lundi, 21 avril 2014

Bouillon italien aux plombs

A la manière d’un bouillon vietnamien, voici un bouillon aux arômes italiens et un carpaccio de bœuf à ajouter au tout dernier moment.

Bouillon italien aux plombs, bouillon, plombs, carpaccio

Pour 6 personnes
Ingrédients : 200 g de filet de bœuf, huile d’olive, sel, poivre, 1 os à moelle, 1,5 litre d’eau, ½ poireau, origan, piment en poudre, ail, 2 carottes, 300 g de petites pâtes à bouillon (plombs), parmesan ou pecorino râpé.
Préparation : 15 min – cuisson : 30 min – coût : * - difficulté : *
Placez le morceau de filet de bœuf dans le freezer 2 heures. Il sera plus facile à couper quand il sera durci. Puis coupez-le en carpaccio, versez un filet d’huile d’olive par-dessus, salez, poivrez et laissez le bœuf mariner au réfrigérateur le temps de faire le bouillon.
Dans un faitout, versez 1,5 litre d’eau. Ajoutez l’os à moelle, une gousse d’ail pelé et pilé, une pincée de piment en poudre, ½ poireau lavé et ciselé finement. Salez et poivrez et laissez bouillir 25 minutes. Au bout de ce temps, ajoutez les plombs, les carottes pelées et râpées avec une grosse râpe et un peu d’origan séché. Faites cuire les plombs comme indiqué sur le paquet. En général, ça va très vite. Rectifiez le bouillon et servez-le dans de grandes assiettes en le couvrant de carpaccio de bœuf. Terminez en saupoudrant de parmesan ou de pecorino râpé.

mardi, 01 avril 2014

Bouillon vert au sarrasin

Vous voulez un p’tit conseil ? Préparez 2 ou 3 litres de bouillon avec votre carcasse et congelez ce que vous n’avez pas utilisé. Malin !

Bouillon vert au sarrasin, sarrasin, galettes au sarrasin, La Cocotte

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 carcasse de poulet, thym, laurier, ail, 200 g de farine de sarrasin (blé noir), 1 œuf, eau, sel, poivre, feuilles de salades diverses, persil plat, matière grasse.
Préparation : 15 min – cuisson : 30 min – coût : * -  difficulté : * - ustensiles : mixeur, crêpière
Mélangez au mixeur ou au fouet les 200 g de farine de sarrasin, une pincée de sel et un œuf entier. Versez de l’eau tout en mélangeant pour obtenir une pâte liquide. Laissez reposer le temps que le bouillon cuise. Dans un faitout, faites un bouillon avec 1,5 litre d’eau, la carcasse du poulet, le thym, l’ail et le laurier. Salez, poivrez puis laissez bouillonner pendant 20 à 30 minutes. Goûtez et rectifiez l’assaisonnement. Lavez et essorez les feuilles de salade.
Faites chauffer la crêpière et ajoutez un peu de matière grasse (beurre, huile voire saindoux), déposez une louche de la pâte liquide et formez une crêpe fine. Retournez-la quand les bords se détachent du bord de la crêpière, laissez-la quelques secondes puis sortez la crêpe. Faites de cette façon 3 ou 4 crêpes avec la pâte. Roulez les crêpes en les serrant bien puis découpez-les en rondelles fines.
Disposez-les dans le fond des bols de service. Coupez en fines lamelles les feuilles de salade, ajoutez-les dans les bols puis mouillez salade et rondelles de crêpes avec le bouillon. Parsemez de persil plat lavé et ciselé finement.

samedi, 29 mars 2014

Chou-bouillon

Avez-vous déjà remarqué que lorsqu’on mixe des pommes de terre avec un mixeur plongeant, les pommes de terre deviennent collantes ?

Chou-bouillon, chou vert de Milan, La Cocotte

Pour 6 personnes
Ingrédients : ½ chou vert de Milan, 3 pommes de terre, 2 carottes, 2 poireaux, 2 petits navets, 1 petit jarret de porc fumé (facultatif), eau, oignon, laurier, clous de girofle et thym, sel et poivre.
Préparation : 15 min – cuisson : 1 h – coût : * - difficulté : * - ustensile : moulin à légumes
Dans une marmite démarrez un bouillon en versant 3 litres d’eau sur le jarret de porc fumé. Ajoutez un oignon piqué de clous de girofle et de laurier, du thym, sel et poivre.
Nettoyez les poireaux, pelez carottes et navet. Enlevez les premières feuilles du chou puis coupez-le en 3 ou 4 gros morceaux. Quand l’eau bout, plongez-y le chou, les poireaux, les carottes et les navets. Comptez 30 minutes de cuisson. Puis pelez les pommes de terre et ajoutez-les au bouillon. Comptez encore 15 à 20 minutes de cuisson.
Quand les pommes de terre se laissent facilement transpercer par un couteau, arrêtez la cuisson.
Enlevez thym et oignon puis passez les légumes au moulin à légumes.
Ajoutez petit à petit du bouillon filtré et mélangez jusqu’à obtenir un beau velouté. Rectifiez l’assaisonnement.
Si vous avez choisi de mettre un jarret de porc, enlevez la couenne puis coupez-le en petits morceaux et proposez-le avec le velouté.

jeudi, 20 mars 2014

Gratinée au Maroilles

Je ne sais pas pourquoi mais dès qu’une recette contient du Maroilles, elle fait un malheur. Enfin… j’dis ça mais j’ai quand même ma petite idée.Gratinée au Maroilles, soupe gratinée, gratinée, Maroilles, La Cocotte
Pour 6 personnes

Ingrédients : 4 gros oignons, beurre, 6 tranches de pain de campagne, 300 g de Maroilles, 1 carotte, 1 poireau, thym, laurier, 150 g de lard fumé, sel et poivre.
Préparation : 20 min – cuisson : 30 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : 6 bols qui vont au four
Préparez un bouillon avec 1,5 litre d’eau, carotte, poireau, thym, laurier, sel et poivre. Faites bouillir pendant au moins 15 minutes. Pendant ce temps, pelez et ciselez les oignons. Faites-les fondre dans un peu de beurre, ajoutez une louche de bouillon et couvrez la casserole. Laissez cuire le temps que le bouillon cuise.
Coupez le lard fumé en tout petits dés et ajoutez les petits dés aux oignons.
Faites griller les tranches de pain de campagne et coupez le Maroilles en tranches.
Ensuite filtrez le bouillon et ajoutez le bouillon ainsi filtré aux oignons. Rectifiez l’assaisonnement.
Dans chaque bol, versez une louche de bouillon, couvrez de pain grillé et de tranches de Maroilles, reversez du bouillon, recouvrez de pain et de Maroilles.
Mettez à gratiner au four, en position gril pendant 5 à 6 minutes. Dès que le fromage est bien doré, servez la soupe.

vendredi, 14 mars 2014

Soupe rouge au cabillaud

Rouge comme le poivron dont on fait le paprika. Rouge comme la tomate… en boîte. Et rouge de plaisir.

Soupe rouge au cabillaud, soupe, cabillaud, poivron, La Cocotte

Pour 6 personnes
Ingrédients : 500 g de pois chiche déjà cuits, 500 g de cabillaud en filet, huile d’olive, 1 oignon, 3 cuillères à soupe de paprika doux, 2 belles carottes, 1 boîte de tomates pelées, semoule d’orge, citron, 1 litre ¼ d’eau, sel et poivre. Facultatif : coriandre fraîche
Préparation : 15 min – cuisson : 40 à 50 min – coût : * - difficulté : *
Faites chauffer 3 càs d’huile d’olive dans une marmite, ajoutez l’oignon finement ciselé, le paprika, les tomates pelées et coupées en petits morceaux et les carottes pelées et coupées de la taille des pois chiche. Ajoutez l’eau, salez, poivrez, mélangez, couvrez et laissez cuire pendant 20 minutes. Au bout de ce temps, ajoutez les pois chiche et 3 grosses cuillères à soupe de semoule d’orge. Mélangez et laissez cuire encore 20 minutes.
En fin de cuisson, ajoutez les filets de poisson, laissez-les blanchir dans la soupe puis arrêtez la cuisson. En quelques minutes, c’est fait. Rectifiez l’assaisonnement.
Servez la soupe aussitôt en proposant quelques quartiers de citron pour l’aciduler et si vous en avez, de la coriandre fraîche.

vendredi, 07 mars 2014

Velouté de céleri aux pommes

Quand il faut se creuser la tête pour trouver des recettes à base de céleri, on peut déboucher sur de très bonnes choses. La preuve.

Velouté de céleri aux pommes, velouté de céleri, céleri, pommes, Boskoop, pommes de terre, La Cocotte


Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 boule de céleri de moins de 500 g, 1 oignon, 1 poireau, beurre, 2 pommes Boskoop, 1 pomme de terre, 100 g de fromage frais, sel, poivre et eau. Facultatif : lamelles de lard poivré
Préparation : 15 min – cuisson : 45 min – coût : * - difficulté : * - ustensile : moulin à légumes ou mixeur plongeant
Pelez, lavez et coupez le céleri en gros cubes. Pelez et ciselez l’oignon. Débarrassez-vous du bout touffu du poireau et des premières feuilles, lavez-le et ciselez-le également. Pelez et coupez la pomme de terre en cubes. Dans une marmite, faites fondre du beurre et faites suer oignon et poireau. Ajoutez le céleri et les dés de pommes de terre. Couvrez d’eau, salez et poivrez. Couvrez la cocotte et laissez cuire pendant 35 minutes. Au bout de ce temps, pelez, épépinez et coupez les pommes en quartiers. Ajoutez-les à la soupe et laissez encore cuire 10 minutes. Passez ensuite les légumes au moulin à légumes, ajoutez 100 g de fromage frais, mélangez à nouveau et rectifiez l’assaisonnement. Il faut que le velouté soit bien épais. Servez-le en proposant quelques petites lamelles de lard fumé.

mardi, 25 février 2014

Bouillon poisson-vermicelle

Pas de feuilles de lime ? Pas de problème. Remplacez par 1 bâton de citronnelle. Pas de citronnelle ? Pas de problème. Remplacez par des feuilles de lime.

Bouillon poisson-vermicelle, bouillon, vermicelle chinois, La Cocotte


Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 gousse d’ail, 1 piment rouge fort, huile de tournesol, 1 cuillère à café de coriandre en poudre, 2 feuilles de lime, thym, sel, poivre, eau, 250 g de vermicelle de riz, 250 g de filet de poisson. Facultatif : 1 avocat.
Préparation : 15 min – cuisson : 15 min – coût : * - difficulté : *
Faites tremper les vermicelles de riz dans une grande quantité d’eau. Réservez. Dans un faitout, faites dorer une gousse d’ail pilé et le piment fort dans une cuillère à soupe d’huile de tournesol, mouillez avec 1, 5 litre d’eau. Salez et poivrez l’eau, ajoutez le thym, les feuilles de lime et la cuillère de coriandre. Faites bouillir le liquide pendant 10 minutes pour en faire un bouillon. Ensuite enlevez les feuilles de lime et le thym. Filtrez même le bouillon si vous voulez.
3 minutes avant la fin de la cuisson, découpez le poisson en lamelles puis ajoutez-les au bouillon. Égouttez les vermicelles de riz, incorporez-les également au bouillon et laissez-les blanchir dans le bouillon avant d’arrêter la cuisson. En moins de 3 minutes, c’est bon. Rectifiez l’assaisonnement. Pelez et dénoyautez un avocat, coupez-le en fines tranches. Servez le bouillon et par-dessus, déposez des lamelles d’avocat. Mangez aussitôt.

samedi, 15 février 2014

Soupe au vert de poireaux et cresson

Ma mère, elle m’énerve. Tout l’hiver, elle m’oblige à manger de la soupe. Elle dit que ça fait du bien, tu parles ! Si elle croit que je vais gober ça…

soupe au vert de poireaux et cresson,soupe au cresson

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 botte de poireaux, 3 pommes de terre moyennes type Bintje, 1 gros oignon, beurre, thym, 1 botte de cresson, eau, sel, poivre et laurier.
Préparation : 15 min – cuisson : 40 min – coût : * - difficulté : * - ustensile : mixeur plongeant
Epluchez les pommes de terre, coupez-les en morceaux et réservez-les dans de l’eau. Débarrassez-vous du bout touffu des poireaux et ciselez la partie verte. Gardez les blancs pour faire des poireaux au gratin. Pelez et ciselez l’oignon.
Faites chauffer un faitout, déposez un morceau de beurre et faites dorer quelques instants l’oignon ciselé, ajoutez les poireaux, laissez suer puis ajoutez les pommes de terre. Mouillez les légumes avec un bon litre d’eau, ajoutez une branche de thym et une feuille de laurier, salez, poivrez et couvrez le faitout. Laissez cuire 30 minutes. Au bout de ce temps-là, débarrassez-vous des queues du cresson sur 2 ou 3 cm et ajoutez tout le reste de la botte dans le faitout.
Laissez cuire encore 5 minutes. Enlevez le thym et le laurier et passez votre soupe au mixeur plongeant. Si la soupe est trop épaisse, ajoutez de l’eau, rectifiez l’assaisonnement et mangez aussitôt.

lundi, 10 février 2014

Soupe de fèves au lard

soupe de fèves au lard,fèves,lard,hors-série secrets de cuisine dans le nord-pas de calais,la voix du nord

Cette recette, la Cocotte la tient de sa grand-mère Marguerite, qui la tenait elle-même de sa grand-mère qui la tenait de sa grand-mère qui la tenait de sa grand-mère… Une recette transmise de mère en fille depuis la nuit des temps. Grâce à un incunable miraculeusement conservé, on a pu remonter jusqu’à Cunégonde de Quiquengrogne, dite Cunégonde la Hardie, née le 27 septembre 1317.
Pour faire bref, tous les mardis du mois de mai des années bissextiles, Cunégonde préparait des fèves au lard pour rendre hommage à ses ancêtres morts pendant la quatrième croisade, aux portes de Constantinople.
Elle revêtait alors des habits cousus de fils d’or et d’argent, conservés dans un coffre ouvragé au mécanisme de fermeture très complexe. Elle chaussait de petits souliers rouges, aux talons faits de bois d’olivier. Elle descendait au jardin, suivie de tous les mâles de la famille, priait à l’entrée du champ de fèves, récoltait très exactement 1204 g de fèves, date de début de la quatrième croisade, priait à nouveau à la sortie du champ, se déchaussait devant la maison, priait encore une fois puis se lançait dans la préparation de ce plat.
Pendant la confection de la recette, la famille s’installait en silence, sur des bancs, dans la cuisine, du plus jeune au plus vieux. Cunégonde de Quiquengrogne psalmodiait alors le benedictus en coupant le lard en dés de 5, 5 mm de côté et en arrosant régulièrement les fèves de bouillon d’hysope.
La famille reprenait les psaumes quand Cunégonde de Quiquengrogne posait sa mouvette à gauche du caquelon dans lequel le lard rissolait. Puis tous les membres de la famille, toujours dans un silence recueilli, dégustaient ce plat, le genou gauche à terre et le bras droit attaché dans le dos.
Cette histoire* est racontée dans la famille de la Cocotte, de génération en génération. Avec le temps, les traditions ont disparu et le rituel s’est simplifié à l’extrême (cf la recette de la Cocotte). Le décorum, le coffre, les talons, le prêchi-prêcha, pfuitt, envolés ! On n’a pas que ça à faire… Mais quand on déguste ce plat, Cunégonde de Quiquengrogne apparaît dans ses habits dorés, le temps suspend son vol et la soupe refroidit.
Si vous aussi, habitants du Nord Pas de Calais, vous avez des histoires magnifiques à raconter sur l’omelette que vous faites le samedi soir et qui vous vient de grand-mère Paulette, le pot-au-feu de l’oncle Jules, ancien mineur de fond, la flamiche de matante Jeanne qu’elle vous a léguée sur son lit de mort, écrivez à la Voix du Nord, avant le 28 février, une lettre motivée à :
Anne Tomczak, Desk magazine, la Voix du Nord, 8, place du Général-de-Gaulle, BP 549, 59023 Lille cédex, ou plus simple, par mail à l’adresse suivante : atomczak@lavoixdunord.fr.
Et vous ferez peut-être partie de la cinquième édition du Hors-Série Secrets de cuisine dans le Nord-Pas de Calais.

*Si vous ne croyez pas cette histoire-là, la Cocotte vous en racontera une autre.

soupe de fèves au lard,fèves,lard,hors-série secrets de cuisine dans le nord-pas de calais,la voix du nord

Soupe de fèves au lard
Question existentielle : un favophile aime-t-il manger des fèves ou aime-t-il les collectionner ? La réponse est oui, répétez-moi la question.

Pour 6 personnes
Ingrédients : 500g de fèves sèches, 2 cuillères à soupe de tahineh (crème de sésame), 2 gousses d’ail, 250 g de lard fumé, sel et poivre.
Préparation : 15 min – cuisson : 45 min – coût : * - difficulté : * - ustensile : moulin à légumes ou mixeur plongeant.
Versez les fèves dans un faitout, couvrez-les d’eau, salez légèrement l’eau et mettez à bouillir à petits bouillons pendant 40 à 45 minutes, jusqu’à ce que les fèves soient tendres. Egouttez les fèves puis passez-les au mixeur ou au moulin. Réservez.
Coupez le lard en petits dés. Dans le faitout, faites frire les morceaux de lard sans ajouter de matière grasse. Le lard en contient suffisamment. Quand les dés sont bien dorés, enlevez-les du faitout et versez dans la matière grasse les cuillères de tahineh. Ajoutez 2 gousses d’ail pelé et pilé. Mélangez puis versez la purée de fèves, allongez avec un bon litre d’eau, voire plus peut-être. Poivrez et laissez cuire 10 minutes. La soupe doit être dense mais pas trop épaisse.
Servez la soupe de fèves en proposant les petits dés de lard frit et accompagnez-la de pain libanais.

lundi, 13 janvier 2014

Velouté cocos-poires

Voilà l’hiver, j’aperçois pas le soleil, les nuages neigent et le ciel s’assombrit. Et dans ma tête, qui mijotent ? Les recettes. J’entends rugir les plaisirs de la vie. C’est le retour des soupes qui emplissent nos assiettes. Il fait si froid qu’il nous pousse des envies, c’est le bonheur réchauffé d’un potage, les poires sont belles et la Cocotte est ravie… Voilà l’hiver, enfin l’hiver, toujours l’hiver !

Velouté cocos-poires, poires william,Vergers Deroo le Steent’je, Bailleul,Sandrine Deroo, Sylvain Deroo, La Cocotte, Femina, La Voix du Nord

Velouté cocos-poires
Facile : 1 Cocotte, prix : 1 Caddie, temps : 1 horloge
1 kg de cocos frais à écosser ou 350 à 400 g de lingots secs, 6 poires William, 2 carottes, 1 branche de céleri, thym, 1 bon litre de bouillon de bœuf maison, 25 cl de vin rouge corsé + 5 cl, 200 g de lard fumé, sel, poivre
Si vous utilisez des lingots secs, faites-les tremper toute une nuit avant de les faire cuire. Sinon écossez les cocos frais. Déposez-les dans une marmite, ajoutez une branche de céleri et une branche de thym, 2 carottes épluchées et 3 poires William pelées et épépinées. Couvrez avec le bouillon de bœuf, salez et poivrez et faites cuire jusqu’à ce que les cocos soient tendres. 30 minutes devraient suffire.
Epluchez les 3 autres poires et faites-les pocher dans le vin rouge 10 minutes. Arrêtez la cuisson puis laissez-les mariner dans le vin. Détaillez finement le lard fumé et faites-le dorer quelques minutes dans une poêle anti-adhésive. Déglacez avec les 5 cl de vin et réservez.
Enlevez le thym de la marmite et passez le contenu de la marmite au mixeur plongeant. Ne mixez pas trop longtemps, s’il y a encore des morceaux, c’est bien. Rectifiez l’assaisonnement. Si c’est trop épais, ajoutez un peu de bouillon.
Servez le velouté accompagné d’une demi-poire pochée par personne et de quelques dés de lard.

Velouté cocos-poires, poires william,Vergers Deroo le Steent’je, Bailleul,Sandrine Deroo, Sylvain Deroo, La Cocotte, Femina, La Voix du Nord Producteurs : Sandrine et Sylvain Deroo
A Bailleul, chez les Deroo, travailler en couple n’a rien de compliqué, «On ne fait quasiment rien ensemble». Sylvain, c’est cueillette, verger et préparation des fruits et Sandrine, le reste. Si Sylvain est capable de reconnaître ses quelque 30 variétés de pommes et de poires les yeux fermés, Sandrine laisse libre cours à ses envies pour confitures, gelées et cakes. « On aime que les gens reconnaissent ce qu’on a fait, quand ils nous disent que c’est bon. »
Vergers Deroo, le Steent’je, Bailleul, magasin sur place et marché de La Madeleine lundi, vendredi, Lambersart mercredi, Croix et Halluin samedi.

Trucs et astuces
Des poires, Sylvain et Sandrine, n’en ont jamais assez pour satisfaire la demande croissante des clients. Alors si vous trouvez chez eux des poires William, sautez sur l’occasion. Récoltée avant maturité, première à arriver dans la saison, la William est bonne à croquer mais aussi à cuisiner. Dès l’achat, rangez-la dans le bac à légumes du réfrigérateur et consommez-la dans les 2 ou 3 jours. N’attendez pas qu’elle soit jaune ni molle au tâter sinon elle ne sera plus bonne. Bien juteuse, bien sucrée, bien granuleuse, bien croquante, difficile de lui résister. Voilà l’hiver et voilà la poire William !
Odile Bazin

jeudi, 02 janvier 2014

Fritottos

Première résolution de l’année, souhaiter une excellente année à tous mes lecteurs préférés. Deuxième résolution, faire des fritottos. Troisième résolution…

Fritottos

Pour 1 grand bol
Ingrédients : 2 œufs entiers, 100 g de farine, 1 cuillère à café de levure chimique, 5 à 8 cl de lait, sel, huile de friture, piment en poudre.
Préparation : 10 min – cuisson : 3 à 5 min par fournée – coût : * - ustensiles : écumoire, papier absorbant et friteuse
Faites chauffer l’huile dans la friteuse ou dans une casserole. Dans un plat creux, battez les œufs. Ajoutez la farine, le lait et une pincée de sel. Terminez par la cuillère à café de levure chimique. Mélangez vigoureusement. Déposez une quantité de pâte sur l’écumoire, placez l’écumoire au-dessus de la friteuse et raclez la pâte de façon à ce qu’elle passe à travers les trous de l’écumoire.
Des petites gouttes irrégulières se forment et tombent dans l’huile chaude. Dès que ces gouttes sont dorées, retirez-les de la friteuse, déposez-les quelques instants sur le papier absorbant et salez-les. Recommencez l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.
Si vous voulez, vous pouvez mélangez le sel au piment en poudre et en assaisonner vos fritottos. Servez-les en accompagnement d’un bouillon léger.
Quatrième résolution…

samedi, 14 décembre 2013

Soupe au chou blanc

C’est ma fête, je fais ce qui me plaît, ce qui me plaît. J’ai décidé ce soir de faire de la soupe au chou blanc et de m’amuser.

Soupe au chou blanc, chou blanc, saucisse de Toulouse

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 petit chou blanc, 30 g de matière grasse, 2 tranches de lard gras, 10 baies de genièvre, sel, poivre, paprika, carvi, 2 carottes, 6 pommes de terre moyennes cuites à la peau et 6 grosses saucisses de Toulouse.
Préparation : 20 min – cuisson : 1 h 30 – coût : * - difficulté : * - ustensiles : mandoline et grande marmite en fonte
Enlever les premières feuilles du chou et le cœur. Puis à la mandoline ou la trancheuse, coupez le chou très finement. Faites fondre la matière grasse choisie dans la marmite, ajoutez les 2 tranches de lard gras puis tout le chou. Ajoutez les baies de genièvre, une pincée de carvi en grains, une cuillère à soupe de paprika. Salez et poivrez. Faites cuire le chou à feu vif pendant une dizaine de minutes. Ensuite ajoutez 2 litres d’eau et les carottes pelées et coupées en rondelles, mélangez et couvrez. Faites cuire à feu modéré pendant 1 h. A la fin de ce temps, ajoutez les saucisses de Toulouse et les pommes de terre pelées et coupées en rondelles. Laissez cuire 15 min puis servez cette soupe qui peut servir de plat unique. Elle tient au corps, je vous promets !

lundi, 25 novembre 2013

Soljanka

Quand les Soviétiques sont arrivés en Allemagne, ils sont arrivés avec cette soupe. Quand ils en sont partis, ils ont oublié de la reprendre. Les Allemands leur disent Danke*.

Soljanka, soupe, ex-RDA, soupe russe

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1, 5 l de bon bouillon de volaille, 25 g de beurre, ¼ de chou frisé, 200 g de lardons fumés, 2 oignons, 1 gousse d’ail, 1 petite boîte de concentré de tomates, 300 g de saucisse de viande, 150 de cornichons doux, paprika doux, 2 cuillères à soupe de câpres, citron ou jus de citron, crème fraîche, sel et poivre.
Préparation : 20 mn – cuisson : 40 mn – coût : * - difficulté : *
Faites fondre le beurre dans un faitout et faites-y dorer les lardons et les oignons pelés et ciselés. Coupez le chou frisé coupé en lamelles. Lavez-le puis ajoutez-le au faitout. Continuez avec l’ail pelé et pilé, la petite boîte de concentré de tomates et 1 grosse cuillère à soupe de paprika doux. Versez le bouillon et faites cuire 20 à 25 mn.
Pendant ce temps, détaillez saucisse de viande et cornichons en bâtonnets. Incorporez-les à la soupe et ajoutez également les câpres égouttées. Salez légèrement et poivrez et laissez encore cuire 10 mn.
Pour servir, proposez des rondelles de citron ou du jus de citron et un peu de crème fraîche.
*Merci

Soljanka, soupe, ex-RDA, soupe russe

Photos Berlin, novembre 2013

lundi, 18 novembre 2013

Soupe à la soubressade

Donnez-moi un morceau de cette saucisse rouge et molle, d’origine espagnole. Et arrêtez donc de faire le guignol, vous n’êtes vraiment pas drôle.

Soupe à la soubressade, soupe, soubressade

Pour 6 personnes
Ingrédients : 2 oignons, 2 pommes de terre moyennes (300 à 350 g pour les 2), 1 navet, 1 carotte, 20 g de beurre ou 2 cuillères à café d’huile, 250 g de soubressade, eau.
Préparation : 15 mn – cuisson : 30 mn – coût : * - difficulté : * - ustensile : mixeur plongeant.
Epluchez les oignons, les pommes de terre, la carotte et le navet. Ciselez les oignons.
Coupez les 3 autres légumes en petits dés. Plus ils sont petits et plus vite ils cuiront.
Faites fondre la matière grasse dans une cocotte. Ajoutez les oignons et faites-les dorer.
Enlevez la peau de la soubressade, coupez-la en morceaux grossiers et ajoutez-les aux oignons.
Mélangez et chauffez quelques instants. Continuez avec les pommes de terre, carotte et navet.
Mouillez avec un bon litre d’eau.
Couvrez et laissez cuire 20 à 25 minutes. Les légumes doivent être bien tendres.
Passez la soupe au mixeur plongeant. Au besoin ajoutez de l’eau.
Servez en proposant du citron. Et vous avez remarqué ? Pas d’assaisonnement. Tout est dans la saucisse. Magique, non ?

mardi, 05 novembre 2013

Crème de cocos et sauté de carottes et céleri

« Légumes, je vous aime. Beaux cocos, carottes parfumées, concoctions joyeuses du bonheur. » La Cocotte, extrait de les nourritures terrestres.

Crème de cocos et sauté de carottes et céleri, cocos, haricots cocos, carottes, céleri

Pour 6 personnes
Ingrédients : 750 g de cocos à écosser, 1 l d’eau, thym, ail, laurier, 2 belles carottes, 100 g de céleri-branche, huile d’olive, sel et poivre.
Préparation : 20 mn – cuisson : 25 mn – coût : * - difficulté : * - ustensile : mixeur plongeant
Faites bouillir un bon litre d’eau avec du thym, du sel, une gousse d’ail et du laurier. Ecossez les cocos et ajoutez-les au bouillon. Comptez 20 mn de cuisson.
Pendant ce temps, épluchez les carottes et coupez-les en tout petits dés. Lavez le céleri-branche, ciselez les feuilles et coupez les branches comme pour les carottes. Dans une sauteuse, faites chauffer un peu d’huile d’olive et faites revenir carottes et céleri. Quand ils ont bien doré, ajoutez une petite louche de bouillon, salez, poivrez et laissez cuire le temps que les cocos finissent de cuire.
Retirez le thym, le laurier et l’ail des haricots et passez les cocos au mixeur plongeant. Ajoutez un peu d’eau si vous trouvez la crème trop épaisse.
Servez la crème dans des petits bols et accompagnez-la des dés de carottes et céleri. Et comme sur la photo, vous pouvez ajouter un peu de jambon cru en lamelles.

dimanche, 03 novembre 2013

Crème de marrons, saucisson lyonnais, sabayon double crème et copeaux de boulet de Cassel de Franck Maris, chef du restaurant Le Moulin à Beaucamps-Ligny

« Huîtres-fruits de la passion, c’est pas mon truc ! »
Si la Cocotte n’avait pas demandé à Franck Maris un plat aux couleurs locales, vous auriez eu droit à une recette d’inspiration thaï. Ce fou de la Thaïlande y va dès qu’il peut. Dans des coins où les tour-operators n’emmènent jamais leurs clients, sur des petits marchés de villes ou de villages, il puise des idées, prend des cours de cuisine. De retour en France, il met toujours à la carte un plat aux épices, aux herbes de là-bas. Sa cuisine, il la veut originale mais pas trop, avec de beaux produits.      « Huîtres-fruits de la passion, c’est pas mon truc ! » Mais pluma iberica avec une petite huile de noix, tout simplement, là oui. En ce moment, pavé de cerf, trompettes de la mort et crème de potimarron, oui aussi. Velouté de topinambour, foie gras poêlé et figues, oui encore ! Oui, oui, oui.

Crème de marrons, saucisson lyonnais, sabayon double crème et copeaux de boulet de Cassel de Franck Maris, chef du restaurant Le Moulin à Beaucamps-Ligny, Franck Maris, le Moulin, Beaucamps-Ligny, Le Chef et la Cocotte, Séverine Courbe

La recette
Pour 6 personnes
Crème de marrons, saucisson lyonnais, sabayon double crème et copeaux de boulet de Cassel de Franck Maris, chef du restaurant Le Moulin à Beaucamps-Ligny, Franck Maris, le Moulin, Beaucamps-Ligny, le chef et la Cocotte, Odile Bazin, photos Séverine CourbeIngrédients : 325 g de marrons (déjà cuits, sous-vide ou en bocal), 1 gros oignon, 1 grosse pomme de terre, 1,5 l de bouillon de volaille, 37,5 cl de crème liquide, 1 saucisson à cuire, copeaux de boulet de Cassel (fromage), sel et poivre, beurre, jeunes pousses de radis.
Préparation : 15 mn – cuisson : 30 mn – coût : * - difficulté : * - Ustensile : mixeur plongeant, 6 bols évasés
Pelez et coupez en petits dés oignons et pommes de terre. Dans une casserole faites-les suer dans un peu de beurre. Ajoutez les marrons et mouillez avec le bouillon de volaille. Laissez cuire 30 minutes.
Pendant ce temps faites cuire le saucisson 15 mn dans une eau frémissante. Enlevez la peau du saucisson puis détaillez-le en petits dés d’1 cm de côté.
Passez la préparation aux marrons au mixeur plongeant puis salez et poivrez. Fouettez légèrement la crème. Il ne faut pas qu’elle soit trop dense, il faut qu’elle disparaisse rapidement à la surface de la crème de marrons. Coupez quelques copeaux dans le boulet de Cassel.
Garnissez le fond des bols évasés avec les dés de saucisson, versez la crème de marrons, déposez une quenelle de crème fouettée et disposez quelques copeaux de boulet de Cassel par-dessus. Décorez de quelques pousses de radis et servez aussitôt.

Textes : Odile Bazin
Photos : Séverine Courbe

samedi, 02 novembre 2013

Velouté tomate et bœuf

Sautez sur les dernières tomates de la saison et faites-en du coulis. Mais attendez d’être chez vous pour faire ça. Ne prenez pas tout ce que je dis au mot.

Velouté tomate et bœuf, tomates, poireaux, boeuf, pommes de terre, Roquefort

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 bocal de coulis de tomates de 700 g ou 1 kg de tomates bien mûres, 3 pommes de terre à tout faire, 2 poireaux, 300 g de viande hachée de bœuf, ail, sel, poivre, fromage bleu type Roquefort, huile d’olive.
Préparation : 15 mn – cuisson : 40 mn – coût : * - difficulté : * - ustensile : faitout et mixeur plongeant.
Si vous avez des tomates bien mûres, pelez-les à l’eau bouillante puis passez-les au moulin à légumes pour en faire du coulis. Sinon utilisez le bocal de coulis.
Dans le faitout faites chauffer 2 cuillères à soupe d’huile d’olive et faites revenir la viande hachée quelques instants. Pendant ce temps nettoyez les poireaux et épluchez les pommes de terre. Coupez les 2 légumes en tout petits morceaux, pelez et ciselez une gousse d’ail. Ajoutez ces ingrédients à la viande, recouvrez de coulis de tomate et ajoutez 250 à 300 ml d’eau. Salez, poivrez légèrement, couvrez et laissez chauffer 30 mn à feu modéré. Au bout de ce temps, passez la soupe au mixeur plongeant longtemps, jusqu’à obtenir un beau velouté. Rectifiez l’assaisonnement et servez le velouté en le parsemant de fromage bleu émietté.

dimanche, 13 octobre 2013

Soupe aux os et cocos

Chose promise, chose due, voici la recette de soupe avec les os et avec le chou-rave qu’il vous reste de vendredi. Je suis sûre que vous n’avez pas tout utilisé…

Soupe aux os et cocos, canard confit, confit de canard, haricots coco, cocos

Pour 6 personnes
Ingrédients : os de canard confit, 3 poireaux, 2 branches de céleri, 300 g de chou-rave, 500 g de haricots coco frais, 2 carottes, laurier, thym, 300 g de pommes de terre, sel et poivre.
Préparation : 15 mn – cuisson : 1 h 30 – coût : * - difficulté : * - ustensile : marmite
Faites chauffer les os dans la marmite, retirez la graisse de canard au fur et à mesure que les os cuisent. Réservez 2 cuillères à soupe de graisse de canard. Versez 3 l d’eau sur les os, ajoutez un poireau nettoyé, le céleri-branche, laurier, thym, poivre et sel et faites bouillir 15 mn. Ensuite filtrez le bouillon et réservez-le. Jetez le contenu de la marmite, os, poireau, céleri...
Lavez et détaillez les deux autres poireaux en fins tronçons, pelez et coupez les carottes en rondelles, pelez le chou-rave en fines tranches ou en lamelles. Ecossez les cocos.
Dans la marmite faites fondre la matière grasse mise de côté, dorez les poireaux puis ajoutez les carottes et le chou-rave. Versez la moitié du bouillon, couvrez et laissez cuire 15 mn. Ensuite ajoutez les cocos puis le reste du bouillon et du thym. Faites cuire 30 mn. Enfin ajoutez les pommes de terre épluchées et coupées en petits morceaux. Rectifiez l’assaisonnement et laissez cuire à feu doux 30 mn.

mardi, 24 septembre 2013

Carottes Belboula

C’est le genre de plat qui est encore meilleur une fois réchauffé. N’ayez donc pas peur d’en prévoir beaucoup même si vous avez peu d’invités.

Carottes Belboula, carottes, semoule d'orge, harissa

Pour 6 personnes
Ingrédients : 4 carottes, 2 oignons, 3 gousses d’ail, huile d’olive, 1 cuillère à soupe de harissa, 1 petite boîte de concentré de tomates, des graines de coriandre, 1, 5 à 2 l d’eau, 50 g de semoule fine d’orge, 2 courgettes jaunes, ½ citron confit, sel et poivre. Facultatif : coriandre fraîche.
Préparation : 15 mn – cuisson : 40 mn – coût : * difficulté : *
Lavez la semoule d’orge, rincez-la bien puis laissez-la tremper dans une grande quantité d’eau. Pelez et émincez oignons et ail. Dans une marmite, faites chauffer 5 cl d’huile d’olive. Ajoutez la cuillère de harissa, continuez avec les oignons et l’ail et laissez dorer quelques instants. Pendant ce temps, épluchez les carottes et coupez-les en rondelles. Ajoutez-les dans la marmite avec le concentré de tomates et 1 cuillère à soupe de graines de coriandre. Versez l’eau. Salez et poivrez, couvrez et laissez cuire 20 mn.
Epluchez et coupez les courgettes en petits dés. Ajoutez-les aux carottes, versez un peu d’eau si cela vous paraît trop épais. Coupez le citron confit en petits dés, égouttez la semoule d’orge et incorporez citron et semoule à la soupe.
Comptez encore 20 minutes de cuisson à feu doux. Servez en parsemant de coriandre fraîche si vous voulez.

mercredi, 28 août 2013

Potage pesto pastel

Fan de chichourle, vous les entendez, les cigales ? Moi, avec ce potage, je suis repartie en vacances. Je suis en Provence. Adessias !

Potage pesto pastel, pâtes à potage, pistou, pesto, basilic

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 carcasse de poulet, thym, laurier, herbes de Provence, 300 g de haricots verts extra-fins, 3 carottes jaunes, ail, basilic, huile d’olive, 200 g de pâtes à potage, sel et poivre.
Préparation : 15 mn – cuisson : 1 h – coût : * - difficulté : * - ustensiles : pilon et mortier
Préparez un bouillon dans une grande marmite avec 2 litres d’eau, plongez-y la carcasse de poulet, du thym, du laurier et des herbes de Provence. Salez et poivrez. Faites bouillir 30 mn. Filtrez le bouillon. Équeutez les haricots et coupez-les en tronçons d’1 à 2 cm. Épluchez les carottes et coupez-les en très petits dés, comme les haricots.
Versez le bouillon filtré dans une casserole et faites-y cuire les dés de carottes pendant 15 minutes puis ajoutez les haricots et comptez 10 mn supplémentaires. Ensuite versez les pâtes à potage et laissez-les cuire suivant le temps indiqué sur le paquet. Lavez et ciselez ½ bouquet de basilic, pelez et pilez 1 gousse d’ail. Passez les deux ingrédients au mortier et ajoutez 5 cl d’huile d’olive en même temps. En fin de cuisson du potage, ajoutez votre pesto, rectifiez l’assaisonnement, arrêtez la cuisson et servez dans des grands bols en proposant du parmesan.