vendredi, 30 septembre 2016

Mijotée de merguez

La chapelure au parmesan, c’est le p’tit truc en plus qui va faire de votre recette, le plat qu’on vous redemandera...

Mijotée de merguez, merguez, chapelure, parmesan

Pour 6 personnes
Ingrédients : 6 merguez, huile, 4 gros oignons, 1,5 kg de pommes de terre, eau, piment doux, 30 g de chapelure et 30 g de parmesan.
Préparation : 20 min – cuisson : 1 h – coût : * - difficulté : * - ustensile : plat en terre cuite qui va au four
Pelez et ciselez finement les oignons. Faites chauffer un peu d’huile dans le plat en terre cuite et faites-y fondre les oignons. Quand ils sont transparents, ajoutez 2 grosses cuillères de piment doux. Mélangez et versez un grand verre d’eau.
Pelez et coupez les pommes de terre en fines rondelles. Disposez-les sur les oignons. Coupez les merguez en petits boudins et disposez-les autour des pommes de terre. Couvrez le plat et laissez-le mijoter 30 minutes.
Préchauffez le four à 180° C. Saupoudrez le plat d’un mélange chapelure et parmesan et terminez la cuisson au four sans couvrir le plat pendant 15 minutes.

lundi, 20 juin 2016

Tuiles de parmesan aux graines

Mais quelle finesse dans le travail ! Tes tuiles, ma Cocotte, on dirait de la dentelle. Allez, dis-nous comment tu as fait. Ne fais pas ta cachottière.

Tuiles de parmesan aux graines, parmesan, graines de courge, graines de sésame

Pour une trentaine de tuiles
Ingrédients : 100 g de parmesan râpé, 50 g de farine, 25 g de beurre, 1 pincée de piment de Cayenne, 1 poignée de graines de courge et de graines de sésame blanc.
Préparation : 15 min – cuisson : 15 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : papier-cuisson et emporte-pièce
Préchauffez le four à 180° C en chaleur tournante. Coupez le morceau de beurre en petits morceaux. Mélangez parmesan, farine, beurre et piment du bout des doigts comme si vous faisiez un crumble. Il ne faut pas faire de blocs.
Déposez une feuille de papier-cuisson sur une plaque qui va au four. Déposez une cuillère à café de préparation au centre d’un petit emporte-pièce pour former une tuile. Formez-en une trentaine et parsemez-les de graines de courge et de sésame. Mettez au four 12 à 15 minutes. Laissez refroidir avant de décoller les tuiles du papier-cuisson.

lundi, 29 février 2016

Quarts de patates au four

Si ma p’tite dernière savait que j’ai fait ce plat alors qu’elle était à la cantine, elle m’en voudrait beaucoup. Je compte sur votre discrétion, hein ?

Quarts de patates au four, pommes de terre, parmesan, paprika

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 kg de petites pommes de terre bio Rose de France, 2 cuillères à soupe d’huile de tournesol, 1 cuillère à soupe de farine, 50 g de parmesan râpé, 1 cuillère à café de peperoncino (piment rouge séché et broyé) ou paprika, thym, sel, poivre.
Préparation : 15 min – cuisson : 30 à 40 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : plaque qui va au four et plat hermétique
Préchauffez le four à 250°c. Lavez soigneusement les pommes de terre. Ne les épluchez pas mais séchez-les bien. Coupez-les en 4 quartiers. Versez l’huile dans un plat creux et ajoutez les pommes de terre. Mélangez-les à la main pour bien répartir l’huile.
Dans le plat hermétique, versez le parmesan, la farine, le peperoncino, le thym et le poivre. Mélangez puis ajoutez les quartiers de pommes de terre. Fermez le plat et secouez-le vigoureusement.
Déposez les pommes de terre sur la plaque, étalez-les bien et enfournez-les d’abord 15 minutes. Retournez-les puis remettez-les au four encore 15 minutes. Vérifiez la cuisson en piquant une pointe de couteau à travers un quartier. Salez en fin de cuisson.

mardi, 22 septembre 2015

Biscuits peperoncino et chorizo

Un p’tit biscuit, très chère madame ? Oh non, j’en ai déjà pris 3, ce serait abuser… Non, vous en avez déjà pris 7 mais allez-y, prenez le dernier.

Biscuits peperoncino et chorizo, parmesan, peperoncino, chorizo, biscuits

Pour 50 biscuits
Ingrédients : 250 g de farine type 55, 100 g de beurre, 100 g de parmesan râpé, 3 œufs, ½ cuillère à café de levure chimique, 20 cl de lait, 25 rondelles de chorizo, du peperoncino ou à défaut du piment d’Espelette.
Préparation : 15 min – cuisson : 15 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : fouet électrique et papier sulfurisé
Préchauffez le four à 175°c. Faites fondre le beurre au micro-ondes. Séparez les blancs des jaunes d’œuf. Mélangez la farine, les jaunes d’œuf, le beurre fondu et le parmesan. Ajoutez le lait et la petite cuillère à café de levure chimique. Mélangez jusqu’à former une belle pâte lisse et sans grumeaux. Montez ensuite les blancs en neige et incorporez-les délicatement à la préparation.
Sur deux grandes feuilles de papier sulfurisé posées sur des plaques qui vont au four, déposez des petites cuillères de pâte. Posez une rondelle de chorizo sur 25 biscuits et saupoudrez de peperoncino les 25 autres. Enfournez pendant 15 minutes. Il faut qu’ils soient bien dorés. Sortez-les et laissez-les reposer sur une grille.

lundi, 07 septembre 2015

Polenta rouge au fromage

Ma brave dame, pour préparer la polenta, les p’tits bras, on n’en veut pas. On veut des durs, des vrais, des tatoués !

Polenta rouge au fromage, polenta, tomates, parmesan

Pour 6 personnes
Ingrédients : 250 g de polenta (farine de maïs), 1 l d’eau, 3 cuillères à soupe de concentré de tomates, 50 g de parmesan, 150 g de fromage blanc, sel, poivre et huile d’olive, 1 oignon rouge, 1 oignon blanc.
Préparation : 10 min cuisson : 30 min environ – coût : -  ustensiles : cuillère en bois, cocotte en fonte, plat creux et poêle antiadhésive
Délayez le concentré de tomates dans le litre d’eau. Mettez ce mélange à bouillir dans une cocotte en fonte. Quand ça bout, ajoutez en pluie la polenta et remuez avec une cuillère en bois. Remuez constamment pendant 10 minutes. Baissez la température, ajoutez 50 g de parmesan râpé et remuez toujours. Laissez cuire à feu très doux en remuant de temps en temps pendant 15 à 20 minutes.
Huilez légèrement un petit plat creux ou un grand bol, versez la polenta, tassez-la bien pour l’aplatir et laissez-la refroidir pour la couper facilement en tranches ensuite. Faites dorer ces tranches dans une poêle antiadhésive dans de l’huile d’olive préalablement chauffée. Retournez les tranches de polenta pour dorer l’autre côté, salez, poivrez et servez avec du fromage blanc et des rondelles d’oignons rouges et blancs.

vendredi, 15 mai 2015

Pizza pesto

Coupez la pizza, répartissez des chiquettes de jambon de San Daniele ou de Parme par-dessus, roulez la pizza et mangez vite.

Pizza pesto, pizza, roquette, persil, parmesan, coulis de tomates

Pour 6 personnes
Ingrédients : 300 g de farine, 20 g de levure fraîche du boulanger, eau, 5 g de sel, origan séché, 1 bouquet de roquette, 1 bouquet de persil plat, 5 à 8 cl d’huile d’olive, 1 gousse d’ail, 50 g de parmesan râpé, coulis de tomates, poivre.
Préparation : 20 min – cuisson : 10 min – coût : * - difficulté : *
Préparez une pâte à pizza avec la farine, la levure délayée, 15 à 20 cl d’eau, 1 cuillère à café d’origan séché et le sel. Formez 2 pâtons, farinez-les, couvrez-les et laissez-les lever 2 à 3 heures dans un endroit chaud de la cuisine.
Préchauffez le four à 240°c. Lavez et séchez la roquette et le persil. Enlevez les tiges trop dures et hachez finement ces 2 herbes. Mélangez au parmesan, ajoutez 1 gousse d’ail pilé et l’huile d’olive et poivrez.
Etalez les pâtons en 2 pizzas. Tartinez-les de quelques cuillères de coulis de tomates et répartissez le pesto aux herbes. Saupoudrez d’un peu de parmesan et passez au four 10 minutes.

dimanche, 10 mai 2015

Génoise parmesan-fenouil

Vendredi dernier, 6 h du mat’, et si je faisais une génoise salée ?  Il suffirait de remplacer le sucre par le parmesan. Allez, hop !

Génoise parmesan-fenouil, génoise salée, parmesan, fenouil

Pour 6 personnes
Génoise : 2 œufs, 50 g de farine, 25 g de fécule de pomme de terre, 75 g de parmesan râpé, 8 à 10 cl de lait, ½ sachet de levure chimique. Garniture : 100 g de mascarpone, 100 g de fromage blanc, 3 ou 4 branches de fenouil, raifort, sel.
Préparation : 15 min – cuisson : 10 min – coût : * - difficulté : ** - ustensile : papier sulfurisé
Préchauffez le four à 180°c.
Fouettez parmesan et jaunes d’œuf. Incorporez farine, fécule, lait et levure. Montez les blancs d’œuf en neige et incorporez-les au mélange. Répartissez et égalisez sur le papier sulfurisé posé sur la plaque à pâtisserie.  Enfournez 10 mn. Retournez la génoise sur un linge humide, enlevez le papier sulfurisé. Roulez le linge comme une bûche et laissez refroidir la génoise dans le linge.
Ciselez le fenouil. Mélangez mascarpone, fromage blanc, fenouil et 1 cuillère à café de raifort. Salez un peu. Sortez la bûche du linge, garnissez-la de préparation au fromage. Roulez la bûche, enfermez-la dans un film-plastique et mettez au frais jusqu’au moment de servir. Coupez-la en tranches et servez à l’apéritif.

lundi, 27 avril 2015

Risotto orange

Comme le dit le fameux dicton qu’on répète depuis des siècles dans la vallée du Pô : A la Sainte-Zita, fais du risotto, tu auras l’air moins sot.

Risotto orange, risotto, riz arborio, arborio, safran, oignon, parmesan

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 poireau, 2 oignons, 1 carotte, 1 branche de céleri, persil, thym, laurier, 500 g de riz à risotto (arborio, carnaroli, baldo…), huile d’olive, quelques filaments de safran, 50 g de parmesan, beurre, sel et poivre.
Préparation : 10 min – cuisson : 1 h 30 (avec le bouillon) – coût : * - difficulté : *
Faites un bouillon avec 1 des 2 oignons, poireau, carotte, céleri, persil, thym et laurier. Laissez cuire pendant 1 h. Quand il est prêt, faites infuser des filaments de safran dans un peu d’eau chaude, pelez et ciselez le second oignon et faites chauffer un peu d’huile d’olive dans un faitout. Faites fondre l’oignon dans le faitout et ajoutez le riz. Mélangez jusqu’à ce que celui-ci devienne transparent. Puis ajoutez des louches de bouillon petit à petit. Dès que le bouillon est absorbé par le riz, ajoutez-en et mélangez. Salez et poivrez. Quand le riz est tendre, arrêtez la cuisson, ajoutez le safran infusé, le parmesan et une grosse noix de beurre, remuez une dernière fois et servez aussitôt.

vendredi, 06 février 2015

Burger à la parmigiana

Aïe, aïe, aïe, mais qu’est-ce que t’as encore fait, la Cocotte ? C’est quoi ce burger d’enfer ? Pourquoi toute cette bonté ?

Burger à la parmigiana, burger, parmesan

Pour 6 personnes
Ingrédients : 6 faluches, 300 g de bœuf haché, 300 g de viande de porc hachée, 1 gousse d’ail fumé, 2 cuillères à soupe de concentré de tomate, 1 carotte, 50 g de parmesan, 1 cuillère à soupe de crème fraîche, eau, sel et poivre blanc.
Préparation : 10 min – cuisson : 15 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : poêle et grille-pain
Délayez le concentré de tomate dans un verre d’eau. Faites-le chauffer dans une casserole, ajoutez une carotte râpée, le parmesan et la crème fraîche. Ne salez pas, le parmesan l’est suffisamment mais poivrez. Faites chauffer à feu doux.
Mélangez bœuf et porc, ajoutez une gousse d’ail pelé et pilé. Poivrez, salez et formez 6 steaks de la taille des faluches. Faites-les griller sur la poêle.
Faites griller également les faluches coupées en deux au grille-pain.
Tartinez de sauce au parmesan l’intérieur des 2 morceaux d’une faluche, posez un steak de viande et refermez. Faites de même pour les 5 autres et mangez aussitôt.

mercredi, 12 février 2014

Biscuits aux 2 fromages

Bonjour Monsieur le crémier, je voudrais du fromage frais à la faisselle. Je voudrais le mettre dans des biscuits au parmesan. En avez-vous ?

Biscuits aux 2 fromages, fromage à la faisselle, parmesan

Pour 12 à 15 biscuits
Ingrédients : 4 blancs d’œuf, 40 g de farine, 80 g de parmesan, piment de Cayenne, 1 cuillère à café de levure chimique, sel, poivre, 200 g de fromage frais, lait.
Préparation : 15 min  - cuisson : 30 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : fouet électrique et papier-cuisson
Préchauffez le four à 110°c. A l’aide du fouet électrique battez les blancs d’œuf en neige bien dense.
Ajoutez ensuite le parmesan râpé finement petit à petit en mélangeant à la spatule puis ajoutez la farine. Salez très légèrement, poivrez et ajoutez une pincée de piment de Cayenne. Terminez par une petite cuillère à café de levure chimique. Avec cette pâte, formez 24 à 30 petits cercles de 5 à 6 cm de diamètre sur la feuille de papier-cuisson et enfournez pendant 30 minutes.
Sortez les cercles une fois cuits, laissez-les refroidir sur une grille.
Mélangez 200 g de fromage frais et un peu de lait pour obtenir un mélange facile à travailler et crémeux et étalez-le sur la moitié des biscuits. Puis posez l’autre moitié des biscuits par-dessus et mangez vite ces jolis biscuits.
Petit conseil : Ajoutez des petits morceaux de poivrons ou des lamelles de jambon cru dans la crème au fromage frais.

lundi, 30 septembre 2013

Pop-corn aïe-aïe-aïe

Et c’est la fête dans la marmite, ça gigote, ça pétille, ça saute. N’oubliez pas de mettre le couvercle sinon votre cuisine se transformera en piscine à pop-corn.

Pop-corn aïe-aïe-aïe, pop-corn

Pour un grand saladier
Ingrédients : 50 g de maïs à pop-corn, huile de tournesol, 50 g de beurre, piment, cumin, coriandre et paprika doux en poudre, ail moulu, Tabasco, 50 g de parmesan, sel, poivre.
Préparation : 10 mn – cuisson : 5 mn – coût : * - difficulté : * - ustensile : marmite avec couvercle
Versez 3 cuillères à soupe d’huile dans une marmite, ajoutez le maïs en grains. Mettez le couvercle et mettez à chauffer. Au bout de quelques instants, les pop-corn éclatent. Dès que vous n’entendez plus de bruit, arrêtez le feu et versez les pop-corn dans un saladier. A part, faites fondre du beurre. Quand il a fondu, ajoutez une pointe de piment, 1 cuillère à café de cumin moulu, la même quantité de coriandre moulue et de paprika. Saupoudrez d’une cuillère à café d’ail, versez quelques gouttes de Tabasco selon votre goût. Salez, poivrez et versez sur les pop-corn. Mélangez à la cuillère en bois. Et en dernier lieu, saupoudrez de parmesan. Mélangez encore un peu et servez à l’apéritif. C’est tout léger et c’est bien épicé. Aïe, aïe, aïe !

vendredi, 13 septembre 2013

Courgette panée

Un géant vous offre une courgette proportionnelle à sa taille. 3, 5 kg de légumes en un seul morceau ! Qu’en faites-vous ?

Courgette panée, courgette, farine, chapelure, oeufs, parmesan

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 gros morceau de très grosse courgette, gros sel, 2 œufs, chapelure, parmesan, sel fin, poivre, huile d’olive.
Préparation : 10 mn – cuisson : 20 mn – coût : * - difficulté : * - ustensile : poêle anti-adhésive
Coupez 12 rondelles dans la courgette de façon très régulière. Enlevez la peau avec un couteau. En général sur ces grosses courgettes, la peau est très dure et elle n’est pas agréable à manger. Enlevez les pépins et les parties molles au centre des rondelles. Déposez les rondelles dans un plat, parsemez de gros sel et laissez dégorger pendant 1 heure. Ensuite rincez les rondelles puis essuyez-les bien avec du papier-ménage. Battez des œufs. Salez et poivrez. Trempez les rondelles dans les œufs battus puis recouvrez-les de chapelure.
Faites chauffer doucement une poêle avec un peu d’huile d’olive. Faites dorer les rondelles. Retournez-les souvent et délicatement pour ne pas les casser. Ajoutez un peu d’huile dans la poêle si nécessaire. Laissez cuire 15 à 20 minutes puis à la fin de la cuisson, parsemez de parmesan.
Servez avec une salade et une viande blanche.

lundi, 04 février 2013

Pizzettes jambon, crème et thym

Vous souvenez-vous ? Le 20 décembre dernier, la Cocotte vous racontait par le menu les facéties de son lave-vaisselle et elle concluait en réclamant haut et fort un autre cadeau que celui-ci pour Noël.
Finalement le lave-vaisselle l’a ennuyée une seule fois et tient le coup depuis cet épisode fâcheux. Inch’allah !
A ce tout début d’histoire, la Cocotte sait bien que vous brûlez de connaître la suite de cette aventure haletante. Vous brûlez, hein ? Vous voulez savoir  ce qu’elle a eu en cadeau ?
Et bien, voilà, point de lave-vaisselle mais une machine à laver le linge. Point de lave-vaisselle mais une nouvelle cuisinière. Les lois de Murphy se sont liguées à celles de l’obsolescence programmée.
Le Père Noël a débarqué avec une machine à laver toute neuve et une cuisinière à l’inox étincelant.
Et là, vous vous dites deux choses, l’une est que la Cocotte a bien de la chance et/ou l’autre que la Cocotte gaspille.
Deux beaux appareils ménagers en même temps, waouh !
L’ancienne machine à laver est allée jusqu’au bout de ses cinq malheureuses et trop courtes années. Après avoir recollé un nombre incalculable de fois le tambour, après avoir changé les charbons, après avoir débouché tous les tuyaux 157 fois, la pauvre était bien fatiguée malgré son jeune âge.
Et que peuvent bien faire deux bricoleurs amateurs, persuadés qu’il ne faut pas gâcher, contre des ingénieurs qui s’ingénient à programmer à très court terme, la mort des machines de consommation courante ? Pas grand-chose.
La seule consolation de la Cocotte face à ce nouveau lave-linge qu’elle n’a pas désiré est d’attendre la fin du cycle de lavage pour entendre la machine jouer gaiement La truite de Schubert, format midi ! Ça, c’est de l’ingénierie !
Pour la cuisinière, idem, au détail près que celle-ci n’a jamais fonctionné comme elle aurait dû. Tout était pourtant fait pour atteindre en un temps record la perfection de la cuisson, d’après le mode d’emploi. Mais dès que 200 malheureux degrés parvenaient à chauffer les parois du four, les plombs de la cuisinière sautaient. Les deux bricoleurs ont pourtant changé de multiples fois la résistance, isolé la rebelle de tout le réseau électrique. En vain. Dès que la Cocotte faisait de la pizza, elle savait que la journée se terminerait invariablement à la lampe de poche, dans le garage, à tatonner près du tableau électrique.
En cinq ans, plus une seule pizza-maison. La misère, le malheur, les enfants en pleurs, le chéri bricoleur sommé de construire un four à pain dans le jardin, la Cocotte qui déprime, le chéri qui déprime aussi parce qu’il ne sait pas construire de four à pain, les enfants qui dépriment à leur tour, par mimétisme, par atavisme…
Puis le coup de massue, peu avant Noël, le four qui ne dépasse même plus les 50°c, la chronique finale d’une mort annoncée depuis une décennie. Adieu belle cuisinière, bonjour la nouvelle ! Aussi pimpante, aussi brillante, aussi étincelante que l’autre, les faiseurs de pub automobile diraient rutilante mais ils se tromperaient car la nouvelle cuisinière de la Cocotte n’est pas rouge. En revanche la Cocotte l’était dès que l’engin a surgi dans la cuisine. Oui, elle rutilait de plaisir devant le bouton qui lui permettrait de pousser le bouton du four jusqu’à 265°c !
Ah, un nouveau monde s’ouvrait à nouveau à elle. Merci Papa Noël !
A votre avis, qu’a-t-elle fait en premier ?

La recette

Coupez les tartes fines en six, huit, dix ou douze et roulez les petites parts. Vous n’en ferez qu’une bouchée. Et optez pour du thym frais, c’est tellement meilleur.

Pizzettes jambon, crème et thym, pizza, jambon, crème, thym, thym frais, parmesan

Pour 2 pizzettes
Ingrédients : 300 g de farine type 55, 20 g de levure de boulanger, huile d’olive, sel, 6 fines tranches de jambon blanc ou braisé, 1 petit pot de crème fraîche, 150 g de parmesan râpé, poivre et thym frais
Préparation : 15 mn – Cuisson : 10 mn par pizzette – Coût : * - Difficulté : *
Délayez la levure dans une tasse d’eau tiède. Faites une pâte à pizza en mélangeant la farine, une pincée de sel, une lichette d’huile d’olive et la levure délayée. Ajoutez un peu d’eau tiède au fur et à mesure, 15 cl devraient suffire pour obtenir une belle boule non-collante. Séparez-la en deux, sur un plan fariné étalez les deux boules en deux pizzettes. Déposez-les sur du papier sulfurisé, couvrez-les et laissez-les monter une bonne heure dans un endroit chaud de la cuisine.
Préchauffez le four à 240°c. Mélangez le parmesan à la crème fraîche. Ajoutez le thym et poivrez le mélange. Répartissez-le sur les deux pâtes avec le dos d’une cuillère à soupe, garnissez de vos fines tranches de jambon et mettez au four pendant 10 mn. Mangez-les dès la sortie du four.

03.02.2013

mercredi, 31 octobre 2012

Doigts de sorcière au parmesan et bouillie de squelette au potiron

Doigts de sorcière au parmesan et bouillie de squelette au potiron, parmesan, potiron, Halloween

Pour 6 personnes
Ingrédients : Pour une vingtaine de doigts : 150 g de farine, 50 g de beurre fondu, 1 œuf, piment d’Espelette, 60 g de parmesan, graines de courge ou amandes émondées. Bouillie : 800 g de potiron, 200 g de pommes de terre, sel, poivre, noix muscade, mozzarella et olives noires. Facultatif : du ketchup.
Préparation : 15 mn – Cuisson : 15 mn – Coût : * - Difficulté : *
Mélangez farine, beurre fondu, œuf entier, une pincée de piment d’Espelette et parmesan. Formez une grosse boule de pâte bien lisse et bien compacte. Enfermez-la dans un plastique et laissez-la 1 h au réfrigérateur. Au bout de ce temps, préchauffez le four à 180°c. Coupez la boule en morceaux de 15 g. Roulez-les pour former des doigts, enserrez une graine de courge ou une amande en haut pour l’ongle. Déposez ces doigts sur du papier-cuisson et enfournez pour 10 à 12 mn.
Epluchez potiron et pommes de terre, déposez-les dans une casserole, ajoutez un petit peu d’eau, salez, poivrez et râpez un peu de noix muscade. Faites cuire 15 mn à couvert. Ecrasez grossièrement en bouillie.
Découpez des ronds de mozzarella et des petits morceaux d’olives noires pour faire les yeux.
Servez la soupe bien chaude, enfoncez un peu les yeux dedans et proposez les doigts de sorcière trempés dans du ketchup. Brrr !

31.10.2012

jeudi, 02 décembre 2010

Oh la boulette !

 

Boulettes câpres et parmesan.jpgDepuis bientôt 8 ans, consciencieusement, avec une régularité quasi-métronomique, la Cocotte fait son marché le samedi matin dans sa petite ville. Avec son panier rose à roulettes toujours et sa copine Viviane la plupart du temps, elle arpente les allées vers ses petits producteurs préférés.

Voilà 15 jours de ça, toutes les deux font une première halte chez la boulangère, portrait craché de Simone Signoret et qui fait des baguettes trop cuites pour lesquelles se battent souvent les deux sus-citées. « Ce s'ra quoi pour vous aujourd'hui ? Dit la mitronne aux deux dames. « Ben, une grosse baguette ! » répond la Cocotte. « Allez-y, vous pouvez la prendre...la grosse ! » « Euh, vous parlez de la baguette ou de moi ? » demande la Cocotte un brin amusée, alors qu'elle entend Viviane glousser dans son dos... La boulangère, moins bonne actrice que Simone Signoret, donne immédiatement à son visage, une teinte vermillon et se confond en excuses. Quelques instants plus tard, les deux chipies s'arrêtent devant le p'tit camion de David, le boucher, là où toutes les dames ou presque ont un bonnet, des cheveux gris par dessous et mesurent 1 m 60, sauf la Cocotte qui n'a ni bonnet ni ne mesure 1 m 60 et sa copine qui n'a ni bonnet ni cheveux gris.

« Tiens, bonjour Mesdames, ce s'ra quoi pour vous, la Cocotte ? »

« Euh, j'mangerais bien de l'andouille.... »

« Oh, désolé, y'en a pas aujourd'hui mais j'peux en vous en commander et j'vous appelerai quand elle sera prête. J'vais prendre votre numéro de téléphone. »

Sur ce, David ouvre son carnet de commande, écrit le nom et le numéro de téléphone de la Cocotte et juste à côté, le mot andouille, en toutes lettres, bien grandes, bien visibles.

Dérechef la Cocotte lui fait remarquer ce qu'il vient de faire. David, même pas rouge, devant son parterre de p'tites à bonnets et cheveux gris, dit tout simplement « Oh la boulette ! »

En l'espace de cinq minutes, la Cocotte s'est fait traitée de grosse andouille. Sympas, les gens du marché...vraiment sympas !

Et sa copine, derrière elle, toujours à glousser. Sympas, les copines, vraiment sympas !

Deux boulettes pour la Cocotte, gratuites et bien envoyées. Sympas, les boulettes, vraiment sympas !

Boulettes câpres et parmesan

Attention, il y a boulettes et boulettes ! Celles-ci, c'est du nanan. Fondantes, parfumées, subtilement acidulées... La Cocotte vous prévient, vous allez craquer !

P1180289.jpgPour 6 personnes

Ingrédients : 400 g de hachis de bœuf, 400 g de chair à saucisse, 100 g de parmesan râpé, 100 g de câpres au vinaigre, un peu de mie de pain rassis, 10 cl de lait, 1 œuf, 1 gousse d'ail, 1 bonne pincée d'origan en poudre, sel, poivre, 2 cuil. à soupe de farine, un peu d'huile d'olive, 20 cl d'eau, 10 cl de jus de citron, coulis de tomates (facultatif)

Préparation : 10 mn – Cuisson : 30 mn – Coût : * - Difficulté : *

Faites tremper 10 mn la mie de pain émiettée dans le lait. Dans un saladier, mélangez les deux viandes. Ajoutez le parmesan, les câpres égouttées, l'ail finement ciselé, l'œuf battu, l'origan, le sel et le poivre. Mélangez intimement. Égouttez la mie de pain et ajoutez-la au mélange. Terminez par la farine. Mélangez à nouveau. Puis formez des boulettes grosses comme une noix.

Dans une grande poêle, faites chauffer l'huile. Quand elle est chaude, déposez les boulettes. Laissez cuire 10 mn sur un côté puis retournez-les.

Baissez le feu, couvrez la poêle et laissez cuire 15 mn. Ajoutez l'eau. La farine présente dans les boulettes épaissira la sauce. Mélangez un peu. En fin de cuisson, ajoutez le jus de citron, mélangez encore à la cuillère en bois en ajoutant le coulis de tomates.

Servez avec des pâtes ou une salade de roquette.

02.12.2010

samedi, 23 octobre 2010

Espuma de mangue

 

P1230146b.jpgDe peur de passer pour une ringarde, la Cocotte a investi dernièrement dans un siphon.

Vous voyez ce que c'est ? Cet objet mis à la mode par les cuisiniers moléculaires, ceux qui vous font regretter de n'avoir jamais rien compris aux cours de chimie, ceux qui vous apprennent qu'une émulsion est en fait la multiplication d'une infinité de bulles d'un liquide dans un autre liquide, ces deux liquides étant non-miscibles. Comme l'eau et l'huile, par exemple.

Or donc le siphon neuf et pimpant, bel objet en inox brossé, avec mini-goupillon, embouts à mousse, poignées et trous idoines, trônait sur le plan de travail depuis quelques jours, défiant avec un air supérieur, la Cocotte. Qu'allait-elle pouvoir bien faire pour le baptiser ? Devait-elle lire le mode d'emploi ? Ce que bien peu de Français, et par mimétisme, Françaises font.

Allait-elle se lancer à l'aveugle en priant je-ne-sais quel dieu culinaire, que la première fois fut la bonne ? Sucré ? Salé ? Sucré et salé ? Fruits ? Légumes ? Crème ? Huile ? Lait ?

Halte là ! Trop de questions !

Une fois n'est pas coutume, la Cocotte lut le mode d'emploi. D'abord en français puis dans les autres langues pour voir si on disait bien la même chose à l'étranger et si elle ne passait pas à côté d'un élément décisif pour mener à bien cette tentative.

La Cocotte n'en dormait plus depuis quelques nuits quand elle décida de se lancer.

A ce moment-là de l'histoire, pincez-vous le nez, relevez la tête, regardez de haut la personne face à vous et prononcez « un espuma de pommes d'amour et tuiles parmesanes », en d'autres termes, elle se lança dans la réalisation d'une petite mousse à la tomate et de tuiles au parmesan.

La Cocotte respecta scrupuleusement la notice à la lettre, au point, à la virgule ! Elle fit tout ce qu'il fallait apparemment faire sauf une toute, toute, toute petite chose, elle ne passa pas son mélange au tamis. Elle avait passé tellement de temps à mixer, remixer, surmixer la préparation, qu'elle pensait pouvoir sauter cette étape. Elle vida une mini-cartouche de gaz dans l'appareil, le sifflement attendu ne se fit pas. Elle fit donc ce que les pros du siphon conseillaient, à savoir, vider une nouvelle cartouche de gaz. Elle entendit un p'tit pfuitttt. Là, elle secoua, il était écrit « secouez bien ». Oh, elle secoua bien, très bien même, elle n'avait jamais aussi bien secoué quelque chose auparavant. Elle mit l'engin à refroidir pendant 2 heures, 120 minutes, tête en bas au réfrigérateur. Et fébrile, alla poireauter pendant ce temps dans le sofa, feuilleta des magazines, zappa comme une folle, découvrit des chaînes dont elle ne soupçonnait pas l'existence, téléphona à ses amies, passa l'aspirateur, vida le lave-vaisselle, remplit le lave-vaisselle, le revida, refeuilleta des magazines... une boule d'excitation dans le ventre, la boule des premières fois... Vous voyez ce qu'elle veut dire ?

Au bout de ce temps interminable, elle sortit la bonbonne du frigo, la re-secoua, comme demandé, pris un joli contenant. C'est important, le contenant. Agita encore une fois son beau siphon puis lui mit la tête en bas et appuya sur la gâchette. Une belle traînée de mousse épaisse et légère à la fois sortit de la chose. Vraiment une belle traînée, onctueuse et vaporeuse. Puis plus rien !

La Cocotte ne réussit à remplir que deux jolis contenants. Certes ils étaient bien remplis mais elle avait prévu d'en remplir 3 autres... au moins. Elle goûta, jugea l'ensemble délicieux mais, un peu déçue, se dit « la prochaine fois, je secouerai encore mieux et je filtrerai, je tamiserai, c'est p'être ça qui fait que ça n'a pas marché... » Tout en se parlant à elle-même, elle entreprit de dévisser le siphon pour le passer au lave-vaiselle. Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que la cuisine fut entièrement décorée et tapissée d'espuma de pommes d'amour de m.... ! Tout du mur au plafond, absolument tout fut baptisé d'une goutte, d'une trace, d'un jet de ce p.... d'espuma de pommes d'amour ! Et vous savez pourquoi ?

Parce qu'elle n'avait pas passé son mélange au tamis. Un petit grain de poivre, un pépin de tomate, un microscopique bout d'ail avait dû se coincer dans l'engin... C'est ballot, hein ?

Depuis, elle a réessayé et cette semaine et elle a fait un truc de la mort ! Une mousse de mangue aux spéculoos. Vous voulez essayer ?

 

P1210904.JPGIl vous faut :

2 mangues bien mûres

1 briquette de crème liquide de 20 cl

50 g de sucre glace

5 ou 6 spéculoos écrasés

1 siphon de 500 ml et surtout UN TAMIS !

 

Épluchez les mangues, enlevez le noyau et mixez vos mangues dans un blender.

Passez-les ensuite dans un tamis et jetez toutes les petites fibres qui resteraient. Repassez vos mangues une nouvelle fois au tamis. Deux fois valent mieux qu'une.

Puis mélangez à vos fruits la briquette de crème et le sucre-glace. Et versez dans le siphon.

Mélangez bien et mettez votre siphon au frais pendant 2 longues et interminables heures.

Écrasez les spéculoos, déposez ces miettes dans de jolis verres bien transparents. Secouez le siphon et remplissez vos verres de votre mousse de mangue.

Et les amis, un p'tit truc, si vous n'avez pas de siphon, vous pouvez toujours utiliser un blender. Ça marche aussi. La mousse est moins vaporeuse mais tout aussi onctueuse.

Nul besoin de suivre la mode. Passer pour un ringard, après tout qu'importe ?