lundi, 23 janvier 2017

Les mouchoirs pour la dernière fois, never ending story, vol. 3

Du 25 décembre 2016 au 3 janvier 2017

Dernière soirée de vacances avant la reprise. Petite sortie pour boire un verre à Ice Mountain, juste en sortant de l'hôpital. Nos vacances à la montagne à nous.
De retour de Comines, Étienne nous a préparé un poulet mafé. Top, en plus,  j'aurai une gamelle pour demain midi.
Tu vas chaque jour de mieux en mieux. C'est super. Ça nous aide à tenir le coup en t'attendant. Prends le temps qu'il te faudra pour nous revenir en pleine forme. Je t'aime. Plein de bises.
Retour au travail après près de deux semaines d'interruption. Ce n'était pas si facile que je l'avais imaginé. J'aimerais rester avec les enfants, te voir davantage. Il faut que je m'accroche. Les semaines sans toi sont longues. Les prochaines seront interminables.
Tu remontes bien la pente ces derniers jours. Ce lundi, la conversation était claire, suivie. Juste un ou deux détails, essentiellement temporels, que tu as du mal à cerner. Et puis ce tremblement dans les yeux qui te dérange considérablement. Un scanner doit permettre de comprendre le phénomène. Reviens nous vite. Je t'aime.
Tellement fatigué ce soir. Entre la terreur des premiers jours qui s'estompe et la perspective d'affronter des semaines chaotiques, j'ai depuis hier un peu de mal à faire face. Je vais me coucher tôt. Demain sera un autre jour.

DSC_1166.JPG

Tu es aussi très fatiguée. Paradoxalement, plus tu t'éveilles et plus tu exprimes et manifestes le besoin de te reposer. Récupère ma belle. Je t'aime. Je t'embrasse.
Mercredi 28 décembre, 11h37 : coup de fil de l'hôpital, tu quittes la réanimation pour aller en neurologie. YES!
Tu as quitté la réa ! Désolé, mais ça se fête !  Bises, je t'aime.
Dure journée. Tu as quitté la réa mercredi et la perfusion de morphine a été retirée ce jeudi matin. Ce retour à la réalité n'est pas si simple. Tu retrouves la perception du temps et les journées te semblent interminables. Dans les prochains jours, avec les visites, les après-midis passeront plus vite

Vendredi 30 décembre. Voilà, je viens de déposer Théis boulevard de Turin. Il est maintenant dans le bus pour Paris. Comme d'habitude un peu débordé, mal organisé mais il commence à envisager son avenir. Step by step.
Lola,  Étienne et le crew sont bien arrivés au Maroc. Ils m'ont envoyé un message pour nous dire qu'ils étaient dans le taxi. Ils reviennent jeudi prochain. J'irai les chercher à Beauvais.
Et voilà, nous sommes en 2017. Je me souhaite de vivre encore longtemps avec toi à mes côtés, joyeuse, entraînante, inventive, imaginative, inattendue, étonnante. Et belle.
Je me souhaite d'avoir autour de nous trois enfants vifs, sensibles, drôles, brillants, généreux, prévenants, attentifs. Et beaux.
Je me souhaite d'être entouré d'amis sincères et fidèles qui veilleront sur nous comme nous veillerons sur eux, comme je veillerai sur vous. Je vous aime.
J'ai renvoyé un petit message aux copains ce soir. Tu avais raison : plusieurs m'ont dit les attendre avec impatience. Vivement que tu puisses prendre la suite. Encore plein de messages à te lire demain.
Je suis impatient de te voir rentrer à la maison. Mais encore plus impatient de te savoir guérie, hors de danger. Prends le temps qu'il faut pour cela. Je t'aime, je t'embrasse.
Et oui,  tu reviens de terriblement loin.
Trois semaines ce soir. Tu reviens tellement vite. Sois prudente. Je t'aime. Bises tendres.
Alors, comme ça tu rentres bientôt à la maison. Et toi qui trouves le temps long. Si tu savais ce que ça représente trois semaines sans toi, trois semaines sans savoir ce que tu deviendras. Je t'aime. Franck

collage r.jpg

Le 23 janvier 2017

Trois semaines après ces trois semaines d’hospitalisation, des dizaines et des dizaines de visites de copains, de copines, de la famille, d’anges gardiens, des dizianes de bonnes âmes, des dizaines de Cocottes en  verre, en cire, en coquetier…, des dizaines de livres, des boîtes de chocolat en veux-tu, en voilà, 1 chien fou masqué, 1 lecteur mp3 avec des heures de musique et 1 livre qui se cache, 1 hellebore qui penche comme il faut, des photos, des cartes postales, des dessins,  1 orchidée, des boîtes de thon, de l'hoummmmmmmmmmmmous, des galettes des rois au rhum, 1 cuisse de poulet et des frites tricotées, des boucles d’oreilles. Autant de petits présents que d’amis ! Des kilomètres sur le vélo d’appartement, 1 kiné au poil, des squats, des crevettes sur le lit… Un mari qui dit je t’aime toutes les 3 secondes, 3 enfants qui ressemble,nt à leur père et qui lui montrent qu’ils l’aiment comme leur père, la Cocotte peut dire qu’elle va bien.
Serait-ce là la recette du bonheur ? Si ça ne l’est pas, on s’en rapproche. Si ça l’est, appliquez-la point par point en cas besoin. Et pour terminer, voici, d'une marraine bienveillante, une petite phrase à retenir, "il faut profiter des vivants."

A tout bientôt, mes poussins ! La Cocotte

 

jeudi, 19 janvier 2017

Ressortez vos mouchoirs, vol 2

Du lundi 19 au 24 décembre 2016
Ce lundi soir, une semaine après ton accident, j'ai fait une livraison tardive du bulletin de santé quotidien à nos amis et copains, après avoir profité d'un petit moment avec les enfants maintenant tous réunis. Nous sommes allés faire un goûter de Noël avec le reste de la coloc roubaisienne. Ton état de santé continue de s'améliorer. Depuis ce lundi matin, tu n'as plus besoin d'oxygène. Un scanner de contrôle a été pratiqué ce matin également : là encore, les résultats sont bons. La vigilance reste de mise, tant sur le plan neurologique que vasculaire. Tu as (vraiment) beaucoup parlé cet après-midi, passant de réponses claires et précises à nos questions à des rêves éveillés plus difficiles à suivre : a priori, tous tes amis recevront une petite boîte en bois avec des petites bouteilles de vin. Tu hésites encore entre rouge et blanc... Quant au personnel de la réa, il est "wunderbar". Mais ça, on le savait déjà. Bises et à demain.
Au fait, je viens de faire envoyer, par Internet, des fleurs et des chocolats à ta maman pour son anniversaire. Et pour les enfants et moi, je viens de commander des fruits de mer et des coquillages pour demain soir. Ce n'est pas qu'on a le droit de se faire plaisir, c'est qu'on en a besoin et pas qu'un peu. Bises d'amour.
Tu reviens, tout doucement, tout doucement… Trop doucement visiblement, puisque tu as encore essayé de te lever dans la nuit de lundi à mardi, sans conséquence heureusement. Tu es toujours entre deux mondes, alternant des rêves éveillés et des moments de parfaite lucidité. Ça n'inquiète pas le personnel de santé, donc nous ne nous inquiétons pas non plus. Tu as bien compris que les vacances en Bavière, c'était cuit. Mais tu as un peu de mal à imaginer que tu seras encore hospitalisée pour le réveillon de Nouvel An. Je n'ose pas te dire que mon espoir, c'est que tu sois à la maison pour ton anniversaire fin janvier. D'autant que les médecins commencent à évoquer l'embolisation du second anévrisme (qui n'a pas saigné), peut-être dans les semaines qui arrivent et non plus "à froid", dans 4 à 6 mois. Cela te permettrait de revenir à la maison complètement sereine. A suivre. Sinon, avec l'anglais avant-hier et l'allemand hier, c'est cette fois avec l'accent marseillais que tu nous as dit au revoir. Tu voyages ma Cocotte, tu voyages… Bises et à demain.

Au fait,  si tu ne t'en souviens pas,  ton projet de livre concerne la préparation des couilles,  en particulier des couilles de chameau. Mais aussi de taureau et de babouin.
Demain matin,  je vais à Fourmies chercher ta maman. Elle était folle de joie quand je lui ai annoncé. Ça vous fera du bien à toutes les deux,  j'espère. Nous mangerons à Lomme demain midi,  les enfants prépareront le repas. Demain soir,  je porterai de quoi manger chez Mireille quand nous la reconduirons. Dors bien mon amour. Et n'essaie pas de te lever. Je comprends que tu sois impatiente mais il faut te donner du temps. Je t'aime.
Ce mercredi a été une longue et belle journée. Longue car j'ai fait deux aller-retours Lomme-Fourmies. Belle parce que les retrouvailles entre ta mère et toi ont été douces et fortes, apaisantes et énergisantes. Belle parce que tu continues à te rapprocher de la surface. Belle parce que Lola, Billie et moi avons passé un agréable moment en raccompagnant ta mère à Fourmies. Elle a retrouvé le sourire après t'avoir vue. Nous dormirons tous mieux. Bises d'amour.
Jeudi 22, onze jours que tu es à l'hôpital. Aujourd'hui,  quand Théis et moi sommes arrivés à l'hôpital, tu étais au bloc. Il s'agissait d'intervenir pour rétablir une pression sanguine suffisante dans le cerveau malgré un vasospasme. Je sais que l'équipe médicale est au top et qu'elle fait ce qu'il y a de mieux pour toi. Ça aide à tenir dans des moments comme celui là.
Je suis allé à l'AMAP ce soir. Beaucoup,  énormément de marques de soutien, d'affection, de tendresse. Ça aussi,  ça aide.
PART_1482572296324.jpgMalgré tout, il est difficile pour les enfants de gérer ces moments. Soupape de sécurité ce soir : frites à Tournai avec la joyeuse bande,  enrichie de Romain et Marion. Minutes d'insouciance.
Je me couche en vérifiant que les téléphones sont au pied de mon lit et en espérant tellement fort qu'ils ne sonneront pas cette nuit. Je t'aime,  je t'embrasse. Je t'aime.
Je viens d'envoyer 87 messages à autant d'admirateurs... Et tous, par retour, t'envoient de l'amour.
23 décembre,  douce soirée mais tu nous manques tellement.
Mieux qu'hier, moins bien que demain ? Depuis 12 jours,  je croise les doigts chaque jour pour que l'adage se vérifie le lendemain. Je sais qu'il nous faudra encore attendre des semaines avant de nous retrouver vraiment et de reprendre une vie normale. Je sais que nous devons être patients.  Mais tu nous manques tellement. Je t'aime. Bises.
Marteen voulait depuis longtemps t'envoyer ce cadeau. C'est magnifique ma belle !
Quel réveillon ! Ton premier repas depuis 12 jours ! Modeste encore mais il faut réamorcer la machine. C'est surtout le signe que tu remontes la pente et que les médecins ne craignent plus de devoir t'emmener à tout instant au bloc opératoire. Ah oui,  le menu : une compote et un yaourt.
Je dois avouer que, pendant ce temps là, nous mangions une excellente fondue aux fromages préparée par Étienne. Désolé...
La déco de ta chambre s'améliore.
Xmas time.

mardi, 17 janvier 2017

Préparez vos mouchoirs, voici la recette de l'amour ! vol. 1

Du 12 au 18 décembre 2016

"Odile est actuellement au bloc opératoire pour une petite intervention qui a pour but de réduire la pression intracrânienne. Ça devrait être rapide,  me dit-on. Je vous tiens au courant."

Ci-dessus, c'est un message envoyé le 13 décembre 2016 à plusieurs amis par le chéri de la Cocotte.... Rupture d'anévrisme, ont dit les docteurs. Ci-dessous, ce sont tous les messages que le dit-chéri a envoyés à la Cocotte au début de son hospitalisation. C"est de l'amour et c'est beau.

A l’heure où je t’envoie ce message, tu es au bloc. Je t’ai déjà fait quelques mauvais coups du même genre mais toi,  pour une première,  tu fais très fort.  En tout cas,  il ne m’a fallu que quelques minutes pour comprendre que je ne suis rien sans toi. Je t’aime. Je t’aime. Je t’aime. Sale nuit. Mais pas autant que pour toi. Je suis dévasté et terrorisé. Il faut que tu reviennes. Je t'aime.

Hier soir, Billie est restée avec moi au CHR jusqu’à minuit pour pouvoir t’embrasser et te dire « je t’aime ». Ce midi,  je suis avec Lola et Étienne. Tu étais au bloc quand nous sommes passés. Nous repasserons te voir tout à l’heure. Là,  ils sont dans la cuisine et préparent des pâtes. Cette maison est désastreusement vide de toi mais pleine d’amour. Tu nous manques vertigineusement. Je t’aime.

Bien voilà ma chérie. Ça fait maintenant 24 heures que l'alerte a été donnée. Je suis allé te voir aujourd'hui avec Lola et Étienne : tu étais apaisée. Hier Billie était restée avec moi jusqu'aux environs de minuit. On espère vivement te revoir au plus vite avec nous. Tu nous manques tellement. La nouvelle est en train de se répandre. Et les gens qui t'aiment sont encore plus nombreux que tu ne peux l'imaginer. Les messages arrivent de partout, tout le monde souhaite te revoir au plus vite. Tu nous manques à tous. Je t'aime.

Ce soir, la photo de toi prise sur le plateau de France 5 a atteint les 100 likes ou commentaires. Tu vois que tout le monde t'aime.

PART_1482074971605.jpgCe soir,  tu as changé de service. Tu as quitté le déchoquage pour la réanimation neurologique. Tous tes paramètres sont bons, vient de me dire l'infirmière. Bonne nuit mon amour.

Elisabeth, Carine,  Marie,  Cécile prient pour toi. Marina,  ta maman et Laurence pensent que sainte Odile,  dont c'est la fête aujourd'hui, te sera bienveillante. Tu m'excuseras mais,  sans remettre en cause mes convictions, en ce moment,  je prends tout. Je t'aime.

Si tu savais tous les gens qui envoient des messages ! Je vais devoir recruter une secrétaire.

Voilà, la journée se termine. Les enfants,  Étienne et Lola sont ici, viennent de monter. Moins sombre que les précédentes. Ce que tu as fait avec les médecins est formidable : demain, si tout va bien,  ils te réveilleront et peut-être pourrions-nous discuter dans l'après-midi. Aujourd'hui,  nous avons passé une heure avec toi (c'est le maximum}. Lola t'a lu plusieurs pages de Born to Run pendant que nous écoutons Roxy Music puis Étienne Daho. Il faudra encore de longues journées avant ton retour à la maison mais le ciel est un peu plus bleu. Je t'aime.

Coucou ma chérie,  il faut te réveiller. J'appellerai vers midi pour savoir si tu as bien dormi. Je t'aime. Nous sommes impatients de te retrouver.

Bravo ! Tu es formidable.

Eh bien,  tout va bien. Parmi tes premiers mots "tu me fais chier" et "tu m'emmerdes". Comme je te retrouve là.

À suivre...

dimanche, 01 janvier 2017

Bonne année 2017 ! La Cocotte vous aime !

Mes chers amis,

Je lève mon verre à votre santé et, du fond du cœur, je vous présente tous mes vœux de bonheur pour l'année 2017.

_20161231_134342.JPG

Lire la suite