Haricots très rouges (lundi, 16 février 2015)

Ça avait pourtant bien commencé. Pour la fête des amoureux, pour la Saint-Valentin, le chéri de la Cocotte lui avait offert un petit recueil de nouvelles sur le transport amoureux et un livre de recettes espagnoles (il connaît les points faibles de sa Cocotte !, hum l’Espagne…), lui avait déposé une bouillotte bien chaude au creux des reins, avait demandé à Monsieur Arte de retransmettre un concert de l’idole de la Cocotte, Bryan Ferry. Oui, Bryan ! Oh Bryan ! Ce dandy aux épaules qui se courbent un peu avec l’âge…, dans sa tenue costume trois pièces-robe de chambre, ce dandy, dis-je, avait susurré des mots doux à la Cocotte pendant une petite heure magique. Il avait enchaîné, (Bryan, bien sûr, pas le chéri de la Cocotte) More than this et Avalon l’air de rien, top classe, avait sorti son instrument sur Jealous guy…. Son harmonica, hein ! Bryan Ferry quoi ! I'm your slave to love... Na na na na na, slave to love...
Puis lui avait fait le coup de la panne, (le chéri de la Cocotte, pas Bryan !). Oui, le coup de la panne. La panne de chauffage ! Non mais vous imaginez, le coup du siècle ! Après tant d’années de vie à deux, lui faire un coup pareil ? Non mais, quel romantisme ! Quel amour, ce chéri !
-« Oh, mon chéri, il fait froid tout à coup. » 
-« Oh oui, tiens, viens près de moi, je vais te réchauffer. Allez, approche. »
- « Oui, mais là, tes bras ne suffisent pas. Je suis frigorifiée ! »
A 2 heures du matin, le chéri s’était alors levé, avait enfilé son pyjama, (il n’a pas encore de robe de chambre à la Bryan !), était allé vérifier la chaudière et était revenu dans la chambre, les épaules tout aussi courbées que celles de Bryan. « La chaudière est en panne. Vraiment en panne ! La pression retombe sans arrêt, j’ai bien peur que ce soit le vase d’expansion. »
Ah bin, manquait plus que celle-là ! Par chance, il ne lui avait pas offert de fleurs. L'avait-il senti ?
Et ils avaient alors passé toute la nuit et toute la journée de dimanche à se relayer pour remettre un peu de pression dans cette s…. de m… de c… de b…. de chaudière.
Ah, tu vas voir, Monsieur Vie….ann, aujourd’hui, tu vas m’entendre. Oui aujourd’hui, ça va être ta fête !

La recette

Quand on voit ce qu’on voit et quand on entend ce qu’on entend, parfois on a envie de passer sa colère dans la cuisine. La Cocotte voit très rouge.

haricots rouges, haricots cocos, haricots, coulis de tomates

Pour 6 personnes
Ingrédients : 500 g de haricots rouges ou cocos secs, 1 oignon, 1 belle carotte, huile d’olive, 5 gousses d’ail, 30 à 35 cl de coulis de tomates, eau, citron, sel, poivre, persil.
Préparation : 20 min + temps de trempage des haricots – cuisson : 1 h à 1 h 15 – difficulté : *
Faites tremper les haricots secs dans une grande quantité d’eau pendant 12 heures. Puis faites-les cuire dans une grande quantité d’eau salée pendant 30 à 40 minutes pour les avoir « al dente ». Egouttez-les.
Pelez et ciselez l’oignon et faites-le dorer dans un faitout. Ajoutez 5 gousses d’ail pelé et pilé et la carotte coupée en petits dés. Mouillez le tout avec le coulis de tomates et un verre d’eau. Couvrez et laissez bouillonner 15 minutes. Ensuite ajoutez les haricots et arrêtez la cuisson. Salez et poivrez et laissez tiédir et gonfler à couvert, dans le faitout.
Servez ce plat tiède avec des rondelles de citron et parsemez-le de persil plat lavé et ciselé.

| Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : haricots, coulis de tomates |  Facebook | |  Imprimer