dimanche, 24 avril 2011

Oignons Gordon

oignons sauciers, oignons1 kilo d'oignons, trois ou quatre bocaux, ça nous fera des conserves pour l'hiver ou des petits cadeaux pour même pas trois euros.

Pour 4 bocaux

Ingrédients : 1 kg d'oignons sauciers, 50 g de gros sel, 1 litre de vinaigre blanc, 10 baies de genièvre, 1 càc de graines de coriandre, 1 càc de grains de poivre noir, 2 bâtons de cannelle, 5 petits piments de Cayenne, des feuilles de laurier, des branches de romarin.

Préparation : 15 mn + marinade 48 h – Cuisson : 5 mn – Coût : * - Difficulté : *

Déposez les oignons non épluchés dans un plat creux, saupoudrez de gros sel, couvrez d'eau et laissez mariner 24 h. Puis égouttez les oignons, épluchez-les, remettez-les dans le plat creux, saupoudrez de sel et couvrez d'eau. Laissez mariner 24 h supplémentaires.

Au bout de ce temps, versez un litre de vinaigre blanc dans une casserole, ajoutez sel, genièvre, graines de coriandre et grains de poivre, cannelle et piments de Cayenne et faites bouillir. Aux premiers bouillons, arrêtez la cuisson. Répartissez les oignons dans des bocaux ébouillantés préalablement, glissez les bâtons de cannelle, le laurier et les branches de romarin. Versez le vinaigre bouillant, ajoutez piments, genièvre, coriandre et poivre en grains qui sont dans la casserole. Puis fermez les bocaux. Rangez vos bocaux à la cave et oubliez-les deux mois avant de les déguster.

Attention, avec les piments, ça pique !

18.04.2011

jeudi, 17 mars 2011

Coleslaw poids plume

coleslaw, chou blanc, carotte, oignon, pomme

Si cette chronique n'a pas d'autre ambition que celle de faire rire ou sourire son lecteur, en ce moment, esquisser le moindre sourire n'est pas chose aisée. Rivée sur les images qui passent en boucle de cette vague noire emmenant la vie entière de gens sur son passage, les laissant dans l'effroi, le froid, le vide et la torpeur, incapable de zapper les images de tubes énormes, fumants et crachants, d'une centrale au nom empreint d'exotisme extrême-oriental, la Cocotte a bien du mal à plaisanter.

Imaginer l'angoisse qui monte au sein d'une population désespérément stoïque, envisager le pire, appréhender les jours sombres qui attendent les Japonais ne pousse pas franchement à la farce. La seule chose que la Cocotte a trouvée en rapport avec sa recette est que les opérations de largage d'eau ne feront pas chou blanc. C'est nul, minable, désespérant, hein ? Mais , tel un réacteur en panne, la Cocotte a de la fuite dans ses idées. Elles reviendront. Demain sera un autre jour.

Recette

Cette salade « made in the USA » est habituellement faite avec de la mayonnaise mais on peut très bien s'en passer. Elle est à déguster sans modération.

Pour 6 personnes

Ingrédients : 1 demi chou blanc, gros sel, 4 carottes moyennes, 1 oignon, 1 pomme acidulée, 1 briquette de 20 cl de crème liquide, 1 càc de moutarde forte, 10 cl de vinaigre de cidre, 1 càs de sucre, sel et poivre,

Préparation : 15 mn – pas de cuisson – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : râpe et idéalement une trancheuse.

Cette salade se prépare en 2 temps. D'abord le chou puis le reste. Débarrassez le chou de ses premières feuilles, coupez-le en deux et enlevez le cœur. et Ne gardez qu'une moitié du chou. Puis à la trancheuse, tranchez le chou très finement de manière à obtenir de très fines languettes. Passez le chou à l'eau chaude pour le ramollir un peu. Versez-le dans une passoire en le saupoudrant de gros sel, déposez un gros poids dessus et laissez-le dessaler 2 à 3 h.

Épluchez et râpez les carottes et les oignons. Mélangez la crème liquide, la moutarde, le vinaigre, le sucre, le sel et le poivre. Repassez le chou sous l'eau chaude pour enlever le sel. Égouttez-le bien. Puis mêlez tous les ingrédients dans un grand saladier sans oublier la pomme.

Ce plat est encore meilleur le lendemain. Et avec des travers de porc grillés, c'est une merveille !

17.03.2011

lundi, 31 janvier 2011

Ballotins de boudin

 

Boudin, boudin blanc, Gérard Daco, Momignies, Roi du boudinQuelque part, à la frontière entre la Belgique et la France...

- « Rien à déclarer, la Cocotte ?

-Non, Monsieur le douanier, je n'ai que du boudin dans le coffre. Il vient de Momignies. C'est Gérard Daco, alias le Roi du boudin, qui le fait.

-Garez-vous sur le côté. Nous allons procéder à une vérification. Montrez-moi ce boudin, je dois le goûter. Oh la la, c'est du bon ! Je suis obligé de saisir la marchandise. Désolé !»

Ballotins de boudin

Facile : 2 Cocottes, Prix : 1 Caddie, Temps : 1 horloge

Pour 30 ballotins

6 belles endives, 300g de boudin blanc nature, 1 boule de mozzarella, 1 cuillère à café d'huile, 2 cuillères à café de cassonade, 3 ou 4 spéculoos

Préchauffez votre four à 180°c. Jetez les premières feuilles des endives puis prélevez les dix suivantes. Gardez les plus petites feuilles pour en faire une salade ou un velouté.

Faites cuire les 60 feuilles à la vapeur pendant 6 à 7 minutes pour qu'elles deviennent molles. Quand elles sont cuites, égouttez-les sur une serviette.

Enlevez la pellicule qui entoure le boudin et jetez-la. Mettez la chair dans un plat creux. Coupez la boule de mozzarella en tout petits morceaux et ajoutez-les à la chair du boudin. Mélangez bien.

Posez une feuille d'endive horizontalement. Au centre, déposez un petit tas de viande et fromage. Rabattez les côtés vers le centre. Ensuite posez ce petit paquet au bas d'une feuille d'endive verticale et roulez la feuille vers le haut de manière à obtenir un ballot fermé de chaque côté.

Huilez une plaque à pâtisserie, saupoudrez d'un peu de cassonade et déposez vos ballotins délicatement dessus. Laissez-les cuire 10 minutes. Écrasez grossièrement les spéculoos.

A l'apéritif, servez vos ballotins dans un beau plat et parsemez-les de miettes de spéculoos.

Boudin, boudin blanc, Gérard Daco, Momignies, Roi du boudinLe boucher  : Gérard Daco

Le dimanche, le Roi Gérard va au café de l'ancien poste-frontière avec sa petite boîte de boudin et il en offre à tout le monde. Et quand son boudin passe la frontière, c'est pour aller partout en France mais aussi au Canada, en Éthiopie, au Japon même ! C'est qu'il est bon, le boudin de Gérard ! Depuis bientôt 30 ans, il règne en roi incontesté de cette charcuterie qui date du Moyen-Age. Gérard sait aussi faire l'andouille mais il préfère le boudin. Il le parfume aux champignons, au raisin, au poivre vert, à l'orge perlée. Lui l'aime à la Belge, nature, « cru », étalé sur du pain. Et devant le roi, on s'incline.

Trucs et astuces

Le boudin blanc est un savant mélange de viande de porc, œufs, oignons, lait, crème fraîche et épices. Tout l'art du charcutier est dans le choix de la viande. Il faut qu'elle soit de première qualité. Le boudin blanc aime être mangé comme le mange Gérard. Vraiment !

Mais si vous tenez à le faire cuire, sachez que le boudin blanc aime la cuisson au barbecue, au four ou à la poêle mais pas à haute température, jamais plus de 150°c.

Le boudin blanc n'aime pas être piqué. Quand on le pique, on fait un trou et le trou ne fait que s'agrandir.

Le boudin blanc n'aime pas le vinaigre mais aime être mangé avec un fruit, une pomme, une poire, une pêche....

Retrouvez cet article dans Version Femina, Nord-Pas de Calais du samedi 29 janvier 2011, pages du cahier central.

vendredi, 28 janvier 2011

Saint-Jacques Pif-paf à la tisane

 

Saint- Jacques, coquilles, tisane, poireaux, pommes de terreRegardez-moi cette petite tasse ! Mais vous avez mis quoi dedans ? Des poireaux ! Ah vraiment, quelle drôle d'idée ! Oh Madame, ce plat est d'un chic !

Pour 6 personnes

Ingrédients : 2 coquilles Saint-Jacques par personne, 1 poireau, 1 pomme de terre moyenne, thym, persil plat, fleur de sel, poivre concassé et un peu d'huile.

Préparation : 10 mn – Cuisson : 20 + 3 – Coût : ** - Difficulté : *

Si vous savez le faire, nettoyez les coquilles en gardant la noix, le corail et les barbes. Sinon demandez-le à votre poissonnier. Dites-lui bien de mettre les barbes à part, dans le sachet !

Préparez l'infusion en faisant chauffer 30 à 40 cl d'eau additionnée de thym, sel, poivre et les barbes lavées. Laissez chauffer à petits bouillons 15 mn puis filtrez le liquide. Dans ce jus filtré, ajoutez un blanc de poireau nettoyé et coupé en fines lamelles et la pomme de terre épluchée et découpée en petits dés. Rectifiez l'assaisonnement et réservez.

Faites chauffer un grill en fonte, huilez-le légèrement et faites cuire vos coquilles Saint-Jacques 1 mn 30 de chaque côté, à feu vif. Salez avec de la fleur de sel et du poivre concassé.

Versez votre infusion poireau/pomme de terre dans des tasses à café, saupoudrez de persil plat ciselé et disposez les coquilles Saint-Jacques à côté. Pif-paf !

28.01.2011

vendredi, 24 décembre 2010

Safran de Saint-Jacques

 

safran de Saint-Jacques.jpgQualité, efficacité, simplicité, 3 mots pour cette petite entrée de fête, aux accents espagnols. Ah oui, j'oubliais, un quatrième mot, unanimité !

Pour 6 personnes

Ingrédients : 12 coquilles Saint-Jacques, 1 poivron rouge, 1 gousse d'ail, 15 cl de crème liquide, quelques pistils de safran, fleur de sel et poivre concassé, 1 cuil à s. d'huile d'olive

Préparation : 30 mn – Cuisson : 15 mn – Coût : ** - Difficulté : *

Passez la lame d'un couteau dans les coquilles St-Jacques, au niveau de la base, sectionnez le muscle, ouvrez la coquille en deux. Détachez l'intérieur, enlevez délicatement le « manteau » de la coquille et ne gardez que la noix et son corail. Passez-les sous l'eau et épongez doucement avec du papier absorbant. Réservez.

Piquez votre poivron avec une fourchette, tenez-le bien et faites-le griller à vif sur le feu pendant quelques instants, le temps que la peau se boursouffle puis enfermez-le dans du papier-alu. Laissez-le reposer, la peau s'enlèvera très facilement au bout de 10 mn. Détaillez le poivron en lanières.

Dans une casserole, chauffez doucement la crème liquide, ajoutez l'ail ciselé, le safran et un peu de poivron. Salez, poivrez. Réservez.

Sur un grill bien chaud et huilé, faites chauffer vos noix de Saint-Jacques 1 mn de chaque côté.

Salez et poivrez au dernier moment. Servez ces noix nappées de crème safranée et de poivron.

24.12.2010

jeudi, 09 décembre 2010

Pâté de lapin à la Granny

 

P1250008b.jpgLa Cocotte cogite et collecte toutes les idées de cadeaux de Noël qui feraient plaisir à ses loulous mais a bien du mal à faire son choix.

Quelques jours avant aujourd'hui, installée mollement devant son poste de télévision, ne voilà-t-il pas qu'elle voit un petit film publicitaire destiné à vendre le spectacle de Benjamin Biolay en DVD. Si vous suivez ce blog, vous savez que la Cocotte ne voue pas à un culte à ce beau brun ténébreux, balbutiant des aubades aux accents gainsbouriens sur des sons quintessenciés, mais presque. Oui, la Cocotte aime ce bellâtre aux BBnitials qui lui rappellent non pas Brigitte Vous-Savez-Qui mais une certaine Billie, proche à son coeur. Elle court donc vers son ordinateur afin de commander ce DVD qui lui fera passer, c'est sûr, des heures d'extase.

Sachant qu'une autre fille proche à son cœur et répondant au doux et beau nom de Lola voue, pour le coup, un culte à Benjamin, la Cocotte se dit «Voilà donc un cadeau pour l'aînée de ma couvée ! »

Sur le site marchand, la Cocotte clique sur BB qui fait son show et emplit un panier virtuel puis déambule de page en page, lit les avis des web-acheteurs, voit qu'untel a acquis BB et sa Superbe mais a aussi craqué pour ses autres albums et pour une certaine Charlotte G proche au cœur du Serge cité plus haut. Et de fil en aiguille, après s'être retenue d'acheter un nombre substantiel de CD, la Cocotte échoue sur la page d'un autre de ses chanteurs non pas préférés mais adorés, Alain Bashung. Et là, la larme à l'oeil, ne voilà-t-il pas qu'elle apprend qu'un CD du dernier spectacle de ce grand monsieur existe. La Cocotte a vu ce spectacle, avec la Lola sus-citée et ensemble, elles ont pleuré lors de sa disparition. La Cocotte se dit alors « Voilà un autre cadeau qui ferait aussi plaisir à l'aînée de ma couvée ». Elle reclique, remplit à nouveau le panier, imaginant déjà le sourire que sa Lola afficherait.

Mais le bonheur est de courte durée car, aussitôt, la Cocotte se dit « Oui mais si elle emmène ses cadeaux pendant un weekend et que j'ai envie d'écouter « Happe » version cordes ou que je ressens l'impérieux besoin de voir BB me murmurer ses « cerfs-volants », je fais quoi moi ? Je fais comment ? Et puis on est au début du mois de décembre, je fais comment, moi, pour me retenir de mater Ben et d'ouïr Alain avant Noël ? Non, ces cadeaux ne sont pas pour Lola. Ils sont pour moi. Après tout, c'est grâce à moi, sa mère, que la petite aime les deux B ! Non, je ne peux pas attendre jusque là, je ne peux pas ! »

La Cocotte décide donc de garder ces trésors pour elle. Voilà ses bonnes idées pour l'aînée qui tombent à l'eau. Faut savoir comprendre sans se répandre, pauvre Lola ! Mais deux autres poussins viennent ensuite, puis son coq, la famille, les amis, les copains... Que va-t-elle faire ?

Et à nouveau la Cocotte cogite et collecte toutes les idées de cadeaux qui feraient plaisir à ses loulous mais a bien du mal à faire son choix.

En attendant, elle offre à sa Lola et à vous tous une recette que quelqu'un de proche lui a offerte il y a déjà bien longtemps.

Pâté de lapin à la Granny

Une terrine dont la recette se transmet de génération en génération, du bon pain, des cornichons-maison, un peu de moutarde et c'est le bonheur assuré.

Pour 1 terrine d'1 kg

Ingrédients : 500 g de lapin, 500 g de poitrine de porc, 2 échalotes, 1 gousse d'ail, 1 œuf, du thym, noix de muscade, sel et poivre, un peu de barde, 1 ou 2 feuilles de laurier.

Préparation : 15 mn – Cuisson : 1 h – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : hachoir à viande

Préchauffez le four à 180°c (th. 6). Désossez consciencieusement les morceaux de lapin. Enlevez la couenne de la poitrine et les os éventuels. Coupez la viande en petits morceaux et passez-les au hachoir à viande. Repassez la viande au hachoir une seconde fois avec les échalotes et l'ail épluchés.

Salez et poivrez, ajoutez l'œuf entier, le thym, la noix de muscade et mélangez bien. Goûtez la viande et rectifiez l'assaisonnement.

Versez votre préparation dans la terrine, tassez bien. Découpez des petites bandes dans la barde de lard et disposez-les sur la viande pour faire joli. Terminez par une feuille de laurier.

Versez de l'eau dans un plat qui va au four et déposez votre terrine sur ce plat. Couvrez la terrine et faites-la cuire 1 h. Les 15 dernières minutes, enlevez le couvercle et terminez la cuisson.

Sortez et laissez refroidir avant de mettre au réfrigérateur.

Vous pouvez préparer un peu de gelée si vous en avez envie.

09.12.2010

vendredi, 03 décembre 2010

Mini muffins à la sardine

Muffins à la sardine_2.jpgCe petit poisson sans tête vivant dans l'huile parfumera gaiement vos muffins salés. Si vous ajoutez des olives, vos muffins auront l'accent marseillais. Bonne mère !

Pour 40 mini-muffins

Ingrédients : 1 boîte de sardines, 200 g de farine, 1 boule de mozzarella, 2 œufs, 10 cl de lait, 1 sachet de levure chimique, sel et poivre, olives (facultatif)

Préparation : 5 mn – Cuisson : 30 mn – Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : petits moules à muffins en papier

Préchauffez votre four à 180°c ( th. 6). Dans un saladier, versez la farine. Séparez les blancs des jaunes d'œuf, ajoutez les jaunes à la farine puis tout le contenu de la boîte de sardines, huile comprise. Coupez la mozzarella en petits morceaux et incorporez-la à la préparation, continuez avec le lait, le sel et le poivre. Mélangez bien.

Battez les blancs en neige, ajoutez-les doucement en soulevant la pâte plutôt qu'en la remuant et finissez par la levure chimique. Remuez encore un peu et remplissez aux 3/4 les moules à muffins.

Faites cuire au four à 180°c pendant 10 mn. Baissez la température à 150°c et laissez encore 20 mn. A la sortie du four, démoulez et laissez refroidir sur une grille. Rangez-les dans une boîte hermétique. Servez-les à l'apéro ou avec une salade.

Vous pouvez remplacer les moules à muffins en papier par des moules à cannelés en silicone. Ce sera encore plus facile à démouler.

03.12.2010

mercredi, 10 novembre 2010

Tartelette pommes-pommes-boudin

 

Tartelette chips-boudin-b.jpgCe n'est pas parce que le charcutier fait du boudin qu'il fait la tête. Non, s'il fait du boudin, c'est parce que c'est bon. Et avec des pommes et des pommes de terre, ça change de l'ordinaire.

Pour 4 personnes

Ingrédients :

1 rouleau de pâte feuilletée pur beurre, 300 g de boudin noir aux oignons, 1 pomme acidulée, 2 pommes de terre moyennes, un peu de lait

Préparation : 10 mn – Cuisson : 20 mn – Coût : * - Difficulté : *

Préchauffez votre four à 210°c.

Étalez le rouleau de pâte feuilletée et servez-vous d'un verre pour découper 8 cercles de 8 cm de diamètre environ. Gardez les restes de la pâte pour décorer les tartelettes.

Enlevez la peau du boudin et jetez-la. Dans un bol, écrasez le boudin à la fourchette et ajoutez un peu de lait pour obtenir un appareil crémeux mais pas trop.

Enlevez le trognon de la pomme et épluchez-la. Découpez-la en 8 fines rondelles et disposez une ou deux rondelles sur chacun des cercles de pâte. Étalez une belle cuillère de crème de boudin par dessus. Épluchez les pommes de terre, détaillez-les également en fines rondelles et disposez-les joliment sur le boudin. Avec les restes de pâte, découpez des lanières et ajoutez-les sur les pommes de terre.

Faites cuire au four aussitôt pendant 20 mn. Servez en entrée le midi ou le soir en plat unique avec une belle salade.

09.11.2010

Nems poire fromage

 

P1220965b.jpgIl faut toujours avoir dans ses placards des feuilles de riz pour faire des nems. Il faut toujours avoir un peu d'imagination aussi.

Pour 20 nems

Ingrédients :

20 feuilles de riz de 20 cm de diamètre environ, sucre en poudre, 3 poires assez fermes, 300 g de fromage qui fond facilement comme du Morbier ou du Maroilles, feuilles de salade, huile, vinaigre

Préparation : 5 mn – cuisson : 10 mn – Coût : * - Difficulté : **

Préchauffez le four à 180°c. Mélangez huile et vinaigre, sel et poivre dans un petit bol, réservez.

Épluchez les poires et coupez-les en lamelles. Détaillez également le fromage en lamelles.

Versez de l'eau dans une assiette creuse et ajoutez deux cuillères à soupe de sucre en poudre. Passez une feuille de riz dans l'eau pour l'humidifier et posez-la sur une serviette propre. Déposez lamelles de poire et fromage, au milieu de la feuille, vers le bas. Repliez le bas sur les fruits et le Morbier puis rabattez les côtés de la feuille vers le centre, serrez bien et roulez votre nem jusqu'en haut. Faites la même chose pour le reste. Déposez ces nems sur une plaque à pâtisserie et enfournez 10 mn. Servez chaud avec de la laitue et le petit bol de sauce. Vous pouvez remplacer la laitue par des feuilles d'endives si vous choisissez de faire vos nems au Maroilles. Hum, c'est pas bête....

08.11.2010

mardi, 09 novembre 2010

Crème à l'avocat au bleu

 

IMG_4872b.jpgAvocat, oignon et ail, céleri, carottes et fenouil ! Allez, hop ! 5 fruits et légumes par jour, qui a dit que c'était difficile ?

Pour 6 personnes

Ingrédients :

1 avocat mûr, 5 cl de jus de citron, ½ oignon moyen, ½ gousse d'ail, 100 g de fromage type Roquefort, 100 g de fromage blanc, sel et poivre

Pour servir : 2 branches de céleri, 2 carottes et ½ fenouil

Préparation : 5 mn - Coût : * - Difficulté : * - Ustensile : mixeur

Ouvrez l'avocat en deux, débarrassez-vous du noyau. Sortez la pulpe du fruit et déposez-la dans un mixeur. Versez le jus de citron sur l'avocat pour éviter qu'il noircisse. Épluchez l'oignon et l'ail , ciselez-les grossièrement et ajoutez-les dans le mixeur. Écrasez le fromage bleu et mettez-le dans le mixeur. Puis terminez par le fromage blanc, le sel et le poivre.

Mixez très finement pour obtenir une crème onctueuse. Détaillez en bâtonnets céleri, carottes et fenouil.

Servez de suite, à l'apéritif ou en entrée, avec les légumes proposés en dips ou mettez au réfrigérateur dans un récipient en acier inoxydable et couvrez d'un film-plastique. Mais ne trainez pas pour manger la crème.

06.11.2010

lundi, 25 octobre 2010

Blinis au fromage

P1180562b.jpgEh, m'camarate, teu veux que ch'te disse quequ'chosse ? Mi, j'aime bin l'fromache sur eun'tartine, j'aime bin l'fromache sur eun'flamiche ou din un gratin d'pâtes. Mais j'aime bin aussi l'fromache din un blini, cha fait chic. Teu prins du T'chiot Biloute eud'la ferme du Pont des Loups eud'Saint-Aubin, din l'Avesnois, teu fais l'recette deul' Cocotte. Mi, j'te dis, teu vas adorer !

 

La recette : Blinis au fromage

Facile : 1 Cocotte

Prix : 1 Caddie

Temps : 2 horloges

 

Pour 12 à 15 mini-blinis

 

200 gr de farine type 65

2 oeufs

20 gr de levure de boulanger

20 cl de lait

2 cuillères à soupe d'huile

sel

1 fromage T'chiot Biloute ou 200 gr de Maroilles pas trop fait

 

Mettez le fromage 20 minutes au congélateur pour qu'il soit facile à découper.

Faites tiédir le lait.

Dans une tasse délayez la levure avec un peu de ce lait tiédi. Séparez les blancs des jaunes d'œuf.

Gardez les blancs au frais, dans un plat creux.

Versez la farine dans un saladier, faites un puits au centre. Ajoutez la levure et mélangez un peu. Laissez reposer 15 minutes. Des bulles se forment.

Ajoutez les jaunes d'œuf, le reste du lait, l'huile et le sel. Mélangez vigoureusement pour éviter les grumeaux.

Couvrez votre pâte d'une serviette et laissez-la monter pendant 2 heures, dans un endroit chaud.

Au bout ce temps, montez les blancs d'œuf en neige ferme et incorporez-les délicatement à votre pâte, en la soulevant avec une spatule en bois. Si vous allez trop vite, elle va retomber !

Ensuite coupez votre fromage en rondelles de 5 mm.

Faites chauffer une poêle avec un peu d'huile puis à l'aide d'une cuillère à soupe, déposez 4 ronds réguliers de pâte.

Sur chacun de ces ronds, déposez une rondelle de fromage. Comptez 1 minute puis retournez chaque blini. Laissez encore cuire 30 secondes et c'est tout.

Recommencez l'opération jusqu'à épuisement du fromage.

Servez ces petites crêpes toutes chaudes en apéritif ou en entrée avec une salade d'endives. S'il vous reste de la pâte, faites des blinis nature.

 

P1180410b.jpgLe producteur : Alexandre Gravez

-« Dis-moi, Nicolas, qu'est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ? »

-« Euh, président. J'veux être président.»

-« Et toi, Alexandre, qu'est-ce que tu veux faire comme métier, toi ? »

-« Moi, quand j'serai grand, j'inventerai des fromages. J'reprendrai la ferme de mes parents, je travaillerai en famille, avec ma femme, mon frère et la femme de mon frère. J'ferai du Maroilles, de la Boulette d'Avesnes, du Dauphin, tout au lait cru, avec mes vaches et pis j'inventerai un p'tit fromage rouge comme la brique du Nord et affiné au cidre fait avec les pommes de l'Avesnois et j'l'appelerai T'chiot Biloute.  Ouais, j'veux inventer des fromages.»

La ferme du Pont des Loups, 59440 Saint-Aubin, 0327578409, magasin ouvert du mardi au samedi

 

Le produit :

Ce petit fromage se déguste bien évidemment autrement qu'en blinis.

S'il ne vous semble pas assez affiné, laissez-le quelques jours dans la cave.

Sinon gardez-le au frais. Sortez-le du réfrigérateur deux heures avant de le consommer tout simplement.

Découpez-le en rondelles et faites-le en flamiche ou sur une tartine passée au grill. Ajoutez une petite noix de beurre, un peu de poivre et vous verrez !

Effritez-le s'il est un peu sec et faites-en des gougères. Vous connaissez ? Ces petits choux tout légers qui viennent de Bourgogne...

Ou faites comme Alexandre, emballez-le dans du papier-aluminium et faites-le cuire au four ou au barbecue.

Retrouvez la recette de la Cocotte dans le cahier central de Version Femina du 23 au 29 octobre 2010 et sur le site de La Voix au Féminin en cliquant ici.

Odile Bazin, la Cocotte

samedi, 09 octobre 2010

Caponata simplissima

 

P1210936.JPGLa vengeance est un plat qui se mange froid, la caponata aussi. Mais à la différence de la vengeance qui peut mettre des jours, des mois, des années à se préparer, la caponata se cuisine en un rien de temps.

La caponata est une entrée sicilenne à base d'aubergines, olives, céleri, câpres... Cet antipasto tire son nom d'un poisson cher que seule l'aristocratie pouvait acheter. Le peuple, lui, remplaçait ce poisson par l'aubergine qui était nettement moins chère.

Enfin, c'est ce qu'on raconte dans les chaumières de Sicile.

Ceux qui disent que ça vient d'Al Capone vont avoir des problèmes. Oh, la, la !

En Madone débordante d'humanité, la Cocotte vous propose une version simplifiée.

 

Il vous faut :

Une belle aubergine sicilienne, si vous cherchez bien , vous en trouverez encore chez votre maraîcher.

Une bonne lichette d'huile d'olive

20 cl de coulis de tomates

2 cuillères à soupe de câpres

10 olives noires (pas grecques)

sel, poivre

origan

un peu de parmesan pour servir

 

P1210853b.jpgLavez l'aubergine, détaillez-la en gros cubes et faites-les dessaler quelques minutes en les saupoudrant de gros sel. Rincez-les.

Dans une poêle, faites chauffer l'huile, ajoutez les cubes d'aubergine, faites dorer. Couvrez la poêle pour que la condensation retombe sur les légumes. Mais ne laissez pas brûler ! Au bout de 5 minutes, ajoutez l'ail ciselé, les câpres, les olives et couvrez de coulis de tomates. Salez et poivrez et saupoudrez d'origan. Laissez cuire à feu doux pendant 10 minutes. Il faut que les cubes d'aubergine soient tendres et bien imprégnés de sauce tomate.

Laissez refroidir. Au moment de servir, couvrez de parmesan et invitez vos vrais amis....pas les traitres !

jeudi, 07 octobre 2010

Petit potage poivron-anchois

P1210966b.jpgUn certain Meyer dit que la meilleure des publicités est un bon produit. C'est vrai, non ? Un produit qui a toutes les qualités n'a pas besoin qu'on déploie des trésors de communication pour le vendre. Il se vend tout seul !

A la télé, dernièrement, la Cocotte entendait vanter les pouvoirs d'un rouge à lèvres tenant 24 heures. Quelques jours avant, une bombe montrait fièrement ses aisselles pour louer les mérites d'un déodorant qui tient 48 heures !

Waouh ! Mais elle fait quoi de ses jours et nuits cette fille ? Elle ne doit pas parler, pas manger, pas dormir (sinon, elle en met partout sur l'oreiller !), elle ne doit pas bouger d'un poil pour éviter le moindre mouvement ! A ce train-là, elle peut porter des chaussettes résistant 72 heures, voire plus !

Pauvre fille, le mot potiche n'a jamais été aussi bien employé.

Pour la nourriture, c'est pareil. Il faut bien trouver le moyen de vendre une marchandise médiocre.

Ainsi la Cocotte a-t-elle acheté, sans faire attention, de la mozzarella « spécial cuisine » !

Ça veut dire quoi, de la mozzarella « spécial cuisine » ? La Cocotte ne savait pas qu'on pouvait faire autre chose qu'étaler ce fromage sur des pizzas ou sur des pâtes. A-t-il des propriétés purifiantes ? Dans ce cas, y a-t-il de la mozzarella « spécial salle de bain » ? Doit-on se l'appliquer en onguent tous les matins ? Lutte-t-il contre les acariens ? Dans ce cas, peut-on l'utiliser sur la literie ? Par bonheur, serait-il recommandé pour lustrer les carrosseries ? Trouve-t-on un rayon fromage dans les concessions automobiles ?

La Cocotte testera et vous tiendra au courant. En attendant, pas de mozzarella mais du fromage frais.

 

047.JPGPetit potage poivrons-anchois... à servir en antipasti.

Il vous faut pour 6 personnes

1 petit poivron par personne

6 anchois

100 gr de fromage frais type Saint-Mor...

2 cuillères à soupe de câpres

poivre

Lavez vos petits poivrons, coupez-leur la tête mais gardez-la et enlevez les graines.

Emballez vos légumes, tête et corps, dans une feuille de papier aluminium et déposez ce paquet dans un four chaud pendant 10 minutes.

Pendant ce temps, passez les anchois sous l'eau pour les débarrasser du sel. Mixez tous les ingrédients finement et n'oubliez pas le poivre. Il faut obtenir un mélange un peu liquide, j'ai bien dit un peu.

Au besoin, ajoutez une goutte de lait.

Versez ce potage méditerranéen dans vos mini-poivrons. Déposez ces mini-poivrons dans de jolis mini-plats et servez avec une mini-cuillère.

C'est maxi-bon !

vendredi, 01 octobre 2010

Tomates weekend

 

P1210164B.jpgVendredi, mouais ! Bientôt le weekend, pas envie de bosser ? Pas envie de cuisiner mais envie de se poser le c... dans le fauteuil ? Envie de traîner en pyjama ? Envie de buller comme jamais ?

Ouille, ouille, ouille, on sonne !

Des copains débarquent à la maison.

Vite, sous la douche, vite un vêtement et vite des tomates.

Un petit peu envie de vous la péter ? Alors c'est parti pour le spectacle. Aussi belles que bonnes, des tomates dites anciennes. Ça ne veut pas dire qu'elles sont vieilles et bonnes à jeter mais que certains maraîchers ont décidé de varier les plaisirs en faisant pousser des espèces tombées dans l'oubli. La Cocotte en connaît un à Maresches qui fait des merveilles.

Ainsi donc la tomate-ananas, énorme cœur de bœuf jaune, aux tranches comme des steaks et au goût fabuleux, la noire de Crimée, la rose de Berne, la Green zebra... Vous aussi variez  les plaisirs.

2 minutes suffisent à faire plaisir et à vous faire plaisir. Quand les copains repartent, la cuisine n'est même pas sale et vous pouvez remettre votre pyjama.

 

Il vous faut :

3 tomates coeur de boeuf

3 tomates-ananas

vinaigre de Xerès

huile d'olive

fleur de sel

poivre du moulin … position gros grains

 

P1210121b.jpgLavez les tomates, coupez-les en fines rondelles.

Disposez-les sur un grand plat, huilez, vinaigrez, salez, poivrez.

Comme vous, la Cocotte est en weekend.

vendredi, 24 septembre 2010

Caviar d'aubergine

P1210335b.jpgN'est pas caviar qui veut !

Le saviez-vous ? Il n'y a que les oeufs d'esturgeons qui ont le droit de s'appeler caviar. Tous les autres, ouste ! Oeufs de cabillaud, oeufs de lompe, oeufs de saumon... Dehors ! Pour qui vous prenez-vous ?

Vous ne nous aurez pas.

La réglementation est très claire à ce sujet.

Tout comme elle est aussi claire au sujet du caviar végétal. Il n'y a que l'aubergine qu'on peut transformer en caviar. La Cocotte ignore pourquoi mais tous les autres légumes n'ont pas le droit à cette dénomination.

On n'a pas le droit de faire du caviar de pommes de terre, de tomates, de carottes, de courgettes...

L'œil de Moscou surveille ??!!

En attendant d'être riche, voici une recette bon marché qui va épater la galerie.

Courez acheter des aubergines siciliennes. C'est le moment. Elles sont énormes, blanches et violettes, magnifiques, se farcissent facilement et font sensation. Promis, juré !

 

Il vous faut :

1 grosse aubergine sicilienne

1 tomate pelée

2 cuillères à soupe de tahineh

1 gousse d'ail

1 filet d'huile d'olive

sel et poivre

un peu de paprika

jus de citron

 

aubergin'Cocotte.jpgCoupez le haut de l'aubergine. Gardez le chapeau et citronnez-le pour éviter qu'il noircisse.

Évidez délicatement l'aubergine en prenant soin de laisser 1 cm de chair. Citronnez l'intérieur de l'aubergine.

Dans une casserole, mettez la chair récupérée, couvrez d'eau et faites bouillir pendant 15 minutes.

Pendant ce temps, pelez une tomate et épluchez l'ail.

Égouttez la chair d'aubergine. Et mettez-la dans un mixeur en même temps que la tomate, l'ail, le tahineh, le sel, le poivre et le filet d'huile. Mixez jusqu'à ce que vous obteniez une belle crème sans grumeaux.

Versez votre appareil dans l'aubergine, mettez le petit chapeau par dessus et laissez au frais pendant 2 bonnes heures.

Servez avec des petites tranches de baguette, des gressins, des triangles mexicains ou des carottes, des concombres en dips. N'essayez pas avec des biscuits de Reims ou des Petit Lu, c'est pas bon !

lundi, 13 septembre 2010

Carpaccio de betteraves roses

P1210191b.jpgLa Cocotte connaissait l'arachnophobie, la peur des araignées, l'agoraphobie, la peur de la foule, l'ornitophobie, des oiseaux...

Mais elle ne connaissait pas l'éreutophobie, la peur de rougir en public. Elle ne connaissait pas la pruritanophobie, celle de se gratter en public.

Un pruritanophobe est obligatoirement éreutophobe, non ?

Il y a des gens qui souffrent de placomusophobie, ils sont effrayés à la vue d'un bouchon de champagne ! Comme c'est triste ! La Cocotte en connaît beaucoup, beaucoup, beaucoup que ça n'effraie pas du tout.

D'autres sont cumulophobes. Non, ça ne veut pas dire qu'ils ont peur de cumuler des mandats. Non, non ! Ils ont peur des nuages !

Les thalassophobes n'ont pas peur de Georges Pernoud mais ils ont peur de la mer !

Un suiphobe a peur de lui. Attention, il n' a pas peur de George Pernoud mais de lui... lui-même !

Et, à flirter comme des folles, les filles de Sex and the city doivent probablement souffrir d'anuptaphobie, la peur de ne pas se marier.

Parlons des néophobes. Un néophobe a peur de ce qui est nouveau. Beaucoup d'enfants sont néophobes, ils ne veulent pas goûter les aliments qu'ils ne connaissent pas !

Enfin savez-vous qu'un pantophobe est arachnophobe, agoraphobe, ornitophobe, pruritanophobe, placomusophobe, cumulophobe, thalassophobe, suiphobe, anuptaphobe et bien évidemment néophobe. Il a tout simplement peur de tout !

Ah, le pauvre, il ne goûtera jamais le carpaccio de betterave de la Cocotte.

Ah, le pauvre ! Il ne saura jamais quel goût subtil ont ces jolies betteraves, d'une couleur si inhabituelle que la Cocotte s'est empressée d'en cuisiner.

 

P1210182b.jpgIl vous faut :

2 ou 3 betteraves roses moyennes

La recette marche aussi avec des betteraves "normales", les betteraves rouges.

2 cuillères d'huile de colza

3 cuillères de vinaigre de cidre

du sel de Guérande

du poivre concassé pas trop fin

 

Épluchez les betteraves crues. A l'aide d'une mandoline ou d'une trancheuse électrique, détaillez de très fines rondelles de betteraves. Dressez-les joliment sur une assiette. Versez par dessus l'huile de colza, jaune comme l'intérieur de ces betteraves et le vinaigre de cidre. Salez et poivrez.

Et c'est tout.

Mettez au frais jusqu'au moment de servir en entrée.

Simple, non ? La Cocotte est complicophobe.

samedi, 11 septembre 2010

Oeufs Cocotte en tomates et mouillettes de polenta

 

Il était une fois une histoire d'amour entre une tomate et un oeuf. Une belle tomate des champs d'Isabelle et Patrick Ruhant à Pérenchies rencontra un oeuf tout frais du marché. Entre eux, ce fut le coup de foudre. La Cocotte, dans un plat, les maria et leur offrit de la polenta. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup de mouillettes.

P1190385b.jpg

Recette :

Facile : 1 Cocotte

Prix : 1 Caddie

Temps : 1 horloge

 

Pour 6 personnes

1 tomate moyenne et 1 oeuf par personne

100 gr de parmesan

80 cl d'eau

150 gr de polenta cuisson rapide

huile d'olive

poivre

 

Trois tomates.jpgFaites bouillir les 80 cl d'eau. Quand l'eau bout, versez la polenta en pluie, petit à petit et mélangez sans arrêter pendant 5 minutes.

Recouvrez un petit plat rectangulaire de film étirable et étalez la polenta chaude sur le plat. Laissez refroidir. Au besoin, mettez au réfrigérateur une petite heure.

Préchauffez votre four à 180°c.

Coupez le haut des tomates. Avec une petite cuillère, en faisant attention de ne pas les percer, videz les tomates. Vous pouvez les retourner et les laisser s'égoutter un peu.

Ensuite cassez un œuf dans chacune d'elle.

Déposez les tomates sur un plat à four et mettez-les à cuire dans le four jusqu'à ce que le blanc d'œuf devienne bien blanc. Cela devrait vous prendre 8 à 10 minutes.

Pendant ce temps, détaillez la polenta froide en bâtonnets d'1 cm sur 8, comme une belle frite et faites-les délicatement dorer sur toutes les faces, dans un peu d'huile d'olive.

Quand les tomates sont prêtes, disposez-les sur les assiettes, saupoudrez-les généreusement de parmesan et d'un peu de poivre et disposez vos bâtonnets à côté. Comme pour un œuf à la coque, trempez vos bâtonnets de polenta dans la tomate.

 

Produit :

C'est en été qu'il faut consommer les tomates. C'est là qu'elles sont les meilleures, juteuses, pulpeuses, parfumées ! Et ça dure jusqu'en octobre.

Manipulez-les avec délicatesse. Ne les mettez pas au réfrigérateur. Gardez-les au chaud, près de vous, dans la cuisine.

Dévorez-les le plus simplement du monde, avec un peu de fleur de sel et un filet d'huile d'olive.

En fin de saison, quand elles sont très bon marché, faites une cargaison de tomates et préparez-vous des coulis. Toute l'année, vous aurez l'été en bouteille.

Vous pouvez aussi les congeler, sans apprêt et les utiliser suivant vos besoins : pour les farcir, pour les incorporer à une sauce ou pour faire des jus ou une soupe.

 

Isabelle et Patrick Ruhant, La Cocotte.jpgProducteurs :

Isabelle n'aimait pas les hommes aux mains propres, Patrick aimait les filles qui n'aimaient pas les hommes aux mains propres. Ils étaient faits l'un pour l'autre. Suivant le sillon tracé par leurs parents, ils deviennent maraîchers. Ils s'aiment et sèment des légumes bio qu'ils vendent dans leur petit magasin, sur les marchés et dans une AMAP. Ce qu'ils préfèrent cultiver ? Les pommes d'amour, bien sûr ! Autrement dit, les tomates. Et plus elles sont bizarres, plus ils en cultivent : La Noire de Crimée, sombre et charnue, l'Andine cornue, en forme de poivron, la Rose de Berne ronde et pulpeuse... ou la Corazon en forme de cœur. C'est beau, l'amour...

Isabelle et Patrick Ruhant , maraîchers, 5 ruelle des prunes à Pérenchies, 0320086207

Magasin ouvert le vendredi après-midi

Présents sur les marchés à Linselles, le vendredi matin et Pérenchies, le samedi matin

Retrouvez cet article dans les pages régional de Version Femina, Edition Nord Pas-de-Calais du 4 au 11 septembre 2010 et sur le site de la Voix au féminin.

Odile Bazin, la Cocotte

vendredi, 30 juillet 2010

Ham cloud

P1190501b.jpgQuel point commun les villes de Brockville (Canada,), Porrentruy (Suisse), Roseville (USA), Seeb (Sultanat d'Oman) ou encore Abu-Gosh (Israel) ont-elles ?

Elles ont toutes établi un record à la con, la première a réalisé la plus grande omelette qui pesait près de 3 tonnes, la deuxième, le plus grand tiramisu, 782 kilos, la troisième, le plus gros sandwich, 2, 5 tonnes, la quatrième, le plus grand Kabsa du monde et enfin la dernière, la Cocotte en a déjà parlé, 4 tonnes d'houmous !

Et bien, la Cocotte, dans son coin, vient de réaliser le plus petit nuage au jambon du monde.

Comme ça, sans chichi, tout naturellement...

Elle n'a invité ni la presse, ni la TV, ni le Guinness Book.

Non, elle a fait ça pour elle et s'est décerné le record toute seule, pour le plaisir. Elle a remercié ses parents sans qui elle n'aurait jamais pu le réaliser, a envoyé mille baisers à ses enfants et son chéri et a épinglé son diplôme dans sa cuisine, sur le tableau.

Ce sont les vacances et avouons-le, la Cocotte n'a pas grand-chose à faire.

En vous donnant la recette, elle vous permet de relever le défi.

Etes-vous prêt ?

 

Il vous faut :

2 tranches de jambon blanc

1 pomme de terre froide, cuite à la peau

1 briquette de crème liquide

Sel et poivre

Facultatif : du paprika, 1 gousse d'ail

 

Épluchez la pomme de terre.

Dans un petit mixeur, mélangez le jambon et la pomme de terre.

Ajoutez petit à petit la crème liquide et mixez. Elle va monter en crème fouettée. Vous allez obtenir une mousse légère et magnifique.

Si vous voulez, ajoutez l'ail et le paprika pour donner du goût.

Enfin salez et poivrez.

Accompagnez votre plat de trucs à tremper, style chips mexicaines ou pas, carottes, radis, concombres.

Mine de rien, c'est un délice pour l'apéro.

jeudi, 01 juillet 2010

Timbale courgettes-aubergines

 

P1180848c.jpgLongtemps je me suis levée de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie allumée, mes yeux s'ouvraient si vite que je n'avais pas le temps de me dire : « Je m'éveille. » J'allais alors dans la cuisine et préparais les repas de la journée, quand le soleil n'alanguit pas l'élan, quand les paupières des enfants sont closes depuis dix heures, quand l'éboueur s'ébroue dehors et que le coq ânonne au loin.

Je concoctais des timbales émeraude et pourpre où une gelée tomatée emprisonnait courgettes et aubergines. Le soir venu, je servais ce mets aux enfants éveillés, à l'époux revenu et fourbu, avant d'aller au lit, repue et détendue, pour le jour d'après, me lever à nouveau de bonne heure...

A la recherche du temps perdu, La Cocotte, juillet 2010

 

Il vous faut :

500 gr de courgettes

500 gr d'aubergines

500 ml de coulis de tomates

5 feuilles de gélatine

un peu d'ail

du thym frais

sel, poivre

basilic

anchois, facultatif

 

P1180831.jpgVersez le coulis de tomates dans une casserole et faites chauffer. Ajoutez de l'ail moulu, salez et poivrez. Dès que ça bouillonne légèrement, faites fondre les feuilles de gélatine dans le coulis, mélangez bien pour qu'elles se dissolvent. Puis arrêtez la cuisson. Laissez refroidir.

Lavez les courgettes et les aubergines. Détaillez ces légumes dans la longueur, le plus finement possible, 2 à 3 mm. Si vous avez une trancheuse, c'est l'idéal.

Faites cuire à l'eau les courgettes et les aubergines séparément. Il ne faut que quelques minutes, 5 ou 6 pas plus.

Dans des jolis ramequins ou verres transparents, superposez un peu de coulis de tomates, courgettes puis aubergines, recommencez, coulis de tomates, courgettes et aubergines. Intercalez de temps en temps, un filet d'anchois ou deux, si vous aimez. Et n'oubliez pas d'ajouter le thym frais. Puis terminez par du coulis. Mettez au réfrigérateur et laissez la gelée prendre pendant 6 à 8 heures. Démoulez délicatement, si vous voulez, et décorez d'une feuille de basilic.

C'est délicieusement frais, affreusement bon !

jeudi, 17 juin 2010

Courgettes Philo

P1180628b.jpgPourquoi Diogène mangeait-il cru ? Rousseau était-il végétarien par dégoût de la viande ? Pourquoi Kant déclarait que gloutonnerie et ivrognerie étaient des vices ? A-t-il testé ? Pour purifier l'esprit, doit-on d'abord purifier les corps, comme Nietzsche le dit ? Pourquoi Sartre considérait-il l'alimentation comme la fonction vile de boucher un trou ? Pourquoi consommait-il autant de cigarettes, de barbituriques ou d'alcool ? Que lui inspirait la nécessité de se nourrir ?

Comme Michel Onfray, dans « le ventre des philosophes », invitez donc à un banquet tous ces messieurs et étudiez leur façon de manger.

Puis répondez à la question suivante : Peut-on comprendre les conceptions des philosophes à partir de leurs choix culinaires ?

Et la fille de la Cocotte, elle va manger quoi en sortant de ses 4 heures de philo ? Et Dieu dans tout ça ?

Allez, voici une recette végétarienne, cuite mais froide, sans alcool, ni fioriture ou alors très peu, presque naturelle, qui purifiera les corps et les cerveaux en ébullition des élèves de terminale qui passent le bac philo ce matin.

Des courgettes en salade. Il fallait y penser !


Il vous faut :

500 gr de courgettes

2 gousses d'ail

du basilic

du citron

de l'huile d'olive

de la féta

des olives noires

41TS8F3A60L._SL500_AA300_.jpgLavez bien les courgettes, jetez les bouts puis coupez les courgettes en 4, dans le sens de la longueur ensuite recoupez en gros cubes. Faites bouillir une casserole d'eau. Plongez les morceaux de courgettes 3 ou 4 minutes, le temps que la lame d'un couteau passe sans trop de résistance à travers le légume.

Puis égouttez et passez doucement sous l'eau froide.

Dans un saladier, déposez vos courgettes bien refroidies, salez, poivrez, ajoutez l'ail ciselé, l'huile d'olive, le jus de citron, le fromage de féta coupé en dés, le basilic ciselé et les olives noires.

Après avoir mangé cette salade toute fraîche, vous aurez peut-être des forces pour répondre aux questions suivantes :

Faire son devoir sans être heureux, est-ce toute la morale ?

Doit-on toujours chercher à savoir la vérité ?

L'homme a-t-il besoin de l'art ?

Puis-je invoquer le cours de l'histoire pour m'excuser de n'avoir pas agi ?

Ou encore qui peut me dire ce que je dois faire ?