samedi, 01 juin 2019

Caille rôtie et grenailles au thym de Valentin Martinache, l’Aubergade à Saultain

« Y’a pas, j’aime tout ! »
Elevé à la cuisine du Nord avec sa grand-mère et sa mère et aux cochonnailles de son charcutier de grand-père, Valentin ne s’est jamais vu autrement qu’en cuisinier. « Je fais des plats de mamie, une cuisine traditionnelle, remise au goût du jour, qui respecte les codes de la gastronomie française » déclare ce tout jeune chef. « Le plus important est de rester humble », c’est le principe appris chez ses maîtres, Marc Meurin de Busnes ou Emmanuel Hernandez du Musigny à Valenciennes. Et avec de beaux produits comme ces « cailles du Nord » de Vieux-Condé, Valentin ne travaille pas, il s’amuse et se régale !

Caille rôtie et grenailles au thym de Valentin Martinache, l’Aubergade à Saultain, caille rôtie, grenaille au thym, Valentin Martinache, l'aubergade, Saultain

L'Aubergade, 3, Avenue Henri Barbusse, 59990 Saultain · 03 27 45 07 07

Caille rôtie et grenailles au thym
Pour 6 personnes
Ingrédients : 18 suprêmes de caille, 12 pommes de terre grenaille, 600 g de petits pois, 300 g de lardons, 150 g d’oignons-grelots, 100 g de beurre, 5 branches de thym frais, 5 gousses d’ail, laurier, sel et poivre.
Préparation : 20 min – cuisson : 30 min - coût : ** - difficulté : *

caille rôtie et grenailles au thym de valentin martinache,l’aubergade à saultain,caille rôtie,grenaille au thym,valentin martinache,l'aubergade,saultain


Blanchissez les lardons en les plongeant dans de l’eau froide et dès que ça bout, arrêtez la cuisson. Faites cuire les oignons avec du beurre, un peu d’eau, sel et poivre, le temps qu’un couteau passe facilement à travers. Faites cuire les petits pois 6 minutes à l’eau. Faites cuire les pommes de terre à l’eau, non pelées et coupées en 2. Faites-les revenir côté chair, dans du beurre avec ail, laurier et thym. Salez et poivrez les suprêmes de caille. Faites chauffer du beurre dans une poêle et faites-y sauter les cailles en démarrant côté peau dans le beurre. Faites-les cuire 5 minutes de chaque côté. Faites revenir les petits pois avec les lardons. Egouttez les oignons et ajoutez-les quand tout est bien coloré. Dressez tous ces éléments dans les assiettes avec le jus de cuisson des cailles.

dimanche, 26 mai 2019

Côte à l’os et oignons en sauce

La cuisson de la côte à l’os demande une attention toute particulière. Pour la déguster au mieux, il ne s’agirait pas faire n’importe quoi.

Côte à l’os et oignons en sauce, la cocotte, la voix du nord

 
D’abord vous choisirez un bon boucher, un vrai, un qui vous dira d’où vient la bête qui a produit cette côte et combien de temps la viande aura maturé. Ensuite vous sortirez votre viande 30 minutes à 1 heure du réfrigérateur avant la cuisson. Vous l’huilerez en la massant bien et vous la marquerez joliment sur un gril de chaque côté. Vous continuerez la cuisson soit sur le gril, 15 minutes environ comme dans ma recette, soit dans un four bien chaud, de 220 à 240°C. Si vous pouvez, vous la poserez debout dans le four. Pour obtenir une cuisson uniformément impeccable, vous la laisserez cuire 15 minutes et vous serez heureux.
 
Pour 6 personnes
Ingrédients : 2 côtes à l’os, huile de colza, fleur de sel de Guérande, poivre-mignonnette, 50 g de beurre, 6 échalotes, 6 oignons-sauciers, 20 cl de vin rouge, 1 jaune d’œuf, ciboulette, fleurs de thym.
Préparation : 15 min – cuisson : 30 min – coût : ** - difficulté : * - ustensiles : casserole et gril en fonte

Côte à l’os et oignons en sauce, la cocotte, la voix du nord


Pelez les échalotes et les oignons et coupez-les en 4. Faites fondre 30 g de beurre dans la casserole et faites-y fondre tout doucement les échalotes et les oignons 15 minutes. Ajoutez le vin rouge. Battez le jaune d’œuf et ajoutez-le à la casserole tout en fouettant la sauce. Versez la ciboulette rincée et émincée. Arrêtez la cuisson, salez, poivrez et réservez.
Huilez les côtes à l’os, faites chauffer à température maximale le gril et faites griller les côtes 1 minute de chaque côté pour bien les marquer. Baissez en suite la température et laissez cuire 10 à 12 minutes en les retournant 1 fois. Salez et poivrez.
Faites réchauffer tout doucement la sauce au vin et ajoutez la ciboulette et le reste du beurre coupé en dés en mélangeant pour avoir une belle sauce brillante. Parsemez de fleurs de thym et servez avec des pommes de terre à la peau.

vendredi, 24 mai 2019

Sauce pwa nwa

Comprenez sauce pois noirs ou plus exactement haricots noirs. C’était votre première leçon d’haïtien. Heureux ?

Sauce pwa nwa, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 250 g de haricots secs noirs (pois noirs), 3 gousses d’ail, 1 oignon vert, 1 branche de persil, 1 branche de thym, 3 clous de girofle, 1 cuillère d’huile, eau, sel
Préparation : 15 min – cuisson : 1 h 30 – coût : * - difficulté : *
Lavez les haricots noirs et laissez tremper toute une nuit. Egouttez-les.
Mettez les haricots dans une grande casserole avec de l’eau, les clous de girofle, les gousses d’ail, le persil, l’oignon vert, le thym et l’huile. Cuire à feu doux pendant une heure jusqu'à ce qu'ils deviennent tendres. Passez au blender les 2/3 des haricots avec un peu de jus de cuisson. Ajoutez un peu de jus de cuisson au besoin.
Mélangez la purée avec le reste des haricots noirs entiers sur le feu, salez légèrement et laissez mijoter à feu doux environ 30 minutes. Plus vous laisserez cuire, plus la sauce va s'épaissir et prendre du goût. Servez avec du riz blanc, de la polenta ou des pains plats à la farine blanche. Vous pouvez ajouter du piment.

samedi, 18 mai 2019

Poulet et asperges à la thaïlandaise d’Arnaud et Saranya Vantourout, le bistrot d’Arnaud à Armentières

C’est beau, l’amour !
En face de vous, voici deux amoureux du bien-manger, Arnaud Vantourout, cuisinier-voyageur qui a parcouru le monde des beaux restaurants, revenu de Paris et les cuisines de Matignon, du George-V, de la Maison Rostang, passé par Boston, San Francisco, Bruxelles… Et Saranya, son épouse, rencontrée à Bruxelles, arrivée de Thaïlande avec, dans ses bagages, des tonnes de recettes de là-bas. Unis pour le meilleur dans un restaurant charmant d’Armentières, ils offrent une cuisine sans chichis, qui va à l’essentiel, avec de beaux produits et de belles cuissons. C’est beau, l’amour ! 

poulet et asperges à la thaïlandaise d’arnaud et saranya vantourout,le bistrot d’arnaud à armentières,le bistro d'arnaud,arnaud vantourout,saranya vantourout,le chef et la cocotte,la cocotte,la voix du nord

Le bistro d'Arnaud, sur facebook, 52 rue des résistants, 59820 Armentières 0320353917
Le site Internet du Bistro d'Arnaud

Poulet et asperges à la thaïlandaise
Pour 6 personnes
Ingrédients : 2 carottes, ½ poivron jaune et ½ rouge, 18 asperges moyennes, ail, 720 g de poulet (haut des cuisses), 3 càs de sauce huître, poivre, 1 càs poudre de bouillon de poulet thaï, 2 càs sauce soja, 1 càs sucre, 2 càs huile de tournesol, eau, 300 g de riz jasmin.
Préparation : 20 min – cuisson : 12 à 15 min environ (poulet et riz) – coût : * - difficulté : * - ustensile : wok

poulet et asperges à la thaïlandaise d’arnaud et saranya vantourout,le bistrot d’arnaud à armentières,le bistro d'arnaud,arnaud vantourout,saranya vantourout,le chef et la cocotte,la cocotte,la voix du nord

Pelez les carottes, coupez-les en 2 dans la longueur et en tranches fines en biseau. Pelez et taillez les asperges en 4. Pelez, épépinez et taillez les poivrons en grosse julienne. Pelez, dégermez et hachez l’ail. Coupez le poulet en petits morceaux. Faites chauffer le wok avec 3 càs d’huile, ajoutez ail et poulet et rissolez-le 3 minutes. Ajoutez carottes et asperges, sauce huître, bouillon en poudre, sauce soja et sucre en poudre. Laissez cuire 2 minutes en remuant. Ajoutez les poivrons au dernier moment et un peu d’eau si nécessaire. Poivrez et rectifiez l’assaisonnement.
Lavez plusieurs fois le riz pour enlever l’amidon et faites-le cuire à couvert dans 420 g d’eau bouillante le temps que l’eau s’évapore, soit 12 à 15 minutes.
 
le bistrot d’arnaud à armentières,le bistro d'arnaud,arnaud vantourout,saranya vantourout,le chef et la cocotte,la cocotte,la voix du nord,poulet et asperges à la thaïlandaise d’arnaud et saranya vantourUn peu plus encore
S’assoir à une table de restaurant face à un chef, lui poser une question et le laisser partir dans ses souvenirs, ses expériences, ses envies est l’un des grands plaisirs de la Cocotte. S’assoir face à Arnaud Vantourout s’ajoutera à sa collection de p’tits bonheurs.
Si les voyages forment la jeunesse, ils forment aussi les cuisiniers. Le CV d’Arnaud est une carte routière, un atlas même.
Parti d’Armentières très jeune, il entame son périple à Avesnes sur Helpe au lycée hôtelier. Une fois un BTS art culinaire de la table en poche, il prend sa valise et ne s’arrête plus. Il s’envole pour Boston dans un grand restaurant où un chef alsacien officie. Puis c’est l’heure de faire son service militaire. Il revient en France et fait son service à Matignon sous le gouvernement Jospin, Lionel Jospin qu’il décrit comme étant « assez simple, super gentil et très travailleur ». Puis il refait ses valises pour partir à San Francisco. Là, c’est belle clientèle américaine, belle cuisine, foie gras, cuisse de canard confite… Il refait ses valises, revient à Paris et découvre la grande cuisine des chefs étoilés. Il œuvre  chez Michel Rostang qui « connaît les beaux produits comme personne » et les travaille dans une cuisine sans chichis et qui va à l’essentiel. Puis Arnaud fait étape 3 belles années au George V. La bougeotte le reprend et l’emmène à nouveau chez les Américains, à Washington cette fois-ci, chez Michel Richard, dans un relais et châteaux. « C’était comme un spectacle tous les soirs ! »
le bistrot d’arnaud à armentières,le bistro d'arnaud,arnaud vantourout,saranya vantourout,le chef et la cocotte,la cocotte,la voix du nord,poulet et asperges à la thaïlandaise d’arnaud et saranya vantourPuis repart pour l’Europe et s’arrête à Bruxelles pour travailler dans un restaurant que tous les Bruxellois connaissent, le « Comme chez soi ». Et c’est chez les Belges qu’il rencontre celle qui va lui faire poser ses valises pour un temps, Saranya. Elle vient de Thaïlande et cuisine pour des gens fortunés.
Ils se disent qu’ils peuvent allier leurs savoir-faire et leurs influences et comme Ulysse qui a fait un long voyage, heureux, ils ouvrent leur restaurant, retour à la case-départ, à Armentières.
La cuisine d’Arnaud est classique et de saison, pas trop locale, lui qui a tellement voyagé veut montrer toutes les choses qu’il sait faire et Saranya tient ses recettes de ses parents et grands-parents thaïs.
Le classique d’Arnaud et l’exotique de Saranya s’unissent pour le meilleur dans un petit restaurant aux beaux murs de briques. Sans chichi, avec un sourire doux et franc, ils reçoivent une clientèle de plus en plus nombreuse qui se laisse sans mal attirer par les parfums de citronnelle et l’odeur de la papaye verte.
Toutes les semaines, la carte classiquement raffinée d’Arnaud évolue, le saumon mariné agrumes et gin peut côtoyer la terrine de fois gras mi-cuit au chutney de mangue, un dos de cabillaud peut s’accommoder d’une mousseline de fenouil ou d’un quinoa à la Provençale, une pluma de cochon ibérique peut s’accompagner de pommes-charlotte dans un jus corsé.
le bistrot d’arnaud à armentières,le bistro d'arnaud,arnaud vantourout,saranya vantourout,le chef et la cocotte,la cocotte,la voix du nord,poulet et asperges à la thaïlandaise d’arnaud et saranya vantourMais le jeudi, Arnaud et Saranya ouvrent leur table au royaume de Siam et offrent un buffet thaï. Une multitude de petits plats faits-maison emplit le restaurant. Curry thaï, riz subtilement parfumé, bouillon au lait de coco, brochettes en sauce, petites boulettes de porc à la citronnelle (citronnelle qui vient du jardin de la grand-mère de Saranya) jonchent le buffet et tous les clients qui sont déjà venus ce jour-là reviennent immanquablement.
Arnaud est heureux, lui qui veut que ses clients soient contents quand ils sortent et qu’ils reviennent 2 ou 3 fois par semaine. Et Saranya l’est tout autant.
Et comme tous les ans l’envie d’ailleurs les reprend. Quand arrivent les vacances, direction la Thaïlande pour faire cargaison de citronnelle ou la Tunisie pour rendre visite à la famille.
Jusqu’au prochain voyage formateur qui les emmènera où ? Arnaud ne l’a pas dit à la Cocotte…

vendredi, 10 mai 2019

Ceviche au vert

Le ceviche est un plat de poisson mariné dans le jus de citron originaire d’Amérique latine. Prononcez cévitché et dégustez.

Ceviche au vert, ceviche, lieu noir, citron vert, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 300 g de filet de lieu noir, 1 citron vert bio, 1 cuillère à soupe de poivre vert en saumure, 3 tiges de coriandre fraîche, sel, poivre blanc, piment en poudre,1 oignon rouge, huile de colza.
Préparation : 10 min – cuisson : aucune – coût : * - difficulté : * - ustensiles : zesteur, presse-citron et verrines
Coupez les morceaux de filet en petits dés. Lavez bien le citron, prélevez-en le zeste et pressez le citron. Dans un bol assemblez le poisson et le jus de citron et mettez-le au réfrigérateur 2 heures.
Ensuite ajoutez au poisson le poivre vert, la coriandre lavée, effeuillée et ciselée, un tout petit peu de sel, 2cuillères à soupe d’huile, 1 pincée de piment en poudre et du poivre. Pelez et ciselez finement l’oignon rouge, répartissez-le sur les dés de poisson et terminez en ajoutant le zeste du citron. Si vous en avez envie, ajoutez des dés d’avocat pas trop mûr et dégustez aussitôt avec des chips de tortillas dans de jolies petites verrines à l’apéritif.

jeudi, 02 mai 2019

Condiment au gingembre et la Cocotte à Bailleul

Condiment au gingembre, gingembre, la Cocotte, la Voix du Nord, l'autre Festival, Bailleul, médiathèque de Bailleul- Allo la Cocotte ? Si je vous envoie la photo d’une peinture exposée au musée Benoît-De-Puydt de Bailleul, vous pouvez me dire ce qu’elle vous inspire ? La toile s’intitule « Intérieur de cuisine » et elle est l’œuvre de Martin Drölling. Nous avons déjà montré cette toile à Françoise Lison-Leroy et elle en a fait une nouvelle. Alors ça vous dit quoi ?
- Eh bien, je vois l’intérieur très sombre d’une cuisine. La lumière rare provient d’une grande fenêtre aux vitres sales ou occultées par des papiers sombres. La fenêtre éclaire un pan de mur jauni où pendent casseroles en cuivre et jarres de toutes tailles. Elle éclaire également le manteau d’une cheminée où sont exposés quelques objets, tels qu’une cafetière, une bougie, un miroir…
La faible lumière éclaire enfin une dame assise à la table de la cuisine, fichu et tablier blancs et robe jaune. Elle est accompagnée d’un homme qui reste dans le noir. Il est debout et ne fait rien de particulier sauf peut-être l’écouter. Sur la table sont étalés carottes et poireaux et la dame au fichu blanc, probablement la servante, plume une volaille, me semble-t-il.
- Oui, c’est bien ça. Alors ça vous fait penser à quoi ?
- Eh bien, je dirais que les gens de la maison vont bientôt de régaler d’une poule au pot.
- Oui, c’est pas mal. Et ça vous dirait de venir en préparer une le dimanche 5 mai à la médiathèque de Bailleul ? Pendant que Françoise Lison-Leroy lira son texte, vous animerez un atelier Poule au pot avec quelques volontaires. Les effluves du bouillon viendront chatouiller les narines des auditeurs qui pourront ensuite venir déguster les plats préparés pendant votre atelier. Vous voulez bien ?
condiment au gingembre,gingembre,la cocotte,la voix du nord,l'autre festival,bailleul,médiathèque de bailleul- Oh bien sûr que je veux. Mais c’est dans quel cadre exactement, dites-moi ? Et puis qui êtes-vous, Monsieur ?
- Oh pardon, je ne me suis pas présenté, je suis Dominique Tourte, le directeur des éditions Invenit. Je dirige la collection Ekphrasis. Nous choisissons des peintures dans les musées du Nord-Pas de Calais et nous proposons à un écrivain de nous offrir son regard sur ces peintures, dans le but de valoriser le patrimoine artistique de notre région. Ici la peinture est de Martin Drölling, peintre du XVIIIème siècle, né en Alsace et mort à Paris. Françoise Lison-Leroy est belge, elle vit dans la région de Tournai et elle écrit poèmes, nouvelles, chroniques et pièces de théâtre. Ecrire sur des peintres et des peintures, elle aime ça. Et nous avons choisi de parler de son travail à propos de Martin Drölling dans le cadre de l’Autre Festival de Bailleul. Pendant tout un week-end, L’autre Festival offrira aux habitants de Bailleul et des environs un programme entier mêlant BD, chanson, musique, théâtre, illustration et cinéma. Des ateliers, des rencontres, des happenings, des collages, des installations, des expositions… seront proposés. Alors, la Cocotte, ça vous dit ?
- Oh bien sûr que oui, à dimanche, Dominique ! 11 heures à la médiathèque ? Oui oui, j’y serai !

L'Autre Festival à Bailleul, Médiathèque municipale, 22bis, rue d'Ypres, 59270 BAILLEUL, Tél. 03 28 41 27 54

La recette

Aimez-vous les goûts forts ? Si oui, lisez la suite. Si non, passez votre tour. Cette recette est faite pour les gens qui n’ont peur de rien.

Condiment au gingembre, gingembre, la Cocotte, la Voix du Nord, l'autre Festival, Bailleul, médiathèque de Bailleul

Pour 1 petit pot 

Ingrédients : 200 g de gingembre, 2 gousses d’ail, 2 piments rouges frais (plus ou moins forts selon votre goût), 3 g de sel et huile de tournesol.
Préparation : 20 min – cuisson : 15 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : râpe, pilon, mortier et casserole
Pelez le morceau de gingembre. Râpez-le jusqu’aux fibres et débarrassez-vous de celles-ci. Pelez l’ail et passez-le au pilon pour obtenir de la crème. Lavez les piments et enlevez-leur la queue. Coupez les piments en morceaux sans toucher les graines avec les mains car elles piquent. Pilez les piments également. Faites chauffer 2 cuillères à soupe d’huile dans une petite casserole et ajoutez le gingembre râpé, le piment et ses graines (si vous voulez que ça pique fort) et l’ail. Laissez cuire doucement 15 minutes, le temps que l’huile fasse des petites bulles en surface et se sépare de la masse. Salez légèrement. Versez le contenu de la casserole dans des petits pots très propres et complétez-les d’huile de tournesol. Rangez-les au réfrigérateur et consommez ce condiment rapidement avec du riz, de la semoule, des viandes grillées, des salades…

vendredi, 26 avril 2019

Mizotto aux haricots noirs

Tout est dans le bouillon, ma petite dame. Parfumé au soja, ce bouillon est versé petit à petit, comme pour un risotto.

Mizotto aux haricots noirs, miso, pâte de soja, risotto, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 300 g de riz basmati, 1 cuillère à soupe de pâte de soja, 250 g de haricots noirs secs, 1 piment rouge séché, thym, sel, poivre, huile, gingembre au vinaigre.
Préparation : 30 min + trempage 12 h – cuisson : 1 h 30 – coût : * - difficulté : *
Faites tremper les haricots noirs pendant 12 heures puis faites-les bouillir 1 h environ avec thym, piment, sel et poivre jusqu’à ce qu’ils se transforment en purée. Enlevez piment et thym et réservez.
Faites bouillir 1,5 litres d’eau avec une cuillère à soupe de pâte de soja pendant 15 minutes. Faites chauffer un peu d’huile de tournesol dans une casserole et faites-y dorer le riz basmati quelques instants. Versez régulièrement sur le riz des louches de bouillon au soja, comme pour un risotto.  Mélangez à la cuillère en bois et veillez à ce qu’i y ait toujours suffisamment de liquide. 7 à 8 louches devraient suffire pour 15 à 20 minutes de cuisson. Rectifiez l’assaisonnement. Servez le riz bien crémeux, la purée de haricots noirs et quelques morceaux de gingembre au vinaigre. Vous pouvez ajouter des lanières de bœuf pimenté, mariné et sauté à l’huile.

samedi, 20 avril 2019

Gambas en marinade gingembre et vanille d’Olivier Masson du restaurant Sous le charme à Saint-André

« Moi, j’adore recevoir »
Au sortir d’une période forcée de travaux qui bloquent sa rue plus d’un an, Olivier Masson décide de changer radicalement sa manière de travailler. Le matin, version chambre d’hôtes, il ouvre sa grande table aux touristes étrangers aux yeux parfois encore pleins de sommeil. Et le soir, version restaurant, sur cette même grande table, d’autres clients chanceux goûtent à sa cuisine délicate, sans cesse renouvelée. Et dans la salle ouverte sur la cuisine, tout ce beau monde partage des moments proches de l’intime avec ce cuisinier paisible, affable, adorant le contact. On est sous le charme !

Gambas en marinade gingembre et vanille d’Olivier Masson du restaurant Sous le charme à Saint-André, gambas, marinade gingembre et vanille, Olivier Masson, restaurant Sous le Charme à Saint-André, la cocotte, la voix du nord, le chef et la cocotte

Restaurant Sous le charme, 625  avenue du Maréchal De Lattre de Tassigny 59350 Saint-André, 03 20 42 25 33
 

Pour 6 personnes
Ingrédients : 18 gambas crues, persil plat (ou cerfeuil), 100 g de chou-fleur cru (ou 2 échalotes), 70 g de gingembre frais, fleur de sel, poivre, 25 cl d’huile d’olive, jus de citron, ½ gousse de vanille.
Préparation : 20 min – cuisson : 1 min – coût : ** - difficulté : *

Gambas en marinade gingembre et vanille d’Olivier Masson du restaurant Sous le charme à Saint-André, gambas, marinade gingembre et vanille, Olivier Masson, restaurant Sous le Charme à Saint-André, la cocotte, la voix du nord, le chef et la cocotte


Faites cuire les gambas 1 minute dans de l’eau bouillante salée. Rincez-les et réservez-les au frais. Coupez le chou-fleur en très petits morceaux. Lavez 2 branches de persil. Pelez le gingembre. Hachez le tout. Mélangez dans un pot. Ajoutez l’huile d’olive, le citron, 2 pincées de fleur de sel et le poivre. Grattez l’intérieur de la gousse de vanille et ajoutez-le à la sauce. Mélangez bien le tout. Coupez les gambas en 2 dans la longueur. Déposez-les sur une assiette et couvrez-les de marinade. Gardez-les au frais 10 minutes avant de servir.
Conseils de chef : Préparez la marinade la veille. Remplacez les gambas par du saumon cru, ajoutez parmesan passé au four ou graines de sésame grillées pour donner du croustillant. Accompagnez ce plat d’un vin sec et fruité, type vin blanc de Gascogne.
 

gambas,marinade gingembre et vanille,olivier masson,restaurant sous le charme à saint-andré,la cocotte,la voix du nord,le chef et la cocotte,gambas en marinade gingembre et vanille d’olivier masson du rest

Un peu plus
gambas,marinade gingembre et vanille,olivier masson,restaurant sous le charme à saint-andré,la cocotte,la voix du nord,le chef et la cocotte,gambas en marinade gingembre et vanille d’olivier masson du restForcé à l'inactivité pendant près de 18 mois à cause de travaux dans sa rue, Olivier Masson a deux choix qui s’offrent à lui : relancer la machine ou faire les choses autrement. A 57 ans, l’âge aspirant à la tranquillité et la raison, Olivier sait qu’il peut choisir de faire autrement.
Il transforme son beau restaurant en maison d’hôtes parce qu’il adore recevoir et revoit radicalement sa façon de travailler. Parce qu’un restaurant et une maison d’hôtes, ce n’est pas le même esprit, il crée 3 chambres d’hôtes où le décor invite à la sérénité. Trois chambres aux coloris et meubles clairs et à la sobriété alliée à l’élégance. Puis il ouvre sa cuisine aux touristes qui parfois viennent de très loin.
Voir ses habitants d’une, deux ou trois nuits descendre au petit matin s’installer à la grande table, à moitié endormis, partager avec eux ces minutes de réveil relève de l’intime.
Dans sa tenue noire, avec son flegme tout britannique, une élégance sage et un sourire apaisant, Olivier Masson a vue sur ses hôtes et sait bien qu’ils viennent chez lui pour ce supplément d’âme.
gambas,marinade gingembre et vanille,olivier masson,restaurant sous le charme à saint-andré,la cocotte,la voix du nord,le chef et la cocotte,gambas en marinade gingembre et vanille d’olivier masson du restAutour d’une même grande table, ils cherchent le contact, veulent découvrir le Nord, les produits et les gens et écoutent et parlent au maitre des lieux. Lui, pas avare en conseils, recettes et histoires, parle de sa région, eux de la leur. En français, en anglais, allemand, néerlandais, peu importe. Ici tout le monde se parle. Il envoie ses hôtes découvrir les monts de Flandres, la métropole bien plus touristique qu’avant, le vieux Lille, Bruges et Gand, Gand et Bruges…
Ce partage est sa richesse.
Le soir venu, sa table d’hôtes devient restaurant et les clients qui ont la chance de pouvoir y prendre place viennent pour sa cuisine aussi élégante que lui dans son grand tablier blanc. Pour moins de 30 euros, il offre des menus fins, de saison et qui changent en permanence. Olivier Masson travaille des produits hyper-frais glanés chez les producteurs qui l’entourent. Les gens le savent, ils viennent chercher le bon et ils le trouvent.
La Cocotte vous le dit, la Cocotte vous le répète, elle est tombée sous le charme

mardi, 16 avril 2019

Gigot d’agneau à la pâte de pistaches

Moi, à Pâques, je vais faire traditionnel. Un gigot d’agneau, de l’ail et un brin d’excentricité avec pistaches et coriandre. Et vous ?

Gigot d’agneau à la pâte de pistaches, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 gigot d’agneau en rôti, 100 g de pistaches, persil plat, coriandre fraîche, huile d’olive, sel, poivre, ail, thym frais, biscuits apéritifs.
Préparation : 20 min – cuisson : 2 h – coût : ** - difficulté : * - ustensiles : hachoir électrique, ficelle de boucher
Décoquillez les pistaches, passez-les au hachoir électrique avec quelques branches de persil plat et de coriandre. Ajoutez 10 cl d’huile d’olive et mixez avec 3 gousses d’ail pelé jusqu’à obtenir une belle pâte. Salez et poivrez.  Déficelez le gigot, ouvrez-le et répartissez les 2/3 de la pâte de pistaches sur le gigot. Ajoutez 2 ou 3 branches de thym frais et roulez le gigot à nouveau. Ficelez-le en serrant bien. Déposez-le sur un plat qui va au four, badigeonnez-le du reste de pâte de pistaches et écrasez 3 biscuits style Tuc dessus. Enfournez dans le four préchauffé à 180°C. Laissez cuire 45 minutes et baissez la température sur 110°C et laissez encore 45 minutes. Mangez ce gigot avec une purée de fèves, de flageolets ou de lingots du Nord.

dimanche, 14 avril 2019

Fèves falafels

Façonnées à la main, ces boulettes cuisent en 5 ou 6 minutes. Elles doivent être bien dorées et se dégustent avec des crudités.

Fèves falafels, la cocotte, la voix du nord

Qui de l’œuf ou de la poule ? Qui d’Israël ou de la Palestine, du Liban ou de la Jordanie, de l’Irak ou de l’Iran…, a inventé le falafel ? Bien malin celui qui peut le dire. Cette petite boulette est comme l’houmous, tous les pays cités ci-dessus se battent pour en revendiquer la paternité. Nous, nous nous battons pour les dévorer bien chaudes, enveloppées ou pas dans un sandwich, aux pois chiches ou aux fèves, avec des crudités ou de la viande, un peu de coriandre et/ou du cumin, peu importe. Ces petites boulettes font l’unanimité et on se bat pour avoir les dernières.
 
Pour 15 falafels
Ingrédients : 250 g de fèves sèches, 1 oignon rouge, 2 gousses d’ail, ½ bouquet de persil plat, quelques branches de coriandre, sel, poivre, piment, cumin et coriandre en poudre, levure chimique, farine, huile de friture.
Préparation : 30 min – cuisson : 5 min par fournée – coût : * - difficulté : ** - ustensile : mixeur

Fèves falafels, la cocotte, la voix du nord


Faites tremper les fèves 12 h dans de l’eau fraîche. Egouttez-les, laissez-les sécher un peu et passez-les au mixeur avec l’oignon pelé et coupé petit, l’ail pelé et pilé, le persil et la coriandre lavés et ciselés, 1 cuillère à café de levure chimique, sel, poivre, une pincée de piment, ½ cuillère à café de cumin et de coriandre en poudre. Mélangez à la main. Si cela vous semble trop humide, ajoutez un peu de farine. Formez des petites boules grosses comme des noix. Faites chauffer 50 cl d’huile de friture dans une casserole et déposez-y les falafels à l’aide d’une petite passette. Laissez cuire 5 minutes, sortez-les de l’huile et laissez-les s’égoutter sur du papier absorbant. Servez avec du tahineh délayé dans du jus de citron et de l’eau.

vendredi, 12 avril 2019

Pastilla saucisse-coco-piment

Envie de partir loin, loin, loin ? Allez donc dans votre cuisine et préparez cette recette. L’aventure vous attend au fond de la tourtière.

Pastilla saucisse-coco-piment, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 paquet de 10 feuilles de brick, 500 g de chair à saucisse, 1 piment rouge, 1 oignon, 2 œufs, 1 cuillère à café de curry, 100 g de noix de coco fraîchement râpée, sel et poivre, huile.
Préparation : 20 min – cuisson : 45 min – coût : * - ustensile : tourtière de petite taille
Pelez et ciselez l’oignon. Lavez, épépinez et coupez finement le piment rouge. Dans un plat, mélangez la chair à saucisse avec les œufs. Ajoutez l’oignon, le piment, le curry et la noix de coco. Poivrez et ajoutez un peu de sel si la chair à saucisse n’est pas déjà salée. Mélangez bien. Préchauffez le four à 180° C. Dans la tourtière superposez 3 feuilles de brick en les humidifiant très succinctement. Déposez par-dessus le tiers de la face. Continuez avec 2 feuilles de brick, un autre tiers de farce, 2 nouvelles feuilles, le dernier tiers de farce puis les deux dernières feuilles. Comme si vous bordiez un lit, formez la pastilla en serrant bien l’ensemble et en passant les feuilles sous le « gâteau » qui se forme. Huilez légèrement la surface et passez la pastilla 45 minutes à four chaud. Baissez la température vers la fin.

dimanche, 31 mars 2019

Lasagnes de tortillas

Les tortillas peuvent se préparer de multiples façons mais il faut d’abord avoir la bonne farine et les bons ustensiles.

Lasagnes de tortillas, asagnes, tortillas, la cocotte, la voix du nord


Un monde sépare les tortillas vendues dans le commerce et celles que vous préparerez vous-même. Tout d’abord choisissez la farine. Mixez farine de blé et farine de maïs ou optez carrément, si vous en trouvez, pour la farine nixtamalisée. Le maïs de celle-ci a subi un traitement à la chaux et c’est ça qui lui donne ce goût incomparable. Ensuite investissez dans une presse à tortillas. C’est un bel objet qui est redoutablement efficace pour obtenir des tortillas fines et légères. Enfin sortez de vos placards une belle plaque de fonte et faites-y cuire vos petites galettes. Le reste est question d’imagination.

Pour 6 personnes
Ingrédients : 18 tortillas*, 750 ml de coulis de tomates, 200 g de champignons de Paris, huile d’olive, ail moulu, piment, origan séché, 150 g de ricotta fraîche, 18 rondelles de salami italien ou rosette de Lyon, sel, poivre.
Préparation : 20 min – cuisson : 45 min – coût : * - difficulté : *

Lasagnes de tortillas, asagnes, tortillas, la cocotte, la voix du nord

Préchauffez le four à 180° C. Lavez et coupez les champignons en fines lamelles. Faites-les sauter 5 minutes dans un peu d’huile d’olive. Mélangez le coulis, les champignons sautés, 1 cuillère à café d’ail moulu, 1 pincée de piment en poudre et 1 cuillère à café d’origan. Huilez légèrement un plat à gratin, versez le coulis de tomates, posez 6 tortillas sur le coulis puis répartissez 1/3 des rondelles du saucisson choisi. Faites 2 autres couches de la même façon et couvrez le tout de la ricotta fraîche.
Parsemez d’origan séché, salez et poivrez et versez un nouveau filet d’huile d’olive sur ces lasagnes. Enfournez au four pour 35 à 40 minutes.
* pour 18 tortillas-maison : 150 g de farine nixtamalisée et 225 g d’eau, 1 presse à tortillas et 1 plaque en fonte

La répétition fixe la notion : Vous voulez un bon plan pour ce dimanche ? La Cocotte en a un !

1 super Bon plan avec la Cocotte

Vous voulez bricoler, découvrir la permaculture, fabriquer des éponge tawashi, avoir des conseils sur l'énergie éco-responsable, cuisiner avec la marraine de l'opération (j'ai nommé la Cocotte !), réparer votre vélo et le customiser, recycler, transformer du bois de palette, rencontrer des producteurs de fromage de chèvre, de miel, d'escargots, de jus de fruits et de confiture, de bière... ? Vous voulez tout ça et plus encore ?

Alors venez en famille à la découverte d'ateliers écoresponsables. aujourd'hui 31 mars, à la salle polvalente de Nieurlet. En compagnie de Steve, Martine, Yann, Amélie, LN, Grégory, Raphaël, Christophe, Laurence, Alexandre, Laura, Madou, Mathieu, Sandrine, Jean, Lucile, Samuel, Dominique... , la Cocotte vous invite au dimanche Bons plans (et oui, malin !) organisé par le groupe Pascal*. Venez échanger et partager vos bons plans. Venez vivre un bon moment. Plus on est de fous et plus on est de fous...

Association Groupe Pascal, 10 avenue Pasteur, 59820 Gravelines, 0328518383, groupepascal@wanadoo.fr

A tout à l'heure à la salle polyvalente de Nieurlet !

lasagnes de tortillas,asagnes,tortillas,la cocotte,la voix du nord

vendredi, 29 mars 2019

Potée effilochée à la portugaise

Chers amis du goût, bonjour ! Tout le goût que vous mettrez dans cette potée sera dans le chorizo que vous choisirez.

Potée effilochée à la portugaise, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : ½ carcasse de poulet, 1 petit rôti de porc, pimenton ou paprika, laurier, romarin, clous de girofle 1 chorizo portugais de 400 g, 250 g de haricots rouges secs, 250 g de haricots noirs secs, oignons, piment, huile d’olive, coulis de tomates.
Préparation : 30 min – cuisson : 3 h – coût : * - difficulté : *
Faites tremper les haricots séparément toute une nuit. Egouttez-les et séparément, faites-les cuire dans de l’eau, le temps qu’ils deviennent al dente. Faites bouillir carcasse et chorizo dans une marmite d’eau avec oignon, clous de girofle et romarin 30 minutes. Huilez un plat à four, déposez le laurier dans le fond, posez le rôti dessus, ajoutez quelques piments séchés et saupoudrez-le de pimenton. Faites cuire au four 3 h à 160°C au début et baissez pour arriver à 90/100° C à la fin. Dans une cassole, mélangez les haricots, ajoutez le chorizo coupé en petits morceaux et versez du bouillon de volaille filtré et le coulis de tomates. Mettez la cassole au four en même temps que le rôti et ajoutez du bouillon en cours de cuisson pour faire une potée assez liquide. Comptez 3 heures de cuisson mais vous pouvez laisser plus sans problème. Effilochez le porc et servez-le sur la potée.

vendredi, 22 mars 2019

Eldorado au lycée horticole de Lomme et pop-corn arriba, arriba, arriba !

Eldorado au lycée horticole de Lomme et pop-corn arriba, arriba, arriba, Eldorado, Lille 3000, Yann Lafolie, médiathèque de Lomme, Lomme, pop-corn, la Cocotte

Si vous avez toujours rêvé de savoir ce que Christophe Colomb avait vu quand il a mis le pied dans le Nouveau Monde, rendez-vous ce samedi 23 mars au lycée horticole de Lomme dès 14 h.
Vous rencontrerez là-bas Yann Lafolie, un homme passionné donc passionnant, paysagiste de son état et sommité ambulante dans la tomate entre autres qualités. Peu peuvent s’en vanter. Oui, vYann Lafolie en est une. Pas une tomate, non mais une sommité !
Dans le cadre de l’opération Eldorado liée à Lille 3000, ce savant fou vous racontera comme semer, replanter, repiquer tomates, piment, poivrons, maïs, cacoyer, epazote et tout ce qui touche à la culture agricole du Mexique, tout ce qui sort de terre et qui se mange au Mexique.
Cet atelier est très certainement le premier d’une belle série.
C’est l'Odyssée, la médiathèque de Lomme qui se charge des inscriptions.
Pour cela, il suffit de téléphoner au 0320172740 et de demander Claudine ou Emmanuelle.
Allez, vite, n’attendez pas.

Et comme vous avez été sages et vous aviez tout bien noté, voici une petite recette déjà parue en octobre 2013 qui vous permettra de faire la fête en pensant à l'eldorado.

Eldorado au lycée horticole de Lomme et pop-corn arriba, arriba, arriba, Eldorado, Lille 3000, Yann Lafolie, médiathèque de Lomme, Lomme, pop-corn, la Cocotte

Pop-corn aïe-aïe-aïe
Pour un grand saladier
Ingrédients : 50 g de maïs à pop-corn, huile de tournesol, 50 g de beurre, piment, cumin, coriandre et paprika doux en poudre, ail moulu, Tabasco, 50 g de parmesan, sel, poivre.
Préparation : 10 mn – cuisson : 5 mn – coût : * - difficulté : * - ustensile : marmite avec couvercle
Versez 3 cuillères à soupe d’huile dans une marmite, ajoutez le maïs en grains. Mettez le couvercle et mettez à chauffer. Au bout de quelques instants, les pop-corn éclatent. Dès que vous n’entendez plus de bruit, arrêtez le feu et versez les pop-corn dans un saladier. A part, faites fondre du beurre. Quand il a fondu, ajoutez une pointe de piment, 1 cuillère à café de cumin moulu, la même quantité de coriandre moulue et de paprika. Saupoudrez d’une cuillère à café d’ail, versez quelques gouttes de Tabasco selon votre goût. Salez, poivrez et versez sur les pop-corn. Mélangez à la cuillère en bois. Et en dernier lieu, saupoudrez de parmesan. Mélangez encore un peu et servez à l’apéritif. C’est tout léger et c’est bien épicé. Aïe, aïe, aïe !

 

vendredi, 15 mars 2019

3 couleurs gnocchis

Ces trois couleurs pourraient représenter l’Italie. Rouge, le paprika. Vert, le persil et l’origan et blanc, l’ail séché.

3 couleurs gnocchis, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 500 g de pommes de terre farineuses, 5 càs de farine ou 75 g, sel, 2 œufs, paprika, origan et persil, ail séché, piment, poivre, beurre, huile.
Préparation : 30 min – cuisson : 45 min – coût : * - difficulté : *
Faites cuire les pommes de terre 30 minutes à la peau. Laissez-les refroidir au réfrigérateur plusieurs heures, pelez-les et écrasez-les au presse-purée. Ajoutez la farine, le sel et les œufs. Séparez la masse formée en 3 boules. Dans la première mettez du paprika, la deuxième du persil et de l’origan et la troisième, de l’ail séché et de piment. Formez des petites boules grosses comme des grosses noisettes. Aplatissez-les un peu au centre. Faites-les bouillir dans une casserole d’eau. Dès qu’elles remontent à la surface, enlevez-les. Faites-les revenir quelques instants dans un mélange de beurre et d’huile neutre, poivrez, parsemez-les de fromage râpé (parmesan, pecorino...) et accompagnez-les d’un plat de viande en sauce si vous voulez, ou pas !

dimanche, 03 mars 2019

Zwiebelkuchen ou tarte briochée aux oignons

Horriblement moelleuse, affreusement goûteuse, effroyablement délicieuse, cette tarte aux oignons, vous allez l’adorer.

Zwiebelkuchen ou tarte briochée aux oignons, la cocotte, la voix du nord

A ne pas confondre avec la quiche lorraine ou la pissaladière niçoise, le « Zwiebelkuchen », littéralement gâteau aux oignons, prend ses origines dans des coins européens à l’accent germanique, la Suisse, l’Alsace et plus particulièrement l’Allemagne et ses Länder (régions). Suivant ces régions, on y ajoute des dés de lard, de la crème liquide, du carvi… Les oignons et le lard sont cuits au préalable, refroidis quand la pâte monte puis étalés sur la pâte. La pâte peut être celle d’une fougasse ou briochée comme celle d’aujourd’hui. A l’apéritif, coupé en carrés et accompagné d’un vin blanc de nos voisins d’outre-Rhin, on se régale de ce Zwiebelkuchen.

Zwiebelkuchen ou tarte briochée aux oignons, la cocotte, la voix du nord

Pour 1 tarte
Ingrédients : 300 g de farine de blé type 45, 5 g de sel, 20 cl de lait, 1 càs de levure sèche du boulanger, 1 œuf, poivre blanc, 750 g d’oignons, beurre, sucre, carvi, 10 cl de crème liquide, sel.
Préparation : 15 mn – cuisson : 1 h 25 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : tourtière et papier sulfurisé
Pelez et ciselez les oignons, faites-les confire 1 heure dans 20 g de beurre, 5 cl d’eau, 1 sucre et 1 pincée de carvi. Réservez. Faites tiédir le lait, prélevez-en une petite quantité et délayez-y la levure. Dans un grand plat creux, mélangez farine, œuf entier, lait, tasse de levure et sel. Formez une belle boule. Déposez une feuille de papier sulfurisé dans la tourtière puis étalez la pâte sur toute la surface en vous aidant du dos d’une cuillère. Couvrez-la d’un linge propre et laissez-la gonfler pendant 1 heure dans un endroit chaud.
Préchauffez alors le four à 180°c. Enfoncez les doigts dedans de-ci, de-là. Répartissez crème liquide et oignons par-dessus, salez, poivrez et enfournez 25 à 35 minutes. Coupez la tarte en carrés et servez-la tiède.

zwiebelkuchen ou tarte briochée aux oignons,la cocotte,la voix du nord, musée du terroir de Villeneuve d'Ascq, atelier bière

 

vendredi, 01 mars 2019

Soupe de lentilles Abdellah

A la place du yaourt, prenez du lait fermenté. A la place des lentilles vertes, prenez des rouges. A la place de… et vous aurez une autre soupe !

Soupe de lentilles Abdellah, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 250 g de lentilles vertes, thym, laurier, ras el-hanout, ail, oignon, coulis de tomates, piment en poudre, 2 yaourts-nature, sel, poivre. Facultatifs : citron et coriandre fraîche
Préparation : 20 min – cuisson : 1 h – coût : * - difficulté : * - ustensile : mixeur électrique
Rincez les lentilles. Déposez-les dans un faitout, ajoutez sel, thym et laurier. Couvrez généreusement d’eau et faites chauffer 30 minutes. Vérifiez régulièrement la cuisson et au besoin prolongez-la.
Quand elles sont cuites, ajoutez une cuillère à soupe de ras el-hanout, 2 gousses d’ail et 1 oignon pelés et 50 cl de coulis de tomates. Enlevez thym et laurier. Mixez très finement, ressalez si besoin, poivrez et ajoutez une pointe de piment en poudre. Mixez à nouveau. Maintenez la température jusqu’au moment de servir et ajustez en eau pour obtenir un beau velouté. Au dernier moment ajoutez les yaourts-nature et servez avec un peu de citron pressé et de coriandre ciselée si vous en avez envie.

lundi, 25 février 2019

Bœuf séché à la chinoise

Laissez le pot ouvert sur la table et observez l’effet qu’ont ces lanières de bœuf sur les gens. Ils en prennent une et deux et trois et…

Bœuf séché à la chinoise, boeuf, la cocotte, la voix du nord

Pour 500 g de bœuf
Ingrédients : 500 g de bœuf* maigre et extra-tendre (bavette, hampe, onglet, araignée, rumsteck….), 5 cl de sauce soja, 10 cl d’eau, 1 cuillère à café de pâte de piment, 1 càc de gingembre en poudre et 1 càc de coriandre en poudre.
Préparation : 10 min – cuisson : 4 à 6 heures – coût : ** - difficulté : * - ustensiles : four ou déshydrateur, couteau bien aiguisé et 1 grand bocal bien propre
Placez le morceau entier de bœuf 1 heure au congélateur pour faciliter sa découpe. Dans un plat, mélangez la sauce soja, l’eau, la pâte de piment, le gingembre et la coriandre. Au bout de l’heure de congélation, sortez le bœuf du congélateur et coupez-le à travers les fibres en tranches fines. Faites-les tremper 12 heures dans la sauce que vous avez préparée. Ensuite égouttez les morceaux de viande et séchez-les soigneusement. Déposez-les sur une feuille de papier-cuisson sans les faire se chevaucher et enfournez-les dans un four préchauffé à 80 ° C ou dans le déshydrateur à 70° C. Laissez les morceaux sécher environ 5 heures en les retournant de temps à autre. Rangez-les dans un bocal pour plusieurs mois ou dans un sac en papier pour une petite semaine.

dimanche, 17 février 2019

Poulet jerk au 4-épices

5 doigts à la main gauche, 5 doigts à la droite, peut-être ne seront-ils pas suffisants pour vous régaler en les léchant…

Poulet jerk au 4-épices, poulet, 4-épices, la Cocotte, la voix du nord

Le 4-épices, appelé poivre de la Jamaïque, bois d’Inde ou tout-épice est donc une épice aux arômes de poivre, muscade, girofle et cannelle. Ses baies se réduisent en poudre et s’incorporent avec bonheur aux pâtés ou aux volailles. Dans les Caraïbes, elles se mélangent au piment plus ou moins fort, au gingembre, à l’ail, aux oignons frits… On enduit de cette sauce des morceaux de poulet et on les laisse mariner 6, 12, 24 heures… pour ensuite les faire cuire au four et s’en lécher les doigts. Vous-même, vous pouvez préparer du 4-épices en mélangeant à parts égales les épices susnommées.

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 poulet de ferme, 5 cl d’huile d’olive, 1 citron, 3 cl de vinaigre blanc, 1 càc de gros sel gris, 2 càc de sucre de canne, du thym, 1 càs d’oignons frits, 1 càc de vrai 4-épices et/ou sinon ½ càc d’ail moulu, ½ càc de gingembre moulu, ½ càc de cannelle en poudre, piment de Cayenne.
Préparation : 30 min – cuisson : 1 h – coût : * - difficulté : * - ustensiles : mortier et pilon ou hachoir

Poulet jerk au 4-épices, poulet, 4-épices, la Cocotte, la voix du nord

Coupez le poulet en morceaux réguliers. Pressez le citron, réduisez en poudre les oignons frits. Dans un bol, mélangez le citron pressé, l’huile et le vinaigre, ajoutez sel, sucre de canne, 4-épices, thym, ail, cannelle et gingembre. Terminez par le piment de Cayenne selon votre goût. Enduisez le poulet de cette sauce et laissez le poulet mariner dans cette préparation toute une journée. Le lendemain disposez le poulet sur un grand plat qui va au four et faites-le cuire 45 minutes à 1 heure en retournant régulièrement les morceaux. Quand il vous semble bien cuit, sortez le poulet et servez-le avec du riz aux haricots rouges et une salade bien vinaigrée de carottes et oignons râpés.

mardi, 22 janvier 2019

Oignons farcis

Tous les goûts sont dans les merguez. Si vous les choisissez parfumées, elles seront parfumées. Epicées, elles seront épicées. Pimentées…

Oignons farcis, la cocotte, la voix du nord

Pour 6 personnes
Ingrédients : 6 oignons jaunes ou rouges, 6 merguez, 200 g de fromage de chèvre frais, huile d’olive, eau. Facultatif : coulis de tomates
Préparation : 30 min – cuisson : 45 min – coût : * - difficulté : **
Préchauffez le four à 180° C. Coupez la base des oignons pour qu’ils ne tombent pas dans le plat. Coupez les chapeaux. Pelez les oignons et videz-les délicatement avec une petite cuillère. Gardez un peu de « chair » d’oignons pour la cuisson. Nettoyez l’intérieur et retournez les oignons dans l’évier pour les égoutter. Enlevez la peau de chaque merguez. Mettez la viande dans un plat creux, ajoutez le fromage de chèvre frais et mélangez la viande à la main. Farcissez-en les oignons.
Huilez légèrement le plat à gratin, ajoutez la chair des oignons dans le fond et posez les oignons farcis dessus. Couvrez les oignons de leur chapeau, versez encore une fois un filet d’huile et enfournez d’abord 30 minutes. Puis baissez la température sur 150° C et laissez encore 15 à 20 minutes. Ajoutez de l’eau au besoin en cours de cuisson et/ou du coulis de tomates. Servez avec de la semoule, du riz ou du quinoa.