Bouillon léger au chou chinois (lundi, 26 décembre 2011)

Si tu ne vas pas au chou chinois, le chou chinois viendra à toi. Pas besoin d’aller en Chine, va donc à Aubers, dans les Weppes,  chez Gilles et Emmanuel Plancke, à la découverte de ce gros obus vert tendre, caché  entre pommiers, poiriers et tous les légumes de saison.  Et surtout ne t’inquiète pas, si tu ne sais pas cuisiner le chou chinois, la Cocotte le cuisinera pour toi.

chou chinois, bouillon léger au chou chinois, Gille Plancke, La Pommeraie, Aubers

Bouillon léger au chou chinois
Facile : 1 Cocotte, prix : 1 Caddie, temps : 1 horloge
Pour 6 personnes
300 g de chou chinois, 200 g de filet de bœuf, 75 g de champignons noirs séchés, 100 g de vermicelle chinois, 1 carcasse de poulet, 1 tige de citronnelle lemon-grass, 2 branches de poivre vert, 30 g de gingembre frais, 1 pincée de cannelle, coriandre et cumin moulus, 1 carotte râpée, 1 piment vert, ¼ de bouquet de coriandre fraîche, Sel
Placez le bœuf au congélateur pendant  1 heure. Dans des bols faites tremper le vermicelle chinois et les champignons séchés. Dans une marmite, faites bouillir 1 litre d’eau  avec la carcasse de poulet, la citronnelle, le gingembre épluché, le poivre vert et cannelle, coriandre et cumin. Salez. Au bout de 30 minutes, retirez la carcasse et filtrez le bouillon. Remettez-le dans la marmite et faites-le chauffer à feu doux. Ajoutez les champignons égouttés et coupés en lanières.  Enlevez les  côtes centrales du chou et détaillez-le en lanières. Plongez-les dans la marmite pour les faire blanchir. Au bout de 5 minutes ajoutez les carottes et le vermicelle égoutté. Laissez cuire encore 3 minutes. Pendant ce temps, coupez le bœuf en fines tranches. Epépinez le piment vert et coupez-le en rondelles. Servez le bouillon dans des  bols, répartissez le bœuf et le piment (pour ceux qui aiment) par-dessus puis  saupoudrez de coriandre fraîche ciselée. Dégustez très chaud.


chou chinois, bouillon léger au chou chinois, Gille Plancke, La Pommeraie, AubersLe producteur : Gilles Plancke
Quand on demande à Gilles pourquoi il plante des choux chinois, il répond tout simplement « du chou chinois, mais pourquoi pas ? » Ce n’est sûrement pas avec ça qu’il gagne sa vie, dit-il aussi. Mais il est curieux et chaque année, son frère et lui essaient de diversifier la production.  « On a tenté les scorsonères mais les oiseaux ont tout mangé.  Le chou chinois, on est les seuls dans la région à en produire, c’est un produit qui fait parler. » Et ça change un peu des 17 variétés de pommes, des poires et des légumes de saison. « L’an prochain, on se lance dans les cerises. »
La Pommeraie, rue de Piètre  59249 Aubers, www.self-cueillette.com

Trucs et astuces
On est bien d’accord ? Le chou chinois dont nous parlons aujourd’hui est gros, long et vert très clair, tirant sur le blanc. Il ressemble à un gros obus ou un ballon de rugby, emballé dans un sachet.
Conservez donc ce chou-là  15 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur, pas plus.
Découpez-le en lanières et faites-le sauter tout simplement dans un peu d’huile, avec de l’ail, des crevettes ou du porc et de la sauce soja.
Cuisez-le rapidement avec du lait de coco, des piments et des nouilles de son pays d’origine.
Mais vous pouvez aussi l’effeuiller, le faire blanchir et le farcir de riz et de viande… C’est votre chou !

Odile Bazin

Vous pouvez retrouver ce reportage dans Version Femina (n°508), supplément de la Voix du Nord du samedi 24 décembre 2011 et sur le site La voix pour les Femmes, rubrique Cuisine.

| Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bouillon léger au chou chinois, chou chinois, gilles plancke, la pommeraie, aubers, rue de piètre, www.self-cueillette.com, femina |  Facebook | |  Imprimer