatza, c'est la capacité, voire l’art, d’accommoder les restes.
Quand, dans le réfrigérateur du Bavarois, des petits rogatons de fromage traînent depuis plusieurs jours, le Bavarois a soudain des envies de mixer, broyer, émincer et allonger à la bière. Le Bavarois ne jette rien, le Bavarois recycle et le Bavarois partage. Parce que, tel le pudding, l’obatza, c’est bon. L’obatza, c’est la porte ouverte à l’imagination.
La Cocotte a souvent fait cette recette. Désormais elle est en capacité de vous donner Sa version. Une version où un Coulommiers coulant à souhait mais pas trop fait se fondra à merveille, où la bière n’aura pas trop sa place, où un quart d’oignon suffira amplement, où cumin en grains et paprika montreront une fois de plus qu’ils sont faits pour s’entendre et où un excellent fromage blanc fermier se révèlera un liant fabuleux.
Laissez-vous faire. Prenez un bretzel et trempez dans l’obatza, vous n’en reviendrez pas.

Crème au fromage
Un fromage un peu trop coulant s’ennuie dans votre réfrigérateur ? Un petit reste de fromage blanc aussi ? Unissez-les dans une mousse et étonnez vos invités.

crème au fromage, obatza, obatzda, obazda, obatzter

Pour 1 grand bol
Ingrédients : 1 Camembert  ou 250 g de fromage, type Brie ou Coulommiers, 200 g de fromage blanc, ½ oignon, sel, poivre, cumin en grains et paprika. Facultatif : Bière.
Préparation : 5 mn – Cuisson : 0 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : Mixeur électrique.
Pour cette recette, choisissez un fromage bien mou mais pas trop fait. Il ne faut que son parfum embaume trop la maison. Grattez la peau du fromage pour en enlever le maximum. Epluchez l’oignon, coupez-le en deux voire en quatre. Passez le fromage coupé en morceaux et un quart ou une moitié d’oignon au mixeur électrique. Vous devez obtenir une mousse bien épaisse. Versez-la dans un grand bol, ajoutez le fromage blanc et fouettez la mousse énergiquement. Salez un peu, poivrez comme vous aimez. Saupoudrez la crème au fromage d’un peu de paprika (doux ou fort) et de quelques graines de cumin.
Mettez le bol au frais jusqu’au moment de servir, en apéritif.
Pour déguster la crème, proposez des bretzels, des gressins, des légumes coupés en bâtonnets (carottes, radis noirs…)
Conseil : Vous pouvez enlever un peu de fromage blanc et allonger la crème avec 5 cl de bière.

06.02.2012

vendredi, 03 février 2012

Boudin noir entre ciel et terre

Le ciel, c’est la pomme-fruit qui pousse sur un pommier. La terre, c’est la pomme de terre qui pousse dans la terre. Et le boudin noir, c’est du boudin noir.

boudin noir entre ciel et terre, boudin noir, pommes, pommes de terre

Pour 6 personnes

Ingrédients : 1 kg de pommes de terre à purée (Agria, Monalisa, Bintje…), 3 pommes acidulées (Reinette, Rubinette…), 1 oignon, 400 g de boudin noir, lait, beurre, sel et poivre.

Préparation : 10 mn – Cuisson : 20 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : Presse-purée

Epluchez les pommes de terre, coupez-les en quartiers et cuisez-les à la vapeur pendant 15 à 20 mn, dans de l’eau salée. Quand la pointe d’un couteau passe facilement à travers, réduisez-les en purée avec le presse-purée. Ajoutez un peu de lait chaud et poivrez. La purée doit être assez épaisse. Epluchez les pommes, enlevez le trognon et coupez les pommes en morceaux. Faites-les cuire à feu très doux, dans une petite casserole, sans rien ajouter, pendant 5 mn. Mélangez les pommes à la purée et réservez. Epluchez l’oignon et ciselez-le finement.

Dans une poêle anti-adhésive, faites fondre 20 g de beurre et faites dorer doucement l’oignon. Dans la même poêle, faites cuire le boudin noir en prenant garde de ne pas le faire éclater. Quand il est cuit, découpez-le en rondelles d’1 cm.

Servez la purée pommes-pommes de terre, quelques rondelles de boudin et parsemez de lamelles d’oignon.

03.02.2012

 

vendredi, 06 janvier 2012

Spätzle au gratin

Un jour la Cocotte vous apprendra à faire vous-même ces pâtes qui viennent d’Allemagne, de Suisse ou encore d’Alsace et qui portent un drôle de nom. Un jour…

spätzle, spätzle au gratin

Pour 6 personnes
Ingrédients : 500 g de spätzle, un peu de beurre,  1 oignon, 1 gousse d’ail, quelques feuilles de sauge, 1 càs de farine, du thym, 1 bouillon-cube (volaille ou légumes), 200 g de fromage (Comté, Gruyère, Emmental…), sel, poivre.
Préparation : 10 mn – Cuisson : 45 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : Plat à gratin
Préchauffez le four à 180°c. Faites bouillir de l’eau salée pour cuire vos spätzle. Suivez les indications du paquet mais en général il faut toujours plus de 10 minutes. Pendant ce temps, préparez la sauce. Faites fondre 20 g de beurre, épluchez et ciselez finement l’oignon et l’ail. Faites-les dorer. Ajoutez la sauge, la cuillère à soupe de farine et 300 à 350 ml d’eau. Continuez avec le bouillon-cube et le thym. Salez et poivrez. Couvrez et laissez cuire à feu doux le temps que vos pâtes cuisent.
Egouttez-les. Versez un peu de sauce dans le fond du plat à gratin et mélangez le reste aux pâtes. Râpez le fromage. Mélangez les 2/3 aux pâtes puis répartissez les pâtes dans le plat et couvrez-les du reste du fromage. Mettez au four pendant 30 minutes, le temps que cela gratine comme il faut et dégustez ces pâtes telles quelles.

06.01.2012

lundi, 10 octobre 2011

Bangers and mash

Ou comment transformer une banale purée-saucisse en plat exotique ? Certes l'exotisme de la Cocotte s'arrête aujourd'hui en Irlande mais c'est absolument délicieux.

bangers and mash, purée-saucisse, la Cocotte, www.lacocotte.nordblogs.com/; la Voix du Nord

Pour 6 personnes

Ingrédients : 1, 5 kg de pommes de terre à purée, 25 cl de lait, 2 càs de crème fraîche, 6 saucisses (chipolatas ou saucisses de Toulouse), 20 g de beurre, 3 oignons, 1 càs de farine, 25 cl d'eau, 1 bouillon-cube, 1 carotte, sel, poivre.

Préparation : 10 mn – cuisson : 25 mn – Coût : * - Difficulté : *

Epluchez les pommes de terre et faites-les cuire à la vapeur 20 à 25 mn pour en faire une purée. Epluchez les oignons et détaillez-les finement. Faites fondre le beurre dans une sauteuse, ajoutez les oignons et faites-les dorer. Réservez-en une petite partie pour l'incorporer à la purée et mettez l'autre partie dans une assiette. Dans la sauteuse, faites cuire les saucisses. Quand elles sont à peine dorées, remettez les oignons dans la sauteuse, saupoudrez d'un peu de farine et d'eau pour lier. Incorporez le bouillon-cube et la carotte découpée en brunoise (1 à 3 mm de côté). Couvrez et laissez cuire 10 minutes. Ecrasez les pommes de terre à la fourchette. Ajoutez le lait, la crème et les oignons mis de côté. Salez, poivrez et mélangez. Servez la purée et la saucisse posée dessus et nappez de sauce.

Petit conseil : Dans la sauce, vous pouvez mettre les légumes que vous voulez, chou, poireau... Ce sera votre petite touche personnelle.

10.10.2011

jeudi, 19 mai 2011

Cocotte à steak

steak, attendrisseur, pommes de terre, oignons

Et viva la Papa ! Non, non, rassurez-vous, le pape n'est pas mort et un nouveau pape n'est pas appelé araignée ! Araignée, pourquoi pas libellule ou papillon ? Bon ça c'est fait !

Non, vive le tubercule, la petite truffe, la parmentière, la chip, la bintje, la belle de Fontenay, la frite, la patate, la pomme de terre, quoi !

Oui, la papa, c'est le nom que lui ont donné ses premiers cultivateurs, les Péruviens. Arrivée en Europe au XVIème siècle, elle n'est développée en France qu'à partir du XVIIIème, grâce à Antoine-Augustin Parmentier.

Pharmacien dans l'armée, il découvre cette petite boule d'amidon à Hanovre. Il gagne un prix donné par l'Académie de Besançon, avec la présentation d'un mémoire dont le sujet porte sur les aliments pouvant limiter les effets désastreux d'une disette.

Tintoine, c'est comme ça que sa femme le surnommait, en fait pousser sur la « plaine des sablons » à Paris et place le chantier sous surveillance le jour mais pas la nuit. Résultat, les parisiens viennent voler ce tubercule, l'adoptent et son usage se répand un peu partout.

Au même moment, en Suède, un dénommé Svenson Gustavson découvre qu'on peut attendrir la viande en tapant dessus avec un objet en bois. Il décide de glisser un beefsteak tout raplapla entre des rondelles de pommes de terre et appelle cette recette « Parmentirglött » en hommage à qui vous savez. Le tour est joué !

Au fait, en suédois, la pomme de terre se dit potatis !

P1020632b.jpgLa recette :

Ne vous fiez pas au nom, ceci n'est pas un plat d'Amérique centrale. Non, c'est un plat qu'on pourrait trouver sur une table suédoise. Smaklig maltid !*

Pour 6 personnes

Ingrédients : 1 kg de pommes de terre Bintje, 500 g d'oignons, 6 petits steaks de boeuf, du thym, 3 cuillères à soupe d'huile de tournesol, sel, poivre, 30 cl d'eau ou de bouillon de légumes ou de viande.

Préparation : 15 mn – Cuisson : 45 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : attendrisseur et cocotte en fonte

Épluchez les pommes de terre, lavez-les puis essuyez-les soigneusement. Épluchez les oignons. Détaillez ces deux légumes en fines rondelles. Avec l'attendrisseur, aplatissez bien les steaks en tapant dessus. Il faut qu'ils doublent de taille. Faites chauffer l'huile dans la cocotte. Quand elle est bien chaude, déposez une couche d'oignons et un peu de thym. Continuez avec une couche de pommes de terre. Couvrez d'une couche de viande, salez, poivrez. Recommencez l'opération jusqu'à épuisement des ingrédients en terminant par une couche de pommes de terre. Salez, poivrez et ajoutez encore du thym. Ne mélangez surtout pas. Ajoutez un peu d'eau ou de bouillon pour éviter que les oignons attachent dans le fond. Couvrez la cocotte et laissez cuire à feu doux pendant 45 minutes. La lame d'un couteau doit passer sans résistance à travers les pommes de terre.

*Bon appétit !

19.05.2011

mercredi, 11 mai 2011

Bretzels

 

bretzelsOn dirait des bras croisés qui attendent d'être dévorés. Ces petits pains allemands dorent comme par magie. Voulez-vous savoir pourquoi ?

Pour 10 bretzels

Ingrédients : 1 cube de levure de boulanger, 500 gr de farine, env. 300 ml d'eau tiède, 1 càc de sel fin, du gros sel, 3 càs de bicarbonate soude.

Préparation : 10 mn + 2 h – Cuisson : 25 mn – Coût : * - Difficulté : *

Délayez la levure dans l'eau tiède. Versez la farine dans un plat, faites un creux au milieu et versez la tasse de levure/eau. Ajoutez du sel. Mélangez bien pendant 5 minutes. Couvrez et laissez monter la pâte 1 heure.

Au bout de ce temps, retravaillez la pâte en ajoutant au besoin un peu de farine. Elle ne doit pas coller. Divisez votre pâte en 10 morceaux. Avec chaque morceau, faites 1 boudin de 40 cm de long, fin sur les bouts, épais au milieu. Croisez et remontez les bouts et fixez-les sur le bretzel. Déposez tous vos bretzels sur du papier sulfurisé un peu fariné. Couvrez d'un linge et laissez les pains gonfler.

Au bout d'1 heure, préchauffez le four à 200°c et dans une marmite, faites bouillir de l'eau additionnée de bicarbonate de soude. Ça va les aider à dorer une fois dans le four ! Délicatement, déposez 1 bretzel dans la marmite. Laissez-le gonfler 30 secondes et remettez-le sur la plaque. Saupoudrez de gros sel. Reproduisez l'opération pour chaque bretzel. Passez-les tous au four 20 mn. Laissez refroidir sur une grille.

vendredi, 11 mars 2011

Smorbrod au hareng

 

smorbrod, hareng fuméEn Suède, les sandwiches se disent smorbrod, littéralement beurre et pain. Sur une tranche de pain, se rencontrent poissons, légumes, fruits selon les envies.

Pour 6 personnes

Ingrédients : 12 tranches de pain bis aux céréales, 300 g de harengs fumés, 1 briquette de crème liquide, 1 betterave, 1 oignon rouge, 1 pomme acidulée, du jus de citron, 1 càc de raifort ou de moutarde douce, une endive et de l'aneth.

Faites cuire la betterave à la vapeur 30 à 40 mn dans une cocotte-minute. Épluchez-la et détaillez-la en très fines tranches. Dans un mixeur, écrasez le hareng fumé avec 10 cl de crème liquide pour obtenir une pâte un peu épaisse. Détaillez l'oignon rouge en fines rondelles, faites de même avec la pomme en l'aspergeant de citron pour éviter qu'elle ne s'oxyde. Mélangez le reste de crème liquide au raifort ou à la moutarde douce et étalez-en une cuillère sur chaque tranche de pain.

Continuez avec la pâte de hareng puis la betterave, la pomme, des endives finement coupées et les oignons.

Ciselez un demi-bouquet d'aneth et parsemez-en chaque tranche.

Si vous en avez envie, ajoutez des rondelles de gros cornichons doux et des crevettes décortiquées.

Dégustez aussitôt. Les pommes n'attendent pas.

Pssitt, vous pouvez utiliser une betterave déjà cuite ! On ne vous dira rien...

11.03.2011

samedi, 15 janvier 2011

Poulet à l'aneth

 

Poulet à l'aneth.jpgEpice présente dans tous les plats de poisson des pays du nord de l'Europe, l'aneth se marie aussi avec d'autres ingrédients. Aujourd'hui, ce sera avec du poulet.

Pour 6 personnes

Ingrédients : 1 beau poulet fermier, 30 g de beurre, 1 petit verre de vinaigre blanc, 1 oignon ou 1 échalote, 30 cl de bouillon de volaille, 1 bouquet d'aneth, 2 càs de crème fraîche, de la moutarde, 1 oeuf (facultatif), sel et poivre.

Préparation : 10 mn – Cuisson : 40 mn – Coût : * - Difficulté : *

Enlevez complétement la peau du poulet. Si vous êtes paresseux, achetez des blancs de poulet.

Découpez votre poulet en plusieurs morceaux. Faites fondre le beurre dans une sauteuse. Faites dorer tous les morceaux de volaille puis mouillez avec le vinaigre. Quand celui-ci a presque disparu de la sauteuse, ajoutez l'oignon émincé finement. Mouillez avec le bouillon de volaille, salez, poivrez et laissez mijoter 30 mn, à couvert.

Mélangez le bouquet d'aneth ciselé, la crème fraîche* et la moutarde puis incorporez cette sauce àdans la sauteuse. Mélangez. Battez rapidement un œuf et versez-le dans la sauteuse pour lier la sauce. Laissez cuire encore quelques minutes.

Servez ce poulet avec du riz, des pommes-vapeur ou des haricots verts quand c'est la saison.

*Vous pouvez remplacer la crème fraîche par 100 g de fromage frais.

15.01.2011

mercredi, 31 mars 2010

Hareng hvit-hvit

 

P1160570.JPGSeriez-vous capable de citer, là comme ça, une recette de cuisine norvégienne ?

Non, pas l'omelette, elle n'a de norvégien que le nom ! Autre chose, s'il vous plaît ? Non ?

C'est difficile, n'est-ce pas ?

Et pourquoi ? Parce que la contribution de la Norvège au patrimoine gastronomique mondial est nulle ! Qui a goûté leur fromage au caramel ne viendra pas contredire la Cocotte.

Dans ce pays, tout est congelé. Les côtes de porc font 1 cm d'épaisseur et sont désespérément et uniformément plates. Les légumes, on n'en voit pas ! Et les poissons, ils sont comme les côtes de porc, tristes, tristes ! Qui plus est, les prix sont prohibitifs.

Deux hamburgers, un litre de jus de fruit et un paquet de chips et votre budget-vacances explose en une seule fois !

Mais si vous mettez de côté ces considérations culinaires et que vous vous rendez là-bas, vous allez voir un des plus beaux pays du monde ! La mer, les fjords, les glaciers, les paysages sont à tomber.

La fille de la Cocotte a pu le constater cet été en allant y travailler. Et pour le baccalauréat cette année, elle s'est inscrite à une épreuve facultative de norvégien. Pendant 3 mois, à l'aide d'une méthode Assimil, elle a appris les rudiments de cette langue aussi déconcertante que sa cuisine. A l'heure du petit déjeuner, elle partageait avec nous ce qu'elle avait appris la veille : J'aime le fromage, peux-tu fermer la porte d'entrée ?, l'instinct primitif prend le dessus. Et maintenant si vous lui dites « Vi bestilte laksesmorbrod og ol », elle sait aussitôt que vous avez commandé des canapés au saumon et de la bière !

Dernièrement elle a passé cette épreuve dans son lycée, dans une salle transformée en véritable tour de Babel. Autour d'elle, on planchait berbère riffin ou schleuh, malgache, albanais, peuhl ou bambara... Dans quelques semaines, on saura si elle a réussi à traduire le texte de Jostein Gaarder.

Et si elle cartonne, la Cocotte pourra lui dire : « Du er den 'peneste, den 'deiligste, den 'flinkeste !**

Aujourd'hui la Cocotte vous propose de cuisiner un poisson qui se déplace en bancs dans la mer de Norvège, le hareng, accompagné de légumes blancs (hvit) pour rappeler les paysages d'hiver de là-bas. Un hiver qui dure au moins 10 mois, d'après certains expatriés proches de la Cocotte.

 

Il vous faut :

Pour 4 personnes

4 harengs fumés

du lait

4 endives

1 morceau de sucre

2 cuillères de moutarde

du thym

1 boule de céleri

1 noix de beurre

un peu de fromage blanc

 

_MG_7549.jpgFaites tremper vos harengs dans du lait, dans une casserole pendant 2 heures. Au bout de ce temps, faites-les chauffer à feu doux dans le lait de trempage pendant 15 minutes.

Dans une poêle, faites fondre un peu de beurre, ajoutez le sucre, la moutarde et le thym. Allongez avec un peu de lait. Enlevez les premières feuilles et le « trognon » des endives et déposez-les sur la sauce. Faites cuire à feu moyen pendant 15 minutes.

Épluchez la boule de céleri, coupez-la en morceaux et mettez-les à cuire dans une casserole en les couvrant d'eau. Quand la lame d'un couteau passe à travers les morceaux, c'est cuit. Passez ces morceaux au mixeur pour en faire une purée en y ajoutant un peu de beurre et de fromage blanc.

Dressez sur une assiette ces trois ingrédients tirant vers le blanc.

*hvit : blanc

**Tu es la plus belle, la plus délicieuse, la plus intelligente !

 

vendredi, 22 janvier 2010

Appelkaka, gâteau suédois aux pommes

P1140932-1.jpgDans la série « Qu'est-ce que vous faites de votre pain dur ? Ben, on le mange ! » , voici la recette du gâteau Suédois à la pomme.

Dans la série « C'est le weekend et je n'ai pas envie de m'emm... à faire la cuisine, qu'est-ce que tu proposes ? », voici la recette du gâteau Suédois à la pomme.

Dans la série « Combien de raisons faut-il pour faire du gâteau Suédois à la pomme ? », en voici au moins 2. Et quand vous l'aurez goûté, vous en aurez au moins 3 pour vite recommencer.

La Cocotte suit les conseils de Miss Boulette qui garde toujours du pain dur. Non pas pour les oiseaux mais en vue de préparer du pudding. La Cocotte fait maintenant de même. Non pas pour les oiseaux, elle aime pas ça, ni pour faire du pudding.

Quand on a goûté celui de la Boulette, flambé au rhum, avec des gros morceaux de sucre plantés sauvagement dans le gâteau, on ne cherche pas à l'imiter, on laisse faire les grandes.

Non, la Cocotte a son p'tit tas de pain dur qui dort près du radiateur de la cuisine. En prévision des jours où ses voisines préférées auront besoin de faire des boulettes d'épinards, où ses enfants auront besoin de Wiener Schnitzels... Bref, elle a toujours du pain dur d'avance.

Alors quand elle voit qu'une recette nécessite d'entamer son p'tit tas, ça la met en joie.

Ainsi est la Cocotte !

Pour transformer votre pain en chapelure, optez pour un bon marteau en caoutchouc ou un rouleau à pâtisserie ou un bon blender. La Cocotte opte pour Brenda, blender fidèle et robuste qui fait ça hop hop ! En 30 secondes, elle obtient une poudre fine, juste ce qu'il faut.

 

P1140837-1.jpgIl vous faut donc :

200 gr de chapelure

1 kg de bonnes pommes à cuire

200 gr de sucre en poudre

100 gr de beurre fondu

1 peu de beurre pour le fond du moule

1 grosse cuillère à café de cannelle

de la crème fraîche pour servir

 

Préchauffez votre four à 180°c.

Mélangez chapelure, sucre, cannelle et beurre fondu.

Épluchez les pommes, enlevez les pépins et coupez-les en fins quartiers.

Beurrez un plat qui va au four, style moule à soufflé et déposez une fine couche du mélange chapelure, sucre... Recouvrez de pommes et recommencez l'opération jusqu'à épuisement des stocks en finissant par la chapelure.

Faites cuire votre gâteau pendant 45 minutes. Les pommes sont fondantes mais non fondues.

Servez-le tiède accompagné de crème fraîche et de thé. C'est tout con et c'est bon.

 

vendredi, 04 décembre 2009

Soupe de betteraves Copenhague

Soupe de betterave La Cocotte2.jpgAujourd'hui la Cocotte vous propose de sauver la planète. En prime, elle met de la couleur dans vos assiettes et vous fait faire des économies. Ça vous dit ?

Dans le journal, ils le disent : L'élevage serait responsable de 18 % des émissions de gaz à effet de serre. En réduisant de moitié notre consommation de viande, on agit sur le climat.

Si la Cocotte comprend bien, il ne s'agit même pas de supprimer toutes traces de viande dans son assiette mais d'en diviser par deux la quantité.

Oh ! On devrait pouvoir y arriver facilement, non ?

Au lieu de manger un steak de 300 gr, on demande à son boucher préféré de le couper pour en faire deux.

Au lieu d'en manger tous les jours, on n'en mange qu'un jour sur deux. Et le jour où l'on n'en mange pas, on se fait plaisir, on se lâche, on se fait une orgie de légumes.

Et mine de rien, entre 1 kilo de carottes à 1 euro et 1 kilo de bœuf à 15 euros, ben, y'a pas photo ! C'est notre porte-monnaie qui va nous remercier.

La Cocotte applique ce régime depuis longtemps, avec plus ou mois d'entrain parmi les membres de son petit poulailler. La petite dernière adore la viande et en mangerait même au petit déjeuner. Il faut donc faire preuve d'imagination pour trouver l'argument qui lui fera avaler son assiette de lentilles, vider son bol de soupe alors qu'elle rêve d'un onglet à l'ail ou à l'échalote. Et le plus grand du poulailler, le chéri de la Cocotte, peste contre l'imagination de son adorée. Faut-il qu'il l'aime pour revenir tous les jours du bureau quand il sait qu'il va manger potiron, courgettes, artichaut ou betteraves ! Alors la cocotte a trouvé la parade, elle ne lui dit pas : Mange ta soupe, ça fait grandir ! Il sait que ça ne marche pas. Elle lui dit : Mange ta soupe, c'est bon pour ta planète. Et là, ça marche à tous les coups.

 

Allez, aujourd'hui pour sauver la planète, on va se faire une soupe à la betterave. Il ne vous faut pour cela que :

500 gr de betteraves

500 gr de carottes

1 pomme de terre

1 oignon

1 bouillon-cube

1 cuillère de vinaigre

1 branchette de thym

du sel et du poivre

et le petit truc en plus, 1 cuillère à café de crème fraîche par personne

 

Soupe de betterave La Cocotte.jpgÉpluchez vos betteraves si elles sont crues. Faites attention, la betterave tache énormément, épluchez-la dans l'évier ou sur une couche épaisse de papier-journal. Mais la betterave crue est incomparablement meilleure à celle achetée sous-vide. En plus, vous pouvez vous faire une petite salade en râpant celles qu'il vous reste.

Épluchez les carottes, la pomme de terre et l'oignon. Détaillez les deux premiers légumes en cubes et ciselez l'oignon.

Dans une marmite, faites fondre un peu de beurre, ajoutez vos morceaux de betteraves et tout le reste. Mouillez avec de l'eau, ajoutez le bouillon-cube, le vinaigre, le thym et assaisonnez selon votre goût. Faites cuire pendant une bonne heure. La cuisson de la betterave peut être très longue.

Quand la lame d'un couteau passe facilement à travers vos cubes de betteraves, mixez finement votre soupe.

Et là, ô merveille, vous obtenez une soupe vermeil !

Proposez à votre petite dernière de faire du Jackson Pollock dans son bol avec une cuillère de crème fraîche. Elle va adorer !

Et dites à votre chéri que son bilan-carbone n'a jamais été aussi bon.

samedi, 28 novembre 2009

Bruschetta

Bruschetta la Cocotte.jpgAvez-vous vu le film « les apprentis » de Pierre Salvadori avec François Cluzet et Guillaume Depardieu ? Vous souvenez-vous de cette réplique magnifique quand ces deux paumés, ratés, combinards répondent à la question d'une assistante sociale qui leur demande ce qu'ils font de leurs vêtements sales, « Ben, on les porte ! »

La Cocotte les plagierait si on lui demandait ce qu'elle faisait de son pain dur :

« Ben, j'le mange ! »

Ben oui, quoi ! La Cocotte ne le donne pas aux pigeons, la Cocotte a horreur des pigeons. Leurs petits yeux fourbes, leurs courtes pattes qui les font ressembler à des culbutos à plume et leurs « rourourous » dès 6 heures, la Cocotte n'aime pas ça.

Non, la Cocotte garde son pain dur. Elle se dit que si le pain frais qu'elle achète est bon, le pain dur le sera tout autant. La Cocotte est adepte du recyclage. Et recycler de la nourriture, pourquoi pas ?

Demandez à votre boulanger préféré de vous trancher le pain, non pas dans la largeur mais dans la longueur. Vous obtiendrez de belles tartines qui deviendront en deux temps, trois mouvements des bruschettas d'enfer !

Vous pouvez également préparer vos tartines avec n'importe quel pain, pain arabe à la semoule, pain polaire, pain complet, baguette....

Quand le pain est un peu dur "ni trop, ni trop peu" et quand elle a la flemme de préparer un plat, elle ouvre son frigo, prend tout ce qui pourrait garnir une tartine. Et hop, c'est parti ! Des Bruschetta à la fourzitout ! Nul besoin d'acheter mille et un ingrédients. Une boîte de concentré de tomates, du fromage qui fond, un reste de charcuterie, des poivrons, un p'tit bocal d'anchois et des herbes aromatiques suffiront amplement.

Allez, on s'la joue à l'Italienne !

Première Bruschetta :

Une fine lampée d'huile d'olive, une cuillère à café de concentré de tomates tartinée ou une bonne rasade de coulis de tomates, des anchois, des olives noires, des câpres et on saupoudre de marjolaine. Si vous avez de la mozzarella ou du fromage frais, c'est parfait ! Et hop, au four !

Deuxième Bruschetta :

Une lampée d'huile d'olive, une cuillère à café de concentré de tomates ou de coulis de tomates, des fines rondelles de salami et de poivron, un peu d'ail et hop, au four !

Troisième Bruschetta :

On reprend un peu l'idée de la première, une lampée d'huile d'olive, des olives noires dénoyautées et réduites en purée, quelques tomates séchées en fines lamelles et du basilic. Et hop, au four !

A la ch'ti :

Vous avez bien un peu de Maroilles dans vot' frigo ? Ou du Vieux-Lille ?

Quatrième Bruschetta :

Une cuillère à café de crème fraîche, des pommes en fines rondelles et des tranchettes de Maroilles. Et hop, au four ! Ou encore plus simple, vous ne mettez que du Maroilles !

Cinquième Bruschetta :

Des lamelles de jambon blanc, des tranchettes de Vieux-Lille. Et hop au four !

Pour les servir, il vous suffira de découper vos Bruschette en 4 ou 5 ou 6. C'est vous, le chef.

Et suivant les ingrédients trouvés dans le frigo, annoncez fièrement l'origine de votre plat ! Bruschetta à la Mongole ! Bruschetta à la Péruvienne ! Bruschetta à .... ! Vous avez compris le truc ?! Ces recettes sont à faire pour l'apéro ou pour une soirée télé, style début de weekend, pour souffler, les doigts de pied en éventail !

Pain Photo La Cocotte.jpgA la Scandinave :

Sixième Bruschetta :

Des lamelles de saumon sur de la crème fraîche ou sous du fromage frais et on saupoudre d'aneth. Et hop au four !

A l'Anglaise :

Septième Bruschetta :

Une lampée de bière et du cheddar râpé. Et hop, au four !

Allez, ni vu, ni connu, j't'embrouille ! La Cocotte a plein d'autres recettes !

T'en veux ? J'en ai !

Et s'il vous manque des idées, allez donc jeter un œil dans un livre joliment illustré qui s'intitule « 61 recettes avec du pain », Jacqueline Ury vous dira tout ce que vous pouvez faire avec du pain. Malin, non ? Il y a notamment la recette de l'omelette de Dumas. La Cocotte l'a testée et vous la recommande.

 

Et vous, vous faites quoi avec votre pain dur ?

samedi, 25 juillet 2009

Des Yorkshire puddings

 

Yorkshire pudding-la Cocotte.jpgIl ne faut jamais réprimer une envie de Yorkshire pudding ! Jamais !

Ceux qui connaissent comprendront et vont avoir aussi envie d'en faire. Ceux qui ne connaissent pas encore, vous allez me faire le plaisir de tout laisser, séance tenante, et de vous mettre à la confection de ces petits bonheurs gonflés.

Les Yorkshire pudings, comme leur nom l'indique, viennent de là-bas, d'outre-Manche ! Ils prennent place à côté du traditionnel rosbif du dimanche avec la « mint sauce », ils accompagnent les légumes et peuvent même les remplacer.

Dans une bible de la cuisine anglaise, « Food in England », il est écrit qu'il n'y a bien que dans le Yorkshire ou le Lancashire, qu'on les cuisine correctement et ce, grâce aux feux à charbon du Black Country et la façon qu'ils ont de faire rôtir la viande au-dessus du pudding...

Habituellement on fait cuire ces merveilles dans le jus de cuisson du rôti. Mais vous pouvez les faire quand ça vous chante. Il vous faut des petits moules en silicone, façon muffins ou un plat rond en silicone également, à bords hauts, façon moule à manqué.

La cocotte en a déjà parlé alors elle ne ré-expliquera plus.

En plus, quand on fait ces puddings, ça fait dîner-spectacle dans la cuisine. Je vous conseille d'appeler vos enfants, votre amoureux ou votre amoureuse, les copains, les copines, les voisins et les voisines et de vous installer tous devant le four, dans le calme et la bonne humeur. Vous allez voir, c'est magique ! Au début il ne se passe rien. Mais au bout de 7 ou 8 minutes, le show commence et on est parti pour 12 minutes de joie intense. Ça gonfle, ça gonfle, ça n'arrête pas de gonfler. Tous les gens dans la cuisine regardent, hilares et ébahis, ces petites toques de cuisinier prendre forme de façon difforme. A la sortie du four, faites vite car tous les spectateurs vont se jeter littéralement sur les puddings et il se peut que vous passiez à côté. Faites très attention !

J'en connais qui tueraient pour un Yorkshire pudding.

 

Ça vous dit ?

Yorkshire pudding2-La Cocotte.jpgIl vous faut pour 10 Yorkshire puddings

3 œufs

300 ml de lait

120 gr de farine

1 pincée de sel

de l'huile de tournesol

des petits moules à muffin ou un moule à manqué

 

Dans un grand bol, fouettez les 3 œufs et le lait. Incorporez doucement la farine et le sel et fouettez, fouettez ! Ne laissez aucun grumeau.

Laissez reposer pendant 30 à 40 minutes. Au bout des 30 premières minutes, versez dans vos moules une cuillère à soupe d'huile, mettez vos moules sur une plaque de four et déposez-la dans le four. Préchauffez-le pendant les 10 minutes restantes à 200°c.

Ensuite sortez la plaque du four à l'aide d'une manique et emplissez chaque moule de la préparation. Répartissez de façon équitable. Remettez au four aussitôt et fermez-le. Il ne faut pas traîner.

Enfin asseyez-vous devant le four et attendez ! Vous ne serez pas déçus du spectacle, vraiment !

Sortez-les au bout de 20 minutes quand ils sont dorés. Démoulez-les et dégustez-les tout de suite.

 

Petit conseil : C'est une merveille avec les viandes en sauce.

Mais sucré, c'est pas mal également, même si les Anglais vous diront que c'est une hérésie. Faites comme si vous ne comprenez pas ce qu'ils vous disent. What the hell !!!

jeudi, 09 juillet 2009

Compote de fruits rouges

 

P1080645-1.jpgVoilà une recette que vous allez faire et refaire et rerefaire !

La Cocotte la dédicace tout particulièrement à ses abonnées particulièrement nulles en cuisine.

Elles se reconnaîtront. C'est une recette qui vient du Danemark, que les Allemands ont piquée sans vergogne. Le Danois de la Cocotte est très approximatif donc vous n'aurez pas la traduction !

Outre-Rhin, elle s'appelle Rote Grütze (prononcez roteu greutzeu).

Elle peut servir de base à plein de desserts. On la mange comme ça ou sur une génoise. Elle acceptera sans problème de la crème, de la glace, des biscuits, des brioches...

C'est d'une telle simplicité que vous n'allez pas y croire.

Ça vous dit ?

 

Il vous faut :

2 paquets de fruits rouges surgelés (groseilles, fraises, framboises, cassis...)

ou 1 kg de fruits rouges frais

100 ou 150 gr de sucre en poudre

2 cuillères de fécule de pommes de terre

 

Dans une marmite, faites chauffer les fruits rouges, ajoutez le sucre. Laissez cuire pendant 5 minutes. A côté, délayez les deux cuillères à café de pomme de terre dans un peu d'eau puis ajoutez ce liquide aux fruits. Mélangez bien, laissez à la fécule le temps de faire son petit effet. Puis arrêtez le feu. Laissez refroidir et mettez au réfrigérateur pendant 3 ou 4 heures au moins.

Au bout de ce temps, vous avez deux options :

P1030713-2.jpgLa première :

Vous choisissez de jolis petits bols ou saladiers, vous y répartissez le Rote Grütze et vous ajoutez une lichette de crème liquide. Et vous servez ! Vous allez voir la réaction des invités. Comment vont-ils attaquer ce plat ?

Vont-ils mélanger tout de suite crème et compote ?

Vont-ils s'amuser à enfoncer une cuillère juste pour voir la crème se mêler à la compote doucement, intimement ?

La deuxième option :

Vous choisissez de jolies verrines, vous écrasez dans le fond des biscuits, vous ajoutez votre préparation, vous mélangez du mascarpone à un peu de sucre, vous en déposez une bonne cuillère sur le Rote Grütze, vous saupoudrez de pralin, de graines de grenade (pour la couleur et le goût) et vous terminez par un marshmallow que vous faites caraméliser avec un chalumeau de cuisine.

Encore une fois, ce n'est qu'une question d'imagination.