dimanche, 14 août 2016

Sandwich au maroilles

Voyez-vous, très chère, le Maroilles, c’est le fromage des gens de goût. C’est le fromage noble par excellence. Je serais tenté de dire que c’est le roi des fromages !

Sandwich au maroilles, maroilles, lardons, oignons frits

Pour 6 personnes
Ingrédients : 6 morceaux de pain (6 grosses tranches de pain de campagne ou baguette bien fraîche), 6 steaks hachés, 100 g d’oignons frits, 200 g de lardons fumés, 300 g de maroilles, lait ou crème liquide, pili-pili.
Préparation : 15 min – cuisson : 15 min – coût : ** - difficulté : *
Préchauffez le four en positon gril à 200° C. Grattez la peau du Maroilles et coupez-le en fines tranches. Faites-les fondre doucement à la casserole en ajoutant un peu de lait ou de crème liquide pour obtenir une belle crème onctueuse. Ajoutez du pili-pili. Faites frire rapidement les lardons dans une poêle sans ajouter de matière grasse puis égouttez-les sur du papier absorbant. Faites cuire les steaks hachés au gril ou dans une poêle.
Versez du fromage fondu sur les morceaux de pain ouverts en deux, ajoutez la viande puis à nouveau de la crème au fromage. Couvrez de lardons et d’oignons frits et passez sous le gril du four pendant 5 à 7 minutes, le temps que le fromage gratine joliment. Servez avec une salade.

lundi, 29 septembre 2014

Bettes qui piquent et p’tits lardons

Légume que le nom latin de « beta vulgaris » n'avantage pas, la bette gagne vraiment à être connue. Peut-être la connaissez-vous sous le nom de blette, de carde ou encore de poirée. Poirée ? Poirée ? La femme du poireau ? Non, point. Mais sa sœur est la betterave.
La bette vient de l'Europe méridionale. On en consomme les feuilles mais aussi les côtes. On cuisine les feuilles un peu comme les épinards et les côtes comme les cardons. Cardon, cardon ? Le mari de la carde ? On tourne en rond ! Merde, on tourne en rond. La Cocotte s'étant retrouvée sans le demander avec une botte de bettes et des piments antillais a tout bêtement fait un mix-and-match. Elle vous propose une recette qui pique, qui pique, qui pique.
Allez, on ne fait pas les difficiles, on va sur le marché, on s'achète une botte de bettes (une contrepèterie belge très bête !), quelques piments antillais à manipuler avec précaution et on y va. Maintenant qu'on sait tout sur la bette, on l'est beaucoup moins.

La recette

Boudiou, qu’est-ce que ça pique ! Cette recette n’est pas pour les mauviettes, elle est pour les vrais, les durs, les tatoués.

Bettes qui piquent et p’tits lardons, cotes de bettes, bettes, lardons

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 botte de bettes, 100 g de lard fumé, huile, 3 gousses d’ail, eau, sucre, 1 piment rouge antillais, ciboulette, persil plat, coulis de tomates, sel, poivre.
Préparation : 15 min – cuisson : 25 min – coût : * - difficulté : * - ustensile : poêle antiadhésive
Coupez le lard fumé en petits dés et faites-les revenir dans une cuillère à soupe d’huile, dans une poêle antiadhésive.
Séparez les feuilles des tiges des bettes. Réservez les feuilles pour une salade, des lasagnes, un gratin… Coupez les tiges en tronçons, lavez-les soigneusement et ajoutez-les aux lardons dorés. Déglacez avec un petit verre d’eau. Passez au presse-ail les 3 gousses d’ail et le piment rouge. Incorporez aux bettes et terminez par 10 à 15 cl de coulis de tomates  et un peu de sucre pour casser l’amertume des bettes. Salez, couvrez et laissez cuire à feu doux 15 minutes. Poivrez si vous voulez mais le piment antillais va se charger de relever votre plat, comme il faut. Découvrez le plat un peu avant la fin de la cuisson pour que le jus s’évapore.
Ciselez persil plat et ciboulette et saupoudrez-en votre plat au moment de le servir à l’apéro ou en entrée.

dimanche, 28 septembre 2014

Flambée finette lardons et poireaux

C’est fin, c’est très fin et ça se mange sans faim. Ça se roule, pas sous les aisselles mais ça se roule et ça ne se remise par devers soi.

Flambée finette lardons et poireaux, tarte flambée, poireaux, lardons

Pour 6 personnes
Ingrédients : 300 g de farine, 15 g de levure fraîche de boulanger, 5 g de sel, 15 à 20 cl d’eau, 200 g de lard fumé, 6 poireaux, 25 cl de crème liquide, sel, poivre, beurre.
Préparation : 15 min + levée de la pâte – cuisson : 8 à 10 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : rouleau à pâtisserie et papier sulfurisé
Émiettez la levure et délayez-la dans un peu d’eau. Mélangez sel et farine, faites un puits dans la farine et ajoutez la levure et l’eau au fur et à mesure. Formez une belle boule de pâte lisse et sans grumeaux. Couvrez-la et laissez-la lever 1 à 2 heures dans un endroit chaud de la cuisine.
Pendant ce temps, coupez le lard en très petits lardons et faites-les frire quelques minutes dans un peu de beurre.
Débarrassez-vous du bout touffu des poireaux et d’une partie du vert. Coupez les poireaux en fins tronçons et faites-les suer quelques instants dans le beurre pour les ramollir. Salez et poivrez. Préchauffez le four à 250°c.
Séparez la boule de pâte en 6 portions égales et à l’aide du rouleau à pâtisserie, formez 6 grands losanges. Répartissez lardons et poireaux sur chacun d’entre eux. Répartissez aussi la crème liquide et enfournez les flambées pendant 8 à 10 minutes.

mardi, 02 juillet 2013

Aubergines gorgonzola et lardons

Petit conseil : Faites dorer les aubergines au four. Ces véritables éponges à huile seront bien plus légères que si vous les cuisez à la poêle.

Aubergines gorgonzola et lardons, aubergines, gorgonzola, lardons

Pour 6 personnes
Ingrédients : 2 belles aubergines, 200 g de riz, 100 g de gorgonzola au mascarpone, 100 g de lardons, huile d’olive, vinaigre balsamique, sel, poivre, pignons de pin et/ou des noix.
Préparation : 10 mn – cuisson : 20 mn – coût : * - difficulté : *
Faites griller à sec une petite poignée de pignons de pin ou de noix décortiquées.
Faites cuire le riz suivant les indications données sur le paquet. Lavez les aubergines et coupez-les en rondelles d’1 cm d’épaisseur. Faites-les dégorger quelques dizaines de minutes en les saupoudrant de sel. Rincez-les puis essuyez-les. Faites-les dorer dans un four bien chaud en versant un peu d’huile dessus et en les retournant fréquemment. Elles seront plus légères qu’à la poêle.
Faites dorer les lardons dans une poêle sans utiliser de graisse, ils en contiennent suffisamment puis mettez-les de côté avec les aubergines.
Déglacez la poêle avec 2 belles cuillères à soupe de vinaigre balsamique.
Mélangez riz, lardons et morceaux de gorgonzola, salez et poivrez puis ajoutez le vinaigre du déglaçage sur les aubergines dorées et servez.

02.07.2013

vendredi, 06 juillet 2012

Tresse oignons et lardons

Coupez les tranches en deux dans la longueur et enroulez-les autour des tresses en laissant un peu d’espace pour que la pâte gonfle. Ça va être beau !

tresse oignons et lardons, oignons, lardons

Pour 10 belles tresses
Ingrédients : 250 g de farine, 10 g de levure de boulanger, huile d’olive, sel, 10 fines tranches de lard fumé, 5 oignons nouveaux avec la tige, thym et poivre.
Préparation : 15 mn – cuisson : 20 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensiles : papier-cuisson et plaque à pâtisserie
Emiettez la levure et délayez-la dans une petite tasse d’eau tiède. Faites un creux dans la farine, ajoutez une pincée de sel, une cuillère à soupe d’huile d’olive et incorporez la tasse de levure. Commencez à pétrir. Ajoutez un peu d’eau (5 à 10 cl) pour obtenir une belle boule de pâte non-collante. Réservez. Enlevez la première pellicule de peau des oignons et coupez-les en deux dans la longueur en gardant 20 cm de tige. Partagez votre pâte en 10 pâtons égaux en poids. Roulez-les sur un plan fariné pour obtenir 10 bâtonnets de 20 cm de long. En effectuant une pression, posez  une moitié d’oignon sur chacun d’entre eux, saupoudrez de thym et roulez une tranche de lard tout autour de chaque bâtonnet. Disposez-les sur du papier-cuisson,  sur la plaque à pâtisserie, couvrez  d’un linge propre et laissez monter une heure. Ensuite préchauffez le four à 180°c et faites cuire vos tresses pendant 15 minutes.

06.07.2012

lundi, 02 avril 2012

Cardons et lardons

Qui suis-je ?
Les gens se trompent souvent sur moi, je ne suis pas une bette mais je ne suis pas un être humain.
Je ne suis pas du céleri, je ne suis pas de la rhubarbe.
Je suis le cousin de l'artichaut.
Je mesure 60 à 80 cm de long, je suis vert très clair, limite l'air malade, j'ai des feuilles très découpées.
J’ai même parfois des épines si je viens de Tours.
L'Algérie, le M    roc, la Lybie m’ont vu naître.
En France la région lyonnaise est mon principal producteur.
Vaulx-en-Vélin me fête chaque 8 décembre. Je suis présent sur les étals en automne et en hiver. Et ceux qui m’adorent m’achètent en pots le reste du temps.
Je suis très peu calorique et très riche en fibres.
Je trouve ma place dans des tajines, les potages, les couscous… Les os à moëlle me vont bien au teint et j'aime me baigner dans un roux assez liquide.
 Mais attention, citronnez-moi ou vinaigrez-moi avant ou pendant la cuisson sinon je noircis !
Vous avez trouvé ?
Je suis... je suis... je suis... euh je suis le cardon ?
Oui, fantastique ! Vous avez gagné !
Vous avez gagné une recette de cardons aux lardons.
Revenez jouer quand vous voulez. Tapez 3615 qui veut des recettes de cardons.

Cardons et lardons
Romeo et Juliette, César et Rosalie, Tintin et Milou, Ramone et Pedro, Smith et Wesson, Patati et Patata, cardons et lardons. Bon appétit et à demain.

cardons et lardons, cardons, lardons

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 botte de cardons, vinaigre blanc, 300 g de lard fumé, beurre, farine, bouillon-cube, thym, persil, sel et poivre, 500 g de pommes de terre.
Préparation : 15 mn – Cuisson : 30 mn – Coût : * - Difficulté : *
Faites bouillir une marmite d’eau salée dans laquelle vous versez 5 à 10 cl de vinaigre blanc. Enlevez les feuilles et les parties filandreuses des cardons, comme si vous épluchiez de la rhubarbe. Coupez les tiges en tronçons de 2 à 3 cm. Et plongez les tronçons au fur et à mesure dans la marmite pour éviter qu’ils ne noircissent. Laissez cuire 20 à 25 mn. Il faut que la pointe d’un couteau passe facilement à travers. Quand c’est cuit, réservez. Epluchez les pommes de terre et faites-les cuire à la vapeur. Découpez le lard en petits cubes. Faites-les revenir à la poêle dans un peu de beurre. Ajoutez une cuillère à soupe de farine, mouillez avec un grand verre d’eau pour avoir une sauce onctueuse. Ajoutez le thym, le persil et le bouillon-cube et laissez cuire 5 à 10 mn. Salez et poivrez et incorporez les cardons. Servez les pommes de terre nappées de sauce aux cardons.

02.04.2012

vendredi, 28 mai 2010

Pour ma Maman et la vôtre

 

P1170696b.jpg« Écoutez mes sœurs !

Écoutez cette rumeur qui emplit la nuit !

Écoutez...le bruit des mères !

Écoutez-le couler stagner dans ces ténèbres où poussent les mondes !

 

Depuis le premier soir et le premier matin, depuis la Genèse et le début des livres, le masculin couche avec l'Histoire. Mais il est d'autres récits. Des récits souterrains transmis dans le secret des femmes, des contes enfouis dans l'oreille des filles, sucés avec le lait, des paroles bues aux lèvres des mères. Rien n'est plus fascinant que cette magie apprise avec le sang, apprises avec les règles.

Des choses sacrées se murmurent dans l'ombre des cuisines.


Au fond des vieilles casseroles, dans des odeurs d'épices, magie et recettes se côtoient. L'art culinaire des femmes regorge de mystère et de poésie.

Tout nous est enseigné à la fois : l'intensité du feu, l'eau du puits, la chaleur du fer, la blancheur des draps, les fragrances, les proportions, les prières, les morts, l'aiguille, et le fil... et le fil.

Parfois, des profondeurs d'une marmite en fonte surgit quelque figure desséchée. Une aïeule anonyme m'observe qui a tant su, tant vu, tant enduré.

Les douleurs muettes, de nos mères leur ont bâillonné le cœur. Leurs plaintes sont passées dans les soupes : larmes de lait, de sang, larmes épicées, saveurs salées, sucrées.

Onctueuses larmes au palais des hommes !

Par-delà le monde restreint de leur foyer, les femmes en ont surpris un autre.

Les petites portes des fourneaux, les bassines de bois, les trous des puits, les vieux citrons se sont ouverts sur un univers fabuleux qu'elles seules ont exploré.

Opposant à la réalité une résistance têtue, nos mères ont fini par courber la surface du monde du fond de leur cuisine.

Ce qui n'a jamais été écrit est féminin. »

Le cœur cousu, Carole Martinez

 

Et justement au fond de la casserole de la Cocotte, une recette que sa maman pourrait bien adorer.

Elle est pour toi, ma chérie, ma Maman !

Le coeur cousu2.jpgIl vous faut :

500 gr de pommes de terre

2 poireaux

2 cuillères à soupe de crème

100 gr de lardons fumés

un peu de beurre

 

Lavez les poireaux, jetez le vert et détaillez le blanc en fines rondelles. Vous pouvez enlever la tige blanche et dure au centre du légume. ce sera meilleur.

Faites fondre le beurre et ajoutez les blancs de poireaux. Laissez compoter pendant quelques minutes.

Ajoutez alors les pommes de terre épluchées et coupées en rondelles puis la crème et enfin les lardons. Poivrez et laissez cuire tout doucement jusqu'à ce qu'un couteau pointu transperce les pommes de terre.

Servez en accompagnant de très fines rondelles de poireau cru. C'est divin !