lundi, 24 septembre 2018

Cornichons doux à la livèche et la Cocotte à Auchy-les-Mines

J’ai le goût et la forme du céleri. On m’appelle d’ailleurs céleri-bâtard, céleri perpétuel ou céleri des montagnes. Je suis, je suis* ?

Cornichons doux à la livèche, cornichons, livèche, Bibliothèque Louis Aragon, Auchy-les-mines, Mille-feuilles, la Cocotte, la voix du nord

Pour 2 bocaux de 750 ml
Ingrédients : 1 kg de gros cornichons de jardin, 50 g de gros sel gris de Guérande, 20 cl de vinaigre blanc, 50 cl d’eau, 50 g de sucre en poudre, 1 cuillère à soupe de livèche séchée, 1 cuillère à café d’aneth séché, 1 de coriandre en grains et 1 de grains de poivre noir, laurier et feuilles de cerisier
Préparation : 30 min – cuisson : 10 min – coût : * - difficulté : *
Lavez et brossez les cornichons. Déposez-les dans un grand plat plat, ajoutez le gros sel et couvrez-les d’eau fraîche. Laissez-les mariner dans cette saumure une bonne journée. Le lendemain faites bouillir vinaigre, sucre en poudre, eau, aneth, coriandre, poivre et livèche pendant 10 minutes. Coupez les cornichons en rondelles, crantées ou pas et répartissez-les dans des bocaux stérilisés au préalable.
Couvrez les cornichons du bouillon de vinaigre aux aromates, ajoutez 1 ou 2 feuilles de laurier et de cerisier et fermez bien les bocaux. Rangez-les à l’ombre d’un placard ou à la cave et consommez-les au bout d’un mois.
*La livèche

Cornichons doux à la livèche, cornichons, livèche, Bibliothèque Louis Aragon, Auchy-les-mines, Mille-feuilles, la Cocotte, la voix du nord

lundi, 24 août 2015

Gros cornichons au sel

Dans les pays de l’Est, sur les fêtes foraines, les marchés, il y a des stands qui vendent ces gros cornichons en saumure, à déguster sur place.

Gros cornichons au sel, cornichons, sel

Pour 1 kg de gros cornichons ou 3 gros pots
Ingrédients : 1 kg de gros cornichons, 1,5 litre d’eau, gros sel, 20 cl de vinaigre blanc, feuilles de laurier, feuilles de vigne fraîches, poivre en grains.
Préparation : 15 min – cuisson : 10 min – coût : * - difficulté : * - ustensiles : bocaux en verre de diverses tailles et étamine
Lavez et frottez les cornichons en surface. Laissez-les tremper une nuit dans une eau bien salée.
Faites chauffer 1,5 l d’eau avec 75 g de gros sel et 20 cl de vinaigre blanc, laissez cuire le temps que le sel disparaisse puis faites refroidir complètement.
Nettoyez très soigneusement les bocaux et déposez dans le fond de chacun d’eux, 1 ou 2 feuilles de vigne, 2 feuilles de laurier frais et 7 ou 8 grains de poivre. Remplissez-les de cornichons puis couvrez d’eau. Couvrez le haut des bocaux d’une étamine et mettez un élastique pour la tenir. Laissez les bocaux dans la cuisine devant une fenêtre. Au bout de quelques jours, le liquide se trouble mais ce n’est rien. Attendez 12 à 15 jours avant de consommer les cornichons en les rinçant sous l’eau fraîche. Vous pouvez aussi les rincer, les ranger à nouveau dans les bocaux avec de la saumure au vinaigre, fermer les bocaux et les ranger dans la cave après les 15 jours d’attente.

lundi, 19 janvier 2015

Chou blanc au vinaigre

Qui n’a pas rêvé d’avoir dans le fond de son jardin, un tonneau rempli de chou qui fermente et dans lequel on pioche tout l’hiver ? Qui ?

Chou blanc au vinaigre, chou blanc, aneth, cornichons

Pour 6 personnes
Ingrédients : 1 petit chou blanc, 1 gros cornichon au vinaigre, 1 branche d’aneth frais, cumin en poudre, huile et vinaigre, sel et poivre blanc.
Préparation : 10 min – cuisson : 5 min – coût : * - difficulté : * - ustensile : râpe à chou ou mandoline
Débarrassez le chou de ses premières feuilles. Coupez le chou en 2 ou en 4 puis enlevez le cœur dur du chou. Râpez les 2 ou 4 parties très finement.
Faites bouillir une casserole d’eau salée et quand l’eau bout, plongez le chou dedans. Faites-le blanchir pendant 3 minutes. Il faut qu’il soit encore croquant. Egouttez-le et passez-le sous l’eau froide.
Coupez le cornichon en tout petits morceaux. Ciselez l’aneth. Faites une vinaigrette très vinaigrée avec huile, vinaigre, sel et poivre. Ajoutez l’aneth et quelques graines de cumin pour aider à la digestion du chou et versez sur le chou et les cornichons. Mangez bien frais.
Cette salade se conserve quelques jours au réfrigérateur dans un plat hermétique.
Vous pouvez ajouter des pommes.

lundi, 02 septembre 2013

Cornichons Mara

Mon jardin a des airs de pays baltes et je ne le savais pas. Un cerisier, un cassissier et des beaux gros cornichons du maraîcher et me voilà à Riga, Vilnius…

Cornichons Mara, cornichons, cassissier, cerisier, laurier, aneth

Pour 1 kg de cornichons (3 beaux pots)
Ingrédients : 1 kg de gros cornichons de 10 cm environ, 1 litre d’eau, 50 g de gros sel, 12 feuilles de cassis, 12 feuilles de cerisier, 6 feuilles de laurier, ½ bouquet d’aneth et du raifort (frais ou en crème)
Préparation : 15 mn + repos – cuisson : 25 mn – coût : * - difficulté : * - ustensiles : 3 grands pots hermétiques
Stérilisez les pots en les plongeant dans une marmite d’eau bouillante pendant 20 mn et les  couvercles pendant 5 mn. Préparez une saumure en mélangeant le sel et l’eau. Faites bouillir ce mélange pendant 5 mn. Brossez les cornichons et lavez-les soigneusement. Lavez aussi les différentes feuilles. Essuyez les bocaux, déposez dans le fond de chacun d’entre eux, 2 feuilles de cerisier, 2 feuilles de cassissier et une de laurier, ajoutez une tige d’aneth et 1 cuillère à café de raifort ou un peu de raifort frais. Répartissez les cornichons et recouvrez de feuilles comme pour le fond. Versez l’eau en couvrant complétement les cornichons. S’il vous reste de la saumure, gardez-en. Pendant 3 jours, écumez la surface des pots non-recouverts et complétez avec de la saumure. Puis fermez les pots et mettez-les au frais. Consommez les cornichons au bout d’une semaine.

lundi, 17 septembre 2012

Cornichons gros doux

L’armée française est en deuil. Ce samedi 15 septembre, le sergent-chef Chaudard s’est éteint. Dès aujourd’hui, la Cocotte fera tout pour que ce sergent-chef au nom de petit oiseau entre au Panthéon.
« Aux grands hommes, la patrie reconnaissante »  Oui, ce petit homme avait tout d’un grand. Et la France devra vite le reconnaître.
En mai  1940, en pleine débâcle française,  il n’hésite pas à former une tenaille dans la forêt de Machecoule et tient en joug l’armée allemande avec pour seul bataillon, deux simples soldats.
Ces résistants avant l’heure, ces braves « malgré eux », n’écoutant que leur courage, détournent une dépanneuse allemande et s’infiltrent dans les lignes ennemies.
Dans ces heures sombres de l'histoire de France, peu de gens ont fait preuve d’une telle audace.
A-t-on narré l’épopée d’une huitième ou d’une neuvième compagnie ? A l’école, vous souvenez-vous avoir appris les actes de bravoure de la dixième ? Non, bien évidemment.
En 1973, le cinéma français rend hommage à ces trois grands hommes. Ratant de peu une sélection au Festival de Cannes qui a préféré retenir des films comme «La maman et la putain», «la grande bouffe», «l’épouvantail»… ou encore l’inoubliable «Clepsydre» de Wojciech Has, le film sobrement intitulé «Mais où est donc passé la septième compagnie ?» sort. Et malgré le parti pris du réalisateur de choisir des acteurs inconnus, le succès est immédiat.
Ce biopic retrace à merveille cet épisode sombre de la guerre et le jeu des acteurs y est évidemment pour beaucoup. Il n’y a qu’à se souvenir de la tête du soldat Pithiviers remontant une colonne allemande et tendant une clé à molette à un officier allemand. L’Actors studio peut aller se rhabiller.
Or donc Chaudard n’est plus. Oui, la nouvelle ébranle !
Chaudard, repose en paix et emporte avec toi ce pot de cornichons. Avec ton « A l’ail », ce sera bon.

Cornichons gros doux
Moi, les petits, je les aime croquants, craquants et très acides. Et les gros, il faut qu’ils soient doux et un peu mous pour me plaire. Parfois même j’ajoute un peu de sucre. Et vous ?

Cornichons gros doux, cornichons, Chaudard, Pierre Mondy, la septième compagnie, Robert Lamoureux

Pour 5 gros pots
Ingrédients : 2 kg de gros cornichons, 250 g de gros sel gris de Guérande, 500 ml de vinaigre blanc, graines de coriandre, 1 bouquet d’aneth, raifort, poivre noir en grains. Facultatif : un bulbe de fenouil, baies de genièvre, du sucre.
Préparation : 15 mn + repos – Cuisson : 10 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensiles : gros bocaux propres.
Brossez rapidement les cornichons sous l’eau. Coupez-les en 4 dans la longueur. Déposez-les dans un grand plat creux et saupoudrez chaque couche de gros sel. Laissez dégorger pendant toute une nuit. Le lendemain rincez les cornichons et réservez. Dans un faitout, faites bouillir les 500 ml de vinaigre blanc, un bon litre d’eau, 2 càs de graines de coriandre, autant de poivre et de sel et une cuillère à café de crème de raifort (pour aider à la conservation).
Répartissez les cornichons dans les pots, ajoutez un peu d’aneth lavé et ciselé et versez de façon égale la casserole de vinaigre et d’eau sur les quartiers de cornichons, jusqu’en haut du bocal. Si vous n’avez pas assez de liquide, complétez avec de l’eau chaude. Répartissez les graines de coriandre et de poivre. Vous pouvez ajouter quelques morceaux de fenouil, baies de genièvre et des morceaux de sucre. Fermez les bocaux et laissez-les un bon mois à la cave avant de les consommer.

17.09.2012

jeudi, 04 novembre 2010

Sauce polonaise

 

P1230674b.jpgDoit-on toujours trouver des raisons pour apprendre une langue ? La réponse est non et la Cocotte ne répétera pas la question.

Afin de comprendre ce que raconte la jolie chérie de son beau-frère et afin de lui répondre autrement qu'en anglais ou en allemand, la Cocotte s'est mise au polonais.

Afin de pouvoir dire autre chose que fraise à sa dentiste*, la Cocotte s'est mise au polonais.

Afin de préparer ses vacances de dans 2 ou 3 ans, la Cocotte s'est mise au polonais.

Afin d'ajouter une langue supplémentaire sur son CV idéal, entre l'italien, l'arabe, le portugais, le russe...oh oui le russe... la Cocotte s'est mise au polonais....

Elle s'est mise au polonais grâce à un logiciel. Pour l'instant elle apprend et répète des mots. Le premier mot était bonjour. Bon, ça paraît normal, c'est le B. A. BA, et de l'apprentissage d'une langue et de la politesse. Mais les autres mots étaient non, salle de bain et avion.

Comment placer ces 4 mots dans une conversation grand-débutant ? Pas facile, hein ?

Tous les vendredis matin, elle se met à l'ordi et répète avec application les mots avec plein de Z et de WJ, de L barrés, de O et de N accent aigu, de ç mais avec la cédille qui part de l'autre côté... enfin plein de mots bizarres.

Comme elle pouvait choisir un thème de départ, elle a choisi, vous l'imaginez bien, la cuisine.

Elle commence à avoir un vocabulaire très riche dans ce domaine. Elle sait dire assiette, couteau, poire, maïs (Kukurydza, ça se prononce coucouridza, c'est pas beau ?), prunes, pommes de terre, pizza (vachement difficile !), ail, ananas (ah, les fameux ananas de Pologne !) etc...

Après avoir répété ces mots 25 fois environ, la Cocotte s'essaie à des jeux où elle doit assembler des mots et des images. Et à chaque bonne réponse, une jolie blonde, en bas de l'écran, agite la tête, sourit à pleines dents et lui dit un truc du genre Pinnjissounnt qui doit vouloir dire bravo !

La Cocotte adore être félicitée en polonais.

Maintenant qu'elle sait dire cornichons et oignons, elle peut faire une sauce au goût de là-bas, une sauce qui accompagnera magnifiquement une belle langue...de porc, par exemple.

 

P1080759-1.jpgIl vous faut :

20 g de beurre (masło)

3 ou 4 gros cornichons à l'aigre-doux (ogorek)

1 bel oignon (cebula)

2 cuillères à soupe de fond de veau

50 cl d'eau (woda)

sel et poivre (ça, ils ne l'ont pas encore dit)

 

Épluchez l'oignon et détaillez-le en fines rondelles. Détaillez également les cornichons.

Faites fondre le beurre dans une casserole, faites dorer les rondelles d'oignon, ajoutez les deux cuillères à soupe de fond de veau. Mouillez avec l'eau. Laissez la sauce épaissir puis ajoutez les rondelles de cornichons. Salez, poivrez et nappez de cette sauce simplement bonne ce que vous voulez : des pâtes, des pommes de terre, une viande bouillie, du riz, un rôti de porc, etc...

Sur ce, la Cocotte vous dit Do widzenia et do zobaczenia wkrótce

* Cliquez donc ici pour savoir comment on dit fraise.

samedi, 11 juillet 2009

Cornichons !

 

P1080747-1.jpgEn vous levant ce matin, vous ignoriez que le premier pays producteur de cornichons était la Chine, hein ?

Bien loin devant la Turquie et l'Iran !

Et bien maintenant vous le savez et je suis sûre que cela vous emplit de joie. Non ? Ah bon !

Saviez-vous aussi qu'un même pied peut donner des cornichons ou des concombres ? C'est une question de maturité.

Pourquoi toutes ces infos, direz-vous à la Cocotte ? Parce que c'est la saison du cornichon !

Sur les marchés, vous en trouverez de toutes tailles et c'est justement la taille qui en détermine le prix. Pour une fois que la taille a son importance...

Plus il est gros, moins cher il est ! Comptez de 1 euro 50 à 4 euros pour un kilo de "Cucumis sativus".

Quand il est tout petit, il est craquant et plein de saveur. Quand il est gros, il est « moumou » et on lui donne du goût grâce aux épices ajoutées dans les pots.

Alors qu'allez-vous faire aujourd'hui ? Vous allez prendre votre petit panier, vous allez au marché et vous allez me faire le plaisir d'acheter un ou deux kilos de cornichons. Ne me dites pas que vous n'avez pas le temps. Si vous avez lu mon petit papier d'hier, votre repas de midi est prêt.

Alors, hop, hop, on se dépêche !

 

Il vous faut :

2 kilos de cornichons de taille moyenne

1 bon litre de vinaigre

du gros sel

des grains de poivre

des feuilles de laurier

des graines de moutarde

de l'aneth, des piments de Cayenne...

des pots en verre et leur couvercle

 

La veille, passez vos cornichons sous l'eau en les frottant gentiment. Déposez-les dans un grand saladier et saupoudrez-les de 8 ou 10 cuillères à soupe de gros sel pour les faire dégorger, c'est-à-dire que vous leur faites perdre leur eau.

Ensuite vous récupérez les grands bocaux de verre que vous gardez dans votre cave ou vous appelez vos copines. Y'en a toujours qui en mettent de côté !

Puis dans une casserole, faites bouillir le vinaigre que vous aurez parfumé de sel, de grains de poivre, de graines de moutarde, de piments, de laurier*...pendant une dizaine de minutes. Laissez infuser.

Remplissez vos bocaux en tassant bien les cornichons et recouvrez de vinaigre. Vous pouvez compléter d'eau si vous n'avez pas envie qu'ils soient trop « acides ».

Fermez les bocaux, oubliez-les dans votre cave et notez dans votre agenda : 1er septembre, goûter cornichons.

On se donne rendez-vous ce jour-là et on se dit quoi ?

*La Cocotte met des bâtons de cannelle dans ses bocaux, c'est joli et ça donne un p'tit goût subtil.

Vous pouvez également ajouter des brins d'aneth, de l'estragon, des petits oignons...

Si quelqu'un d'entre vous a la recette des cornichons qu'on mange dans les Delikatessen de New-York, vous serez gentil de m'en faire profiter.

Bon week-end mes poussins !