Courgettes Philo (jeudi, 17 juin 2010)

P1180628b.jpgPourquoi Diogène mangeait-il cru ? Rousseau était-il végétarien par dégoût de la viande ? Pourquoi Kant déclarait que gloutonnerie et ivrognerie étaient des vices ? A-t-il testé ? Pour purifier l'esprit, doit-on d'abord purifier les corps, comme Nietzsche le dit ? Pourquoi Sartre considérait-il l'alimentation comme la fonction vile de boucher un trou ? Pourquoi consommait-il autant de cigarettes, de barbituriques ou d'alcool ? Que lui inspirait la nécessité de se nourrir ?

Comme Michel Onfray, dans « le ventre des philosophes », invitez donc à un banquet tous ces messieurs et étudiez leur façon de manger.

Puis répondez à la question suivante : Peut-on comprendre les conceptions des philosophes à partir de leurs choix culinaires ?

Et la fille de la Cocotte, elle va manger quoi en sortant de ses 4 heures de philo ? Et Dieu dans tout ça ?

Allez, voici une recette végétarienne, cuite mais froide, sans alcool, ni fioriture ou alors très peu, presque naturelle, qui purifiera les corps et les cerveaux en ébullition des élèves de terminale qui passent le bac philo ce matin.

Des courgettes en salade. Il fallait y penser !


Il vous faut :

500 gr de courgettes

2 gousses d'ail

du basilic

du citron

de l'huile d'olive

de la féta

des olives noires

41TS8F3A60L._SL500_AA300_.jpgLavez bien les courgettes, jetez les bouts puis coupez les courgettes en 4, dans le sens de la longueur ensuite recoupez en gros cubes. Faites bouillir une casserole d'eau. Plongez les morceaux de courgettes 3 ou 4 minutes, le temps que la lame d'un couteau passe sans trop de résistance à travers le légume.

Puis égouttez et passez doucement sous l'eau froide.

Dans un saladier, déposez vos courgettes bien refroidies, salez, poivrez, ajoutez l'ail ciselé, l'huile d'olive, le jus de citron, le fromage de féta coupé en dés, le basilic ciselé et les olives noires.

Après avoir mangé cette salade toute fraîche, vous aurez peut-être des forces pour répondre aux questions suivantes :

Faire son devoir sans être heureux, est-ce toute la morale ?

Doit-on toujours chercher à savoir la vérité ?

L'homme a-t-il besoin de l'art ?

Puis-je invoquer le cours de l'histoire pour m'excuser de n'avoir pas agi ?

Ou encore qui peut me dire ce que je dois faire ?

| Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : courgettes, michel onfray, le ventre des philosophes |  Facebook | |  Imprimer